Point de vue

29 avril 2009

Zone Xtreme – France 2 (info Libération) La télévision peut-elle tout se permettre sous prétexte d’éveiller notre conscience?

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : ,
Faux Journal RTBF

Logo France 2ATTENTION : Si vous ne connaissez pas l’expérience de Milgram, si vous n’avez pas entendu parler de la controverse autour du tournage de Zone Xtreme. Je vous conseille de regarder directement l’extrait du film ci-dessous. Laissez-vous surprendre jusqu’à la fin. (Ce n’est qu’une fiction bien sur)

La télé met les doigts dans la prise Libération nous annonce par ce titre que France 2 a tourné une adaptation de l’expérience de Milgram.

Un candidat doit envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes sur un concurrent. Concurrent qui est au final un comédien.

Seul le candidat a cru envoyer volontairement des décharges invraisemblables.


Le producteur Christopher Nick expliquait alors : «L’univers de la violence réelle a quitté le champ du JT pour investir celui du divertissement. je veux démontrer que la télé peut faire faire n’importe quoi.» lien libé

Faux Journal RTBF
Faux Journal RTBF

Le 13 décembre 2006, sur la  RTBF, une édition spéciale du journal. Le journaliste annonçait l’autonomie de la Flandre… . Début de panique dans le pays malgré un synthé très peu clair il est vrai indiquant que c’était une EMISSION SPECIALE ! Supercherie pour démontrer ce que serait la situation du pays si cela devait arriver !

Grand show du donneur
Grand show du donneur

Le 1er juin 2007, aux Pays-Bas le « Grand show du donneur » devait avoir lieu. Cette émission de téléréalité devait permettre à l’un des trois candidats en attente d’un don de rein d’être choisi par une femme en fin de vie qui lui donnera alors son rein. Finalement supercherie encore une fois dans le but de promouvoir le don d’organes.

La télévision, média de masse par définition peut-elle jouer de la provocation sans limites pour promouvoir des idées, des valeurs aussi fortes et importantes soient-elles ?

La fin justifie-t-il toujours les moyens ?

Aux Pays-bas, l’effet d’annonce de l’émission avait provoqué un ras de marée médiatique dans le pays. Certains demandaient aux dirigeants politiques de faire interdire l’émission.

Cela avait aussi provoqué un émoi très important dans de très nombreux pays.

Finalement si cette supercherie avait permis à Endemol de créer encore une fois un buzz international elle avait aussi permis de parler du don d’organe dans de très nombreux pays et comme l’expliquait LCI « environ 12.000 personnes se sont enregistrées auprès du registre des dons d’organes dans le pays. » Lire la suite

Un succès d’audience et de communication qui avait permis de sensibiliser le monde entier aux dons d’organes. Une télé utile ? Probablement

Et quelques déçus qui auraient bien sur regardé l’émission si elle avait eu lieu !

En Belgique, l’impact de l’émission a été impressionnant : médiatiquement, et politiquement puisque l’autonomie de la Flandre tant souhaitée par certains est apparue tellement possible. Puisqu’on y a cru alors pourquoi cela ne pourrait pas un jour devenir vrai ?

Petite anecdote relatée dans un livre consacré  à cet événement LE VRAI FAUX JOURNAL DE LA R.T.B.F. :

« Le retentissement de l’émission fut considérable, au point de dépasser les intentions de ses organisateurs qui n’avaient pas anticipé une telle réactivité inquiète de spectateurs téléphonant à la RTBF (31-368 appels sur le numéro payant mis en place spécialement pour l’opération), aux chaînes concurrentes, aux journaux, à leurs amis, pour obtenir confirmation de l’information ou inciter leurs proches, par SMS ou via des chats, à se brancher sur la RTBF, pour ne rien manquer de cet événement historique. Pour la téléphonie fixe, le principal opérateur belge a enregistré approximativement 20 % d’appels en plus entre 20 et 22 h.30 avec un pic à 20 h.45 de 46,6 % d’appels en plus que le mercredi de la semaine précédente. Pour la téléphonie mobile, le pic de SMS est de 20 % au-dessus de la moyenne entre 20 h.45 et 21 h., et le pic d’appels vocaux de 50 % supérieur à la moyenne habituelle entre 20 h.45 et 21 h. Le choc fut à ce point rude pour certains qu’ils ressentirent le besoin immédiat de le partager avec des proches. »

Etait-ce donc une mission du service public de pointer si fortement sur cette situation délicate en Belgique. La RTBF n’avait quoiqu’il en soit pas mesuré toutes les conséquences de cette opération inédite.

Revenons en donc à ces candidats de Zone Xtreme France 2 qui sous les encouragements, par attrait d’un gain, et sous prétexte de devoir respecter un règlement, finissent pas envoyer des décharges de 340 volts.  Dans le but de réaliser un test de la banalité du mal comme le titrait encore Libération.

Comme le dit l’article au sujet du test de Milgram: « Cette expérience (sa version initiale) fut un test de psychosociologie au retentissement exceptionnel, elle a été également une façon, pour la conscience occidentale après Auschwitz, de se demander comment des hommes ordinaires avaient pu commettre de tels crimes. »

Pour mieux comprendre cette expérience de Milgram, très déroutante, je vous invite à lire sa présentation sur Wikipedia (le lien)

J’avais pour ma part découvert ce test en cours de management à l’ICN, mon école de commerce.

Cette expérience, vous disais-je donc je l’ai découverte dans une scène fascinante du film I comme Icare d’ Henri Verneuil avec Yves Montant.

Extrait i comme icare

Attention personnellement cela m’a marqué. Qu’aurais- je fais moi-même à la place du candidat ? Et vous ?

France 2 avait-il prévu , comme en Belgique et aux Pays-Bas, de ne pas annoncer  que c’était une supercherie ? J’en doute car il aurait été difficile de tenir le secret. L’article de Libération en est la preuve. De plus la scène dans le film était déjà très perturbante et pourtant je savais que c’était une fiction. Je n’arrive pas à imaginer que France 2 ait pu envisager de mettre des enfants face à de telles images sans précautions.

Il parait que c’était aussi un moyen de montrer les limites de la téléréalité. Toujours selon Libération (lien article) : « A France 2, Patricia Boutinard-Rouelle, directrice des magazines et documentaires ne dit pas autre chose : «Nous avons toujours refusé la télé-réalité, mais là, c’est intéressant de tester les limites d’un genre, de jouer avec cet outil.» »

Convaincu ?

Et le producteur  Christopher Nick de rajouter «L’univers de la violence réelle a quitté le champ du JT pour investir celui du divertissement. je veux démontrer que la télé peut faire faire n’importe quoi.»

Alors pour le coup si je peux me permettre … si c’était la seule raison … on avait compris depuis longtemps ! logo_liberation






One commentaire


  1. France 2 fait du TF1 ! pas surprenant sur le fond, éternelle débat sur l’éthique de la téle et du service public surtout!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *