Coulisses des émissions

22 juin 2009

La presse face aux nouveaux medias – 1 – Introduction

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : ,
Maurice Levy
Maurice Levy

Maurice Levy

« Qui peut sérieusement penser que, lorsque l’économie redémarrera, les lecteurs vont inverser une tendance qui remonte à des décennies et se remettre subitement à acheter des quotidiens et des magazines ?
Qui peut penser que, parce que l’économie se portera mieux, les problèmes de distribution de la presse française se trouveront résolus et ses coûts magiquement abaissés ?
Qui peut sérieusement penser que les audiences se « dé-fragmenteront » et reviendront en masse vers les chaînes traditionnelles ?
Qui peut penser que les jeunes générations, les natifs du digital, vont subitement abandonner leurs ordinateurs, leurs téléphones portables et leurs iPod pour se remettre à regarder la télévision, écouter la radio et lire la presse ? »
Maurice Levy – Publicis  –  le 6 avril 2009

Comme le disait lui-même Maurice Levy dans son discours, il est plutôt de nature optimiste mais là il émet quand même quelques réserves. Un peu plus loin dans son discours, il propose cependant quelques solutions, quelques pistes (Discours de Maurice Levy)

fondapolCette citation, je l’ai en fait entendue la semaine dernière, lors d’une conférence à la Fondation pour l’Innovation Politique , fondation que certains considèrent proche du Président de la République. Je m’y suis rendu, curieux, et intéressé en particulier par la présence de Dominique Reynié dominique reyniédont j’ai pu apprécier l’expertise lors de débats télévisés : C’est dans l’air sur France 5 et Mots croisés sur France 2 , tous les deux présentés par Yves Calvi. Les autres intervenants étaient Philippe Chriqui, consultant, analyste opinion publique et Bernard Poulet, rédacteur en chef du mensuel l’Expansion et auteur de La fin des journaux et l’avenir de l’information.

Cette conférence abordait le thème : Internet et la participation au débat public. Elle traitait ce soir le : « Où sont les medias participatifs aujourd’hui ? »

courrier international presseJ’avais donc envie de vous en parler. Et finalement je découvre que jeudi dernier est sorti un excellent numéro de Courrier international « Mais où va la presse ». Je vous le recommande fortement (dépéchez-vous le numéro reste disponible jusqu’à mercredi uniquement) Vous trouverez ici un extrait accessible sur leur site. Google news, l’exploiteur d’informations

Je vous propose donc au cours des prochaines semaines, une suite d’article sur ce domaine. Finalement ce sera donc une série participative avec cette fondation et Courrier International.

Ce sera l’occasion de parler par exemple de :
Quel modèle économique pour la presse ?
La situation en France?
Si la presse papier n’a plus les moyens de faire de longues enquêtes, qui va avoir les moyens de payer pour ces enquêtes indispensables à la vie d’une démocratie ?
Une presse riche pour les riches, une presse pauvre, pour les pauvres… Le prix de l’information?
Les blogueurs pourront-ils compléter ou compenser cette chute de la presse écrite ?
Information ou communication ?
Fragmentation de l’information?
Quand les nouvelles technologies apportent des réponses, comme internet, Twitter, les téléphones portables en Iran ces derniers jours.
Le sujet est vaste et j’espère pouvoir vous apporter quelques pistes de réflexion à travers mes lectures et cette conférence.
Et cette série d’articles nous permettra peut-être aussi de répondre à la question suivante : Fais-je partie des blogueurs copieurs, commentateurs ou apportant de l’information ?

Bernard-Poulet_La-fin-des-journaux_0En guise de mise en bouche, je vous propose les propos introductifs et quelque peu inquiétant de Bernard Poulet lors de la conférence :
Pour lui, il y a trois sortes de crises que traverse en particulier la presse française :
crise de l’érosion de la presse écrite en général et la réduction du nombre de publications (il met en avant la forte baisse de qualité de certains journaux.. Au final pourquoi payer pour une presse que certains considèrent comme chère si en terme de qualité elle se rapproche des gratuits)
Erosion à cause d’autres medias, de nouveaux supports digitaux en nombre quasi illimité. Pour lui, « La grande presse ne sera plus jamais un vecteur privilégié pour les annonceurs … Plus d’intérêt particulier à passer par la presse » Cette crise est pour lui irréversible et pose la question de l’existence même des journaux quelque soit leur format et des conditions brutalement remises en cause  de la production d’information de qualité et de masse. Problème même de l’existence de la démocratie, d’une scène publique où le débat politique est possible.
– A cela s’ajoute enfin la crise financière qui touche tous les secteurs y compris les journaux et leurs annonceurs.
Bon rassurez- vous la situation n’est pas perçue comme aussi dramatique par tous, comme vous pourrez le constater dans les prochains articles.

D’ailleurs comme le faisait remarquer Dominique Reynié, « si nous nous trouvons [comme il le pense] dans une phase historique de grand bouleversement et que nous avons grand besoin de comprendre et de nous connaitre alors il y a alors un marché énorme pour les métiers de l’information »

A suivre …






2 commentaires


  1. Julien fu

    La presse meurt peu à peu au au profit d’internet ! Pour reconquérir des lecteurs , la presse doit se moderniser & être un peu plus à l’écoute de ses lecteurs !


  2. Je pense pour ma part que la presse papier ne sera plus qu’un prétexte et tout passera par le web.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *