29 juin 2009

La presse face aux nouveaux medias Partie 2 : Mort de Michael Jackson, une illustration

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
cnn facebook twitter

cnn facebook twitter23h heure française, la rumeur cours  : Michael Jackson serait mort. La rumeur devient information sur Facebook. Information ? Oui car tous font référence à TMZ.com (Lien Media, un autre regard – TMZ.com), ce site qui annonce la nouvelle. Ce site d’info people américain est selon certaines sources internet jugé fiable ou par d’autres peu fiable. Ils rappellent par exemple l’annonce par erreur de la mort d’un rappeur. En tout cas ce lien donne de la consistance au message publié.
Comme je l’ai déjà raconté dans un précédent article (Lien) , tous mes contacts annoncaient à tour de rôle la même information, elle évoluait ensuite au fur et à mesure, chacun la transmettant à chacun. Il serait très intéressant d’étudier ce comportement. Mes contacts seraient-ils leaders d’opinion qui transmettent les infos chacun à leur groupe d’amis ? Est-ce nécessaire d’écrire cette information pour qu’elle devienne réelle aussi pour son auteur ? Est-ce une façon de partager l’événement, d’avoir l’impression d’en faire partie ? Est-ce devenu une obligation de transmettre une information ? Comme un journaliste, un reporter qui se dépêche de transmettre son scoop ? Comme un rapporteur ? Comme un copieur ?

S’en sont suivies sur Facebook mais aussi sur Twitter les réactions de tous : R.I.P, pleurs, larmes, tristesse, on n’était plus dans l’information ou dans le commentaire mais plus dans une forme d’exhibitionnisme d’anonymes mais aussi de la part de nombreuses stars ou personnalités américaines. En fait il y avait celles que l’on invitait en plateau : des experts, des proches et celles qui faisaient savoir qu’elles existaient, pleuraient, se sentaient aussi impliquées. De la communication ? Un nouveau media (medium!) pour transmettre ses condoléances ?

Mon réflexe a été de regarder Lien Media un autre regard LCI mais aussi tout de suite d’allumer la télévision. Chaines françaises et américaines d’information en continue (Itele BFM TV). Puisque de toute façon les chaines françaises ne faisaient que commenter les images et informations données par les chaines américaines autant regarder l’original. Et puis la télévision peut aussi faire de la copie parfois. Mais ne critiquons pas tout. Au bout d’une heure, le temps que l’information se confirme, des experts, des témoins, au téléphone ou en plateau ont apportés des informations, des hypothèses supplémentaires.

Regarder la télévision, voir ces images d’hélicoptères tournant au dessus d’un hôpital où il ne se passait strictement rien me donnait l’impression d’être dans l’événement, dans le direct. Peut-être que Facebook et Twitter n’étaient aussi à leur façon qu’une autre manière de sentir au cœur de l’événement, de l’émotion. Le flux a d’ailleurs triplé sur Facebook et doublé sur Twitter.

Les medias, de plus en plus sensibilisés aux réseaux, au Web 2.0 n’ont pas manqué de parler des tous ces témoignages sur Facebook, Youtube et Twitter. Ah Twitter, ce nouveau mot que les journalistes adorent prononcer. Cela fait moderne. Personne ne sait encore vraiment comment l’utiliser, le rendre utile mais on adore. Cet engouement sur les réseaux est devenu un événement dans l’événement.

Et pendant ce temps là : La presse écrite ?
Crise de la presse écrite ? C’est effectivement le thème de ce dossier. Mais si en plus elle joue de malchance ! Et oui est ce qu’un roi de la Pop ne sait pas qu’il y a des contraintes d’heure de bouclage pour la presse ? Regardez nos hommes politiques : Une annonce de remaniement çà s’annonce à la bonne heure, juste avant ou pendant le 20h ! Soyons juste, pour les Etats-unis l’heure était parfaite!
Plus sérieusement, la presse écrite s’est effectivement retrouvée face à cette contrainte technique supplémentaire.  L’heure de bouclage des journaux était déjà arrivée et, sauf erreur de ma part, seul le Parisien a pu titrer sur la mort de Michael Jackson (n’hésitez pas à me corriger si nécessaire et à me donner le lien d’une page où je pourrais trouver des anciennes couvertures et unes) Le monde aussi bien sûr dans l’après-midi pour les parisiens.
Dès le lendemain, par contre : numéraux spéciaux, très complets, très détaillés. De nombreuses photos, des interviews, des signatures.

En attendant, pendant toute la première journée, ce sont les sites internet de la presse écrite qui ont pris le relais pour ne pas rester hors de cet événement majeur. Dépêches d’agence, chroniques, éditos.
Je n’ai pas de chiffres. Mais il serait intéressant de voir le nombre de ventes de quotidiens le jour suivant la mort (en baisse ?). Forte hausse de rattrapage le lendemain? Quels sont les sites qui ont été les plus consultés pendant le premier jour. Les sites des journaux de presse écrite dit sérieux ou de presse people? Des blogs? J’espère que quelqu’un nous le dira prochainement.

Savoir si le public revient alors vers des noms, des marques, des sites dont l’information semble plus solide serait très intéressant. Ou alors se dirigent-ils un peu partout à la recherche de la nouvelle info validée ou pas. Je serai d’ailleurs curieux de la comparaison entre les plus jeunes et le reste de la population.

Par contre, que se serait-il passé si l’annonce transmise aussi rapidement  par tous sur Twitter et Facebook s’était avérée fausse ?

Mais, et si finalement cet événement était un exemple de la manière dont la presse écrite et le Web pouvaient se compléter à l’avenir ?

On pourrait imaginer des sites internet issus des journaux devenant une référence pour l’information à chaud, pour l’actualité expliquée et commentée. L’ensemble serait complété par des diffusions papier moins régulières, liées à des événements marquants proposant des développements plus complets, plus posés, traités avec du recul et le temps nécessaire à des enquêtes. Est ce financièrement possible? N’existera-t-il pas toujours un besoin de se poser, et pas seulement dans sa chambre, aux toilettes, chez le coiffeur ou dans la salle d’attente du médecin, devant un journal, un magazine papier. Ebook ? Supports mobiles comme le téléphone ? Fin définitive du papier ?

Alors j’en conviens, je suis quelque peu sorti de ma réflexion étayée par la conférence de la Fondation pour l’innovation politique (Lien Media un autre regard Fondation pour l’innovation politique) et le numéro spécial de Courrier International, mais il me semblait intéressant de réagir à cet exemple de traitement d’une information par le net et la presse écrite.

A suivre…

Cet article faisait suite à un précédent article : La presse face aux medias 1 introduction

Le début du NBC Nightly News

 

Et juste pour le plaisir






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *