Articles les plus populaires

13 juillet 2009

L’interview de Jérémie Assous sur www.mediaunautreregard.com – Edito

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Mots-clés : , , ,
logo ile de la tentation

logo ile de la tentationCette introduction pour vous annoncer la publication d’une interview exclusive de Jérémie Assous, avocat de candidats de la téléréalité, qui lui vaut aujourd’hui d’être encore plus connu qu’eux, tout du moins dans le monde de la production.

Il a d’ailleurs encore fait parler de lui début juin suite à l’arrêt de la Cour de Cassation confirmant en chambre plénière la requalification du contrat de participants à l’île de la Tentation en contrat de travail, en CDI de surcroit avec les conséquences financières que cela implique.
Si cette décision fait jurisprudence, elle risque d’avoir tout d’abord des conséquences financières sur toute l’économie de la téléréalité mais aussi sur d’autres programmes puisque Jérémie Assous nous explique que, pour lui, quasiment toutes les prestations dans les programmes peuvent être requalifiées en contrat de travail.
Il me paraissait donc intéressant d’avoir son point de vue d’où la réalisation et publication de cette interview très complète, je crois.

Cette publication a cependant aussi pour but de réfléchir à l’avenir, à la suite.
En effet :
Faut-il attendre que les producteurs perdent énormément d’argent ?
Faut-il attendre que Jérémie Assous perde un procès et que certains candidats y réfléchissent à deux fois avant de porter plainte contre les producteurs des programmes auxquels ils ont participés ? …
pour que tous les intervenants et sociétés concernées se mettent autour d’une table et décident de trouver des solutions, respectueuses du droit mais aussi des enjeux de production et de diffusion ?

Jérémie Assous

Jérémie Assous explique dans son interview que la procédure judiciaire aurait pu s’arrêter bien plus tôt et à moindre frais pour les producteurs et diffuseurs. Les diffuseurs et producteurs auraient d’après lui surestimé leur puissance. Aurait-il cependant lui-même su en rester en là ? Personne ne pourra jamais le dire. De mon point de vue il est peu probable que des candidats de téléréalité déçus de ne pas voir connu la célébrité et la richesse n’aient pas tenté d’en obtenir toujours plus.

De plus, comme on peut le sentir dans certains propos de Jérémie Assous et dans les réactions passées et peut-être à venir de ses contradicteurs, la tension est déjà assez forte et les propos parfois peu mesurés ou maladroits. Jusqu’à quel niveau de surenchère verbale doit-on aller ?

Il me semble pourtant, pour avoir rencontré longuement Jérémie Assous, mais aussi de nombreux producteurs et des dirigeants de chaines tout au long de ma carrière, que j’ai eu affaire à des hommes (et femmes) intelligents, conscients de la situation et de la nécessité de trouver des solutions.



style= »display:inline-block;width:336px;height:280px »
data-ad-client= »ca-pub-4136538743839209″
data-ad-slot= »9372639373″>

La cour de cassation a pris une décision. Mais pourquoi des producteurs, diffuseurs, représentants de candidats, des juristes indépendants, les autorités de tutelle (CSA(Lien Media un autre regard – CSA), Ministère de la Culture et de la Communication(Lien Media un autre regard – Ministère de la Culture et de la Communication)) ne décideraient-ils pas de se mettre autour d’une table pour proposer des alternatives ou une application pratique de cette décision ? Faudra-t-il en arriver à changer la loi ? Ce ne serait pas la première fois qu’une loi évolue avec l’évolution des mentalités…

Dans son interview, Jérémie Assous nous explique que ces premières décisions de justice sont l’illustration de la théorie de l’« accident nécessaire ». Si je résume : il fallait mettre fin aux abus par les producteurs du principe de gratuité des prestations des participants pour ne pas mettre en danger tout le système du travail et des rémunérations dans d’autres professions et domaines.

Doit-on aller vers une judiciarisation encore plus importante dans le milieu des médias ?
Ou-bien les professionnels concernés au premier plan peuvent se mettre au travail ensemble et proposer de nouvelles solutions ?

On peut d’ailleurs faire un parallèle entre les polémiques contre la loi Hadopi et notre problématique.
Plusieurs personnes m’ont expliqué leur combat contre la loi d’Hadopi par le fait que les maisons de disques s’étaient très fortement enrichies sur le dos des artistes et qu’il était normal de télécharger gratuitement peur le leur faire payer.Peut-être était ce vrai mais aujourd’hui les premiers touchés par le téléchargement illégal sont … les artistes.

Jérémie Assous rappelle à de nombreuses reprises que les sociétés de productions et diffuseurs se sont fortement enrichis avec ces programmes. Il serait donc normal ou du moins pas très grave qu’aujourd’hui ce soit des candidats qui récupèrent (avec lui) une partie de ces bénéfices. Mais encore une fois, les premiers touchés ne seront pas forcément les producteurs et autres décideurs. Ce seront les intermittents employés alors sur ces tournages qui verront leurs salaires ou nombre baisser ou perdront leur emploi suite à l’annulation du tournages de ces programmes et leur remplacement par des séries américaines très rentables.

Réfléchir, trouver des solutions acceptables par tous, mettre en place cette table ronde : voilà une mission qui m’intéresse au plus haut point. Un nouveau challenge ?

Et puis pourquoi ne pas poursuivre avec d’autres questions qui seront posées dans quelques mois, après l’application aux particuliers de la loi HADOPI : Qu’en est-il pour les médias ? Utilisation d’illustrations sonores sans réelle autorisation, abus du droit de citation, utilisation des photos rarement sourcées, utilisation de plus en plus massive d’images venues du net sans rémunération. Et pour aller jusqu’au bout de la réflexion : utilisation sur le net d’illustrations, de contenus non rémunérés.

Affaire à suivre…

Partie 1 : Media un autre regard Entretien avec Jérémie Assous, avocat de candidats de téléréalité. Partie 1 : Quand les contrats des candidats sont requalifiés en contrat de travail

Partie 2 : Media un autre regard Entretien avec Jérémie Assous : (Partie 2) L’avenir de la téléréalité et des programmes télé ! Va-t-il attaquer Secret Story 3 ?

Bonne lecture de l’interview.. et à vos commentaires.






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>