Articles les plus populaires

18 août 2009

« Fais l’amour à la caméra » – Profession Cadreur

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes :
Grand Classement W9 Productions M6

cadreur caméra lourdeHumm, quel regard de braise vous lance cette charmante animatrice… Cet homme politique a l’air si convaincant quand il s’adresse à vous au 20h… Oui c’est à vous que cet animateur s’adresse pour voter par sms surtaxés là maintenant, encore une fois. Il compte sur vous… En fait ces 3 personnes doivent en faire des efforts pour vous imaginer car entre eux et vous il y a toujours une caméra et souvent un cadreur juste derrière.
Souvent ? Oui car depuis quelques années, il y a de moins en moins de cadreurs derrière les caméras.
On utilise en effet de plus en plus de machinerie : vous imaginez la taille et le poids du cadreur qu’on mettrait en haut d’une grue… Faudrait en plus bien l’attacher… çà tourne ! Et le cadreur de junior, cette caméra en mouvement sur des rails, aurait besoin de souffle pour courir derrière sa caméra. Alors non ces cadreurs ne sont pas derrière leur caméra mais assis devant les commandes déportées de leur caméra. (J’essayerai de vous présenter prochainement tous ces matériels).
Et puis, il y a de plus en plus de caméras robotisées. Un seul technicien peut les commander à distance avec des joysticks. Evolution technologique mais aussi économie financière car un technicien/cadreur peut piloter plusieurs caméras à la fois. Moins de cadreurs, moins de salaires. De plus en plus de plateaux en sont équipés dont les plateaux des chaines d’infos en continue. Le plateau de M6 en compte aussi. (les fameux RADAMEC)
Ces machineries, ces caméras robotisées permettent aussi des mouvements plus fluides. Prenant moins de place qu’avec un cadreur à leur coté, elles sont souvent placées plus près des intervenants en plateau. Elles permettent ainsi une réalisation différente.
Et puis voir une caméra dans le champ d’une autre çà passe mais voir le cadreur derrière en permanence cela ne vous plairait pas beaucoup. Je dis cela mais en fait les cadreurs sont les seuls techniciens dont on tolère la présence à l’image par moment. Et oui ils ont ce privilège. Parce qu’ils sont mignons ? Certains oui mais il est surtout difficile par moment de ne pas les voir dans les plans larges.
Grand Classement W9 Productions M6Regardez sur cette photo (clic pour zoom) du tournage d’un Grand Classement, le cadreur devant la scène est collé à la jupe de la danseuse, à moins que ce ne soit au short aéré de Bruno Vandelli ! Il a beau être à genou (par respect! … mais surtout par discrétion). Il est fort possible qu’on l’ait vu à un moment dans un plan large de la grue.
Je vous invite aussi à regarder le junior sur ses rails. Placé à cet endroit il pouvait passer entre le public assis près de la scène et le public un peu plus éloigné.
Je vous parle de caméras mais revenons en aux cadreurs. Sur certains plateaux ils peuvent être une dizaine. Ils proposent chacun des images au réalisateur. Ce dernier les commute, c’est-à-dire qu’il passe l’image de l’un puis de l’autre etc. C’est ce que l’on appelle une réalisation multicam.
Il dispose dans son équipe de cadreurs sur machinerie (junior, grue, robots…), de cadreurs épaules sur les caméras dites légères (« dites » seulement car faut les porter pendant une journée), de cadreurs sur (caméras) lourdes, certains pour le gros plan animateur d’autres pour les invités.

Commençons par quelques généralités sur les cadreurs :
On a attend d’eux :
– qu’ils sachent faire le point (pas d’image floue) et le zoom (avant et arrière)
– qu’ils soient calmes (tout peut arriver et il faut savoir suivre l’action) et doux (vous n’aimeriez pas les mouvements saccadés), des mouvements de caméras.. doux, tout douuuux.
-qu’ils aient des idées, des propositions de plans, d’amorces de cadres…
-qu’ils soient habillés en noir. Je vous ai dit qu’on pouvait éventuellement les voir mais pas trop quand même. Alors tenue noire imposée. Bien sur, si le décor est blanc… on les habille avec des tenues de labo! Ils adorent ça ! Parfois même en noir, quand on les voit trop on les cache avec leur caméra avec du Taps noir (du tissu en coton noir)
– qu’ils n’aient pas peur de rouge. Et oui, comme je vous l’ai dit, chacun filme quelque chose, fait son plan et doit garder son image stable jusqu’au moment ou le réalisateur la passe. Au moment où l’image passe un rouge, une petite lumière rouge apparait sur la caméra. J’ai déjà connu des cadreurs qui stressaient au moment ou ce rouge apparaissait. L’image devenait à chaque fois floue au moment elle passait à l’antenne. Pas bon, Pas bon !

Il y a donc plusieurs types de cadreurs en plateau :
le cadreur portable (ou légère, ou épaules). Il doit être souple et en forme car il change de place tout le temps : Un plan sur les hanches de la danseuse, hop un autre sur le chanteur, et puis pas de pied de caméra alors faut la tenir, faire onduler la caméra avec des zooms en même temps etc.
Ces cadreurs apportent au réalisateur des images originales et très variées. Ils sont souvent accompagnés de leur « cube » en bois peint en noir. Comme tous les autres cadreurs ils doivent être stables donc ils s’asseyent sur les différents cotés de ce cube pour se maintenir en position. Attention, attention, ne jamais piquer le cube d’un cadreur « épaule »
– Le cadreur lourde Gros plan animateur
Ce cadreur est primordial (ils le sont tous) car il reste en permanence sur l’animateur ou le chanteur principal. Il fait son gros plan. Il passer à tout moment à l’antenne. Il doit donc particulièrement attentif à ce que l’animateur ou le chanteur ne sorte pas du champ. Quand sa caméra est loin de l’animateur et que le gros plan est … gros, un petit mouvement à gauche, un animateur qui se remet en place et hop vous pouvez le perdre du cadre. Les bons cadreurs à ce poste sont peu nombreux.
Dans cette catégorie, il y a d’ailleurs ceux que j’appellerai les « Porchyyy » (toute ressemblance avec….serait totalement fortuite!) , qui réussissent toujours très discrètement à attraper un tabouret, une chaise pour cadrer plus confortablement. Et quand vous finissez par les repérer, ils vous envoient un ptit sourire façon « oups, on m’a vu ».
– Le cadreur (caméra) lourde invités
Ce cadreur comme le précédent travaille sur une grosse caméra (lourde !!!) équipée de commandes sur des bras. Il dispose aussi d’un grand viseur et les optiques devant la caméra sont aussi assez lourdes. De plus le pied permet des mouvements souples mais pas de se déplacer facilement. Donc la caméra est lourde!
A la différence du cadreur précédent, ce cadreur est souvent face à plusieurs invités (2 ou 3). Il ne peut pas proposer en permanence un gros plan de l’un d’entre eux, ni proposer de plan à 2 ou 3. Il va donc devoir varier les plans en permanence en fonction de qui prend la parole et doit respecter une rythmique très précise. Il propose un plan : gros plan d’un invité par exemple. Le réalisateur le passe. Dès qu’il est passé hop un plan à 2 par exemple. Le réalisateur le passe. Fini et hop à nouveau un autre plan ou retour au premier plan. Et pas question de changer au moment où le réalisateur vous passe (çà arrive tout de même, personne n’est parfait ! Vous en repérerez parfois sur des émissions en direct (Le Grand journal par exemple. Mais non les cadreurs de cette émission ne sont pas mauvais, mais c’est en direct et parfois les invités sont dissipés et hop parfois mauvais plan).
– Le cadreur machinerie/robots
Chaque machinerie demande un travail différent. Cela pourra être l’objectif d’autres articles mais rappelons que ces cadreurs sont éloignés de leur caméra. Quelques informations cependant. Certains cadreurs aiment être le plus pres possible de leur caméra, de leur machinerie pour voir ce qui se passe sur le plateau.
Sur leur poste de travail, ils ont les commandes classiques (zoom et point) mais aussi des commandes pour faire tourner, rouler monter leur caméra. Ils travaillent donc avec les mains et des pédales au pied. Les cadreurs grues et junior apportent du mouvement à la réalisation, ils balayent beaucoup le décor. Contrairement aux autres cadreurs, le réalisateur leur impose souvent moins de mouvements précis. Le réalisateur pioche dans les images qu’ils lui proposent à chaque instant.

Je pourrai aussi parler du cadreur Steadicam qui refait son apparition sur certains plateaux. Cette machinerie m’a toujours fasciné… une idée de prochain article?

Les cadreurs ont donc souvent une spécialité, un talent et une formation plus pointue sur tel ou tel type de caméras. Les réalisateurs ont aussi leurs habitudes et mettent toujours le même à la lourde gros plan, à la légère public, à la légère invités etc. De plus, sur des émissions régulières, mettre les mêmes cadreurs aux mêmes caméras permet au réalisateur de retrouver toujours les mêmes types de plans.

 
 





2 commentaires


  1. PORCHY Brice

    Félicitations pour ton article mon petit Emmanuel, mais où trouve tu toutes cette inspiration ???

    Concernant « the tabouret », c’est la loi du plus fort et surtout du plus rapide, et a ce jeu là, je connais un assistant réalisateur, un certain Emmanuel M. qui ce fait souvent griller la politesse par la jeunesse : cadreur, maquilleuse, invité … ;-)))

    A bientôt sur Zone Interdite Monsieur M.


    • Merci Brice! Tu t’es donc reconnu!
      Par contre attaquer sur l’âge… Hein? qu’est ce que tu dis? j’entends pas bien! Parle plus fort!
      A très vite sur Zone interdite effectivement M. P!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *