Articles les plus populaires

26 août 2009

Directeur de production, l’homme qui disait …. NON ?

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes :
Un directeur de production pendu?

Le directeur de production a donc en permanence en tête les contraintes budgétaires. Cependant …
Plutôt que de commencer directement  à chercher à économiser 5 ou 10 euros sur chaque salaire, 5% sur chaque prestataire, il peut être tout d’abord plus intelligent (mais plus compliqué) de revoir tout le processus de production. On revoit les horaires, on discute avec le producteur artistique pour modifier légèrement son conducteur pour gagner une heure de tournage là, quelques minutes d’archives là, une journée de montage là… Tout cela demande du travail, des efforts d’imagination, de l’expérience et puis surtout une bonne entente entre l’équipe dite « prod » et l’équipe artistique.
En effet avec les années, les équipes artistiques ont totalement intégré les notions de coût et participent aux choix financiers. Avec Caroline Gavignet c’était particulièrement agréable de travailler. Un artiste avait une contrainte, elle me prévenait et je cherchais à trouver des solutions sur la feuille de service. Parfois un changeur rémunéré exagérait ses demandes et plutôt que de tout mettre dans son cachet, elle décidait d’annuler son invitation. Quand cela se négocie, que le choix est fait ensemble, la démarche est très intéressante.
Reprenez le dernier exemple de l’introduction. Le réalisateur veut ajouter un junior (une caméra sur rail) mais il a pris en compte les contraintes financières et vous propose d’annuler ce surcoût autrement, il n’y a aucune raison de dire non immédiatement. Il faut retourner à sa calculette et probablement valider sa demande ensuite. Il ne faut pas dire non à tout mais pas oui trop vite non plus… Après les équipes penseraient que vous avez de la marge, du « Gras« . Inquiet de nature, ou plutôt prudent, le directeur de production aurait tendance, parait-il (ce n’est qu’une rumeur!) à garder de coté une petite part de son budget… au cas où un imprévu arriverait, parce qu’il sait qu’à la dernière minute il y a toujours quelques dernières demandes de l’équipe artistique qu’il sera bon de satisfaire etc. On appelle cela du « Gras » 
Quand je vous disais que le rôle du directeur ne consiste pas en premier lieu a « gratter » quelques euros sur chaque salaire ou devis, il est cependant évident qu’il doit tout négocier, re-négocier de manière à payer chaque prestation, chaque salaire, chaque devis au plus juste, au juste prix. Parfois il y a du bluff, des deux cotés, d’ailleurs. Cependant, de plus en plus souvent, il n’y a pas de bluff, il y a juste un budget très restreint qui implique que tous ceux qui acceptent d’y participer fassent des efforts. Les chaines baissent leur budget mais attendent toujours la même qualité du programme, les mêmes décors etc.

 

Le rôle du directeur est aussi très important pendant les tournages.
Si je connais des directeurs de production plutôt en retrait pendant les tournages, je vais plutôt parler de mon attitude. Il faut que je vous rappelle tout d’abord que si j’ai choisi, après l’ICN, mon Ecole Sup. de Commerce de ne pas aller vers la finance pure ou le marketing, c’était pour vivre des tournages.
J’aime donc être au milieu de l’action, à être à disposition pour trouver une solution très vite dès un problème se présente, à ne pas perdre de temps pendant les répétitions par exemple, à tout vérifier, faire le tour des équipes, faire certains choix avec les responsables techniques, courir aussi après des artistes pendant le tournage (mon coté assistant de réalisation) etc.
En tournage, le directeur de production (avec son équipe) est celui sur lequel on tombe à chaque fois qu’il y a un problème (une question qui demande des réponses.. oui je l’ai déjà dit ! Il radote le dir de prod !) On vous reproche souvent tout ce qui ne va pas et en même temps on voudrait que vous trouviez une solution à tout, tout de suite ! Attention magie.. Abracadabra… Ben non ça ne marche pas ! Alors on essaye, on fait au mieux!
Le direct, c’est encore plus excitant. Quoi qu’il se passe, il faut aller au bout du programme. Alors çà court, ça hurle parfois, ça râle… On entend des « jamais plus » à la fin et puis dès le lendemain on a tous hâte d’être au prochain tournage.

Enfin, je ne peux pas terminer sans parler des autres personnes qui font partie de l’équipe de production :
– le ou la chargé(e) de production, qui relaye le directeur de production pour préparer les contrats, gérer les notes de frais, transmettre les informations. Il ou elle négocie aussi les contrats avec certains prestataires. Bref il ou elle seconde entièrement le directeur de production. Il ou elle peut être accompagné(e) d’un assistant, plus junior, et d’un stagiaire. Il ou elle ? En effet, les femmes se débrouillent pas mal en production. Croyez-moi, elles peuvent être dures mais elles disposent aussi de leur sourire pour réussir parfois à obtenir plus qu’un homme! Allez vous engueuler avec une femme qui vous sourit !
De plus en plus en plus souvent, cependant, l’équipe se réduit à un directeur de production avec un assistant de production arrivant seulement en renfort à quelques jours du tournage. Se rajoute alors souvent un stagiaire. Ah les stagiaires en production télé !
Il arrive aussi parfois que le chargé de production soit plus senior, et que ce soit le poste de directeur de production qui disparaisse, le producteur reprenant une partie du travail de négociation du directeur de production et le chargé de production récupérant le reste des responsabilités. Cette situation est alors très motivante pour le chargé de production et, avec sa rémunération moins importante qu’un directeur de production, intéressante pour le producteur.
–  le régisseur général et ses assistants. C’est à la fois souvent un directeur technique et le relais du directeur de production. Sur un tournage en plateau, c’est lui qui est présent dès le début du montage. Il gère au mieux les installations, montages et démontages avec chaque prestataire et les équipes techniques.
le chargé de post-production. (Quand on en a les moyens). Il s’occupe de gérer toute la partie montage.

Ma présentation est encore très incomplète, un peu subjective tout du moins personnelle mais cela vous donne un premier ordre d’idée du rôle du directeur de production, de ses nombreuses responsabilités et tout ce qui peut me plaire dans ce métier.

Alors qui a envie de faire ce métier? Pourquoi? A vos commentaires…

La photo?
Qu’ai-je fais pour me retrouver pendu à cet élastique ?
Rien d’autre que d’avoir travaillé sur les Colocataires (Quoi ? vous avez manqué ça ?!)
L’une des épreuves des candidats avait consisté à leur faire sauter l’un après l’autre en élastique au dessus du Jardin des Colocataires.
Pour la fête de fin de tournage, nous avons donc demandé à l’association loi de 1901 (qui de mémoire s’appelait 7ème ciel mais si j’en crois internet s’appellerait Une idée en l’air-  lien media un autre regard- une idée en l’air – ) de revenir. Cette association verse ses bénéfices à Aides (lien Media un autre regard- Aides). Elle est revenu pour permettre cette fois-ci à tous les techniciens volontaires de sauter au-dessus du décor.
J’ai alors réalisé le premier saut… Quel saut, Quelle trouille !

 
 





7 commentaires


  1. Mehdi

    Excellente description du métier mister Matt. Je fus une de ces personnes qui sont venues te voir question salaire et son reparties avec un NON !
    Pour autant j’ai tres vite compris la complexite et la dureté du metier de Directeur de prod… et je dois dire que je te trouvais magistral dans ton domaine.
    Tu étais certainement connu pour etre dur et c’est pour ca que tu etais bon 😉


  2. Très intéressant, y’a du vécu!! je confirme, Emmanuel sait dire « NON » et ce n’est pas donné à tous de savoir manier la négation!


  3. Julien Fu

    J’adore la description , franchement Emmanuel quand je lit t’es articles , je sais que je veux faire un métier en rapport avec les médias ! J’espère y parvenir ( oui oui je me le souhaite lol ) comme toi 😉

    Bravo 😉


  4. Julien est donc de retour. Merci pour tes différents commentaires! Tu as même participé aux sondages. Chouette!

    Ce milieu est passionant et comme dans toute passion, il peut y avoir des excès dans un sens comme dans l’autre. Il y a des hauts et des bas. Le but de ce blog est de partager mon enthousiasme tout en montrant aussi que c’est un milieu dur, où les échecs sont possibles. Il y a des hauts et des bas. Il faut le savoir et accepter les « bas ».

    Et puis faut bosser, bosser, bosser et s’accrocher!

    Je te souhaite bonne chance pour tes projets.


  5. Dom

    Merci beaucoup pour cet article très intéressant et plus généralement pour ce blog passionnant qui confirme mon envie de travailler à la télévision.

    Je passe mon BAC cette année, et je serai très intéressé de connaître quelques exemples de formations qui mènent au métier de directeur de production. Je compte faire une école de commerce en Angleterre pour améliorer mon anglais.

    J’ai lu que les personnes dans ce domaine proviennent de plus en plus d’écoles de commerce. Est-ce vrai? (J’ai cru comprendre que tu en as fait une toi-même) Comment compléter cette formation pour se spécialiser dans la production audiovisuelle? As-tu entendu parler de l’école Ina Sup’ qui propose une formation en production?
    Je sais bien sûr que les contacts et stages sont extrêmement importants. Mais je pense qu’ils ne servent à rien sans bonne formation… (vrai?)

    Merci par avance pour ta réponse, et encore merci pour ce blog que je visite régulièrement.


    • Dom

      Je n’avais pas remarqué que tu écris qu’il est également possible d’étudier de la finance pure ou du marketing.
      Si je comprends bien, c’est soit:
      – Ecole de commerce.
      – Finance / marketing
      – Etudes de production dans une école spécialisée.

      Je sais qu’il n’y a pas de parcours type. Mais peut-être peux-tu m’indiquer, si tu le sais, quelle filière est la plus empruntée. Je me demande également comment une boite de production / une chaîne peut engager un élève qui a fait finance si celui-ci n’a jamais eu d’expérience dans l’audiovisuel: Comment peut-il organiser une production s’il ne connait ni son déroulement, ni les corps de métier qui interviennent?

      Excuse moi pour toutes ces questions, et merci par avance pour tes réponses! 🙂


      • Dom,

        Merci pour tes deux commentaires, en fait deux questions assez vastes.

        J’ai effectivement été en Ecole sup de commerce avant de devenir assistant puis chargé de production. Si tu veux en savoir plus il y a la page mon parcours.

        Il n’y a cependant pas de règle.
        Je pense cependant que comme ailleurs une bonne formation est une bonne base qui doit être complétée par une formation de terrain type stage très riche.

        Certains ont appris et apprennent encore sur le tard, sur le terrain, d’autres viennent avec des études déjà impressionnantes. La pratique, le réseau et le bon choix de stages sont cependant toujours primordiaux.

        Pour le reste je t’invite à me contacter via l’onglet contact j’aurai plus de possibilités pour personnaliser ma réponse.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *