Articles les plus populaires

29 août 2009

Zone interdite, dimanche soir M6, retour de Mélissa Theuriau & Le difficile exercice de l’interview politique ! (MàJ Audiences)

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , ,
Mélissa Theuriau

Mélissa Theuriau

Une page de pub ? Un peu bien sûr car vous savez que je suis assistant de réalisation plateau de Zone interdite. (Réalisation Olivier Béghin) J’ai donc eu le plaisir de retrouver Mélissa jeudi pour son premier tournage dans le nouveau décor, dans le nouveau studio HD de M6.  Retour de Mélissa, un sujet fort : « La côte d’Azur sous haute surveillance » et la présence exceptionnelle en plateau de Brice Hortefeux, Ministre de l’intérieur. Belle émission de rentrée. Comme vous êtes sur Media, un autre regard, je vais aussi en profiter pour parler de l’interview politique de façon plus générale.

Dans télé 7 jours de cette semaine, Mélissa expliquait à quelques jours du tournage avoir besoin de « retrouver certains automatismes ». Vous vous ferez votre propre opinion dimanche soir, mais personnellement je l’ai trouvé  encore plus à l’aise et naturelle qu’avant. Je passerai sur sa gentillesse et sa beauté qui n’auront déjà échappé à personne et ce depuis longtemps. En plus je ne veux pas trop insister au risque de créer des jalousies. Djamel ? Non, non, vous n’y êtes pas ! Je parlais de mon beau-frère. Il rêve de la rencontrer et ma sœur est ravie d’habiter assez loin pour que cela ne soit pas possible!

Puisque Mélissa a interviewé Brice Hortefeux lors de cette émission, je vais en profiter pour vous donner mon point de vue sur le duo, duel, entre le journaliste et l’homme (l’animal diront certains) politique en général.

L’interview politique est un exercice souvent difficile car le journaliste et l’homme politique n’ont pas le même objectif en se rendant sur un plateau. Le premier a ses questions, et le second ses réponses ! Le premier souhaite obtenir des réponses à ses questions. Si en plus elles sont pertinentes c’est mieux. Le second vient en plateau passer un message au grand public et à ses électeurs tout particulièrement.
Le premier ne serait pas contre obtenir une « petite phrase », celle qui serait reprise par les autres médias. Le second espère aussi être repris par les médias et marquer les téléspectateurs avec SON message.
De plus, à l’exception de certains hommes politiques que l’on voit très souvent dans les medias, la plupart d’entre eux n’ont finalement que peu de passages télé très regardés et doivent donc les rendre très efficaces. Et surtout, il faut éviter de les rendre contreproductifs. Une phrase malheureuse peut vous suivre toute une vie, voire stopper une carrière.
Tiens ça leur fait un point commun avec les chanteurs de variétés. Eux aussi ne passent quasiment plus à la télévision. Mais eux, pour ne pas rater leur passage, ils passent par la case playback. Les hommes politiques n’ont pas cette possibilité. Par contre s’ils tombent sur un journaliste qui leur laisse réciter leur message alors là cela peut y ressembler.

Le premier, le journaliste a donc préparé des questions. Il sait sur quels points il veut insister. Quand l’interview est enregistrée, certains interviewers utilisent d’ailleurs la technique des premières questions moins fortes. L’invité est alors « endormi » et ensuite clac, la question importante, la question qui fâche et qui intéresse le journaliste et le téléspectateur. Mais cela ne fonctionne pas toujours. De plus, on prend le risque d’une interview inachevée, arrêtée trop vite. Souvenez-vous de François Mitterand mettant fin prématurément à une interview par des journalistes belges un peu trop insistants.
Le second, l’homme politique, a prévu de passer tel ou tel message, tel chiffre, telle information. ll s’est préparé (certains par coaching, d’autres uniquement avec des fiches) à les placer au milieu des réponses mais aussi à esquiver certaines questions. Il a enfin prévu des réponses aux questions piège.

Les bases sont posées pour un duel, constructif et poli souvent, plus musclé parfois. On a tous des souvenirs de ce type de débats agités. (Tapie, Le Pen… et dernièrement la soirée Européenne sur France 2, animée par (ou plutôt sans) Arlette Chabot qui en avait pourtant vue d’autres. (Article Media un autre regard) Un petit mot aussi concernant Yves Calvi, qui pour moi est le meilleur dans l’animation de talk shows politiques car il sait maitriser le rythme de l’émission, donner la parole à ses invités, couper la parole aux invités perturbateurs quand cela est nécessaire. Il reste maitre du débat tout en restant courtois. Il possède en plus une qualité importante, celle de la relance. Comme je vous le disais, les hommes politiques viennent pour passer leur message, pas toujours pour répondre aux questions qui leur sont posées. Il faut donc parfois reposer les questions. Il parait qu’à ce jeu là, les journalistes anglophones sont bien meilleur. Ils ne lâchent pas l’invité tant que la réponse n’est pas satisfaisante.

Pour ne pas répondre ? J’ai aussi repéré quelques techniques :
ne pas répondre tout simplement (Rama Yade dernièrement chez Jean-Jacques Bourdin (Lien extrait vidéo – Ozap.com)
répondre à coté
répondre brièvement à la question avant d’embrayer vers son message, ne pas laisser de respiration, enchainer, enchainer même pour ne rien dire. Cette technique est particulièrement utilisée lors des interviews politiques courtes le matin en radio ou à la télévision. L’homme politique qui a passé son message brode brode rebrode, joue la montre pour éviter la dernière question, celle qui fait mal.

Au final, il y a souvent une frustration des deux cotés. Même si l’interview est réussie, le journaliste regrette toujours de ne pas avoir eu le temps de poser telle ou telle question ou d’avoir eu telle réponse. De l’autre coté, l’homme politique n’a toujours pu placer tout ce qui était écrit sur ses feuilles, sur ces fiches. C’est le jeu ma pov’ Lucette ! (L’homme politique peut être une femme !)

Dernière précision tout de même. Un homme politique peut être invité depuis de nombreux mois du fait de son importance. Lorsqu’il accepte de venir chez vous plutôt qu’à la concurrence car il a une annonce à faire (qui sera bien sûr reprise) il est logique de lui laisser le temps de l’exposer. Ce qui n’empêche pas ensuite de lui poser d’autres questions moins agréables.

Quand une émission n’est pas en direct, vient ensuite le temps du montage.
Exemple : l’interview de Brice Hortefeux réalisée par Mélissa Theuriau. Elle a été plus longue que prévue dans le conducteur, ce qui est souvent le cas.  Il est donc fort probable que lors de la diffusion elle soit légèrement raccourcie.

Au montage s’engage alors un challenge et certaines batailles.
(NB : je n’ai jamais assisté au montage de Zone interdite. Toute ressemblance avec … blablabla blablabla…. ne serait que pure coïncidence)

Challenge ?
Il faut arriver à raccourcir l’interview tout en restant fidèle aux propos de l’invité et à l’ambiance générale de l’interview.
On commence donc par couper ce qui est inutile, par exemple couper un silence, un début de phrase inutile ou une redondance. Parfois le journaliste reprend sa question, on ne garde que la fin de la question. Parfois l’invité se reprend aussi et on zappe le début inutile. On gratte ainsi quelques précieuses secondes ou minutes.

Batailles ?
Ces corrections techniques ne sont souvent pas suffisantes. Il faut alors faire des choix, couper certaines questions et réponses. Ce travail éditorial peut être compliqué car tout le monde n’est pas d’accord sur les choix à faire.  Rédacteurs en chef, animateur (trice) – journaliste etc. Discussions, arguments, contre arguments…
Tout ce monde est par contre soudé pour batailller avec la chaine pour tenter de régler ces choix en obtenant quelques minutes supplémentaires pour le programme. Allo la chaîne, il nous faudrait, 10?… 5?… 2 minutes de plus ! Parfois on les obtient, parfois non.

Bon dimanche soir avec Zone interdite. (Plus d’infos sur l’émission)

M.à J. : Retour Réussi! Zone interdite a été deuxième des audiences de la soirée (derrière Pretty Woman sur TF1) Parts de Marché : 18,4% sur les 4 ans et + et 21,7% sur les ménagères de – de 50 ans (4 122 000 télespectateurs) selon Mediamétrie.






5 commentaires


  1. Bon retour à Zone et à Melissa.
    Je traînais sur le plateau à l’époque de Patrick De Carolis…que de souvenirs….
    Heureux de vous revoir à nouveau dans cette émission!
    Bonne rentrée!
    Belle saison!


  2. Julien Fu

    Bonne saison d’abord à Mélissa 😉 Je suis content que la présentation de l’émission soit reprise par vos soins !

    Seconde chose ; Les politiques face à un seul journaliste sont pour moi assez confiant , zen ( si le journaliste ne les persécute pas ) , sans objectifs sincère de leurs part .
    Quand il y a plusieurs politique sur un plateaux comme le soir des élections Européenne sur France 2, animée par Arlette Chabot , le politique veut se faire remarquer pour se différencié des autres ! ( on a la vue avec certain d’entre eux lors de cette soirée )
    Le lendemain de la diffusion , l’émission à fait un énorme  » buzz  » . Objectif réussit donc pour certain


  3. Bravo Emmanuel pour cet article ..
    Et je vais donc regardé Zone Interdite mais pas ce soir… (je regarderais l’émission sur M6 replay) et reviendrais laisser un petit commentaire après!
    Un petit bonjour à Mélissa aussi (même si on ne se connait pas)
    A bientôt


    • Merci encore! Je vais finir par être (modestement) le Drucker des blogs à force de dire Merci tout le temps. En même temps je le pense et y a pas de mal à être poli.
      Ta remarque m’incite à poser la question à M6 sur la rentabilité liée à M6 Replay.
      Pour être plus clair, je connais bien le financement d’un programme par la publicité mais je serai curieux de savoir ce que rapporte (financièrement et en terme d’image) la diffusion sur M6 replay de chaque programme.


  4. Julien Fu

    Très en forme Mélissa Theuriau face au ministre 😉
    bravo de poser les questions de Mr & Mme tout le monde, des questions proches de nos préoccupation !
    Merci



Répondre à Julien Fu Annuler la réponse.

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *