Point de vue

24 septembre 2009

Faut-il être médiatique pour être influent ?

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,

media influencePas vu, pas pris ? Vivons heureux, vivons cachés

Une marraine sexy et connue pour une association et ce sont des passages télé assurés ? Des lobbys se payent des pages de pub. Un président qui passe au 20h des deux chaines principales face à 2 journalistes peu contrariants! Les messages sont passés ! La messe (du 20h) est dite. Et les autres médias peuvent reprendre (ou contester)! Parfois aussi, cependant, la présence de caméras empêche des situations d’exister (agressions, bavures…). Pour les clandestins de la « jungle » de Calais, c’est râté ! « Jungle » ? … et la Story du jour a tout de suite un autre cachet !

Et les individus dans tout cela ? Internet, l’une des solutions pour s’exprimer ?

– Des producteurs de lait épandent des millions de litres de lait dans des champs en Belgique et en France. Ils passent à la télévision. L’Europe et le ministère de l’agriculture leur proposent des arrangements, des aides
– des syndicalistes cassent, ou menacent de casser. Ils rendent leur action médiatique. Un ministre se déplace avec micros et caméras. Une solution peut être trouvée.
– des syndicalistes vandalisent une partie de la Nouvelle Calédonie cet été suite au licenciement d’une seule personne. Leur action est médiatique. Un président qui repousse régulièrement son déplacement sur place. (cf La Chronique de Christophe Barbier- Lien Media un autre regard) On règle alors le cas en payant les jours de grèves de tous les manifestants y compris les casseurs.
– le milieu politique : Télévision, internet, presse, radio, tout les supports sont utilisés. Storytelling on vous dit ! Une histoire par jour dit-on de la communication présidentielle.
des lobbys religieux ou « ethniques » qui, transforment parfois un combat ô combien légitime pour le respect de chacun en une concurrence entre eux, et en une démonstration de supériorité des uns envers les autres. N’est ce pas contradictoire ? Qui sera le plus représenté à la télévision, le plus influent dans les medias ? Certains souhaitent se compter pour mieux assoir leur pouvoir. Ces démarches ne seraient-elles pas maladroites et souvent contreproductives ?
des restaurateurs qui nous ont … .profond avec leur histoire de TVA. Pov choux ! Je sais j’insiste ! Mais je partagerai prochainement avec vous la petite histoire du Quartier Montorgueil, celle du hold-up des restaurateurs et cafetiers sur le quartier, leur facilité à s’exonérer publiquement du respect d’un tas de lois et réglementations, dont la première d’entre elles, celle du respect ! (Désolé, ils m’empêchent de dormir tous les soirs alors oui ça m’éneeeerve !)
Mais en fait, actuellement les restaurateurs entreraient peut-être plutôt dans la catégorie des lobbys, qui aimeraient qu’on les oublie (avec leur magot de 2,4 milliards € bien sûr)

Il y a effectivement d’autres lobbys et personnes influentes qui préfèrent, qui recherchent la discrétion.
Moins cela se sait plus le pouvoir d’influence est grand.
– des lobbys professionnels : Laboratoires, Téléphonie mobile, taxis, milieu médical, bancaire… Moins on parle de leurs victoires, mieux c’est !
– les lobbys qui agissent directement auprès des hommes politiques. Combien de récits de députés dont les propositions de lois, d’amendements auraient été directement rédigés par des lobbys, des groupes d’influence. Discrétion maximum exigée!
Régler un problème c’est déjà admettre qu’il y a un ! Alors souvent nos dirigeants, conscients de certains abus préfèrent fermer les yeux ! Si le problème n’existe pas médiatiquement, pas de nécessité de le résoudre.
Et puis parfois, c’est même le ministre qui se charge de défendre ceux qui l’ont pourtant bien trompés, uniquement pour ne pas perdre la face devant les médias… et devant les électeurs bien sûr… Hervé Novelli et la baisse de la TVA sur la restauration ! Et oui encore ! Les restaurateurs ne communiquent plus. Pas besoin, il est devenu leur meilleur avocat !

En résumé, il y a de nombreux lobbys qui sont influents par le bruit médiatique qu’ils créent et pour leur aptitude à la discrétion. Et pourquoi pas finalement. Si nous étions à leur place que ferions-nous ?

Mais soyons réalistes, la grande majorité d’entre nous n’entrons pas dans ces catégories : Il y a en effet
– des individus face à des grandes surfaces qui les arnaquent parfois, souvent (Fausses promotions, marges abusives, premiers prix en forte augmentation)
– des individus face à des administrations publiques ou privés.
– des employés face à leur patron
– des individus bloqués par leur Fournisseur d’accès internet et ou par l’entente cordiale entre 3 opérateurs de téléphonie mobile qui se partagent leur gros gâteau. Un 4ème opérateur?
– Des habitants seuls face aux incivilités,
– des individus écrasés par un système.

Ont-ils accès aux médias ?

Alors oui, quelques uns participent à des émissions de radio ou de télévision. Ils partagent leurs soucis, leurs difficultés et on pleure avec eux où on les moque d’ailleurs. Certains, plus chanceux, bénéficient d’une aide ponctuelle, définitive ou provisoire le temps du programme. Certaines émissions sont très sincères dans leur démarche, dans leur volonté d’aider le plus grand nombre. D’autres en font aussi leur fond de commerce tout simplement.

Difficile d’exister, de se faire reconnaitre, écouter quand on est un simple individu…
Surtout si l’on rappelle aussi que les individus entre eux peuvent aussi se rendre la vie difficile !
– un conducteur de voiture furieux contre un piéton, un piéton rageant contre un motard, un motard qui insulte un conducteur de voiture etc.
– une personne qui perturbe le reste des passagers d’un métro, d’un train avec sa musique ou sa conversation téléphone à très haute voix… Silence agacé des autres ou réaction et la situation peut vite dégénérer
– des problèmes de voisinage, les ragots du village ou du quartier
– incivilités et racket entre enfants
-jalousie, vols et pire encore

Dur portrait de la société me direz-vous ?

Est-ce vers cette société que nous souhaitons aller, celle où l’individu disparait au profit de lobbys, des puissants ? Une société de la communication où la frontière entre l’information, la communication, la manipulation est de moins en moins claire ? (Je viens seulement de m’en rendre compte?, pas vraiment!)

Une société où l’information est de plus en plus rapide. Une information en chasse une autre, où les effets d’annonce prennent le pas sur les actes réels ?

Mais vers qui chacun peut alors se retourner ?
les syndicats : Parfois dépassés par la base, certains leaders semblent parfois plus attirés par les lumières du pouvoir politique que par les combats sur le terrain. Des syndicats très peu représentatifs et concurrents. Des syndicats qui apportent peu de « services en plus » à leurs adhérents. Comparez avec certains pays européens !
– des partis politiques ? Lequel ? … Vraiment? Vous êtes sûr? (Trop long à développer!)
– des associations de consommateurs. Quel pouvoir ont-elles réellement ? Manque de moyen ou plutôt ou manque de possibilités offertes par notre système judiciaire pour leur permettre d’agir ? Elles sont alors réduites à des coups médiatiques de temps en temps. Elles attendent et rêvent toujours des class actions !

En voilà une idée qu’elle « serait » bonne. Des individus rassemblés pour attaquer en groupe une société devant la justice. Je vous garantie que si cela existait, le Franprix Rue Réaumur ne continuerait pas à vendre depuis 3 mois des produits grand format « Prix choc » plus cher au kg que le petit format du même produit (Ok, je partage avec vous mes agacements du quotidien.. J’illustre, j’illustre avec du concret)! Il suffirait de se mettre devant le magasin et d’enregistrer le nom de tous les clients qui viennent de constater l’infraction et qui accepteraient de porter plainte et il est fort à parier que les prix seraient vite corrigés !

Alors oui les Class action, et puis pourquoi pas importer les manifestions à l’américaine. Et oui, ces personnes qui défilent dans le calme devant les magasins avec énormes pancartes, ça calme vite ! Mais oui vous avez raison, il va bientôt faire froid ! Attendons le printemps pour en reparler !

Mais en fait il y a un moyen accessible à tous… Internet ! Et oui, la possibilité de partager des messages, de sensibiliser certaines populations, de prendre le temps d’expliquer sa situation, d’entamer un dialogue, de rassembler un grand nombre sur les réseaux sociaux. Avec de la patience, de l’actuce et de la volonté cela peut marcher !

Enfin j’espère, enfin, j’essaye !

Vous voyez, finalement cet article n’était pas si pessimiste !






One commentaire


  1. Rémi

    Moi j’ai une solution ultime contre le bruit venant des restos du quartier Montorgueil : Les boules Quies !!

    😉



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *