Profession ...

5 octobre 2009

Bien monté ? … C’est mieux ! Ah les monteurs …

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes :
Ecran Avid
Ecran Avid
Ecran Avid Xpress

Le monteur, reconnaissable parfois à un son teint un peu palot à force d’avoir passé des jours et des nuits devant son banc de montage, doit à la fois être un magicien et un bon technicien, avoir un sens artistique prononcé, une excellente mémoire et un bon sens de l’organisation. Il doit aussi être zen et discret et enfin et surtout avoir une femme ou un mari très compréhensif

C’est souvent grâce au monteur que l’histoire racontée dans un sujet, une émission est claire et rythmée, que les accidents de tournage disparaissent, que les propos des animateurs ou des invités retrouvent un sens et ne nous endorment pas à cause de leur trop grande longueur. 

Le montage est parfois sujet à controverses : manipulation, censure… Cela pourra faire l’objet d’autres articles mais prenons déjà le temps de découvrir les qualités et compétences d’un monteur avant de l’accuser de tous les maux !

Banc de Montage (Groupe Digital)
Banc de Montage (Groupe Digital)

Si le tournage est souvent un travail d’équipe, le montage est un travail plus solitaire. Le monteur travaille dans son petit local, isolé du bruit ambiant si possible (C’est de moins en moins souvent le cas) avec pas trop de lumière pour ne pas créer de reflets sur les écrans (d’où le coté palot !). Il est alors accompagné uniquement de la productrice, du rédacteur en chef ou du réalisateur pour un documentaire.  Parfois le réalisateur d’une émission en plateau se déplace pour quelques séquences particulières qu’il veut retoucher.

Le métier de monteur est enfin très différent pour une émission multicam en plateau, une fiction, un reportage, un documentaire etc. Les monteurs, intermittents pour la plupart sont alors souvent spécialisés dans un ou deux domaines et parfois attachés à des émissions, à des réalisateurs, à des producteurs ou des directeurs de prod qui leur donnent régulièrement du travail.

Comment je vous le disais, le monteur doit  :
– être Magicien :
Car il doit savoir raconter une histoire à partir de bouts qui ne vont pas toujours bien ensemble. Il doit aussi camoufler des erreurs de réalisation, les pépins de tournage. Quand on arrive en montage, tout est tourné. Que les images soient bonnes ou pas, suffisantes ou pas, le monteur doit se débrouiller avec pour en faire un programme final.

Final Cut (Apple)
Final Cut (Apple)

– etre un Bon Technicien : Il doit maitriser les logiciels de montage, sur Avid ou final Cut selon les moyens et besoins, bidouiller les câblages par moment. Il vous impressionne alors avec sa rapidité de frappe sur son clavier ! De nombreux monteurs disposent d’ailleurs de leur propre banc, souvent sur Final Cut encore moins coûteux qu’AVID.

avoir un Sens Artistique prononcé : En effet il ne s’agit pas seulement de mettre des bouts de séquences l’un derrière l’autre. Il faut savoir les agencer avec gout, avec rythme. Même s’il est souvent accompagné dans son travail, il doit aussi faire preuve d’une force de proposition importante. Il doit enfin savoir s’adapter au travail du réalisateur, ne pas trahir son style au moment des corrections en montage.

– avoir une Excellente Mémoire et un Sens de l’Organisation : En effet, il se retrouve, avec, dans ses disques durs, des centaines de séquences (les rushs) qu’il a du nommer, ranger par catégories (il a créer des « Bins« ) etc. Il doit donc avoir en mémoire un maximum de ces extraits et savoir en tout cas où chercher l’image qui lui manque.

– Et enfin être Zen et Discret : Si vous saviez combien de personnes passent en salle de montage pour valider, donner un avis (souvent différent) : rédacteur en chef, producteur, réalisateur, animateur, diffuseur…  alors il faut souvent faire et refaire, changer et changer. Ce devient d’ailleurs souvent très difficile de donner un avis. A force de revoir  les sujets pour le programme x fois, vous risquez de perdre toute la spontanéité du regard qu’aura le téléspectateur qui  découvrira le programme une seule fois. Et puis chacun préfère telle ou telle séquence.
Discret pour ne pas raconter ces crêpages de chignons ou pour ne pas répéter toutes les discussions et confidences qu’on peut lui faire en montage  à cause de la fatigue et l’épuisement. Le monteur est souvent peu bavard et très à l’écoute ! Un vrai confident ! Une tombe? C’est moins sûr!

Et enfin avoir une femme ou un mari très compréhensif : Et oui car les journées de montage peuvent être longues. Il faut parfois monter en peu de temps. A d’autres moments il ya tout simplement beaucoup de travail. Alors on déborde quelques fois tard, en particulier le soir précédant la livraison du programme. Et cela peut se reproduire régulièrement. Alors attention aux scènes de ménage.
clavier AvidD’ailleurs au sujet de se reproduire… Précision importantes pour ces compagnes (ou… gnons !) de ces monteurs, il y a effectivement souvent un canapé dans les bancs de montage, mais pas de malentendu… Il permet d’abord d’installer du monde pendant les visionnages et puis surtout à la productrice ou rédac chef de pousser un roupillon à cause de la fatigue ainsi que pendant tous ces moments ou le monteur ne réalise que des manips techniques.

Encore un métier ou il faut être passionné et avoir un entourage qui respecte et comprend votre passion.

Comment je vous le disais, le métier de monteur est assez différent selont le type de programme. Voici donc en quelques lignes quelques aspects de ces spécificités :

– Fiction : Il s’agit de monter des séquences tournées selon un scénario précis. Il faut alors savoir assembler les différents types de plans tournés et valider les raccords.

– Documentaire : Il s’agit alors d’assembler des séquences d’archives ou des images fraiches tournées spécialement pour le documentaire. Ces images fraiches peuvent être des images d’illustration (d’un château, d’un lieu d’accident, des reconstitutions et des interviews).  Avec tout cela, il s’agit alors d’écrire une histoire et de créer un rythme. On commence par créer un ours, c’est-à-dire un premier montage où l’on a ordonné différentes séquences. On voit ainsi si l’histoire se raconte bien. Ensuite on raccourcit l’ensemble jusqu’à obtenir la bonne longueur.

– Sujets : on se trouve dans la même situation que pour un documentaire. On travaille sur des images fraiches et d’archives. Le temps de montage est cependant beaucoup plus court surtout s’il s’agit d’actualité comme lorsqu’il faut monter une info du matin pour le 13h.

avid
Avid Adrenaline

Emissions en plateau. Que ce soit des divertissements, des talk shows, des émissions politiques etc, la technique est toujours la même.
Le monteur a plusieurs missions : Il doit resserrer le programme, c’est-à-dire raccourcir les séquences et corriger les erreurs de réalisation. Parfois il faut beaucoup couper, parfois il s’agit simplement de nettoyer le programme, c’est-à-dire resserrer un peu les lancements, corriger 2, 3 faux plans. Pendnat le tournage plusieurs bandes ont été enregistrées pour le même programme. Le monteur va utiliser des images de ces bandes (divergées) pour monter une émission propre et finalisée. Le monteur utilise en particulier des plans de coupe pour cacher ses points de montage (des coupes ou raccords).

Et tout cela passe enfin au mixage son, enfin quand la prod en a encore les moyens !

Il y aurait beaucoup plus à dire sur le montage des plateaux et les plans de coupe, j’essayerai de vous en parler dans de prochains articles.

Je vous raconterai d’ailleurs quelle est ma technique pour que le monteur connaisse déjà le programme tourné avant de le monter.

Avant de conclure je vous ferai aussi remarquer qu’il peut y avoir parfois un sentiment de frustration pour le monteur mais aussi pour le réalisateur et ses cadreurs/JRI. En effet, même si le tournage a été bien fait, il arrive souvent qu’il manque certaines images dont le monteur aurait bien besoin. A l’inverse, un cadreur ou même un réalisateur peut être frustré de ne pas voir telle ou telle  image dans le programme final. Le monteur a fait des choix différents ou n’a pas compris pourquoi on lui proposait une séquence. D’où l’importance de ne pas séparer tournage et montage.

Tournage et montage, des univers assez différents. En tournage on croise souvent des gens très expansifs, très énergiques, trop parfois alors qu’en montage on rencontre plutôt des personnes posées, calmes, beaucoup moins bavardes (mais qui ne perdent pas une miette de vos propos !) Ca y est je dis encore une fois qu’on est piapia à la télé … mais si c’est vrai …

Lien Media un autre regard – avid

Lien Media un autre regard  – Final Cut






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *