Point de vue

24 octobre 2009

Quartier Montorgueil – Nuit Blanche permanente à Paris ? Mais que fait la Police ?

Préfecture de police

Préfecture de policeNon, non rien n’a changé, tout, tout va continuer hé héééé ! héhéééé ! Comme le dit la chanson… mais
Qui le matin se réveille en chantant, se couche en pleurant ? dit le dicton!

C’est vrai que pour le moment, le soir, rien ne s’est arrangé dans le quartier. On dirait même que , puisque ça y est, Bertrand Delanoë est passé présenter son compte-rendu de mandat, les affaires ont repris de plus belle, la situation a même empirée. Restaurants ou cafés qui pour certains rajoutent maintenant de la musique, animation après 2h par des passants éméchés ou agressifs qui hurlent des insultent… C’est d’ailleurs amusant de constater que, adulte, comme gamin, on adore encore jouer avec l’écho de sa voix dans un lieu vide !

Et puis parking gratuit géant depuis 3 soirs !

Compte-rendu du Maire, bien … mais … mais quand la seule autorité qui peut faire appliquer les lois ne se déplace pas et ne répond à personne… je parle bien sûr de la Police, que peut-on faire ?

C’était la première fois que j’assistais à un compte rendu de mandat du maire de Paris. Bertrand Delanoë, en présence du maire de l’arrondissement ainsi que de certains élus de la Mairie de Paris dont Anne Hidalgo, Lyne Cohen Solal, Pierre Schapira … a introduit la séance devant une salle assez remplie avant que ne commence un petit jeu dont j’ai découvert l’existence.

Deux micros placés d’un coté et de l’autre de la scène dans le public et chacun son tour, à la queue leu leu, pose sa question ou fait son petit discours. Des questions parfois un peu saugrenues qui peuvent ne concerner d’ailleurs que la personne qui la pose, provoquant alors soit rires, soit réactions agacées de l’audience « tu la poses ta question? ». Assez peu indulgente l’assemblée d’ailleurs. Y avait un peu du « Next » (prononcer Neeeext dans la salle).

J’ai personnelement trouvé intéressante l’idée que, pendant 2 heures, n’importe qui puisse donner un point de vue, poser une question, qu’un monsieur visiblement dans la difficulté, impressionné par le micro puisse simplement remercier le maire pour telle soirée caritative.

Et le maire, d’écouter, de prendre des notes et de répondre effectivement à chacune des questions ou remarques, laissant d’ailleurs ensuite ses adjoints répondre plus précisément à certaines questions. On peut alors regretter le manque de réponses convaincantes à certaines questions mais l’exercice de démocratie dite « participative » m’a plu.

Alors et bien oui, vous pensez bien qu’après mes deux articles j’avais bien prévu de lui poser une question concernant le quartier Montorgueil et ses hors la loi !
J’avais fait cela sérieusement en écrivant un texte, chercher comme d’habitude des formules précises et si possibles percutantes…

Mais voilà je n’étais pas le seul à avoir une question à poser sur le quartier, sur les nuisances liés aux restaurants et cafés, comme vous avez pu le voir parmi les commentaires. C’est d’ailleurs l’une d’entre vous qui a résumé juste avant moi les problèmes du quartier.

Alors réaction, adaptation, je laisse tomber la première partie du texte et j’insiste sur le coté méprisant des restaurateurs, cafetiers face aux lois et règles et encore plus face aux habitants. Comme je vous l’ai déjà expliqué, ce quartier est particulier. Il a toujours été vivant et les habitants l’apprécient aussi pour cela. Ce qui a cependant changé depuis moins d’un an c’est que les restaurateurs et cafetiers aidés par une nouvelle clientèle aisée, nouveau riche ont décidé de se passer de toute règles : no limit à l’illégalité tant que ça profite à leur business personnel…

C’était donc sur ce mépris que je voulais insister. Bon j’étais un peu déçu car j’avais oublié de placer la proposition suivante : Puisque les habitants ne sont plus que des figurants qui payent le décor du quartier par leurs loyers, décor qui sert à enrichir les seuls restaurateurs et cafetiers alors je souhaitais proposer à ces derniers de payer chaque mois 150 euros à tous les appartements du quartier donnant sur les rues ! Et oui, comme une production cinéma qui paye la mise à disposition d’un décor. Mais demander aux restautateurs de sortir de l’argent? Quelle vulgarité !

Finalement je crois ne pas m’en être trop mal sorti si j’en crois les applaudissements ! Ché guevara, le retour ! Faut dire que j’avais mes nouveaux fans dans la salle ! Et oui c’était très amusant et très sympathique de rencontrer pour la premières fois certains lecteurs et commentateurs du blog, certains jeunes d’autres moins. « Bonjour je suis madame Gling Gling ! » (Je vous laissez relire les commentaires du premier article) ou, « ah oui c’est vous le monsieur du Blog ».
Et oui j’ai aussi hérité d’une particule, je suis devenu Emmanuel Matt du blog ! Que Valérie Giscard d’Estaing ne soit pas jaloux parce que moi je n’ai pas eu à rajouter en douce une particule ! Moi, on me l’a offerte ! Bon vous pouvez continuer à m’appeler Emmanuel ! Emmanuel, de la particule, si vous voulez !

Le seul qui ne riait pas était le rédacteur de Clin d’Orgueil, le magazine de propagande, oups, de publicité, des commerçants du centre de Paris. Humm qu’est ce qu’on va prendre dans le prochain numéro ! Vous voulez détruire des emplois… Quelques habitants extremistes… Injustice… on devrait être remercié pour faire vivre le quartier … bla bla bla…

Se rendre à cette réunion après mes articles m’a aussi permis de rencontrer certains élus. Je passe vite fait sur les élus du deuxième arrondissement dont aucun n’a toujours bien voulu se donner la peine de mettre un commentaire, une réponse sur le blog et en particulier le premier d’entre eux, Jacques Boutault, maire Vert du 2ème arrondissement. Celui-ci avec qui j’ai déjà eu des différents disons le, m’a répondu ce soir là qu’il n’était en aucun cas obligé de répondre sur mon blog à mes articles.
Pas faux ! Et si ça se trouve un élu n’a aucune obligation de s’expliquer à ses administrés et moins encore besoin d’agir… Tant qu’il est réélu…

Coté Marie de Paris, j’ai laissé plusieurs cartes de visite dont une à un assistant du Maire que j’aimerai bien rencontrer pour parler de ce quartier mais aussi pour vous proposer une interview sur sa relations aux medias. Réponse bien plus rapide déjà d’Anne Hidalgo, Première adjointe au Maire dont le directeur de cabinet m’a donné rendez-vous dès mardi. (A suivre)

Un autre adjoint souhaitait aussi me parler. Lors de cette discussion il est aussi revenu sur un point important. Il me disait avoir vu dernièrement des photos, des dossiers qui le gênaient car ils ressemblaient beaucoup trop à de la délation car me disait-il « je me demande bien comment ces personnes auraient agi lors de la dernière guerre »

Je m’étais d’ailleurs bien sur posé la même question avant de mettre en ligne les photos du premier article (dont tous les visages sont floutés). N’allais-je pas trop loin en publiant ces photos ? Qu’aurais-je pensé si j’avais lu un tel article ?

Alors pourquoi l’ai-je fait ?
– Tout d’abord car, passé le moment des discussions avec les restaurateurs conclus simplement par : qu’est ce que ça peut te faire ou Dégage, il fallait changer de méthode.
– le fait que ces situations illustrées par les photos sont publiques,… Je n’ai pas fait de révélations. Les restaurateurs n’ont aucun scrupule à braver la légalité tous les midis et soirs au grand jour alors pourquoi ne pas montrer ce que tout le monde peut voir mais fait semblant d’ignorer ?
– et puis il fallait aussi marquer les esprits …

Mais encore une fois, j’aurai préféré ne jamais avoir à publier ces photos. Mais pour cela il aurait fallu que la Police, seule autorité qui puisse faire respecter les lois ait fait son travail depuis tous ces mois.

Mais voilà, à Paris, la préfecture de Police est autonome. Elle ne dépend en aucun cas des autorités élues par la population. A qui doit-elle rendre des comptes ? N’est-elle pas au service la population et là pour faire respecter les règles à tous y compris aux puissants lobbys ?

Ne voulant pas entre dans un discours démagogique et populiste, je ne peux cependant que constater qu’il a été impossible d’avoir la moindre réponse du Préfet de Police de Paris. « Nous lui avons transmis votre demande mais nous ne pouvons rien faire de plus, c’est le Préfet qui décide » m’a-t-on répondu au service Presse.
Circulez, y a un rien à voir !

Ben oui finalement en tant qu’habitant on aimerait bien pouvoir mieux circuler dans le quartier !

Allez vivement les soirées pluvieuses et grands froids puisqu’il ne nous reste semble-t-il plus que cela pour espérer au moins un peu de tranquillité.
Et pour les terrasses fermées fumeur illégales? … Circulez y a rien à vois on vous a dit !

Oups! : J’allais oublier : Mais si, j’ai bien reçu une réponse de la préfecture de Police… mais en fait une réponse à ma lettre au Bureau des Actions Contre les Nuisances
Concernant les nuisances sonores très particulières du café en face de chez moi? Réponse :« J’ai demandé aux services de la direction de la Sécurité de Proximité de l’Agglomération Parisienne de procéder à un examen attentif de votre signalement »

Et pour le terrasses, dossier renvoyé… à un service de la Mairie…

Là ce n’est plus Circulez y a rien à voir, c’est plutôt … on tourne en rond… sans issue !

Mais bon il y a eu une réponse.

A suivre donc dans la Page Quartier Montorgueil – Paris.

N’hésitez pas à rejoindre le jeune groupe Facebook Quartier Montorgueil – Habitants en colère

A vos commentaires, bien sûr!

Mise à jour du 26/10/09 : Réponse du Maire du 2ème arr. de Paris en commentaire de l’article l’article Les Hors la loi du Quartier Montorgueil, Paris ! Quand lobby rime avec impunité ?






6 commentaires


  1. lameignere

    Bonjour Emmanuel,

    Là par contre je vais y mettre de mon commentaire!
    Mais que fais la police? la question est posée et on est bien d’accord.. Je crois que Montorgueil n’est plus le charmant village d’il y a quelques années
    Entre les restaurateurs « voleurs & bruiteurs » à la « racaille » trainante dans le quartier, on s’en éloigne de plus en plus!
    Tu parles que la police ne fait pas son travail.. et là on est d’accord!
    T’avais qu’à venir faire un tour à notre carrefour où on habite (angle rue greneta et rue saint denis) hier soir… ce lieu ressemble au 93 de plus en plus entre insécurité & trafic de shit…
    Ni Bouteau ni la police ne font rien! je crois qu’il y a là aussi un vrai problème dans cette zone là!


    • berrt

      « n’est plus le charmant village d’il y a quelques années »???
      C’est une blague!
      J’ai vécu dans cette rue il y a 20 ans et je n’est pas le souvenir d’avoir vu de bobo se promener de jour comme de nuit dans le quartier. Un vrai coupe gorge où pourtant il faisait bon vivre au milieu des commerçants très bruyants et très très matinaux…
      Je n’ai pas le souvenir d’avoir vu un voisin se plaindre du bruit au marchand de 4 saisons ou au poissonnier, au charcutier, au boucher. Dommage d’ailleurs car le quartier aurait bien rigolé…
      Pour info: rez de chaussé: le commerce, le 1er étage: le commerçant, les étages supérieur soit des employés soit des voisins et sous les toits : les apprentis.
      Mais l’argent et les profits sont le résultat de vous voir vous plaindre d’habiter ce quartier toujours magnifique. Mais je pense que l’on ne paye pas le même prix pour un appart vue sur la rue montorgueil que sur cour…
      Pour l’angle Greneta/St Denis, il était interdit aux enfants bien élevés d’y aller… vous voulez un dessin?
      Les gens comme vous habitent « les beaux quartiers » ou les commerces se font rare. Comme pour moi aujourd’hui, pas de commerce dans ma rue, des bureaux au rez de chaussée, dans le calme et dans Paris à 15 minutes de votre si beau quartier!
      Etre bobos c’est parfois difficile!


  2. Alien XII

    j’ai apprécié la mesure de vos propos par rapport à certaines formuaaltion-beauferies de questions sur le même thème.
    je ne parle pas de la grossièreté voire la quasi micro-dictature du président d »une association qui s’est manifestement bouché les oreilles quand Delanoë a été copieusement applaudi au fil de plusieurs réponses et à la fin de son propos.

    quand je pense aux bars gays du Marais qui se plaignent qu’on écoute trop les riverains (et les flics…), tout cela devient même baroque si on y pense.

    ravi d’avoir, lors de cette réunion, enfin croisé votre grand profil :o)

    P.


    • De la « mesure » merci de l’apprécier… et d’en faire usage?

      Comme tu peux l’imaginer, je ne suis pas d’accord avec toi au sujet de cette association qui grace à son travail et son obstination a déjà obtenu des résultats.

      Son agacement et ce que tu appelles sa grossièreté sont plus pour moi l’expression d’un agacement face à une situation qui ne change pas, face à des propos qu’ils aimeraient croire mais qui, pour le moment, ne sont que des discours.

      Les lobbys ne se divisent jamais! Il serait dommage que toutes les personnes de bonnes volontés qui souhaitent qu’enfin le centre de Paris soit à nouveau partagé en bonne intelligence entre habitants, commerçants et passants se divisent.


  3. Michael

    Le onzième entre en résistance !

    voilà, je viens de faire ma déclaration via ce site :
    http://prefecturedepolice.interieur.gouv.fr/Prevention/Vous-etes-victime/Vous-etes-victime-du-bruit-a-Paris/Les-bruits-de-musique-provenant-d-un-etablissement-recevant-du-public

    C’est très bien fait !

    Ce soir je rencontre mes voisins pour qu’à leur tour ils déposent une plainte.

    En effet, je suis pour la vie nocturne (j’y participe) mais dans le respect de tous !


    • Michael,

      j’en profite cependant pour préciser que ce formulaire concerne uniquement les établissements qui diffusent de la musique à l’extérieur que la loi permet effectivement assez facilement de condamner le commerçant car il est possible de mesurer le niveau sonore et de déterminer le responsable : le commerçant.

      Cependant quand le bruit est causé par la foule, il est plus difficile de verbaliser car il faudrait verbaliser individuellement chaque client.

      j’ai d’ailleurs remarqué que dans le quartier Montorgueil, hors quelques tentatives individuelles, les restaurateurs évitent de diffuser de la musique et réduisent rapidement le volume quand on se plaint car ils savent qu’ils peuvent être facilement verbalisés.
      Il existe cependant sur ce site un autre formulaire pour ce type de nuisances. A tenter
      De plus, quand la police et les autorités veulent réellement agir (j’en doute beaucoup à Paris), il est toujours possible pour la police d’inquiéter le restaurateur en lui rappelant tous les contrôles auquel il pourrait soumis (hygiène, normes en tout genre) et cela peut le calmer. Cela n’est pas fait à Paris. Il faut vraiment se demander pourquoi, pourquoi la droite à offert 3 milliards deTVA à ce lobby, pourquoi les élus parisiens se taisent ou soutiennent les restaurateurs…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *