Audiences - Médiamétrie

19 novembre 2009

Pas touche à Mediamétrie, unique et indispensable!

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , ,
capital Mediametrie

logo mediametrieSi les dernières audiences de la radio sont tombées hier, avec comme d’habitude les grands gagnants et les perdants, champagne chez certains, ambiance d’enterrement ailleurs, à la télévision les audiences tombent tous les matins, en tout cas pour les chaines qui sont abonnées à la mesure d’audience de Médiamétrie.

Gueule de bois ou champagne le lendemain de diffusion à 9h du matin. Et oui, champagne même à cette heure matinale, enfin crémant car les budgets télé baissent !

Mediamétrie est la seule source homologuée par l’ensemble du milieu télé pour donner les audiences. Elle détient la vérité vraie. Son pouvoir est donc immense.

Pouvoir et fonctionnement atypique puisque ce sont la plupart des chaines dont elle mesure les audiences qui composent son capital.

« FRANCE / IRLANDE2ème meilleure audience de l’année pour TF1
Hier, en direct du Stade de France, le match France-Irlande a rassemblé 11,7 millions de téléspectateurs pour les parts d’audience suivantes :
– 47% sur les individus 4 ans et plus (*),
– 58% sur les hommes,
– 36% sur les femmes.

Il s’agit ici d’un record d’audience pour un match de l’Equipe de France de Football (éliminatoires et amicaux) depuis le 6 septembre 2006 (France-Italie). TF1 réalise ici sa 2ème meilleure audience de l’année après l’émission « Les Enfoirés font leur cinéma » (6 mars 2009) »

Communiqué de Presse de TF1, ce matin, source Mediamat, Médiamétrie comme indiqué dans le communiqué.

Petite introduction aujourd’hui sur cet observateur de la fréquentation des émissions et donc aussi acteur de la télévision puisque, selon les audiences qu’il communique chaque matin aux chaines qui sont abonnées, une émission est une réussite ou un échec, elle sera renouvelée ou arrêtée. Des équipes perdront leur boulot, des sociétés une part de leur CA et des animateur leur fierté !

Il y aurait beaucoup à dire alors commençons par le début :

Environ 9400 individus répartis dans 3800 foyers (objectif 5000 en 2011) ont un pouvoir très important puisque ce sont eux qui, par leur sélection de programmes chaque jour, représentent les gouts de nous tous français équipés d’au moins un téléviseur. Enfin les français de France Métropolitaine, sauf les Corse ! (Ben oui pas de Corse pour le moment !), en ménage (cf mon article récent La ménagère de moins de 50 ans, la femme RdA), etc.

Alors ces 9400 individus ne sont pas choisis par hasard mais sont représentatifs de la population française telle que définie par l’INSEE. (Age, sexe, composition du foyer, CSP, ….) et en fonction de leur équipement et leur mode de réception (ADSL, ordinateur, câble TNT etc.) toujours de façon représentative de la population.

Mediamétrie mesure l’audience des chaines à travers différentes études chiffrées : le Mediamat national : les audiences minute par minute livrées chaque lendemain à 9h, le MediaCabSat, etc.
Elle réalise aussi des mesures des audiences radio et du net.
Pour le net, elle n’est d’ailleurs pas la seule à fournir des chiffres. Cette situation est d’ailleurs intéressante car elle montre que, comme toujours, selon l’outil de mesure, les chiffres sont quelque peu différents.

Comme dans les sondages politiques, c’est souvent la tendance qui est juste, plus que le chiffre lui-même.
D’ailleurs même si la mesure semble être plus fiable (Presque 10000 individus et non 1000 comme dans les sondages et un panel régulièrement contrôlé…), il doit exister comme dans toute représentation d’une population par panel, une marge d’erreur.
Autre point commun avec les sondages, les chiffres sont aussi redressés, c’est-à-dire corrigés selon différents critères (sous-représentation d’une partie de la population etc.)

Par contre dans les annonces de chiffres Médiamétrie, aucune marge d’erreur n’est indiquée.

Pourtant quand les chaines se disputent la première place à quelques dixièmes d’audience, cette marge d’erreur peut être une donnée très importante.

De combien est cette marge d’erreur?

De même, quand on parle d’audience en TNT de 1,X % comparé à 0,9§ pour une autre chaîne, l’écart est très infime. En tenant compte de la marge d’erreur, le différentiel a-t-il une véritable existence scientifique ?

Mediamétrie détient le monopole des mesures d’audiences télé, mais que se passerait-il si ils étaient plusieurs ?
Et bien nous n’en saurons jamais rien car aucun acteur de ce milieu n’a intérêt à ce que cela existe. Un institut de sondage avait tenté l’expérience il y a déjà bien plus de 10 ans, d’après mes souvenirs, mais tous ces futurs clients potentiels l’avaient vite dissuadé de le faire (Désolé, depuis plus d’un mois je cherche le nom de cet institut Ifop ? Ipsos?… mais cette épisode date d’une époque où internet était moins développé et le droit à l’oubli plus simple!)

Pourquoi dissuader un concurrent de proposer son panel ? Probablement tout simplement car un autre panel aurait forcément donné des chiffres, au mieux, légèrement différents . Mais qui croire alors ? Un doute ?

Non, le doute n’est pas permis chez les annonceurs. Pas question de prendre le risque de voir les annonceurs négocier à la baisse la valeur des pubs selon que tel ou tel panel aurait donné des chiffres inférieurs.

Et, attention, lecteurs qui disposez de la télévision via Free ou SFR, ne vous trompez pas, les chiffres donnés en temps réel  sur votre téléviseur ne sont pas des audiences fiables pour deux raisons principales :
– les abonnés sont peu représentatifs de la population française (plutôt urbains et plus jeunes)
– grâce au décodeur les FAI peuvent savoir quelle chaine est branchée sur le décodeur mais en aucun cas, ne peuvent savoir qui est devant la télévision (combien de personnes, leur age, sexe etc.) donc cela ne peut donner qu’une indication tout relative.

Mediamétrie a en plus la particularité de livrer ces informations à ses clients dont la plupart sont aussi ses actionnaires. Mélange des genres, conflit d’intérêt ?

On pourrait me répondre que, puisqu’il sont tous actionnaires et membres de différents comités ils se neutralisent et personne ne peut tricher.

Je répondrai qu’on peut aussi penser qu’ils sont ravis de verrouiller un acteur important de leur domaine d’activités.

capital Mediametrie

Mediamétrie a donc un monopole, mais doit aussi s’adapter aux nouvelles technologies : Catch Up tv, Télé de rattrapage, diffusion en différé, TMP, télévision sur le mobile, sur l’ordinateur…
Elle doit donc mettre en place une Nouvelle Génération de Mesure.

Alors on en reparle vite…

Comment on mesure? Nouvelles technologies, marquage des images (enfin surtout du son), coût des études, différents types d’étude, mesure qualitative des programmes, développement à l’étranger, recherche…

Je vais essayer de vous en parler très prochainement et j’espère le faire avec la collaboration de Mediamétrie. L’appel est lancé.

Question subsidiaire : Quand on propose un documentaire sur Médiamétrie à la Télévision, cela fait quelle audience? Ben oui j’imagine que tous les panelistes veulent regarder le programme… Sont-ils alors encore représentatifs des français qui eux ne participent pas à la mesure d’audience et donc sont moins intéressés par le sujet?

Lien Media un autre regard – Mediametrie






5 commentaires


  1. REC

    Si la composition du capital de Médiamétrie est effectivement adéquat pour la mesure d’audience des télé et radio, cela devient plus problématique pour le web où, de fait, les pure players et les acteurs de la presse (magazine, quotidienne, régionale…) ne sont pas représentés… A l’exception de Lagardère qui est un groupe plurimédia. Et même si la confiance en Médiamétrie reste, il y a là un vrai problème d’éventuel conflit d’intérêt…


  2. Bonjour,
    Je vous remercie de l’intérêt que vous portez à Médiamétrie et à la mesure d’audience des différents médias.
    L’appel a été reçu et c’est avec plaisir que nous vous donnerons plus de précisions sur les nouvelles technologies de mesure d’audience.
    Recontrons-nous.
    A bientôt.
    Isabelle Maurice


  3. rach

    Il y a des choses que je ne comprends pas dans le calcul des audiences.

    La plus grosse audience mesurée, c’est la demi-finale France/Portugal avec 23 millions de téléspectateurs. Après, autour de 22 milions, il y a les finales France/Brésil de 98 et France/Italie de 2006.

    22 millions de téléspectateurs, c’est énorme mais ca fait qu’1/3 de la population française. Or, je ne suis pas experte mais il n’y a pas qu’1/3 des français qui ont regardé France/Brésil.
    Il y avait beaucoup de monde devans les écrans géants, donc forcément ca rend le calcul de l’audience difficile mais pourquoi annoncer une audience de 22 millions de téléspectateurs si le chiffre est faux ?

    Aux Etats-Unis, c’est un peu pareil avec le Super Bowl. On arrive à une audience de 115 millions de téléspectateurs, ce qui correspond à peu près à 1/3 de la population.

    Peut-être que pour avoir le chiffre réel, il faut multiplier les audiences par 3.


    • Quand on regarde beaucoup la télévision on peut oublier qu’il y a aussi une forte part de la population qui ne la regarde pas.
      Heureusement pour les restos, les cinémas, les théâtres, il y a aussi une part importante de la population française qui les fréquente. Sans oublier ceux qui prennent le temps de partager des moments en famille, avec des amis et sans la télé, et ceux qui n’ont toujours pas la télé!

      D’après mes constats il y a rarement plus de la moitié des français devant la télévision.
      Exemple, le samedi 2 mars, TF1, via Médiamétrie annonçait que The Voice avait été regardée par 8,5 millions et réalisé 30% de PdA. Cela veut dire qu’en prime time il n’y avait que 28 millions de français de 4 ans et + devant la télévision. Je vous invite à faire cette même règle de 3 certains soirs de la semaine, vous aurez une idée de la part de population française regardant la télé.

      Vous faites remarquer à juste titre que certains évènements sont particulièrement regardés aussi en public (cafés, écrans géants). Il faudrait alors effectivement tenir compte exceptionnellement de cette audience supplémentaire. Je n’ai pas de trace mais il me semble que notamment lors du Mondial 98 en France, la presse avait évalué le nombre de personnes ayant regardé le match dans les lieux publics à travers la France.

      Par ailleurs, comme je l’ai rappelé encore il y a peu (Article), les audiences annoncées le matin ne tiennent compte que de l’audience devant la télé en direct ou en différé jusqu’à 3h du matin.(Les programmes regardés en direct ou en différé sur ordi, tablette, smartphones ne sont actuellement pas comptabilisés dans l’audience Mediamat. D’ici la fin 2013, la Catch Up TV sur TV uniquement va être ajoutée.

      Sachez enfin que même s’il ne faut pas oublier la notion de marge d’erreur qui devrait permettre de relativiser certaines progressions de chaînes, sachez que chez Médiamétrie, il y a de nombreux « scientifiques » qui travaillent sur des algorithmes très complexes pour mesurer au mieux les audiences. Ses méthodes de travail sont d’ailleurs régulièrement auditées par un organisme extérieur.

      Voilà pour ces quelques explications. Et Merci pour les commentaires…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *