Point de vue

3 décembre 2009

La grippe A : La France a peur? Une méthode de communication?

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
stop au virus de la grippe logo

stop au virus de la grippe logoLa France  a peur. Ainsi débute chaque Petite question proposée par Bruno Doné dans le Grand Journal.

Des dizaines de personnes qui font la queue depuis quelques jours pour se faire vacciner ou pour faire vacciner leur petit schtroumpf (et pour attraper la crève à avoir attendu 2 heures dehors. C’est le cadeau bonus!) … Et pourtant quelques jours plus tôt, les centres de vaccination étaient vides, des infirmiers et médecins étaient désœuvrés. Mais qu’est ce qui a pu faire changer les mentalités à ce point ?

Et si c’était la communication par la peur ?

Je n’ai pas lu toute la presse loin de là, regarder tous journaux télé etc. et j’ai peut-être raté quelque chose mais il doit bien y avoir des explications à un tel changement dans les mentalités. Cherchons!

Plusieurs faits concrets pour commencer :
le développement réel de la maladie en France. On a tous maintenant un ami, un proche qui a eu la grippe A. Cette maladie, pourtant bénigne pour ces amis nous la rend tout de même concrète, proche de nous.
– la vaccination est possible pour nos enfin vos enfants, nos amis déjà malades etc. Il ne s’agit plus de parler dans le vide, de s’amuser à rire de la maladie. Il nous faut tous aujourd’hui prendre une décision. La grippe A se soigne dans la grande majorité des cas mais si je ne fais pas vacciner mon enfant et qu’il est gravement touché que vais-je penser de mon choix ?

Et voilà que commence la peur, peur car c’est aujourd’hui à nous de prendre des décisions. Peur de se tromper. Est-ce que la peur irrationnelle ou pas des adjuvants est plus forte que la peur de faire partie des victimes de la Grippe A ?

Depuis quelques jours la communication sur cette grippe A a aussi changé.

Est-ce une conséquence d’une nouvelle stratégie gouvernementale où d’un changement d’attitude des journalistes mais vous remarquerez déjà qu’on en rit moins, en tout cas dans les émissions d’information. Je ne parlerai pas des humoristes dont c’est le métier de continuer à nous amuser même des situations les plus difficiles.

Dans certaines émissions dans lesquelles on en riait tous les jours de la peur de cette maladie, on parle aujourd’hui avec la même conviction de l’importance de se faire vacciner. La population change de mentalité, les journalistes aussi?

Il y a probablement aussi un effet boule de neige. Personne ne va se faire vacciner, on parle du ridicule des centres vides. Les gens font la queue, on parle alors des défaillances d’organisation. En rire, serait donner l’impression de se moquer de tous ces français inquiets. Les animateurs et journalistes se mettent en phase avec la population et ainsi de suite. La peur engendre la peur.

Je ne peux cependant m’empêcher de constater que le mode de communication officiel a aussi changé.

Les propos de Roselyne Bachelot, Ministre de la santé ont évolué. Depuis la demande massive de vaccination, elle fait  ces derniers jours plus facilement le tour de plateaux de télé (journaux télé, le magazine de la santé etc.). Alors qu’elle partageait les antennes avec Luc Chatel, le Premier Ministre est intervenu dernièrement et aujourd’hui c’est le Président de la République qui intervient. Il va prendre les choses en main!

Dans les journaux on nous rappelle régulièrement les décomptes officiels : nombre de morts complété par le nombre de personnes en assistance respiratoire ou dans le coma etc. On nous donne aussi le nombre de personnes touchées par la maladie et bien sûr le nombre de personnes vaccinées car il ne faut pas oublier de montrer que l’état a pris les choses en main.

On peut d’ailleurs noter que l’on oublie toujours de nous donner des points de comparaison comme le nombre de morts annuels de la grippe saisonnière pour laquelle on n’a jamais mis en place une telle campagne.

A noter d’ailleurs ce type de message qui tourne en boucle sur Facebook depuis mercredi matin:
90 personnes attrapent la grippe H1N1 et tout le monde veut porter un masque. 5 millions de personnes ont le SIDA et personne ne veut porter de capote !! 1000 personnes meurent de la grippe A dans un pays riche, c’est une pandémie. Des millions meurent du paludisme en Afrique, c’est leur problème… suivi de Faites tourner

Quand je parle de changement dans la communication officielle, je constate aussi que depuis le week-end on nous montre des malades alors qu’avant l’arrivée des vaccins on nous montrait surtout des rescapés. De n’ayez pas peur de Grippe A, ça se soigne on est passé à Ayez peur.

Dans les journaux on a nous montré la maladie dans sa version grave : Jeune homme sous respiration artificielle dans son lit d’hôpital et bébé lui aussi sous respiration artificielle.  Et forcément ça marque, ça fait peur.

Ce n’est pas nouveau : Au Téléthon on montre des myopathes (et les malades sont très heureux qu’on les regarde normalement ces jours là), cela rend la maladie réelle. Lors des premiers Sidaction aussi on montrait des personnes diminuées physiquement, touchées par des maladies secondaires très visuelles. Et cela marchait. Cela nous foutait la trouille en tout cas moi oui.

Alors on continue à nous faire peur et cela semble marcher. Tant mieux si cela sauve des vies?

La méthode de la peur est si efficace qu’elle est souvent utilisée par les hommes politiques en France et ailleurs.  Peur de l’immigration, peur du terrorisme, peur de certaines religions, peur des jeunes… ayez peur, ayez des peurs souvent irrationnelles. Pendant ce temps vous ne penserez pas aux problèmes de chômage qu’on n’arrive pas à résoudre!

Et les peurs évoluent.

Eric Maurin a d’ailleurs écrit un livre : La peur du déclassement « Cette angoisse sourde, qui taraude un nombre croissant de Français repose sur la conviction que personne n’est « à l’abri », que tout un chacun risque à tout moment de perdre son emploi, son salaire, ses prérogatives, en un mot son statut »

Je n’ai pas encore eu le temps de le lire mais il me semble qu’il fait partie des livres que j’ai acheté sur les conseils d’Ali Badou dans le Grand journal. Vilain Ali Badou, il est souvent très convainquant alors je suis ses conseils et j’achète et je me retrouve avec des livres dont j’ai bien peur d’avoir du mal à trouver le temps de les lire!

Pour revenir enfin sur la grippe A je  me permettrai de poser quelques questions.

En fait j’ai peur de ne pas avoir tout compris ou peut-être bien plus peur encore d’avoir trop bien compris certaines réponses.

– On nous annonce une forte propagation de la maladie. En plus Noël est une période où les populations se mélangent, voyagent. Il faut donc se faire vacciner mais en même temps on découvre que la plupart d’entre nous ne seront pas vaccinés avant janvier ? Où est la logique ? Problème d’organisation, d’approvisionnement ? Que se serait-il passé si la maladie était bien plus grave que celle-ci ?

-Soit, en attendant, il faut donc faire attention à ne pas tomber malades. Mais on nous a fait acheter des litres de gels en tout genre (à des prix hallucinants d’ailleurs : la première vraie arnaque de cette pandémie), mais nous nous en servons nous correctement ? Et puis, à Paris ou en Province vous avez vu, rien qu’une fois, des gels à disposition aux entrées et sorties des métros ? Pourtant s’il y a bien un endroit de promiscuité, un endroit où l’on touche tous les mêmes poignées, barres, etc  c’est bien celui-là. Mais là non, strictement rien n’a été prévu.

– On nous a expliqué qu’il fallait vacciner en priorité les malades à risques, les personnes à la santé fragile. Mais et les SDFs ? Quelqu’un s’en est occupé ? Victime collatérales ? J’espère sincèrement être mal informé et qu’ils sont pris en charge.

– il faut se présenter avec un coupon. Et les personnes en situation irrégulière ?

… Qu’en est-il aussi des personnes en prison, des personnes incapables de se déplacer…

Au risque de me répéter, peut-être suis-je tout simplement mal informé et des solutions ont déjà été trouvées à ces problèmes.
Mais j’ai bien peur que non!






4 commentaires


  1. La peur est un outil, utilisé à la fois par les médias et l’état, mais à des fins différentes.

    Pour les médias, faire peur aux lecteurs, aux téléspectateurs assure qu’ils reviendront chercher des nouvelles, dans l’espoir d’être rassurés. Mais on ne rassure jamais, car ceux qui n’ont pas peur regardent beaucoup moins le téléjournal et les journaux. Il faut toujours maintenir la peur.

    Pour l’état, la peur permet d’imposer de plus en plus de contraintes, tout en éliminant de plus en plus de libertés, ce qui permet aux fonctionnaires et aux chefs d’état d’augmenter leur pouvoir. Plus les gens en peur, plus ils acceptent la perte des libertés en échange d’une promesse de «protection» contre des dangers vagues et souvent illusoires.

    La grippe, c’est la grippe, qu’elle soit H1N1 ou une autre espèce. Quand on l’attrape, on est bien misérable pendant une semaine, puis ça passe. Il y a toujours un petit nombre de personnes fragiles qui subissent des complications graves, comme c’est le cas avec n’importe quelle maladie (même les rhumes).

    Quant au vaccin, c’est tout simplement une histoire d’argent. Des dizaines de millions de doses se traduisent en des milliards d’euros. Et là aussi, la peur est rentable.


    • Mais de quel pays es-tu originaire pour ne pas craindre le rhume ni la grippe?

      La grippe saisonnière, avec la grippe intestinale nous occupe en France chaque hiver. Au printemps régime et rhume des foins. En été, c’est le mélanome et à l’automne : crève et poux à l’école etc. Cela fait partie de notre rythme de vie, de notre tradition!

      Et le rhume, une vraie industrie… Comme le disent certains médecins un rhume avec un médicament cela dure une semaine, sans médicaments… 7 jours. Et puis pendant cette semaine on peut se plaindre.. j’ai mal à la tête, je n’arrive plus à respirer… tiens se plaindre… c’est bien français ça non? Vite… le site sur l’identité nationale!

      Je ne sais pas si c’est français, mais oui, je déteste le rhume qui vire sinusite et je me plains!.Et je me fait vacciner chaque année contre la grippe!


  2. DUVOT

    Bravo pour ton article…. Je me reconnais bien dans toutes ces craintes…Si la peur est effectivement une stratégie, force est de constater que je suis la 1ère à être tombée dans le panneau! Faire vacciner mes enfants?… Et si dans 10 ans ils développent je ne sais quelle maladie liée à ce vaccin, je culpabiliserai…. Ne pas les faire vacciner? Et si dans une semaine ils ont une forme grave de la grippe, je serai mal aussi…. Ton article a le mérite de mettre le doigt sur un sentiment qui est général et du coup on se sent moins isolé!

    Concernant les SDFs et autres publics en situation de grande précarité, j’ai bien peur que tu ne sois pas en manque d’information… Travaillant dans le social, j’occupe un bureau dans des locaux qui ont été en partie récquisitionnés pour les vaccinations et je peux t’affirmer que ce type de public n’est actuellement pas pris en charge.


  3. bessaguet lea

    bonjour,

    Je vous lis, vous emmanuel matt et les réponses des uns et des autres. On ne peut être que d’accord avec vous évidemment ; nous qui réfléchissons, qui ne regardons pas toujours les infos, la télévision et tous ces Medias « informateurs, transmetteurs » de cette stratégie de la peur. Nous sommes des privilégiés. Votre démarche sur ce blog est intéressante et il est intéressant de véhiculer votre texte, votre réflexion. C’est super de parler de la peur et de son utilisation dans une stratégie de communication, sur la grippe bien sûr mais tellement d’autres sujets. je pose aussi une autre question : l’élection de notre président actuel sur quelle stratégie de communication a t-il été élu ?
    la communication de la peur est utilisée me semble t-il dans tous les pays industrialisés et économiquement riches… Les Etats unis l’ont souvent utilisé, en fait la peur est un sentiment profondément humain sur lequel ont peut « surfer » lorsque l’on souhaite le pouvoir !
    Carlos Castenada a écrit sur la peur qui nous habite tous, qui nous « manipule » et nous rend inerte, figé, c’est notre ennemi numéro 1.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *