Articles les plus populaires

4 décembre 2009

Exclusif, Interview de Mélissa Theuriau.

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
Mélissa Theuriau © Adé Adjou/M6

Sandra, une lectrice voulait d’ailleurs savoir si Jamel te faisait rire toute la journée….
M.T. : S’il me faisait seulement rire….

Allez-vous travailler un jour ensemble ?
M.T. : Ce n’est pas à l’ordre du jour… Mais si demain nous avions un projet intelligent à développer ensemble, pourquoi pas !

Et votre enfant, le petit Léon a-t-il aussi changé quelque chose dans ta manière de travailler ?

© Adé Adjou/M6
© Adé Adjou/M6

M.T. : Non. Je suis même davantage impliquée dans mon émission depuis la naissance de mon fils. Le rythme bimensuel de ZI me permet de lui consacrer le temps nécessaire pour ne pas être frustrée. J’ai arrêté de travailler huit mois à son arrivée. J’ai eu une chance que peu de mères ont. Je peux le laisser aujourd’hui sans être inquiète. Je continue d’aménager mon emploi du temps pour profiter de lui. Je peux parfois travailler de chez moi et quand je dois être à fond sur une émission j’ai la chance d’avoir du soutien à la maison. J’ai beaucoup de chance.

Je lui demande alors son point de vue sur l’édito de Christophe Dechavanne et la volonté de Patrick Sébastien de créer un mouvement.
M.T. : Je n’ai pas lu ou vu l’édito de Christophe Dechavanne. J’ai entendu des personnalités s’offusquer après un match de football. J’avoue ne pas comprendre la polémique disproportionnée concernant la fameuse main d’Henry ! On parle de tricherie en lieu et place d’une erreur d’arbitrage!!.. propre au sport. La France est qualifiée pour le mondial. Super pour tous ceux qui aiment le foot non? Les sujets de révolte ne manquent pas dans notre pays. Cet acharnement médiatique m’a gêné.
Quant à Patrick Sébastien, je n’ai pas tout à fait saisi quelle était son ambition mais je ne crois pas que son mouvement soit foncièrement dangereux?! Si sa popularité peut convaincre des gens de se respecter un peu plus, et bien pourquoi pas !

Tu t’engages aussi mais en soutenant une association
M.T. : Je suis impliquée dans la Rose des petites filles (Lien Media un autre regard – La rose) qui se bat depuis plusieurs années pour la scolarisation des filles dans le monde entier.. On travaille actuellement sur le prochain événement. Je suis en train d’essayer de convaincre M6 de programmer une émission à ce sujet.
TF1 a le Sidaction et les Restos du cœur, France Télévisions, le Téléthon, pourquoi M6 n’aurait pas sa grande émission sur l’éducation? J’y crois. J’ai exposé ce projet à Jérôme Bureau … J’espère qu’on ira plus loin.

Je lui transmets alors les remarques de Julien Fu déposé sur Media un autre regard qui félicitait Mélissa de poser les questions de Monsieur tout le monde, proches de nos préoccupations.
M.T. : C’est un beau compliment. Merci

Tu pense à cela quand tu travailles ?
M.T. : Sincèrement non, mais je me pose toujours la question : Qu’est ce qui moi m’a dérangé ou touché? Je ne suis pas pour me départir de toute émotion. Je ne pense pas qu’un journaliste doive impérativement être neutre. C’est un homme ou une femme, avec son capital humain d’abord

Et ta carrière ?
M.T. : Je n’arrive pas vraiment à me projeter. Dans les années à venir, je peux repartir refaire un enfant, ou continuer à m’investir dans Zone interdite ou relever un nouveau défi qui m’exciterait profondément. Tant que j’ai du plaisir à me lever le matin…. J’ai besoin humainement de me sentir bien et il y a une équipe à Zone avec qui je me sens vraiment très bien, je suis en confiance. Il y a des tas d’idée et pour le moment j’ai l’impression que nous avons encore des choses à faire ensemble.

N’as-tu jamais regretté de ne pas être allé présenter le 20h sur TF1.
M.T. : Non jamais. C’est l’avantage de bien se connaitre.

Ta relation avec la presse ? Tu donnes beaucoup d’interview ?

© Adé Adjou/M6
© Adé Adjou/M6

M.T. : Ha? Je n’en ai pas l’impression. Pour valoriser le travail d’une équipe et parler de nos émissions à venir, c’est nécessaire. Ca fait partie du jeu.

On te pose des questions sur ta vie personnelle ?
M.T. : Beaucoup moins. Je trouve les journalistes plutôt respectueux, et curieux de découvrir un thème traité dans Zone Interdite

Comment vis-tu ces « retrouvailles » quand on se voit avec l’équipe de plateau une fois par mois ? (oui je sais c’est une question plus personnelle)
M.T. : Et bien on se voit peu mais moi j’aime bien ces rendez-vous réguliers où l’on se retrouve tous quelques heures. C’est chaque fois un joli moment ensemble.

Tu as remplacé récemment Aïda Touihri, à la présentation de 66 minutes.
M.T. : Elle était malade, c’est une amie, c’était normal de la remplacer. Mais pour le coup dans cette émission, je n’ai fait que la présenter. Cette émission a une dynamique différente. Et j’aime bien la rédaction et la production de 66, ils sont bienveillants et efficaces. Et maintenant elle me doit un « Zone » dit-elle avec un grand sourire. Je saurai y penser et toi tu auras à lancer les décomptes d’ Aïda.

On a parlé de projets avec elle ?
M.T. : J’ai effectivement vu circuler cette rumeur mais non rien d’écrit. On a du se dire il y a 2 ans, tiens ce serait sympa, de développer cette idée….et puis on est passé à autre chose!

En conclusion, il y aurait beaucoup à dire mais je vais me contenter de dire un énorme Merci à Mélissa, pour son soutien, pour le temps qu’elle m’a consacré et pour sa confiance.

Interview réalisée le 1er décembre 2009

Cela fait quelques années que j’ai le plaisir d’être l’assistant de réalisation des tournages en plateau avec Mélissa.

A l’occasion de la diffusion dimanche d’une émission de <span style= »color: #800000; »>Zone interdite</span> qui traite d’un thème qui lui tient à cœur : <span style= »color: #800000; »>le don d’organe</span>, elle nous parle de son métier, d’un projet d’émission caritative.

Elle revient aussi sur certains événements récents et répond enfin à certaines de vos remarques et à vos commentaires.<!–more–>

Je croise Mélissa une ou deux fois par moi lors de l’enregistrement des plateaux de lancement réalisés <span style= »color: #800000; »>au studio Jean Drucker</span> (au -3) à <span style= »color: #800000; »>M6</span> par <span style= »color: #800000; »>Olivier Béghin</span>.

<em><strong>Son implication sur Zone interdite ne se limite pas à cela.</strong></em>
<span style= »color: #800000; »>Mélissa Theuriau :</span> Nous sommes trois rédacteurs en chef sur Zone interdite depuis quelques années : Valérie Troisier, Bertrand Deveaud et moi-même.
Cela signifie que l’on détermine les sujets qui seront lancés pour l’année suivante puisque nous sommes la seule émission de la chaine (si ce n’est du PAF!) à construire des enquêtes dont la durée de gestation est aussi longue. Entre 6 mois et un an de suivi : c’est une partie de la valeur ajoutée de Zone interdite. Que nos observations dérangent, passionnent ou interpellent, on décrypte concrètement un phénomène de société.. Une partie de nos enquêtes est réalisée par des agences de presse comme Tony Comiti, Tac presse, TSVP. Une autre  confiée en interne à nos journalistes.
Cette façon de travailler nous permet de préparer les émissions très en amont. Nous accompagnons et soutenons nos rédacteurs. Valérie Troisier, comme Bertrand Deveaud les guident dans leurs choix  tout au long du montage. Nous faisons plusieurs visionnages. Parfois, des choix sont faits au détriment d’un personnage, ou à l’inverse en développant une autre partie de l’enquête qui s’avère riche. On peut alors décider de commander un 52′ plutôt qu’un 26′ initialement envisagé.
Un exemple?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Récemment, lors de l’enquête sur la toxicomanie, nous nous somme vite rendu compte qu’Olivier Devellis, l’un de nos journalistes,  avait  gagné une confiance rare auprès de personnes qui luttaient contre leurs dépendances. Nous venons donc de lancer une suite à son sujet; il va continuer à suivre leur quotidien cette année.
Et la partie plateau avec invité?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>En ce qui concerne l’interview en plateau, il s’agit d’un prolongement nécessaire à la bonne compréhension du reportage. Là aussi, cette partie demande un travail de recherche en amont. Il nous faut trouver le bon interlocuteur, sachant décrypter, expliquer ou dénoncer…
Sur l’émission de dimanche consacrée au don d’organes, nous nous sommes rendus à Béziers, rencontrer le couple de notre reportage. Sophie Hamdad a suivi Alain et Delphine dans une aventure hors du commun.  Le mari a offert à sa femme un cadeau particulier : son rein . L’opération a eu lieu  il y a 20 jours.  C’est donc naturellement que notre équipe s’est déplacée à leur domicile pour prendre de leur nouvelles.
Dans ce cas précis, comme dans tous ceux qui touchent à des situations personnelles délicates, on opte pour nous déplacer NOUS et non les faire venir à Paris, dans un studio de télévision. En général, l’interview réalisée ressemble davantage à une discussion. Les propos sont sincères, émouvants et les intervenants sont moins sujets au stress dans leur environnement.  (Tu leur ferais peur à agiter les bras avec ton casque sur la tête!!)
Parlons justement de cette émission dimanche sur le don et le trafic d’organes.
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Dimanche soir, nous parlerons d’abord du don d’organes…encore trop rare en France. Sophie Hamdad, Pascal Agostini et Philippe Casanova, nous offrent une très belle histoire d’amour, l’histoire d’un couple dont l’homme donne l’un de ses deux reins à sa femme qu’il ne supporte plus de voir souffrir. Par chance ils étaient compatibles…
Le second document  traite du trafic d’organes. Un business effrayant sur lequel a enquêté  Xavier Deleu pour TSVP. Xavier est d’ailleurs un journaliste qui signe toujours des documents de grande qualité.
Il y a 2 ans, son doc  en immersion dans une prison française pointait les nombreuses défaillances du système pénitentiaire.  Je recevais Rachida Dati, alors tout juste nommée garde des sceaux pour aborder la situation. (je me souviens bien du plateau… je vous en avais parlé)
Dimanche soir, son  enquête révélera un trafic  honteux.  Des trafiquants sans scrupule profitent de la précarité des gens pour leur acheter un organe. Des femmes, des hommes, plongés dans une situation désastreuse, acceptent de sa faire enlever un rein pour toucher une modeste somme. Ce business engendre beaucoup d’argent puisque les reins sont revendus à prix d’or à des malades fortunés. Vous verrez que de nombreux français en viennent aussi à se faire ouvrir les flancs pour s’en sortir…. je ne savais pas qu’on en était là. Une mafia de quelques médecins et  chirurgiens se livrent à ce commerce. Certains patients  se réveillent même du bloc avec un organe en moins, qui leur a été volé.
Un message sur le don d’organe en France ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Le don d’organe en France est un  sujet fragile. On donne  peu par rapport à nos voisins européens. C’est peut être culturel. On a peur. Il faut donc en parler .Ce sont souvent les familles qui décident pour le défunt. Je pense qu’il faut encourager le don d’organes, en expliquant mieux comment vivent par exemple les personnes qui souffrent d’insuffisance rénale. c’est un enfer de passer sa vie en dialyse. Nous rappelons aussi qu’un Une greffe rénale ne comporte pas de risque particulier pour le donneur.
Il faudrait peut être que lors de la prochaine révision de loi de bioéthique, proposer un registre  sur lequel les personnes favorables au don puissent s’inscrire. Ainsi on eviterait de consulter les familles à chaque décès, qui  légitimement parce que plongées dans la souffrance, s’opposent souvent à un prélèvement.
Je suis pour cette clarification, qui peut être permettrait d’augmenter le volume d’organes disponibles.
N’y a-t-il pas aussi un besoin de s’expliquer avec sa famille, ses proches ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>La  mort  et sa représentation restent un sujet très personnel. J’espère que cette émission permettra au plus grand nombre d’aborder le sujet en famille…
Je suis lucide, je ne fais pas un pari d’audience sur ce thème. D’ailleurs quelque que soit le score, il s’agit d’une émission d’urgence. Il faut oser en parler en prime time pour faire tomber les tabous. C’est donc un pur « Zone Interdite »
L’audience est pourtant très importante sur une chaine comme M6.
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> Justement je trouve notre chaine  courageuse de faire (régulièrement) d’autres paris que ceux de l’audience.  Jérôme Bureau, et Thomas Reboulleau, à la direction de l’info ont une qualité d’écoute que je dois reconnaitre. Cette saison, ils nous ont soutenu dans des moments délicats. Ca n’est pas toujours facile dans leur position. J’apprécie cette solidarité. Et c’est motivant d’avoir un interlocuteur avec qui on peu discuter et proposer de nouveaux chantiers.
Comme vous l’avez compris j’ai rencontré une Mélissa Theuriau très motivée et décidée. Est-elle cependant plus intéressée par la partie plateau ou reportages ?
M.T. :  C’est un tout. Je trouve que j’ai le job le plus excitant. Je travaille en amont du programme. Je participe aux décisions.  Je suis attachée aux journalistes de ma rédaction, On se parle énormément et j’ai ensuite la chance d’incarner un travail collectif à l’antenne. C’est aussi un vrai plaisir.
J’ai l’impression d’être dans toute la boucle. Rien ne m’échappe vraiment et je peux valoriser le travail de chacun. Avoir des invités en plateau c’est le plaisir de la rencontre. Je suis toujours en contacts avec d’anciens témoins de nos reportages et ce, depuis 4 ans, depuis que j’ai démarré Zone interdite. Dans nos documents nous avons toujours des histoires de vie très fortes donc j’ai envie de savoir comment ils vont ensuite. On partage des moments de douleurs et de joie.
Un exemple?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span> Lors des 15 ans de Zone, j’ai pu rencontrer Chloé une jeune fille dont l’adolescence a été marquée par une grave anorexie. A l’époque du sujet, son mal être m’avait touchée.
On a le même âge, elle a d’ailleurs eu son premier enfant presque en même temps que moi. J’ai pu la rencontrer grâce à mon métier et j’ai un lien avec elle maintenant.
L’année dernière, un doc magnifique (et récemment récompensé de Meriem Lay) évoquait la question douloureuse de l’amnésie après un grave accident. Je suis toujours en contact avec les Piccioto ( la famille en question) à qui je souhaite de retrouver une vie sereine…
Zone Interdite est un bijou sur le plan humain.
Tu as envie d’autre chose?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span> Pas Pour l’instant j’aime m’impliquer dans ZI comme je m’y implique actuellement. Après la vie est longue… Le plaisir que je trouve est là.
Une journaliste doit-il être neutre ou avoir des opinions, des points de vue ? La question a été posée par certains lors de l’interview de Brice Hortefeux.
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Je ne sais pas ce que signifie être neutre ? Ne pas avoir d’avis? Ne rien ressentir?
Quand on interview un homme ou une femme politique, la gymnastique est différente. Je crois que notre métier consiste à faire état d’une situation, sans rien éluder.  Les politiques utilisent les médias pour valoriser leurs bilans, réformes ou projets. C’est le deal. Ils connaissent parfaitement le timing qui leur est imparti et jouent la montre en évitant d’être interrompu. Si nous ne sommes pas là pour aborder ce qui ne va pas, ou (tenter de) les mettre face à une réalité qu’ils préfèrent ignorer, alors on ne sert à rien. Autant laisser un homme politique seul devant une caméra avec son communiqué de presse.
et puis l’interview parfois permet d’équilibrer les propos d’un reportage.
C’est vrai que moi aussi sur ce blog, je n’avais présenté que les seules images disponibles sur le net, le plateau et que cela a valu des commentaires comme celui de Romain qui disait qu’il ne pensait pas que tu avais été « objective » ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span> je ne souhaite pas m’étendre à nouveau sur une émission qui date maintenant. Mais encore une fois je n’ai fait que mon travail. C’est ainsi que je conçois mon rôle.  La jeunesse, les forces de l’ordre, le dialogue, le respect  des règles  par tous sont autant de sujets importants si on souhaite mieux vivre ensemble.
Je ne sais pas ce qu’entend Romain par « objective ». Si c’est être en accord avec la communication du ministre de l’Intérieur, alors j’ai sans doute été subjective. Mais chacune de mes questions traitaient d’un fait précis.  Il a fait son job, et moi le mien.
Certains ont peut-être immédiatement pensé à l’influence de Jamel Debbouze ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>C’est à dire??
Que d’avoir épousé « un arabe issu de banlieue » m’a permis de m’intéresser aux notions de respect et de considération?? Ha….les clichés ont encore de beaux jours devant eux..
Sandra, une lectrice voulait d’ailleurs savoir si Jamel te faisait rire toute la journée….
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> S’il me faisait seulement rire….
Allez vous travailler un jour ensemble ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Ce n’est pas  à l’ordre du jour…  Mais si demain nous avions un projet intelligent à développer ensemble,  pourquoi pas !
Et votre enfant, le petit Léon a-t-il aussi changé quelque chose dans ta manière de travailler ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Non. Je suis même davantage impliquée dans mon émission depuis la naissance de mon fils. Le rythme bimensuel de ZI me permet de lui consacrer le temps nécessaire pour ne pas être frustrée. J’ai arrêté de travailler huit mois à son arrivée. J’ai eu une chance que peu de mères ont. Je peux le laisser aujourd’hui sans être inquiète. Je continue d’aménager mon emploi du temps pour profiter de lui. Je peux parfois travailler de chez moi et quand je dois être à fond sur une émission j’ai la chance d’avoir du soutien à la maison. J’ai beaucoup de chance.
Je lui demande alors son point de vue sur l’édito de Christophe Dechavanne et la volonté de Patrick Sébastien de créer un mouvement.
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> Je n’ai pas lu ou vu l’édito de Christophe Dechavanne. J’ai entendu des personnalités s’offusquer après un match de football. J’avoue ne pas comprendre la polémique disproportionnée concernant la fameuse main d’Henry ! On parle de tricherie en lieu et place d’une erreur d’arbitrage!!.. propre au sport. La France est qualifiée pour le mondial. Super pour tous ceux qui aiment le foot non? Les sujets de révolte ne manquent pas dans notre pays. Cet acharnement médiatique m’a gêné.
Quant à  Patrick Sébastien , je n’ai pas tout à fait saisi quelle était son ambition mais je ne crois pas que son mouvement soit foncièrement dangereux?!  Si sa popularité peut convaincre des gens de se respecter un peu plus, et bien pourquoi pas !
Tu t’engages aussi mais en soutenant une association
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> Je suis impliquée dans la Rose des petites filles (la-rose.fr) qui se bat depuis plusieurs années pour la scolarisation des filles dans le monde entier.. On travaille actuellement sur le prochain événement. Je suis en train d’essayer de convaincre M6 de programmer une émission à ce sujet.
TF1 a le Sidaction et les Restos du cœur, France Télévisions, le Téléthon, pourquoi M6 n’aurait pas sa grande émission sur l’éducation? J’y crois. J’ai exposé ce projet à Jérôme Bureau … J’espère qu’on ira  plus loin.
Je lui transmets alors les remarques de Julien Fu déposé sur Media un autre regard qui félicitait Mélissa de poser les questions de Monsieur tout le monde, proches de nos préoccupations.
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> C’est un beau compliment. Merci
Tu pense à cela quand tu travailles ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Sincèrement non, mais je me pose toujours la question : Qu’est ce qui moi m’a dérangé  ou touché?  Je ne suis pas pour me départir de toute émotion. Je ne pense pas qu’un journaliste doive impérativement être neutre. C’est un homme ou une femme, avec  son capital humain d’abord
Et ta carrière ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Je n’arrive pas vraiment à me projeter. Dans les années à venir,  je peux repartir  refaire un enfant, ou continuer à m’investir dans Zone interdite ou relever un nouveau défi qui m’exciterait profondémeent. Tant que j’ai du plaisir à me lever le matin…. J’ai besoin humainement de me sentir bien et  il y a une équipe à Zone avec qui je me sens vraiment très bien, je suis en confiance. Il y a des tas d’idée et pour le moment j’ai l’impression que nous avons encore des choses à faire ensemble.
N’as-tu jamais regretté de ne pas être allé présenter le 20h sur TF1.
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span> Non jamais. C’est l’avantage de bien se connaitre.
Ta relation avec la presse ? Tu donnes beaucoup d’interview ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Ha? Je n’en ai pas l’impression. Pour valoriser le travail d’une équipe et parler de nos émissions à venir, c’est nécessaire.  Ca fait partie du jeu.
On te pose des questions sur ta vie personnelle ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span>Beaucoup moins. Je trouve les journalistes plutôt respectueux, et curieux de découvrir un thème traité dans Zone Interdite
Comment vis-tu ces «  retrouvailles » quand on se voit avec l’équipe de plateau une fois par mois ? (oui je sais c’est une question plus personnelle)
<span style= »color: #800000; »>M.T. : </span> Et bien on se voit peu mais moi j’aime bien ces rendez-vous réguliers où l’on se retrouve tous quelques heures.    C’est chaque fois un joli moment ensemble.
Tu as remplacé  récemment Aïda Touihri, à la présentation de 66 minutes.
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> Elle était malade, c’est une amie, c’était normal de la remplacer. Mais pour le coup dans cette émission, je n’ai fait que la présenter.  Cette émission a une dynamique différente. Et j’aime bien la rédaction et la production de 66 , ils sont bienveillants et efficaces.   Et maintenant elle me doit un « Zone » dit-elle avec un grand sourire. Je saurai y penser et toi tu auras à lancer les décomptes d’ Aïda.
On a parlé de projets avec elle ?
<span style= »color: #800000; »>M.T. :</span> j’ai effectivement vu circuler cette rumeur mais non rien d’écrit. On a du se dire il y a 2 ans, tiens ce serait sympa, de développer cette idée….et puis on est passe à autre chose!
En conclusion, il y aurait beaucoup à dire mais je vais me contenter de dire un énorme Merci à Mélissa, pour le temps qu’elle m’a consacré et pour sa confiance.

 
 





6 commentaires


  1. Julien Fu

    J’adore ton interview Emmanuel 😉 .

    L’interview confirme que Mélissa Theuriau est une femme avec un grand cœur, simple & proche des gens & de leurs préoccupations 🙂

    Merci Emmanuel aussi pour la dédicace 🙂

    Félicitation


  2. Super papier une fois de plus bravo. C’est vrai que bosser avec elle aide à avoir une ITW pour ton blog. Qu’importe la facilité ou non à avoir une ITW avec des personnalité c’est un beau travail.

    Merci à toi!


  3. Merci d’avoir été si nombreux à lire l’article, pour vos commentaires,

    Merci aussi à
    Leblogtvnews qui ont encore une fois repris un article de Media un autre regard. Lien leblogtvnews
    Mediapart.fr pour leur citation dans la Revue du Web France Lien Mediapart
    Arret sur images pour leur reprise : Lien Arrêt sur image


  4. Bravo Emmanuel, ce n’est pas évident de décrocher des interview de qualités et surtout savoir ensuite les mettre en forme, tout en respectant l’échange! Très belle évolution, affaire à suivre de très près 😉


  5. Ce que j’aime dans les écrits d’Emmanuel, c’est le fait qu’ils dégagent une grande proximité à notre égard et nous permettent de palper une générosité et sincèrité dans son travail.
    Le nom du blog « un autre regard » est des mieux choisi, avec Emmanuel les médias deviennent humains.
    Emmanuel se dévoile sans se mettre en avant, il informe, partage etc…. Il est le précurseur de l’humilité médiatique.
    Ne change pas Emmanuel, tu apportes l’espoir que nous n’avions plus vraiment dans le monde télévisuel.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *