Coulisses des émissions

15 décembre 2009

Benoit Lemoine, réalisateur de C’est notre Affaire sur France 5

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,

Benoit Lemoine et Claire Fournier C'est notre affaire

Benoit Lemoine et Claire Fournier C'est notre affaire

Ce 4 décembre 2009, retour aux sources pour cette émission de France 5 : direction Strasbourg pour le tournage des plateaux présentés par Claire Fournier dont vous avez pu lire l’interview dans l’article : (Lien interview Claire Fournier)

Le temps d’un aller en TGV, rencontre avec Benoit Lemoine le réalisateur.

En fait, j’avais déjà rapidement rencontré Benoit alors qu’il devait réaliser le pilote de En campagne l’émission de France 5. Et puis finalement c’est Adrien Soland qui a réalisé le pilote avant d’alterner avec Benoit et d’autres réalisateurs.

Je suis donc heureux de profiter de ce tournage pour le revoir et le voir cette fois-ci en action.

Je profite donc du trajet en train pour lui demander de me parler de cette journée de tournage qui semble l’enthousiasmer comme le reste de l’équipe.

Content de tourner à nouveau en extérieur, le temps d’une émission spéciale de fin d’année ?
Benoit Lemoine : Les trois premières années de l’émission, nous tournions dans les entreprises. Ensuite le dispositif a été changé car France 5 souhaitait intégrer l’émission dans La maison France 5, case matinale du samedi. Nous tournons donc toutes les 2 semaines, deux émissions dans un loft loué pour l’occasion à Montreuil.

Aujourd’hui nous renouons exceptionnellement  avec le terrain.
L’équipe plus légère va devoir s’adapter à toutes les contraintes : voitures qui passent, gens qui parlent, se promènent, la météo, certaines rues étroites. L’équipe va devoir faire tourner ses contraintes à notre avantage.

Le tournage dans le loft était plus simple ?
B.L. : Le tournage dans le loft ressemble à un tournage en plateau avec une lumière que l’on soigne, des reprises de plans, des plans que l’on refait plusieurs fois pour qu’ils nous conviennent parfaitement.

L’état d’esprit du tournage va donc être différent ?
B.L. : Effectivement. On sait qu’il y aura des contraintes, du bruit par exemple. Les équipes ont eu l’habitude de tout perfectionner. Aujourd’hui il faudrait faire au mieux et dans le délai imparti : 19h, tout le monde dans le train retour.

Benoit Lemoine et Eric son asssistant en repérage

Benoit Lemoine et Eric son asssistant en repérage

Et nous avons beaucoup de lieux de tournage dans la ville et donc des déplacements… Et à 15 personnes comme aujourd’hui (+ toi = 16 !!) à emmener dans notre tournage, ça prend du temps !!! (Dis tout de suite que je suis lent!)
En même temps, cette manière de tourner va nous laisser une marge de manœuvre plus grande pour la réalisation. (Liberté totale en fonction des contraintes)

Tu as donc prévu un dispositif adapté à ces contraintes ?
B.L. : Effectivement. Nous allons tourner avec 3 cam(éras) DSR 450 (en DV Cam) dont l’une sera sur steadycam. Elle pourra ainsi tourner autour de Claire, réaliser des travellings avant, arrière, des longs déplacements fluides. Grâce au steadycam, la caméra ne bouge pas comme lorsqu’elle est utilisée en caméra épaule. Nous tournerons en mode progressif pour donner un petit cachet, un effet film à l’émission.

Comment organises-tu le tournage de chaque séquence ?
B.L. : Pour chaque séquence, je vais donner un point de départ et d’arrivée à Claire. Ensuite elle et son invité sont totalement libres. S’ils veulent s’arrêter en cours de route, papoter avec quelqu’un, ils le peuvent. J’essaye de leur en imposer le moins possible.

Avec les caméras épaules et le steadycam on peut être très mobile. La stabilité et la fluidité du steadycam nous garantissent de toujours avoir Claire à l’image.
En plus, je tiens à ce qu’on le filme Claire et ses invités d’assez loin. Je veux leur laisser de l’espace pour leur dialogue et permettre à la foule de passer entre la caméra et eux. J’ai envie de montrer l’ambiance de la rue. J’aimerais qu’on nous oublie totalement.

Il te faut aussi tourner certaines images pour assurer le montage?
B.L. : On tourne une première fois pour le son et le contenu.  Ensuite je demande à Claire et à son invité de refaire les déplacements. Je les tourne alors en plan TRES large (large, pour éviter les désynchronisations entre le propos et l’image en plan large). Emmanuelle, la coordinatrice d’écriture doit pouvoir raccourcir les interviews et moi avec ces astuces de plans larges et d’autres plans supplémentaires pouvoir rendre le montage esthétique.

Vous tournez à trois caméras et tu reprends d’ailleurs une caméra?

Claire Fournier en tournage à Strasbourg

Claire Fournier en tournage à Strasbourg

B.L. : Depuis quelques années, je suis plutôt derrière les moniteurs à réaliser. Mais dans une configuration légère comme celle-ci, je vais cadrer avec une caméra épaule.  La deuxième sera utilisée par Pascal, le chef Opérateur. Je viens du reportage. Reprendre une caméra ne me pose donc aucun souci.

Et comment fais-tu pour parler à ton équipe en même temps que tu tournes ?
B.L. : Arnaud, l’ingénieur du son a bidouillé un système assez astucieux qui me permet de parler aux cadreurs grâce à un micro casque et qui permet à tous d’écouter aussi ce qui disent Claire et ses invités qui sont parfois un peu trop loin de nous.
Pour cela, Arnaud nous équipe de deux récepteurs HF. L’un récupère le signal mixé de Claire et de son invité (tous les 2 équipés en micros HF) et l’autre reçoit mes paroles. Le casque que porte les techniciens est branché sur chaque émetteur et ainsi ils entendent d’un coté l’interview et dans l’autre oreille mes ordres de réalisation.

Comment faites-vous pour synchroniser les caméras ?
B.L. : Elles sont aussi synchronisées en HF au TC (time code) horaire. Nous n’avons ainsi pas besoin de faire des claps pour les synchroniser. On gagne du temps au montage. Pour simplifier le travail, Eric l’assistant de réalisation montre en début de nouvelle séquence à chaque caméra une petite ardoise blanche effaçable avec le numéro de la séquence. ce qui permet à l’assistant monteur qui digitalise les rushes de mieux les identifier.

Et coté lumière ?
B.L. : Nous voulons tourner dans une ambiance début de soirée puis nuit. Comme l’émission est diffusée le matin et le soir, il faut trouver un compromis. Dans cette période de l’année, il fait sombre assez tôt, cela devrait nous aider.

C'est notre affaire - France 5 Réalisation Benoit Lemoine

C'est notre affaire – France 5 Réalisation Benoit Lemoine

En lumière nous utilisons souvent un ring light (un anneau de lumière) en lumière led qui est posé sur l’objectif du steadycam. Il est assez puissant pour éclairer Claire quand on est près. De plus loin, cela fonctionne moins. (Effectivement, le Ring light ne sera pas utilisé ce jour là)
En complément nous utilisons des light panel led sur batterie. Toujours sur le même principe, on ne s’embête pas avec des câbles à trouver des sources d’énergie. Adaptabilité au lieu, efficacité.

1 assistant réalisation,  1 chef opérateur, 1 cadreur steadycam et son assistant, un ingénieur du son, toi en réalisateur/Cadreur l’équipe est presque complète.
B.L. : Il faut encore rajouter Sébastien, l’assistant vidéo qui réalise aussi quelques plans fixes et qui est arrivé avec l’assistant steadycam hier soir à Strasbourg en camionnette avec le matériel. Il faut ensuite rajouter la maquilleuse, la coiffeuse qui s’occuperont de Claire mais aussi de Carole la chroniqueuse ainsi des 2 invités. Emmanuelle, coordinatrice d’écriture et Hervé Pierron, le directeur de Villem’s Productions complètent l’équipe.

A cela je rajoute Alain Gouzon, chargé de la presse, Arnaud Morisse, rédacteur en chef de Télé7.fr et ma pomme !

Le parcours résumé de Benoit Lemoine :
10 ans de reportages en JRI , pour Paris première, M6, l’agence Capa, puis de documentaires.
En parallèle, Il commence à réaliser des premiers défilés pour l’émission mode de Paris première. Ce sont ses premières réalisations en multicam !
Il réalise ensuite Rive droite / rive gauche avec Thierry Ardisson. Il réalise aussi de la publicité et des institutionnels.
Il se concentre alors à de la réalisation plateau, souvent sur France 5 ( C’est notre affaire, le monde en face, la grande librairie) mais aussi sur France 4 (Culture Club, En direct de..) sur France 3 ( la vie d’ici, Troisième Rappel), Paris première ( Ca balance à Paris,  Vive la télé, 1 jour 1 photo), Canal + ( La matinale), Vivolta ( toutes les émissions) et Canal Jimmy ( le breaking News) et enfin Arte

La suite sur son site : Lien Media un autre regard – Benlem / site de Benoit Lemoine

A venir le making of du tournage de C’est notre affaire






3 commentaires


  1. MEZIANE

    SALUT EMMANUEL TON ARTICLE EST GENIAL JE TE REMERCIE AVEC DES FRITESSS
    CA A ETE UN PLAISIR DE TRAVAILLER AVEC TOI COMME GUIDE MILLES MERCI


  2. Arnaud

    Je découvre ton blog et je dis bravo !
    Enfin du vrai contenu sur la télé et l’envers du décor.
    A tout hasard qui est le producteur de C’est notre affaire ?
    Me conseilles-tu d’envoyer mon CV directement à Claire Fournier ?
    Merci.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *