Coulisses des émissions

15 décembre 2009

Rachida Dati n’en peut plus ! De son mandat de députée européenne ou des medias!

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , ,
Aïda Touihri - 66 minutes
Aïda Touihri - 66 minutes
Aïda Touihri – 66 minutes

En même temps elle les cumule :
Apparition remarquée dans le LipDub (le clip en playback dit-on en presque français) Le monde va changer de l’UMP (LipDub ? Et oui moi aussi je sais employer naturellement un mot que je ne connaissais pas il y a 3 jours).

Nomination pour le prix de l’humour politique décernée par le Presse Club pour la phrase : « « Je n’ai jamais cherché à attirer l’attention des médias ».

– Et voilà qu’elle se fait remarquer par un sonore diffusé dans une séquence de 66 minutes, l’émission dominicale de M6 présentée par Aïda Touihri.

Un autre regard sur les 3 acteurs principaux de ce « buzz » (ah! Ras le bol de ce mot… une autre proposition ?) : Rachida Dati, le personnage principal, la journaliste et le producteur de l’émission et enfin M6, le diffuseur.

Rappel de la séquence en question : Rachida Dati est suivie par des journalistes de 66 Minutes.

Elle finit par « oublier son micro » selon la voix du sujet et après avoir rejoint sa place dans l’amphithéâtre du parlement raconte au téléphone : «Je suis à ma place, et je ne sais pas si tu entends derrière, je suis dans l’hémicycle du parlement européen de Strasbourg, là. Je n’en peux plus, je n’en peux plus! Je pense qu’il va y avoir un drame avant que je finisse mon mandat là. Je suis obligée de rester là, de faire la maline, car il y a un peu de presse. »

Et là, pour le coup, parions, qu’elle aurait bien aimé ne pas attirer l’attention des médias pour cette séquence que j’ai découverte lundi midi dans le zapping de Canal +.

Première info d’importance : la technologie des liaisons HF avec les micros fonctionne de mieux en mieux ! Distance, franchissement des obstacles… mais si si, c’est important !

Deuxièmement, notez que, encore une fois, cette séquence n’a pas été filmée et diffusée par un vilain anonyme qui l’aurait ensuite postée sur internet. Pas la peine de tirer sur le net. Par contre faisons confiance au net pour faire tourner la séquence. C’est déjà bien parti !

Revenons aux 3 acteurs principaux de cette histoire :

– Rachida Dati :
Savait-elle qu’on l’enregistrait à ce moment là ?
Quelqu’un a bien du lui installer son micro cravate HF. Elle savait donc qu’elle était équipée. Habituées aux médias, elle doit aussi savoir que le micro fonctionne tant qu’on ne le coupe pas…
De plus ses propos semblent montrer que les médias étaient sa préoccupation principale sur le moment.

Dominique Strauss Kahn avait déjà été mis en difficulté dans Dimanche + à cause d’un micro HF ouvert. Dans le sonore on l’entendait demander à un proche quel disque il devait ensuite acheter dans un magasin pour les caméras. On le voyait ensuite acheter le disque en question. Grave ? Bien sûr que non mais cette séquence était une illustration de la manière dont les politiques gèrent et fabriquent leur image.

– Les journalistes ?
Leur métier est de récupérer de l’information, toutes les informations possibles et de les vérifier. La séquence semble vraie, conforme à la réalité du moment. Elle n’est pas flatteuse pour l’invité ? Est-ce le rôle du journaliste de s’auto-censurer? Le journaliste vient chercher des informations. Quand il en récupère plus, quand il se retrouve face à un événement, son rôle est de le relayer et de le placer dans le contexte si nécessaire.

Cette séquence est futile ou y a-t-il par ailleurs une information dans cette séquence imprévue ? Politiquement oui bien sûr, il y a une information, alors pourquoi ne pas la diffuser.

Rachida Dati aurait-elle dit la même chose si elle n’avait pas oublié le micro? Probablement pas. Mais finalement si les journalistes ont fini par se faire oublier, très bien, c’est une part importante de leur métier. Cet exemple montre d’ailleurs que l’on obtient des informations, des situations bien plus sincères que lorsque l’homme ou la femme politique joue avec les médias en tentant de contrôler son image et ses images.

N’oublions pas non plus que cette séquence doit être regardée au milieu d’un sujet complet. Lien Media un autre regard – M6 replay

Reste le troisième acteur : le diffuseur : M6.
On peut être surpris que M6 ait laissé diffuser cette séquence peu flatteuse pour Rachida Dati en pleine reconquête politique. Cela aurait-il été le cas au début de mandature de Nicolas Sakozy, lorsque toucher Rachida Dati, équivalait à attaquer le Président de la République him self ?

Est-ce aussi une conséquence des affaires récentes de censure à Zone interdite, de licenciement du rédacteur en chef d’Enquête Exclusive ? Est-ce aussi un moyen de démontrer aux journalistes de C Prod et M6 qu’ils ont toute liberté de travailler? Si la situation n’avait pas été aussi tendue, la séquence serait-elle passée ?

En tout cas un très beau coup de notoriété mérité pour 66 minutes.

Séquence Hortefeux, cette histoire et bien et bien d’autres. Et d’un autre coté le décodage des techniques présidentielles par Yann Barthès qui contrarie de plus en plus en haut lieu…

Les hommes politiques pensaient et affirmaient très bien maitriser leur communication et maitriser les medias. Essaye encore !

Quelles conséquences possibles de toute cela ?
Et si les hommes politiques allaient encore plus se contrôler, être encore moins spontanés devant les medias? Si cela les confortait à maitriser toujours plus leur image, si cela les incitait à proposer leurs propres images aux médias (lip Dub et autres) et à fabriquer leurs propres medias (web tv, blog, site, profil Facebook ) ne risquerait-on pas de passer de la communication à la propagande?

Les derniers articles du parisien sur le budget de communication de l’Elysée nous donnent des indices. Lien Media un autre regard – Le parisien / 7,5 millions d’euros pour la communication du président

Alors espérons que les journalistes vont continuer à faire leur métier, à jouer leur rôle de relais et de filtre, à nous livrer les informations, à nous expliquer et commenter parfois quand cela est nécessaire.

Et comptons surtout sur l’intelligence de chacun face à ses médias, face à leur utilisation. Les hommes politiques se servent des medias, c’est leur droit. Nous avons tous à notre disposition des moyens de ne pas être dupes. Internet, bien utilisé, en est un moyen. A chacun de s’éduquer et à aider les autres à en faire autant.

Et pour ceux qui voudraient revoir la séquence : Lien Media un autre regard – Ozap.






One commentaire


  1. vibromasseur

    ans le fond Rachida Dati, sur cette affaire n’a pas à rougir, elle à dit à une amie ce qu’elle pensait, et dans le cercle des politiques européens, elle est loin d’être la seule prise par la lassitude de la grande machine infernale



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *