Point de vue

31 janvier 2010

Nuisances sonores – Une réponse, des premières avancées mais pas que…

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , ,

J’aurai bien aimé m’emballer mais malheureusement non…

En plus, en assistant au début de la conférence de l’ADVTV (association de lutte contre les nuisances sonores) j’ai appris que comme de nombreuses personnes sujettes aux nuisances sonores mon cerveau avait été touché par une fixation paranoïque (Penser à rajouter ça sur mon cv !)

Parmi les bonnes nouvelles :
– le Réseau Vivre Paris, réseau d’associations de riverains dont je vous parlai la semaine dernière (lien) a réussi à se faire entendre des médias (Le parisien (lien), des radios etc.). Ces associations ont par ailleurs enfin réussi à obtenir le droit de participer à des réunions et commissions concernant les problèmes des riverains ! Que leur action se poursuive ainsi !

–  J’ai enfin reçu une réponse de Monsieur Jean-Bernard Bros, Adjoint au Maire de Paris, chargé du Tourisme à mon mail faisant suite à l’un de mes articles :

De nombreux adjoints aux maires se préoccupent de la santé des restaurateurs, du milieu de la nuit. Qui se préoccupe encore des riverains et des nuisances sonores qu’ils vivent au quotidien ?
Jean Bernard Bros : Mais tous, bien entendu ! Ainsi que tous les maires et adjoints d’arrondissements, quels qu’ils soient… Gérer une ville aux mille richesses et aux multiples facettes telle que Paris consiste en la recherche permanente de l’intérêt général, de la cohabitation de tous en bonne intelligence, et d’une certaine idée du vivre ensemble, fondée avant tout sur la tolérance.

Je puis d’ailleurs constater pour ma part au cours de mes échanges réguliers avec les professionnels du tourisme et les responsables de l’accueil dans notre ville que les administrateurs et propriétaires des lieux de convivialité parisiens estiment le plus souvent qu’en cas de conflit, la tranquillité des riverains demeure bien le critère prépondérant pour les pouvoirs publics.

Je retiendrais donc avec satisfaction que ce subtil équilibre est globalement atteint et que la ville est des plus équitable sur ce point particulier, même si comme vous le savez, c’est bien la préfecture de police qui dispose de véritables compétences en la matière.

Pourquoi aucune mention rappelant aux noctambules qu’ils peuvent s’amuser mais en respectant la tranquillité des habitants n’est toujours pas indiquée sur ce site et en particulier dans la charte du parisien? Quand cela sera-t-il effectif ?
J.B. Bros : Il a été convenu avec la chambre syndicale des cabarets artistiques et des discothèques (CSCAD) que le site parisnightlife.fr accueillait désormais la campagne municipale sortez discrets dans son guide du parfait parisien, qui prend donc place auprès des autres messages de prévention fêtez clair et sur le binge drinking, afin de promouvoir les bonnes pratiques pour continuer à assurer le respect et la tranquillité des riverains des lieux de convivialité.

Comment voyez-vous l’avenir des riverains parisiens aux alentours de ces lieux dédiés à l’amusement des autres parisiens et touristes d’autant plus qu’on annonce la volonté de la mairie de mettre en place des « quartiers Montorgueil » dans chaque arrondissement.
J.B. Bros : La proposition de zones festives dans les zones en cours d’aménagement urbain – je suppose que c’est à cela que vous faites référence dans votre question – a bien été émise dans certaines rencontres publiques, mais je puis vous assurer que pour l’heure il ne s’agit pas d’une position portée au sein de la mairie.

J’ajoute que sur ce point encore, la capacité de faire appartient à la Préfecture de police et non à la Mairie de Paris.

Merci à Monsieur Jean Bernard Bros dont j’ai pu obtenir la réponse. J’en attends toujours d’autres.

Alors oui, sur le site Paris night life,  la charte du parfait parisien (lien) a changé mais pour un résultat à minima et avec quels arguments :
« Les fumeurs qui sortent sur le trottoir peuvent déranger les voisins s’ils parlent trop fort. Evitons que les plaintes se multiplient et causent des ennuis aux établissements fréquentés. ». Et la notion des respects des autres elle est où ?

Je regrette aussi que l’ajout de cette communication à minima ait provoqué la suppression de la prévention contre le Sida. C’est l’un ou l’autre?  Je ne le crois pas.

Quand à la version anglaise du site, elle ne contient tout simplement aucune information.

Peut donc faire bien mieux!

La notion de respect est où?

Et bien définitivement pas dans le Quartier Montorgueil, puisque coté très mauvaises nouvelles 15 restaurants se sont associés pour engager un mandataire judiciaire pour obtenir par la justice l’occupation de la totalité de la largeur des trottoirs.

Allez piétons et riverains, dégagez sur la route dite piétonne mais devenue autoroute pour scooters et traversée régulièrement par les voitures des clients de restaurants et parfois à contresens sans parler des livreurs, des ambulances de la clinique, des pompiers, des éboueurs etc.

S’ils les restaurateurs gagnent on pourra définitivement proclamer le Quartier Montorgueil, territoire occupé.

Occupé par les restaurateurs et leur nouvelle clientèle bien plus riche que les riverains comme les restaurateurs se flattent de le raconter.

En même temps on les croit puisque leurs clients savent exhiber leur richesse. Ben oui, ils ne vont pas garer leur Ferrari ou leur grosse voiture polluante dans le parking du peuple et en plus payant! Ils sont riches eux et veulent le rester! Se faire verbaliser? Mais non, les restaurateurs sont organisés pour voir arriver  les agents et puis si l’un d’entre eux fait trop de zèle, ils n’hésitent pas à s’en plaindre directement auprès du commissariat du 2ème arrondissement comme récemment.

Territoire occupé ET zone de non droit.

Mais au fait, qu’est ce que ces restaurateurs et clients pensent de ces nuisances sonores? Dormir ou habiter ici? Vous êtes fous, y a bien trop de bruit voyons!






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *