Articles les plus populaires

15 février 2010

Gregory Basso, comment faire du neuf avec du vieux! Et le droit à l’oubli?

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : ,
Gregory Basso Ferme célébrités AfriqueTF1

Grégory Basso, serait passé par la case prison : Révélation pour la Ferme célébrités en Afrique, sur TF1?

Et bien, non, ce n’est pas un scoop, ni pour les médias qui connaissaient toute cette histoire passée depuis très longtemps, ni pour moi qui le connait depuis quelques années.

Mais ce n’est pas plus un scoop que d’écrire que les médias adorent souvent faire du neuf avec du vieux.

Travaillant actuellement aussi sur une émission à base d’archives, je me disais d’ailleurs que, heureusement que, dans le passé, il y avait plus de « frais» et de directs propices à tous les dérapages et moments inattendus! Comment ferions-nous autrement pour remplir toutes ces émissions actuelles à base d’archives?

Excusez moi je digresse (une fois de plus!)

Revenons en à un sujet bien plus sérieux, enfin important, enfin qui nous occupe et remplit les sites, les pages Facebook etc : Alors comme ça Michael Vendetta a balancé vendredi dans la Ferme Célébrité que Greg Basso avait fait de la prison pour trafic de drogue.

Vendetta n’est plus à une connerie près! Ses producteurs ont bien fait de miser sur lui, il peut rapporter gros! Il a probablement déjà rapporté beaucoup! Que deviendra-t-il cependant dans quelques mois quand il aura fini de nous agacer ou de nous divertir? J’espère que ses producteurs seront alors toujours à ses cotés.

Ce qui est le plus surprenant dans cette histoire c’est la manière dont les médias ont profité de cette faute de goût de Michael Vendetta pour balancer cette info qui n’est vraiment pas de première fraicheur puisque Le Parisien l’avait déjà annoncée en 2003 au moment de la participation de Gregory Basso à Greg le Millionnaire.

Je ne lis pas la presse dite à scandale, (Ok… surtout par manque de temps !) mais à ma connaissance, cette histoire datant de 1997 n’avait pas encore été ressortie cette année.

Il a cependant suffit que Michael Vendetta le dise, pour que, allez hop, de nombreux médias dont Jean Marc Morandini parmi les premiers s’engouffrent dans la brèche pour tout ressortir !

Ce n’est pas de leur faute… C’est lui qui l’a dit !

Il a bon dos le Vendetta. Au fait, attention à ne pas le confondre avec l’autre, David, le DJ, qui en a d’ailleurs semble-t-il marre de porter le même nom ! Faut dire qu’en quelques semaines, en tapant Vendetta sur Google on est passé du DJ au futur grand dépressif ! Ça doit énerver le premier, surtout si maintenant on lui fait signer des autographes en lui demandant s’il est le frère du fermier !

Bref, je suis toujours étonné quand tout le « microcosme » parisien, quand de nombreux médias, se gargarisent d’infos people, de secrets de polichinelle à longueur de soirée entre vrais ou faux amis sans les publier tant qu’un collègue n’a pas tout balancé. Étonnante fausse pudeur!

Comme quoi il existerait encore une hiérarchie parmi victimes de la presse people. Il existe encore des intouchables!

Même pudeur ou comédie d’ailleurs que celle des autres fermiers agacés au moment ou Michael Vendetta « balançait » cette information en direct dans le programme. On le sait tous mais faut pas le dire!

Et si c’était à l’inverse leur façon d’exprimer leur soutien à Gregory Basso et son droit à l’oubli d’une période plus flatteuse de son passé?

Coté animateurs, et producteurs, pourquoi tenter de nier l’évidence depuis et de camoufler ce passé pour lequel Gregory Basso a payé sa dette?

Pour éviter de perdre encore des téléspectateurs? (le prime prend des gadins d’audience depuis la 1ère). Le programme serait-il trop segmentant, pas assez familial? Alors oui, un ex-dealer ou présenté comme tel dans la Ferme, ça ne va pas aider à reconquérir les ménagères !

Etait-ce une bonne idée de la production d’agir ainsi?

Un producteur me faisait dernièrement remarquer que, pour qu’un programme de téléréalité réussisse, il ne fallait pas que la production triche avec les « règles » du programme. Benjamin Castaldi qui allume Michael Vendetta dans une quotidienne de façon unilatérale, tentative de cacher une vérité sur le passé de Gregory Basso… Etait-ce une donc bonne idée?

Comme je vous le disais aussi en introduction, j’ai rencontré Greg à plusieurs reprises.

Tout cela a commencé en 2000 lorsqu’il m’a été présenté par Side Hajjaji, chorégraphe de Dansez Maintenant, prime time présenté alors par Dave sur France 2 et produit par Dominique Cantien et mon amie et désormais chroniqueuse aux cotés de Stéphane Bern, Caroline gavignet. (lien)

En plus d’être assistant puis chargé de production sur cette série d’émissions, je m’occupais aussi de recruter les gogos danseurs de l’émission. Tâche ingrate !

Je n’avais donc pas hésité longtemps en voyant le composite de Greg et encore moins quand il est venu se présenter sur le plateau lors des répétitions. Caroline et Dominique étaient aussi sous le charme.

Il était plutôt doué en plus.

Nous avons donc sympathisé et sommes restés en contact, comme on reste en contact dans ce milieu, c’est-à-dire en se voyant peu souvent, en ne s’appelant que rarement mais toujours ravi de se recroiser si l’occasion se présente. Et puis prêt à s’appeler quand un poste peut intéresser l’autre.

Mais, un jour, il m’a proposé de venir dîner chez lui. J’ai bien sûr accepté.

Et effectivement pendant cette sympathique soirée, il m’a parlé de cette histoire.

Il faut dire que ce jour était particulièrement important pour lui. C’était son premier jour après sa liberté conditionnelle (ou après la fin de son contrôle judiciaire… je ne sais plus bien). Il pouvait enfin passer à une nouvelle étape de sa vie, penser à nouveau de façon sereine à son avenir. Il avait à nouveau retrouvé toute sa liberté ! L’affaire était derrière lui, enfin le croyait-il, l’espérait-il sincèrement. Son exposition médiatique souvent recherchée par lui-même depuis lui a semble-t-il donné tord!

Nous avons peu discuté de ce qui s’était passé. Il ne pouvait pas revenir sur son passé, moi non plus. La justice avait décidé qu’il avait payé sa dette. Il était temps de penser à l’avenir.

Quelques mois plus tôt, alors que je ne connaissais pas son passé, je l’avais trouvé sympathique, toujours agréable et respectueux. Pourquoi aurais-je du changer d’opinion sur lui ensuite?

Pour l’anecdote, il me racontera aussi ce soir là, un peu déçu, que Glem avait finalement décidé quelques jours plus tôt de ne pas l’engager comme « Tentateur » dans l’île de la Tentation à cause de ce fameux passé.

Un déception effacée quelques années plus tard quand Glem lui proposera alors d’incarner le rôle de Greg le Millionnaire, cette fois-ci malgré son passé révélé alors par le Parisien. Ah bon, il a été en prison ! Les scrupules d’un jour ne sont pas ceux de toujours!

Mais il est vrai que dans cette émission de téléréalité, Greg jouait alors un personnage. Toute sa vie racontée aux candidates du jeu n’était qu’un mensonge volontaire de la part de la production. Son véritable passé avait-il vraiment de l’importance?

Greg a ensuite beaucoup joué avec les médias pour ses projets et surtout pour que nous ne l’oublions pas.

Il a alors fait le choix de s’exposer, de faire le spectacle jusqu’à participer aujourd’hui à un programme très voyeuriste ou exhibitionniste selon le coté où l’on se trouve !

Avait-il cependant le choix?

Quand vous avez gouté aux pages people des magazines, à la célébrité, quand on est avant tout un nom, un visage, un physique, comment retourner dans l’anonymat? Avait-il d’ailleurs envie de retourner dans l’anonymat ou plutôt de se lancer dans la musique, la mode?

Et puis, ils ont dû être nombreux ceux qui vous lui ont fait miroiter des fortunes grâce à leurs conseils avisés …. et intéressés.

Gregory Basso a choisi (ou pas d’ailleurs) de s’exposer, de faire parler de lui, d’exister aussi par le bruit médiatique qu’il provoque.

Cela fait-t-il cependant de lui un homme qui n’a plus le droit à l’oubli et au respect de sa vie privée?

Peut-il jouer avec les médias, s’y afficher uniquement quand cela lui permet de gagner de l’argent, de faire marche ses affaires ?

Cela donne-t-il alors le droit aux médias de se payer sur la bête en parlant d’autres facettes de sa vie privée ?

Quand on est connu, quand on est une personnalité publique peut-on encore décider de la part de sa vie privée que l’on choisit de partager avec le grand public ?

Vouloir être médiatique quand on a eu un passé délicat, est ce impossible? (Double peine?)

Vastes questions pour lesquelles chacun d’entre nous a probablement une opinion. Vastes questions dont les tentatives de réponses composent les très régulières plaidoiries des parties prenantes lors des nombreux procès pour atteinte au droit à l’image et à la vie privée entre personnalités publiques et médias.






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *