Coulisses des émissions

1 mars 2010

Le dispositif technique des César sur Canal +

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
les cesar 2010

Samedi soir dernier, Canal +, la 35ème cérémonie des César était réalisée par Jérôme Revon, en direct du Théâtre du Châtelet situé en bord de Seine dans le centre de Paris.

21h début de la soirée officielle précédée par Avant les César 2010 présentée en direct ou presque par Laurent Weil.

Une soirée produite comme chaque année par KM Prod (lien) , Renaud le Van Kim et Michel Denisot. Coté moyens techniques, la soirée était signée pour la première fois par Euromédia France.

Tout d’abord, non je ne me suis pas trompé. Pas de S aux César car César est,  avant d’être le nom d’une soirée, un artiste qui a réalisé le trophée, la compression du même nom. Et rien à voir avec la salade au poulet du même nom : la Caesar ! Il y a des vérités à dire!

C’était donc la première année que Euromédia France signait la prestation technique de la captation de la soirée. Mais ce n’était pas la première fois que son personnel et ses moyens techniques assuraient la prestation. C’est juste une histoire de nom puis que VCF est devenu Euromédia France comme je vous l’indiquai en exclusivité il y a quelques mois (lien)

Deux cars, les 18 et 21 HD ont été utilisés pour réaliser  l’unique prime time en direct et en clair sur Canal + (d’où le logo Canal + pour marquer le programme). Euromedia France était aussi chargé de la coordination des moyens lumière fournis par Lumex (lien) et son : Silence (lien). Le son était comme souvent de pair avec Euromedia.

Malgré la présence des cars HD, la prestation a été réalisée en SD, l’habillage du programme ayant été à l’origine réalisée en SD.

Le car 21 (lien), le car le plus complet de la soirée a permis la réalisation en direct du programme.

En complément de ce car était installé le car 18 (lien), car qui permettait à Didier Froehly de réaliser Avant les César 2010, la soirée d’avant cérémonie présentée par Laurent Weil.

Le car 18 a ensuite été utilisé comme car de secours au car 21. Pendant la cérémonie, les images réalisées par Jérôme Revon transitaient par le car 18 avant d’être envoyées par satellite par Globecast à Canal +.
En cas de problèmes techniques, le car 18 pouvait prendre le relais avec cependant des moyens techniques légèrement inférieurs au car 21.

A noter qu’à une époque, le théâtre du Châtelet était équipé en fibre. Cette fibre permettait de relier par le sol le théâtre aux chaines via le Serte.
L’arrivée de la tempête quelques heures plus tôt sur Paris aurait pu perturber la liaison satellite.
Faut parfois aussi avoir de la chance dans ce métier.

Combien de caméras ? 15 dont 2 grues et 1 junior : une caméra sur rail travelling devant la scène.
L’une des 2 grues : une Louma avec bras télescopique modulable était placée à Jardin (lien) au sol (Particulièrement lourde, elle ne peut être placée aux balcons).

Une autre grue plus légère équipée d’une caméra avec grand angle comme sur toutes les caméras était installée au balcon à cour. Elle et son machiniste debout pour la manipuler étaient un peu trop visibles à mon goût. (Elle est d’ailleurs visible sur la première photo de l’article.. Cliquez pour agrandir)

A noter aussi comme je vous l’indiquai sur Twitter (lien), une caméra était cachée à la base du grand César placé sur scène (voir la photo). Elle permettait de filmer la salle de face.
Parmi les 15 caméras on trouvait aussi 1 ou 2 caméra dites beauty shots sans cadreur.

A noter que cette année, exceptionnellement, Frédéric Dorieux assurait la direction de la photo (la lumière) en remplacement de Jean Bernard Favero Longo. (Amitiés J. B. )

L’émission Avant les César 2010 était éclairée par Philippe Bertrand. Didier Froehly disposait de 4 caméras légères dont 2 en HF pour réaliser cette émission en presque direct.
Presque car elle a commencé à être enregistrée vers 18h, en fait dès l’arrivée des premiers invités. L’émission annoncée à certains moments par Laurent Weil comme étant en direct était en fait un mélange bousculé de directs et d’interviews et d’arrivée d’invités enregistrées.
Si la cérémonie était organisée avec précision, cette émission l’était moins. « Voici l’arrivée de… » arrivée que nous avions déjà vu 20 minutes plus tôt etc. Pas très facile à organiser !

A noter que comme souvent lors de ce type de cérémonie on prévoit toujours des photos des nommés au cas où l’un ou l’autre serait absent. Ainsi, 2 serveurs et un LSM, permettaient d’envoyer toutes les photos. Elles étaient remplacées en direct par les images des invités présents dans la salle.

Les habitués de la cérémonie auront probablement remarqué la présence cette année d’un mur « 35ème édition des César » à l’entrée du Châtelet : le mur photo call, une idée reprise des grandes cérémonies américaines. Une bonne idée probablement provoquée par la nécessité de cacher les travaux de la façade du Théâtre Châtelet.

J’allais oublier de vous parler du planning, plutôt confortable de cette cérémonie.
Je n’ai pas eu les informations concernant la lumière et le décor (probablement installés dès le lundi). Les moyens techniques images ont cependant été installés dès mardi pour un début des répétitions mercredi soir.
Se sont ensuite enchainés des répétitions les jeudi, vendredi (entre 14h et 19hà et samedi. Petites journées dues principalement aux difficultés à rassembler aux mêmes horaires les différents remettants et intervenants.

En 2008, j’ai aussi eu l’occasion de m’occuper de la production d’une cérémonie de remise de prix  au même endroit : Les Trophées Afro Caribéens pour France 2.

Le planning n’était pas tout à fait le même :  Début d’installation du décor un soir à 19h pour un tournage de la cérémonie avec des musiciens, tous ou presque en live dès le lendemain 21h. Chaud, chaud.. La suite de l’histoire lors d’un prochain article.

Heureusement que nous étions bien accueilli par les équipes de Henri Louis Peraro du Théâtre du Châtelet.






8 commentaires


  1. sylvain

    Bonjour,

    Comme quoi…… même avec des moyens techniques énorme, une organisation parfaite, des répétitions confortables…… sans auteur (ils étaient pourtant 10 me semble-t-il), on peut rater une soirée et la rendre d’un ennui abyssale.
    A part l’arrivée de Laura Smet (quel humour sur elle-même) et l’intervention de Vanessa Paradis (quel humour sur elle même itou), le reste était d’une platitude désolante.

    Pour en revenir à ton post, il est vrai que c’était étrange de voir F Mitterrand en interview et de le voir en plan de coupe aussitôt après dans la salle (idem pour Elie Seymoun).
    Quand tu parles de 15 caméras + 2 grues, est-ce nécessaire et dans la norme pour ce genre de soirée ou est-ce particulièrement luxueux ?

    Bonne journée


    • Donc je résume : pas fan de la soirée

      Pour les cam : il s’agit de 15 incluant les 2 grues et le junior.

      Il est de plus en plus rare de disposer d’autant de caméras. Ce sera cependant probablement encore le cas sur les Victoires de la musique ou les enfoirés. Cependant ce qui explique le nombre important de caméras, c’est le besoin de montrer tous les nommés en même temps au moment de l’annonce des résultats. Pas le choix, il faut alors 5 ou 6 caméras pour cela. Et parfois plus si on n’a pas réussi à placer autant de nommés à cours et à jardin.

      J’essayerai de vous proposer le dispositif technique des Victoires de la musique ici mais cette fois-ci avant le direct.


      • sylvain

        Effectivement, le résumé est très juste : pas fan du tout.

        Et toi, en professionnel, tu en as pensé quoi?

        Pour la question sur le nombre de caméras, j’aurais réfléchi deux secondes, j’aurais effectivement pu penser qu’il en fallait déjà au moins 6 pour tous les nommés sur la même image, plus gros plan du remettant, plus plan large de la scène, plus plan des maitres de cérémonie…….


        • Et oui même si on utilise des caméras pour plusieurs types de plans, à certains moments il faut le bon nombre… comme au foot par exemple.

          Je n’ai regardé que la première heure mais j’ai plutôt aimé le début, en particulier l’arrivée de Laura Smet, certains passages du duo de présentation. Ce n’est jamais facile de faire vivre une salle qui est remplie de personnes stressées à l’idée de recevoir ou non un prix mais aussi et surtout de personnes venues pour se montrer.

          De plus les gagnants ont, on les comprend, envie de remercier tant de gens. Ils sont donc parfois longs et ce n’est donc pas très télégénique mais c’est la loi du genre.


  2. Je vais essayer de faire et pour une fois je vais me plaindre!
    Je suis en fait énervé de lire ce genre de post!!!
    Inutile de redire ce que j’ai dis de nombreuses fois en parcourant ce blog! En fait je suis énervé de voir à quel point ce blog est de qualité.
    Si j’avais pu lire ça il y a bien des années j’aurai peut-être pu faire des stages dans pas mal de boites grâce aux liens donnés dans les posts!!!! Cela m’aurait certainement bien aidé et peut-être permis de vivre encore plus de ma passion!

    Emmanuel merci donc pour tes posts qui serviront de toute façon!!!!!


    • Oufff…
      Mister clem qui se plaint? je me suis dit.. mais qu’est ce que j’ai écrit… Et puis non c’était un com’ très sympathique comme souvent.

      Merci à toi et oui j’espère que cela peut servir… C’est fait pour


  3. JBMaes

    Merci pour ce genre d’article si bien écrit et qui me donne encore plus envie de travailler dans la production audiovisuelle. On se rend compte de l’organisation que cela représente. Même si finalement, comme vous l’avez dit, le résultat est un peu ennuyant… Autant, je suis fan des remises de prix aux États Unis, autant les remises de prix françaises ont tendance à m’ennuyer, mais ce n’est que mon avis.

    Bonne continuation Emmanuel pour ce blog que je ne manque pas de suivre !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *