Réalisation

5 mars 2010

Ce 5 mars 2010, la Nuit de l’Improvisation de Jean-François Zygel : Un double flux en direct et en exclusivité sur France2.fr :

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
nuit de l'improvision jean françois Zygel France 2

« C’est une première, cette histoire ! Et c’est en ça que c’est excitant ! »

Voilà comment cet événement m’a été présenté par Miguel Octave, réalisateur avec Fred Leclair de cette soirée en direct du Théâtre du Châtelet (et oui comme les Césars) ! de 20h00 à 1h00 du matin sur France 2.fr

Ces deux réalisateurs ont aussi mis en place un dispositif inédit puisqu’il permet de vivre à distance et en temps réel, un événement de l’intérieur, sous des axes différents :

– Un flux pour  suivre en direct le spectacle d’improvisation  : duels de pianistes, improvisations solo et collectives, instruments rares et fantaisies diverses, slam, projection de films muets et de lanterne magique, musique électronique, danseurs et jongleurs…

– Un second flux pour découvrir toutes les images des répétitions, des interviews, des images des coulisses tournées depuis plusieurs jours.

A chacun d’entre vous de « switcher » de passer du live au second flux selon vos envies.

Et bonus, pendant les entractes de la soirée, vous pourrez entrer dans deux salles du Théâtre du Chatelet souvent inaccessibles au Grand Public : le Grand Foyer et le Salon Nijinski.

Ce dispositif inédit a été mis en place par Miguel Octave, aussi connu pour être très souvent l’assistant de réalisation de Gérard Pullicino (NRJ Music Awards, Taratata…).

Depuis quelques années, il a choisi de s’émanciper ou plus simplement de multiplier les plaisirs en passant de plus en plus souvent à la réalisation de concerts dont des concerts de Jazz qui est une autre de ses passions.

Ce soir, avec Fred Leclair,  il nous propose donc en plus une nouvelle forme de réalisation et de diffusion. Ensemble, ils ont déjà réalisé les dvd « Clés de l’orchestre » de Jean François Zygel.

La difficulté principale pendant ce direct est de coordonner en temps réel le travail des cadreurs : Quel cadreur doit filmer quelle situation, dans quel lieu, avec quelle caméra et pour quel flux.

Beaucoup d’impro en prévision. Rien d’étonnant pour une soirée placée sous le signe de l’improvisation musicale.

Le système de réalisation a donc du être pensé pour être souple. Le producteur choisit les improvisations musicales à diffuser en temps réel, les réalisateurs doivent être capables d’en assurer la diffusion.

Travail de l’image mais aussi sans aucun doute du son.

Une forme de réalisation et de diffusion précurseur ? L’avenir le dira.

Intéressante initiative à suivre sur : Lien Media un autre regard  – France 2

Dispositif innovant qui bénéficie cependant encore d’un financement de diffusion télé plus classique puisqu’il m’a été expliqué qu’un 52 minutes devrait être aussi diffusé le 8 mars sur France 2. (mais impossible de le trouver sur la grille de programme de France 2 – Mystère!)

Mise à jour : A noter, en commentaire, les compléments d’information de bon matin de Miguel Octave, l’un des réalisateurs






One commentaire


  1. yep

    Salut Emmanuel !

    En effet, c’est une chouette opération dans le fond comme dans la forme, puisqu’il n’y a pas à proprement parler de conducteur comme dans une émission traditionnelle. C’est une captation avec une trame et des événements qui vont se dérouler un peu partout dans le Châtelet, à la demande du public, des internautes et des musiciens !
    Le dispositif de captation est léger (moyens très limités…) mais il doit permettre de vivre à distance et en temps réel, un événement de l’intérieur, sous des axes différents.

    En fait, on a un canevas sur lequel, on va broder une histoire pendant 5 heures, ce qui n’est pas commun en télévision. Il n’y a que le web qui peut proposer aujourd’hui de tels paris : la télé hertzienne obéit à des codes strictes et il est très difficile d’en sortir. On pensait qu’avec la TNT, on aurait osé mais on se rend compte hélas que les chaînes numériques copient sans idée et sans innovation, leurs grandes sœurs mais avec beaucoup moins de moyens… et ça se voit !

    Mais au delà de l’aspect technique, c’est le contenu de cette « Nuit de l’Improvisation » qui est intéressant.
    Tous ceux qui pratiquent des clivages entre musiques sont totalement dans l’erreur ! Depuis 2 jours, on assiste à des rencontres et des boeufs impromptus entre musiciens de tous bords qui passent au Châtelet. Jazz, classique, variétés, rap, musique électronique, etc… se rencontrent et on se rend bien compte que tous ces artistes ont juste envie de s’éclater autour de leur passion !

    Jean-François Zygel a tellement fait depuis quelques années pour vulgariser le classique qu’il parvient avec cette opération à montrer que la musique est un langage universel quand les musiciens dépassent les étiquettes qui leurs sont attribuées.

    Cette fête est avant tout une belle leçon de tolérance et de partage pour les vrais passionnés de musique !

    Miguel

    Miguel



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *