Coulisses des émissions

11 mars 2010

Amel Bent lors des répétitions de CD’aujourd’hui, la Spéciale sur France 2 : Interview exclusive

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , ,
Amel Bent pendant les répétitions

Ce soir, à minuit, France 2 diffuse la nouvelle édition de CD’aujourd’hui la spéciale produite par Act 4.

J’ai eu la chance d’assister aux répétitions de cette émission réalisée par Jérôme Revon au Showcase à Paris.

A cette occasion j’en ai profité pour demander à Amel Bent ses impressions sur les répétitions à la télévision.

En février était enregistrée la spéciale de cd d’Aujourd’hui présentée par Cyril Hanouna.

Deux scènes en alternance, un coin talk au bar, des équipes ENG pour suivre la vie dans la salle occupée en grande partie par des artistes invités par France 2, une mini DV donnée à Arielle Dombasle pendant la soirée, voilà de quoi faire une belle émission.

Pour filmer tout cela 2 caméras lourdes à la fois face à la scène principale et à la seconde scène proche du bar, 2 caméras épaules et une grue Cammate (aussi utilisée lors de la cérémonie du 11 novembre (lien)), le tout relié à une régie Fly AMP.

Son live pendant la soirée.

Ainsi, malgré une journée toujours trop courte pour tout répéter dans les meilleures conditions chaque artiste a tout de même eu la possibilité de répéter pendant 20 minutes son titre.

Pourquoi répéter ?

Coté réalisation, il est important de pouvoir caler les axes caméras, de pouvoir adapter la réalisation, la taille des plans, les effets de lumière, les trucages (grâce à une DME 7000) en fonction du titre et de la scénographie de l’artiste.

Chaque cadreur doit savoir ce qu’il doit filmer et à quel moment. Tout le est découpé, timé par la scripte (lien)

L’assistant de réalisation (lien) en profite aussi pour caler les entrées et sorties des artistes et donner certaines consignes aux artistes.

La régie fly AMP

Coté artistes, les répétitions ne sont pas toujours très appréciées surtout quand il s’agit d’interpréter son titre uniquement en playback.

Venir en plateau simplement pour montrer la scénographie pendant le titre et permettre au réalisateur de caler ses plans n’enthousiasme pas certains artistes. Et pourtant c’est bien pendant les répétitions que tout se prépare et que beaucoup se joue à la télévision.

Certains artistes demandent alors à leur entourage de placer l’horaire des répétitions le plus proche possible de l’horaire de tournage histoire de ne venir qu’une fois dans la journée sur le plateau. Toutes les raisons et excuses plus ou moins bidons sont alors bonnes.

Quand, comme dans CD’aujourd’hui la spéciale, les artistes sont en live, (et savent chanter), les répétitions sont particulièrement importantes pour caler sa voix, faire la balance son, c’est-à-dire trouver un équilibre entre les voix, les instruments etc. Un peu plus de reverb, un peu moins de graves…

Donnons la parole à Amel Bent qui a eu la gentillesse de répondre à quelques questions à la fin de ses répétitions lors de cette spéciale.

A quoi servent les répétitions pour un artiste ?
Amel Bent : Comme nous connaissons bien nos chansons (est-ce si vrai pour tous les artistes ?), cela permet avant tout de tester l’acoustique.

Tu chantes en Live ?
A.B. : Oui, bien sûr. Mais je chante toujours en live. Je chante cependant parfois en PBO (lien) quand les plateaux télé ne sont pas équipés d’un orchestre ou ne permettent pas de sonoriser des instruments. (Elle chantera ce soir uniquement accompagnée de son pianiste)

Plus que de faire ma balance, j’ai besoin de m’adapter à l’acoustique, de voir quelle intensité je vais devoir mettre dans la voix pour qu’on m’entende.

Tu règles aussi tes ear monitors (Oreillettes)
A.B : Je ne porte jamais d’Ears ! Je trouve que cela me coupe des gens.

Il est vrai que les Ears permettent de moins forcer sa voix, mais je préfère la fatiguer un peu.

Quand tu arrives en plateau, que te demande-t-on ?
A.B : On me demande si je veux un pied de micro, on me pose aussi la question de l’emplacement de mes musiciens et choristes.

J’ai vu que tu avais attendu quelques minutes avant le début des répétitions. On attend souvent?
A.B. : Non pas vraiment. Mais bon c’est vrai que j’ai déjà attendu très longtemps. Je pense que lors de l’enregistrement de la fête de la chanson française, il y avait beaucoup d’artistes et que la production a essayé de jongler avec les emplois du temps de chacun. Je suis tout de même arrivée à 13h, j’ai répété à 17h pour un PAT à 1h du matin !

C’est long !
A.B. : Oui mais en même temps cela passe vite car on est entre artistes. On papote, on parle musique.

Est-ce que pendant les répétitions on te donne aussi des instructions, par exemple en te montrant ta caméra ?
A.B. : On m’en donne parfois. Sauf que moi je n’aime pas particulièrement regarder la caméra, je préfère regarder les gens dans la salle. Je trouve que le rendu est d’ailleurs meilleur car on ressent une émotion. J’ai du mal à chanter pour une machine.

En même temps, il faut bien sûr penser à tous les gens qui sont derrière cette caméra. J’essaye donc de jongler entre le public dans la salle et les téléspectateurs derrière ces caméras. Je regarde parfois la caméra sur des mots clés.

Et puis, quand je chante je n’y pense plus vraiment. Il me semble que le compromis entre le regard salle et le regard caméra fonctionne bien.

Un grand merci à Amel Bent pour sa disponibilité et sa gentillesse.






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *