Point de vue

19 avril 2010

Un nuage de particules bloque le transport aérien européen : Une catastrophe qui manque de visibilité.

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : ,
nuage volcan islande

On entend plus parler que de cela : Le ciel européen bloqué, le nuage de particules, des centaines de milliers d’européens bloqués, Itélé en direct pendant tout le week-end…

Et pourtant cette crise pose un souci : comment montrer un nuage invisible qui, pourtant bouscule la vie de milliers d’européens.

Une catastrophe invisible ?
– Vous avez vu quelque chose dans le ciel ? Ah non il a fait super beau ce week-end en plus !
– De la poussière tomber ? Rien vu sauf peut-être le sable trop sec des allées de certains parcs s’envoler
– Des asthmatiques tousser? Rhume des foins, c’est le printemps !

Et oui, ce satané nuage serait à 8 ou 9 km au dessus de nos têtes. Alors on ne le voit pas.

Heureusement que le volcan islandais Eyjafjöll (ah oui, j’oubliais, en plus il a un nom imprononçable ! Ça n’aide pas! ) nous donne à voir de magnifiques cheminées de poussières grises, puis blanches (On se croirait à attendre le nom du nouveau pape !  si seulement… oups je m’égare).

Et puis ce nuage qui part sur la droite de l’image, vers nous quoi.
Oui, sur un écran, ce qui entre le fait par la gauche, ce qui sort le fait par la droite. Ce qui est valable pour un nuage l’est aussi pour un personnage ! On reparlera un jour de la composition d’une image et des codes universels ou presque!

Bon, me direz-vous, (si si vous me dites ! ) ce n’est pas la première fois qu’on ne peut pas montrer une catastrophe.
Et quand on a rien à montrer on pense immédiatement infographie, palette graphique et images en 3D.

Alors on montre des cartes du nuage qui circule.. un peu plus au nord, un peu plus au sud.. Il se sépare en 2 nuages un se dirigeant vers le sud, l’autre vers l’Est ! Etc.
Mais voilà, c’est bien beau cette histoire de nuage. Mais pourquoi nos avions valant des millions d’euros, fleurons de la technologie (sauf ptet les Tupolev !… vodka ou piloter un tupolev faut choisir : nouveau proverbe polonais !) ne pourraient pas voler à cause de toutes petites particules qui par ailleurs ne seraient cependant pas un danger pour notre santé.

On nous parle de particules qui étoufferaient les turbines des avions mais comment le montrer ?
Du tout petit qui abimerai un très gros réacteur surpuissant ?

Ok, des oiseaux qui traversent et font exploser une réacteur, c’est visible, on en a même des images.
Mais des particules… C’est difficile à illustrer.

Michel Chevalet a beau mettre beaucoup d’énergie sur Itélé, on ne voit rien ! Ce n’est pas comme un éboulement de terrain, un séisme, un tsunami : de vraies bonnes catastrophes visibles et donc bien médiatiques!

On finit même par douter. Et s’ils nous refaisaient le coup de la grippe A. Principe de précaution trop vite sorti du chapeau par les autorités ? Contexte compliqué avec le récent accident du Président Polonais ? (D’ailleurs ce nuage à peut-être fait au moins un heureux : notre Président pouvant profiter du soleil parisien, plutôt que d’aller à un enterrement en Pologne !)

A défaut de montrer ce qui pourrait arriver aux avions circulant à travers le nuage, la polémique ne fait que débuter. Des compagnies aériennes dont Air France ont d’ailleurs fait voler des avions sans passager pendant le week-end en France.
Les enjeux financiers deviennent de plus en plus importants Les pressions financières et industrielles sont de plus en plus fortes. L’avion était devenu un droit, un mode de transport banal. Vivre sans avion ? Et puis quoi encore !

Pas facile de montrer un nuage invisible à 9 km de hauteur. Mais il devient aussi vite lassant de montrer des aéroports vides. Plus de queue de passager en attente de leur avion. Ils ont été transférés dans des hôtels ou ont pris d’autres moyens de transport. Dupleix d’un endroit où il ne se passe strictement rien, ça finit par lasser!

On a bien trouvé quelques râleurs, des personnes agacées. Mais bon, encore si c’était une grève!  Mais que dire contre la fatalité, contre cette nature qu’on devrait nous dit-on mieux protéger! Un peu rancunière la planète non! On va dans les agences de voyage, dans les compagnies de bus ou de bateaux.

Heureusement on a trouvé Stéphane Bern, bloqué en Grèce et qui ne pourra pas assurer depuis Paris ses émissions radio sur France inter en début de semaine. Ouf un témoin people.

Le 20 h de France 2 nous a aussi proposé un sujet du très respectable Charles Enderlin : ces dizaines de cardiologues parisiens bloqués à Tel Aviv.

Il faut personnifier la catastrophe et varier les approches (assurance, conséquences économiques…)

Mais bon voilà, maintenant ça commence à suffire. La semaine démarre alors, vivement les redécollages, les affluences dans les aéroports et puis surtout un autre événement qui prendra la place de cette crise aérienne européenne historique.

Et visible s’il vous plait ! Médiatique quoi !






One commentaire


  1. c’est clair! on veut voir!!!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *