Genres

20 avril 2010

Plus de musique à la télévision, est ce possible?

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,

« Je veux que la chanson soit davantage présente à la télévision » : Frédéric Mitterrand, Ministre de la Culture dans une interview au Monde le 16/04/10 ( lien)

Les artistes aussi voudraient être plus présents à la télévision, enfin certains et d’une certaine manière…

De nombreux téléspectateurs sont aussi d’accord, mais veulent-ils tous voir les mêmes artistes?

Et moi aussi finalement, je ne serai pas contre le retour des émissions musicales à la télévision. J’ai participé à la fabrication de nombreuses émissions de ce type et j’y prenais beaucoup de plaisir.

Vouloir n’est pas tout, encore faut-il pouvoir le faire.

Coûts de production, motivation et exigences des artistes et de leur entourage (attachées de presse, maisons de disques, manager), et attentes et modes de consommation très différents des publics sont autant d’obstacles importants au retour des grands prime musicaux.

Alors plussssss ou plu(s) de musique à la télévision?

Polémique autour de l’arrivée de Encore une chanson, une nouvelle émission le 24 avril en prime time et en direct sur France 2. Polémique car certains y voient une ressemblance avec Stop ou Encore, l’émission radio hebdomadaire de RTL. (lien le blog tv news)

Succès de la RFM Party en tournée et frénésie des chaines de télévision autour de ce succès. Sujets sur les coulisses, invités en plateau comme jeudi prochain dans Ca va s’Cauet sur TF1, émissions sur TMC, projets sur d’autres chaines et j’en passe.

La musique a toujours eu sa place à la télévision. Des fameuses émissions des Carpentier que Daniela Lombroso a tenté de remettre à l’honneur récemment sur France 3 mais sans grand succès aux chaines totalement dédiées à la musique, celle-ci a toujours été présente.

Avant l’arrivée du Téléachat, certaines chaines de télévision étaient d’ailleurs ravies de remplir certaines heures matinales ou tardives de leurs programmes avec des clips en boucle. Les maisons de disques étaient contentes de voir les clips de leurs artistes diffusés et les chaines ravies de trouver des programmes pas chers qui en plus permettaient de respecter les quotas de diffusion de musique imposés par le législateur et contrôlés par le CSA.

Mais internet est passé par là et même ces émissions – robinets à clips – sont moins présentes sur certaines chaines comme M6. Elles le restent encore il est vrai sur les chaines de la TNT et du câble.

Et oui, internet nous permet de regarder légalement (via les pages des artistes, Itunes…) ou moins légalement (Dailymotion, Youtube) les clips des artistes récents ou anciens à notre convenance.

Certaines émissions musicales fonctionnent cependant très bien à la télévision. La soirée des Enfoirés sur TF1 est même l’une des émissions les plus regardées chaque année. Emission à but caritatif, elle est aussi le seul rendez-vous à pouvoir proposer une telle programmation, une telle impressionnante liste d’artistes.
Même si je trouve que les dernières éditions ont montré quelques signes d’essoufflement (des décors toujours plus grandioses mais sans véritable personnalité, une longue liste d’artistes  mais une moins grande cohérence des titres), cette émission est l’exemple parfait de programmes qui nous rassemble en nous surprenant encore.

En effet, les artistes ne nous chantent pas leur titre promo mais interprètent collégialement des tubes. Téléspectateurs, nous savons que nous savons que nous allons être surpris. Nous attendons la suite, que va-t-il se passer? Qui va chanter avec qui  et quoi ?

Voilà l’un des principaux problèmes de la musique à la télévision : elle est segmentante. Nous aimons tous la musique mais pas tous la même et pas au même moment.

Un artiste nous déplait ? On va voir sur une autre chaine ce qu’il y a. C’est bien naturel, nous savons que son titre va durer 3 minutes. On reviendra ensuite… ou pas, et souvent nous ne revenons pas. Nous avons découvert un autre programme finalement pas mal et y restons. Voilà, en terme d’audiences, le principal défaut de la chanson.

A une époque, on m’avait expliqué à M6 qu’avec certains artistes  la chaine perdait jusqu’à 300 000 téléspectateurs par minute.
Certains artistes sont d’ailleurs particulièrement connus pour être segmentants, ils ont du succès mais auprès de certaines cibles bien précises.

Certaines émissions comme la Star Ac avaient donc créé des duos entre candidats et artistes confirmés pour nous surprendre et nous inviter à rester sur le programme. Au bout de quelques émissions, l’intérêt du programme résidait alors dans l’interprétation personnelle de tubes par les candidats eux même devenus intéressants.

Pas facile non plus de proposer de la « chanson » à la télévision quand les artistes ne sont pas très généreux.
Nous ne sommes pas aux Etats-Unis où des artistes très complets préparent de façon très précise leur passage télé. Tout est souvent écrit et donc original.

En France, on se retrouve souvent avec des artistes venant uniquement pour leur promo, parfois très mal à l’aise devant les caméras ou manquants de répondant.

Certains sont en plus très exigeants. Ils veulent uniquement chanter, ne pas répondre à certaines questions de l’animateur et encore moins participer à des gags, à des séquences originales.
Pas de quoi motiver les producteurs et programmateurs d’émissions.

Pas très facile non plus de programmer des artistes musicaux à cause de la baisse des budgets de production.

Budget de production en baisse implique moins de moyens techniques pour proposer des lives mais aussi des journées de répétition/tournage de plus en plus courtes ce qui implique moins de temps de répétition et donc des prestations bien plus simples, basiques et des émissions enregistrées par lots de 2 ou 3.

Et pas la peine de compter sur les maisons de disques pour compléter les budgets. Elles auraient plutôt tendance à vous demander de prendre en charge certains frais des artistes. Et puis quoi encore (oups, le coté directeur de production a ressurgi!)

Question argent, les maisons de disques investissent de moins en moins et ne s’intéressent qu’aux émissions qui font vendre. Elles avaient aussi irrité il y a quelques années les producteurs en exigeant, qu’en échange de la présence de leur artiste sur un plateau, les producteurs cèdent les droits des images à la maison de disque. Elles pensaient déjà aux bonus des DVDs etc.
Pas question cependant pour les producteurs de céder et de perdre la propriété de leurs productions.

Pas simple donc de proposer de la musique à la télévision.  Encore plus difficile de programmer des artistes plus confidentiels même si le service public tente de le faire, comme avec C d’Aujourd’hui depuis quelques années.

Alors, pour voir des artistes donner la pleine mesure de leurs talents, il reste les spectacles, les tournées des artistes. Enfin, faut-il encore avoir les moyens.

Pour beaucoup moins cher, il reste internet qui permet aussi à certains jeunes talents d’émerger à peu de frais.

Et puis, il reste encore à trouver des nouvelles façons de mettre la musique à la télévision.

D’ailleurs l’Eurovision arrive bientôt !  Oui je sais, très segmentant aussi sauf entre amis et avec quelques bouteilles au frais!






4 commentaires


  1. Shelley Mc Morrow

    Super article Manu! Et oui, pour une fois je suis d’accord avec F Mitterrand, il est temps de trouver des idées innovantes pour faire revenir la musique à la télé! Pour réveiller la curiosité des téléspectateurs pour découvrir de nouveaux talents et pour élargir leur culture musicale ! Taratata le fait très bien! Une émission « segmentante » comme tu dis, mais personnellement, je suis fière d’être fan et de faire partie de ce segment !

    Le problème est que trop de variétés tue la variété et la télé française a mis à mort le concept. Peut-être il est temps de le faire revivre de ses cendres!


  2. Bonsoir Emmanuel,

    Comme souvent, billet remarquable et remarqué….
    Bon j’aurai envie d’ajouter de réagir assez longuement à ce post.
    Je suis claqué mais je vais dire 2, 3 choses.

    Alors oui c’est le bordel la musique soyons honnête! Le web, le téléchargement illégal, les budgets, les maisons de disques qui gagnent (mais travaillent tjs plus…je suis bien placé pour le savoir ;-)))

    C’est un sacré sujet. Il reste quand même 2 émissions musicales:
    – Taratata
    – One Shot Not (j’ai d’ailleurs un beau billet sur Manu katché sur mn blog!

    Il faut que la musique revienne à la TV, oui les maisons de disque ont besoin d’exposition tout comme un réalisateur à besoin de promo pour son film.

    Oui la musique est segmentante mais il faut que les créatifs se creusent la tête pour trouver de belles idées!

    Bref c’est un sujet compliqué mais passionnant.

    A propos des droits demandés aux producteurs, pour ma part j’ai tjs trouvé scandaleux qu’on demande à des gens de payer pour fabriquer, pour que d’autres gagnent des sous sans avoir rien investi..
    Bon je vais finir par me faire repéré….

    A bientôt


    • Merci pour ton commentaire.

      A bientôt


    • benjisite

      En effet one shot not a trouver une sorte de recette qui se laissent regarder.
      En parlant de segmentant, un segment qui fait peur à la télé d’aujourd’hui, les jeunes. vous savez ceux qui préfère surfer plutôt que de regarder une émission. Ou dirons-nous, mettre une emission en fond pour la lumière dégagé (à l’espagnol^^) mais être devant son pc ou devant la télé avec son pc portable, bref vous m’avez compris.
      Comment on intéresse ces jeunes la? a coup d’exclusivité de concert live retransmis?
      d’émission « people » qui du coup font fuir les gens plus « mature » ou plus préocuppé par la réalité?
      Dur, dur..



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *