Articles les plus populaires

19 juillet 2010

Défilé du 14 juillet : Quand être en direct implique d’enregistrer…

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,

Marie Drucker en plateau devant l'Arc de Triomphe

Voilà un titre à priori contradictoire.

Oui, le défilé du 14 juillet était bien diffusé en direct sur France 2 avec seulement quelques secondes de décalage dues aux liaisons satellite.

Pas de décalage de quelques minutes pour une éventuelle censure comme en Chine pour les JO et comme aux Etats-Unis aussi pour tous les événements en direct depuis la découverte par Justin Timberlake d’un sein de Janet Jackson pendant le direct du Super Ball en 2004. Ah l’américaine puritaine !

Mais parfois des contraintes de production et de gestion des événements qui se multiplient de façon imprévue implique d’enregistrer certaines séquences.

N’en doutez pas, lors de mon passage dans le car du signal privatif de France 2 ainsi qu’au contact des équipes d’AMP/Visual TV j’ai rencontré des personnes passionnées par le direct et  par le stress qui l’accompagne. Il n’est pas toujours simple de gérer les imprévus mais cela fait partie du plaisir du direct.

Et pourtant, le plateau d’introduction de Marie Drucker a été enregistré. Il en a été de même pour quelques interviews d’hommes politiques par Valérie Astruc.

Explications.

Marie Drucker présentait cette année cette cérémonie.

Il avait cependant été décidé d’exploiter au maximum ce magnifique « plateau télé » que sont la Place de l’Etoile et l’Arc de Triomphe, les Champs Elysées, la place de la Concorde et Paris vu du Ciel.

D’où les multiples caméras dans l’air, au sol, des grues, des steadicams, des caméras HF pour proposer en permanence dans des multiscreens des points de vues très variés sur l’ensemble de l’événement.

Marie Drucker disposait aussi d’un plateau télé en haut de la tribune ainsi que d’un poste commentateur mais il semblait dommage de la cantonner à cette tribune.

Pour enrichir encore la réalisation, il avait donc été décidé de démarrer le programme en haut de l’avenue des Champs Elysées, sur la place de l’Etoile et d’en profiter pour présenter le camion Buffalo, présent pour la première fois un 14 juillet.

Mais voilà, il y a 2 km entre la Place de l’Etoile et la place de la Concorde. Même si la circulation à bord d’un P4 avec chauffeur fourni par l’armée est très fluide quelques minutes avant le début du défilé, il faut tout de même un certain temps pour redescendre rejoindre le plateau France 2.

Seule solution pour tourner ce plateau et poursuivre la présentation depuis la Concorde, enregistrer le plateau en léger différé et revenir entre temps à la concorde.

Marie Drucker prête à partir pour la place de l'Etoile en P4

Ainsi, à 8h24 Marie Drucker a enregistré un plateau de 4 minutes prêt à être diffuser à  8h 38min 47 secondes.

Et oui l’heure est très précise car il n’est pas question qu’il y ait un noir antenne, c’est à dire une image noire même pendant 1 seconde.

A noter que la régie finale avait tout d’abord annoncé 8h37 00 comme heure de début du programme mais Télématin a semble-t-il quelque peu débordé.

8h38 et 47 s, c’est donc une séquence enregistrée – générique début / Plateau Marie Drucker / Sujet ou sommaire (j’ai un doute) – de 4 minutes qui a été lancée au top de la scripte par un opérateur LSM. Le direct n’a démarré qu’ensuite avec la prise de parole de Samah Soula installée sur les Champs Elysées pour interviewer la chef des amazones du Bénin. C’est seulement à ce moment là qu’est apparue la mention « En direct » à l’antenne de France 2  Finalement Samah Soula a encore repris la parole après un sujet car Marie n’était pas encore installée.

Ce type de premier plateau enregistré arrive en fait assez souvent dans les divertissements en direct. Cela permet parfois de diffuser des premières minutes très riches et de capter le téléspectateur avec une séquence réalisée avec des effets, un décor particulier qu’il prendrait trop de temps à démonter en direct avant la séquence suivante.

Parfois on enregistre aussi la première séquence par sécurité.

Cela m’est arrivé un soir en direct pour Arte sur la terrasse du Palais des Festivals de Cannes.

Nous avions installé un petit plateau sous une tonnelle sur le toit pour recevoir en direct les gagnants du Festival international du Film après leur passage sur scène. David Montagne, le réalisateur et les producteurs souhaitaient tourner un premier plateau, un prégénérique au milieu de cette terrasse. Nous avons donc répété cette séquence 30 minutes avant le début du direct.

J’avais cependant été prévenu que la sécurité ne nous laisserait peut-être plus accéder à cette zone dès la remise des prix.  J’ai donc proposé d’enregistrer la répétition. Et effectivement, la prise étant bonne, il a été décidé de coller le générique début derrière ce plateau et de diffuser le tout avant de revenir sur l’animatrice en direct sur le plateau.

Revenons au défilé du 14 juillet et aux interviews de Valérie Astruc.

Sa mission consistait a interviewer toutes les personnalités : ministres, présidents africains invités du défilé en bas de la Tribune et d’obtenir des interviews avant et après le défilé. Interviews courtes lui avait demandé le rédacteur en chef Patrick Richard. Pas plus de 50 secondes.

Bien que les arrivées des invités étaient calées très précisément par le protocole, il n’était pas toujours facile de prévoir à l’avance qui accepterait de répondre à ses questions et quand.

Valérie Astruc sous la tente production pendant le défilé

De plus, au moment où les invités arrivaient, des sujets étaient parfois en cours de diffusion. A d’autres moments, Marie Drucker accompagnée par Pierre Servent donnait aussi la parole aux autres journalistes présents sur les Champs Elysées.

Il n’était donc pas aisé de couper ces séquences pour laisser la parole à tel ou tel invité interviewé par Valérie Astruc.

La production avait donc prévu de pouvoir enregistrer les interviews de Valérie Astruc lorsqu’il n’était pas possible de les passer à l’antenne en direct. Les séquences étaient ensuite lancées avec quelques minutes de décalage dans le programme. La mention En direct disparaissant alors à nouveau.

Certaines interviews n’ont parfois pas pu être diffusées par manque de temps ou lorsque les ministres étaient longs, très longs dans leurs réponses.

Il en a été de même à la fin du défilé.

Les plus attentifs auront d’ailleurs remarqué l’étonnante phrase en direct de Bernard Kouchner « C’est bon on tourne ? C’est la quatrième fois que vous me posez la question ». Pas très fair play, très marionnette des Guignols même alors que justement, par égard à sa fonction, la chaine avait décidé de ne pas enregistrer l’interview mais de donner la parole en direct au Ministre des Affaires Etrangères. D’où la question posée plusieurs fois jusqu’au moment du direct.

A ce moment là, priorité avait été donné à Hervé Morin, Ministre de la défense invité en plateau et à Nicolas Sarkozy parti à la rencontre du public et de blessés de guerre.

Grâce au LSM, (disque dur d’enregistrement et de diffusion) , Valérie Astruc a pu réaliser un plus grand nombre d’interviews et donner le choix à son rédacteur en chef.

Les séquences enregistrées peuvent donc être un vrai plus même pour les puristes du direct.

Rappelons enfin que Canal + a choisi une solution bien plus simple. Elle diffuse la plupart de ses émissions sans logo en direct ce qui permet au final d’en enregistrer beaucoup sans avoir à le préciser. (lien)

Un grand merci encore aux équipes de France 2 et en particulier à Arlette Loubeau,  aux équipes d’AMP Visual TV et à Jérôme Revon, le réalisateur.






One commentaire


  1. Thomas Bertin

    Salut !

    Très bon article ! Tout comme les 3 autres sur le défilé du 14 juillet !

    J’ai 2 petites questions (un peu bêtes, certes, mais je suis très curieux ; je rappelle que j’ai 15 ans et que j’aimerai devenir cadreur).

    – Combien y avait-il, en tout, de caméras déployées pour l’évènement en comptant celles du signal international et celles du signal privatif de France 2 (pas celles de TF1) (en comptant les « iso », les grues, la stedicam, les cameras portables HF, les cam  »embarquées », celles suivant les journalistes de France 2 uniquement) ? Si tu arrives à me donner un nombre… ça serait super ! (désolé de te refaire calculer).

    – Celui qui s’occupe justement d’afficher la mention « en direct », on l’appelle bien le  »Truquiste » ?

    Merci d’avance pour tes réponses !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *