Dictionnaire! & technologies

1 septembre 2010

Quand le passage au 16/9 modifie la façon de cadrer les talks.

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , ,

Meet the Press NBC

Mais pourquoi il est dans le champ?
Ils ont l’air très éloignés ces invités?
Tiens, on voit l’invité d’à coté bouger! …

Quelqu’un peut passer dans le champ. Deux invités peuvent parfois ne pas se sentir et se tenir éloignés (on les aurait plutôt mis face à face). Un invité peut avoir la bougeotte.Voilà des réponses possibles à ces 3 questions et remarques.

Mais une autre raison pourrait les expliquer aussi toutes les trois : la réalité du cadrage en 16/9.

Prenons l’exemple de la célèbre émission dominicale américaine incontournable Meet the press sur NBC. « If it’s sunday, it’s Meet the Press »*Le passage au 16/9, avant la HD, l’arrivée de la 3D a bien sûr été poussé par des des Sony, Philips et autres grandes marques de Hifi-Vidéo soucieuses  de nous faire renouveler notre parc télé toujours plus souvent, et surtout bien avant la fin de vie de ce type de matériel.

Le passage au 16/9 a aussi été mis en place pour se rapprocher du format cinéma. Fini les bandes noires ou presque car le format Panavision 1.85  est légèrement différent du format 16/9 (1.77) . On retrouve  donc tout de même ces bandes noires pour de nombreux films.

Le passage du 16/9 a cependant aussi compliqué le travail des réalisateurs en particulier sur les talks show durant lesquels des invités sont souvent installés cote à cote.

Pour une même hauteur de plan, on montre plus d’éléments en largeur et donc parfois un bout du voisin ou du dos de la personne face à lui.

Prenons donc l’exemple de Meet the press, l’hebdomadaire politique de NBC accessible gratuitement en podcast via Itunes.

Dans cette émission au décor assez étonnant et riche (J’essayerai de vous en parler de façon plus précise prochainement), David Gregory présente des sujets, reçoit des invités prestigieux en tête à tête, face à face à la table au premier plan, en amorce sur la photo d’introduction (cliquez pour l’agrandir).

Il reçoit aussi souvent des invités par 4 ou 5 comme dans notre cas. La plupart du temps il s’agit de 4 journalistes face à face 2 à 2 ou d’hommes politiques 2 démocrates face à 2 républicains etc.

La table en verre transparente qui semble simplement posée sur ce support plexi opaque blanc a une forme légèrement en V. La partie la plus large du V étant située devant l’animateur.

Cette structure en V permet de positionner plus facilement les caméras pour filmer les invités. Vous pouvez d’ailleurs voir sur cette même première première photo les ouvertures noires à cour et à jardin (à gauche et à droite) au milieu de ce décor façon bibliothèque à travers lesquelles les caméras peuvent filmer les intervenants sans être vues.

Dans notre cas de figure, les invités sont assez rapprochés en particulier coté jardin où se trouvent 3 invités dont une femme habillée de rouge.

Et voici le résultat sur 2 axes opposés, face à cette femme politique en rouge et depuis la caméra derrière elle.

Dans ce premier plan, on découvre une partie de son voisin.

Imaginez qu’il bouge tout le temps quand il n’a pas la parole, parce qu’il est dissipé ou parce qu’il a tic (toute ressemblance avec un homme politique français….!) le message de la personne qui a la parole serait fortement parasitée. Et puis vous conviendrez que cela n’est pas très esthétique.

Dans ce plan réalisé dans l’axe opposé, on aperçoit en amorce un bout du bras de notre femme politique. On peu aimer les amorces pour accentuer la profondeur du plan et du décor. Mais, imaginez alors qu’elle bouge son bras, bouge sur le coté gauche, prenne un verre d’eau sous la table sur son coté gauche et c’est l’ensemble du plan qui est inexploitable.

Alors en réalisation on a appris à gérer cela en particulier grâce aux décorateurs qui ont appris à éloigner les invités. On utilise aussi parfois des plans à 2 plus larges qu’un gros plan d’un unique invité.

Vous vous demandez peut-être pourquoi n’ai je pas pris d’exemple français?

Et bien pour éviter de me fâcher avec les nombreux réalisateurs qui ont du faire face à ce type de problème avec plus ou moins de succès!

Et puis je dois dire que cela m’est aussi déjà arrivé, en particulier dans une parodie de remise de prix  : 2008 part en live, un prime time écrit et animé par l’humoriste Thomas  VDB diffusé pendant les fêtes de 2008/2009 sur France 4. De nombreuses scènes se déroulaient sur la scène du Bataclan devant un pupitre. Au moment du tournage et surtout du montage nous nous sommes rendus compte que les intervenants étaient trop proches et que le réalisateur avait eu du mal à cadrer chaque intervenant sans un « bout’ de l’autre… Cela arrive!

Lien Media un autre regard Meet the press podcast Itunes

* Le dimanche c’est Meet the Press ( A la rencontre de la presse)






2 commentaires


  1. J’interviens sur un vieux sujet, mais je pense que On est pas couché serait un cas d’école : par rapport à l’exemple de cet article, les invités y sont extrêmement sérés les uns aux autres.
    Mais aussi par rapport aux écrans géants au fond du décor : au début, en 4:3, ces écrans de forme anormale (ils sont rectangulaires) étaient posés à la verticale. Ça collait parfaitement avec le décor rappelant des gratte-ciels. Ils diffusaient les gros plans sur les invités en recadrant l’image 4:3 qui arrivait aussi sur nos télés : la gauche et la droite étaient coupées, ne laissant vraiment que le visage en très gros plan.
    Leur forme étirée vers le haut devait également leur permette de se glisser dans l’arrière plan sur certains plans de l’invité sur le fauteuil, entre son visage et le bord de notre écran (presque) carré, pour montrer en même temps son interlocuteur, mais je ne m’en souvient pas, seulement ça semble logique. A ce sujet ils jouent aussi beaucoup avec les miroirs, c’est beau.

    Maintenant que France 2 est passée au 16:9, que c’est-il passé : tout a changé !
    Les écrans ont été mis à l’horizontal, ça ressemble à du 16:9. Mais toute la mise en scène d’origine de ces écrans a volé en éclat : on ne pense plus a des buildings en regardant le fond du décor, c’est pourtant toute l’imagerie du générique qui se retrouvait dans cette forme étirée.
    Fini les très gros plans : l’image me semble toujours zoommée, mais sur une image large autour d’un visage (haut), il reste forcément du vide.
    Par contre les écrans s’affichent toujours à l’arrière de l’invité pour montrer le contre-champs. Et je serait tenté de penser que c’est pour çà qu’ils les ont transformés : pour que l’invité + l’écran prennent un peu plus de place sur l’image 16:9… l’espace à combler n’est plus un tout petit coin entre le visage et le bord de l’image…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *