Articles les plus populaires

12 septembre 2010

Quand France 3 innove : Direct chez vous tous les jours à 13h. Les coulisses de l’émission

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , , , ,

Un carré magique à coté de François Pécheux, animateur et producteur avec Jérôme Caza pour 2P 2L et les éditions régionales de France 3 de cette quotidienne.

Des cadres comme suspendus dans le décor créé par Franck Fellemann et éclairé par Jean-Pierre Renaudat.

Un passage au flou et une ambiance cinématographique grâce à une caméra Pro 35 et à un important travail sur la profondeur de champ par Sébastien Devaud, le réalisateur, le tout en étroite collaboration avec Laurent sauvage,  le directeur artistique de France 3.

Coulisses exclusives d’un tournage.

Direct chez vous France 3, le carré magique

S’il ne fallait qu’un exemple pour montrer que France 3 n’est pas « la chaine des vieux », mais une chaine qui sait aussi innover et prendre des risques, ce serait Direct chez vous.

En effet, le pari est risqué face aux incontournables JTs de 13h.

Direct chez vous possède cependant deux atouts principaux : le direct et la mise en image très innovante basée sur les cadres dans le décor et le travail sur la profondeur de champ.
– Le direct car les deux dupleix avec les régions pourrait devenir concurrent des inusables sujets « patrimoine français » du JT de Jean-Pierre Pernaut. Des thématiques proches? Mais en direct sur France 3. Il peut donc toujours se passer quelque chose.

Un risque cependant : qu’il ne se passe pas grand-chose et effectivement dans ces cas là il sera difficile de faire concurrence à des sujets très bien montés et resserrés du JT de TF1.

– L’autre atout de ce programme est sa mise en image innovante à tous les niveaux.

Avant d’entrer dans le détail de partie plateau, petit passage par les dupleixs en région.

Je passerai sur le petit effet d’entrée avec un cadre dans la main du journaliste. Vous aurez tous compris qu’il est réalisé grâce à un fond vert dans l’écran.

Les dupleix sont réalisés à une caméra épaule. Pas de micro main pour le journaliste pour éviter les ping-pongs du micro entre sa bouche et celle de l’invité. Le journaliste ainsi équipé d’un micro casque disparait aussi de l’image pour laisser place aux intervenants avec qui l’émission nous donne rendez-vous.

Coté technique, le cadreur et le journaliste sont accompagnés d’un ingénieur du son qui perche et d’une équipe légère complétée par un camionnette Globecast de retransmission par satellite.

Sébastien Devaud en régie avec son équipe dont Rose la scripte de 2P2L

En opposition au rythme assez rapide des séquences en direct des 2 régions, le rythme de la réalisation est volontairement calme, posé. De plus pas de fond vert dans le décor. Les astuces sont ailleurs!

Le décor façon appartement (que certains téléspectateurs ne trouvent pas assez rangé !) participe aussi à un impression de calme. Il a été soigné, accessoirisé par les équipes de Franck Fellemann. Vous pourrez aussi observer la qualité des patines et des matières utilisées. A noter l’effet vitrail à Jardin avec entrée de lumière.

Pour l’anecdote, le décor avait été conçu pour être mis en place dans un studio du siège social de France 3. C’est finalement à Vanves dans les studios de France 3 Paris, île de France que l’émission a été installée. Le décor parait donc un peu bas par rapport à ce nouveau studio. Le réalisateur a cependant pu profiter d’un peu plus de profondeur pour placer ses caméras.

A noter que le décor a aussi été pensé pour ne surtout pas ressembler à un plateau télé et encore moins à un décor de JT.

Ce projet était dans les cartons de 2P2L depuis un an et demi et c’est une illustration du cahier de tendance réalisé par Arthur un graphiste qui travaille régulièrement pour 2P2L qui a marqué France 3. Il s’agit d’une image avec des cadres, des marie-louise blanches suspendues dans le décor, comme en lévitation.

Exit les dizaines écrans façon nouvelle technologie qui compose les décors de magazine d’infos, il fallait rester sur cette idée de cadres.

Deux des cadres suspendus

C’est ainsi que vous pouvez apercevoir un cadre suspendu transparent, un carré magique à coté de François Pécheux qui permet un trucage assez ingénieux façon transparence encore une fois et dont je vous expliquerai les secrets dans un prochain article. Le carré est en encore en format 4/3 plus adapté aux contours de la carte de France.

En amorce d’un plan, on aperçoit encore un cadre avec 2 petits écrans 16/9.

Enfin un dernier cadre dont l’image est aussi réalisée de façon surprenante sert d’amorce à une caméra spéciale posée sur un travelling.

Regardez bien, vous aurez l’impression de regarder à travers des cadres et non des écrans qui les composent pour la plupart.

Ne cherchez pas non plus d’incrustation sur fond bleu ou fond vert, tout est bien réel.

Tout ce décor, ces cadres suspendus n’auraient pas le même impact visuel sans un autre choix très important fait par la direction artistique de France 3 : le travail sur la profondeur de champ comme au cinéma.

Et pour ce faire, ils ont trouvé en Sébastien Devaud, réalisateur et ambassadeur de Canon en France la bonne personne. Celui qui vient de publier Tourner en vidéo HD avec des Reflex Canon (lien) adore réfléchir au travail de l’image, de son aspect.

Ainsi, sur ce programme toutes les 4 caméras (+ 2 paluches aux effets imaginés par Sébastien Devaud dont je vous expliquerai prochainement le secret) ont toutes été choisies et placées pour casser le point.

Monitoring en régie avec les 4 caméras du plateau et à gauche les 2 signaux en provence des régions

Pour simplifier, en télévision on a souvent l’habitude de voir le personnage principal, le sujet dirait-on au cinéma net comme le fond.

Au cinéma par contre on privilégie le point (la netteté) sur le sujet aux dépends du fond flou. Le ressenti pour le spectateurs n’est alors plus le même.

La mode actuellement est de trouver le moyen de créer cet effet film. Sébastien travaille d’ailleurs à utiliser les Canon Reflex EOS 5D Mark II (dites 5D pour faire branché!) sur certains plateaux télé mais cela reste impossible en direct.

A défaut de 5D, il a donc choisi d’installer une caméra Pro 35 sur travelling pour créer cet effet cinéma. Vous pouvez voir le résultat sur le travelling d’entrée et sortie de sujet. Le réglage du point est géré manuellement par le follow focus. Vous pouvez observer le passage par un flou entre le premier plan sur un cadre

J’aurai le privilège de vous présenter de façon plus précise son fonctionnement très prochainement mais sachez déjà que cette caméra est équipée d’un « raccord » pro 35 qui permet d’installer sur une caméra vidéo des optiques dédiées au cinéma et permet de créer ainsi ce contraste entre le sujet sur lequel le point est fait manuellement et le fond dont il se détache. A noter que sur cette émission, la valeur du plan ne change pas mais la caméra se déplace en travelling.

Caméra pro 35 sur son rail travelling. A l’avant sur sa gauche l’écran utilisé en amorce lors des sorties de sujets

Sébastien aurait bien aimé n’utiliser que des caméras pro 35 mais le coût de production aurait été trop élevé.

Il a donc mis en place d’autres astuces. En voici 2 :
– Revenons à ce cadre avec 2 écrans, deux images différentes des 2 régions par exemple. Pour couper encore encore une fois la profondeur de champ, il a choisi de très petits écrans qu’il filme avec une caméra vidéo utilisée en mode macro. Résultat : le cadre avec les deux écrans en amorce est net et le décor du plateau en fond est plus flou.

La caméra en mode macro face au cadre et ses 2 petits écrans 16/9. En médaillon un exemple d’image

– La caméra qui réalise le gros plan de François Pécheux est équipée en longue focale (x40) . Pour simplifier, disons qu’il s’agit d’un gros zoom. Il serait habituellement plutôt utilisé pour filmer un sujet très éloigné comme dans un concert ou sur un grand plateau télé.
Dans ce décor, en filmant l’animateur qui est très près, on obtient à nouveau un effet flou sur le décor en fond.

Direct chez vous : les 4 caméras dont la caméra pro 35 sur son travelling devant 2 caméras dont la première avec un zoom longue focale

Une quatrième caméra avec cadreur réalise un plan plus large de François Pécheux. Dans son plan large, on peut apercevoir alors le carré magique qui permet d’insérer des images et évite ainsi à Sébastien de devoir passer par des split screens (une image coupée en deux ou plus pour montrer plusieurs sources d’images). Toujours l’idée de ne pas ressembler aux JTs et magazines d’information.

J’aurai aussi pu vous parler de tout le travail de la lumière car elle aussi contribue parfaitement à ce travail de la profondeur de champ et d’effet de lévitation des cadres.

Rien de vraiment étonnant car le directeur de la photographie n’est autre que Jean-Pierre Renaudat qui vient du film et qui a créé la lumière de nombreuses émissions dont Ce soir ou jamais, un programme réalisé lui aussi de façon très originale et travaillée.

Sébastien Devaud à la réalisation, Franck Fellemann pour le décor, Jean Pierre Renaudat à la lumière, les équipes de Jérôme Caza et François Pécheux pour 2P2L et les équipes de France 3 sous la direction artistique de Laurent Sauvage pour un résultat très réussi.

Vous n’avez aujourd’hui plus de raison de manquer cette émission très innovante sur France 3 chaque jour à 13h.

Pour les plus curieux qui veulent en savoir plus sur la caméra Pro 35 mais aussi sur les secrets de ses cadres « magiques », rendez-vous très vite sur Media un autre regard.

Lien Media un autre regard – 2P2L

Lien Media un autre regard – Direct chez Vous France 3

Lien Media un autre regard – Direct chez vous Pluzz

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






8 commentaires


  1. Roger

    Très bel article, qui donne envie de voir cette émission !

    Attention, on dit « follow focus » (suivi de point) et non « flow focus ».


    • R. Nay

      je suis un débutant sur le monde du multimedia, j’aimerai vous demander à quoi sert vraiment un follow focus, son rôle dans une vidéo? car la plupart des réalisateurs l’utilisent. Est-ce vraiment nécessaire? et j’aimerai demander votre opinion sur l’utilisation d’une épaulière, quelle est la différence au niveau technique entre une épaulière et un trépied? Lequel est le plus pratique?
      Merci.


      • R. Nay,

        En attendant que Roger te réponde (s’il suit les commentaires), je vais essayer de t’apporter un début de réponse même si je ne suis pas technicien.

        Le follow focus est avant tout utilisé sur des caméras cinémas et parfois avec des appareils photos comme le Canon 5D utilisé pour de la vidéo. Il permet de régler le point sur un objet à une certaine distance de jouer sur la profondeur de champs.
        A la télévision il est peu utilisé sauf par des réalisateurs très imaginatifs et habitués aux tournages de fiction et quand les conditions le permettent.
        C’est un plus mais quand on s’est l’utiliser et pour des effets précis.

        Je t’invite par contre à lire l’article sur le Tilt & Shift, un effet qui pourrait te plaire et qui n’est pas encore très vu à la télévision

        Concernant les caméras en position épaule ou sur pied, le résultat est très différent. Avec un pied on privilégie la stabilité des plans mais on est limité dans les mouvements.
        Avec une caméra en position épaule, on peut se déplacer facilement mais la stabilité dépend entièrement des compétences du cadreur .


  2. Xavier

    C’est la première fois que je poste un commentaire sur ce site que je suis depuis longtemps déjà et qui est vraiment une mine d’or.

    J’ai une petite remarque: Il me semble toujours avoir entendu sur les plateaux ciné un « follow focus » et non un « flow focus ». C’est peut être juste une faute de frappe de votre part, ou alors tout simplement que j’entends mal. Mais il me semblerait plus logique que ce soit « follow » (‘suivre’ en anglais).

    Merci en tout cas,


  3. Vincenté

    Salut Emmanuel, super cet article (comme toujours !!!) Travaillant pour l’émission en région, les véhicules SNG sont ceux des antennes de proximités de France 3 et non ceux de Globecast, sur des slots satellitaires privatif par France 3.

    En ayant déjà fait 2 (émissions de marbre non encore diffusé), c’est une émission super enrichissante et qui motive…. vivement la suite de tes articles.


    • Vincenté,

      Merci pour ta précision.

      Lors de mon passage sur le direct de vendredi, je n’avais pas posé de question sur le car SNG. J’avais cependant cru apercevoir dans les écrans en régie un véhicule Globecast à l’image lorsque le cadreur de Cluny se déplaçait entre 2 directs.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *