Genres

4 octobre 2010

Aïda / France Ô : drôle de dialogue dans le car régie. Le rôle du conseiller musical

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,
Aïda : Bernard Gonner, à sa droite le conseiller musical image
Pendant les répétitions d’Aïda au Stade de France

Attention Rada, Attention Rada… Maintenant … la 6, je prends… attention Ramphis… Il entrera porte verte…

Ceci est un extrait d’un dialogue dans le car régie.

Ils ont pris quoi ? Rien de particulier.

C’est en fait un échange entre un réalisateur, une scripte et un conseiller musical pendant le direct de la retransmission d’Aïda, l’opéra de Verdi depuis le Stade de France sur France Ô (et bientôt sur France 2)

J’avais déjà eu le plaisir de vous proposer en exclusivité le plan de caméra de Bernard Gonner, le réalisateur de ce direct.

J’ai aussi eu la chance de revenir ce samedi assister à la réalisation de ce spectacle dans le car de FranceTélévisions Nord.  L’occasion de parler de son mais aussi de découvrir une autre répartition du travail entre la scripte et le réalisateur avec l’apparition d’un troisième personnage indispensable : le conseiller musical image.

Aïda : Bernard Gonner, à sa droite le conseiller musical image

Cet homme assis à la droite du réalisateur a un rôle très important puisqu’il lui revient de traduire la partition en histoire compréhensible de tous et en particulier de prévenir à l’avance le réalisateur de l’intervention de tel ou tel chanteur soliste, des chœurs, de l’orchestre etc.

Sur la plupart des tournages en plateau ou musicaux, c’est à la scripte de donner les tops au réalisateur. Elle travaille alors avec un conducteur de tournage et un chronomètre, voire plusieurs pour les variétés. Elle indique alors les solos, les refrains, les strophes etc.

Dans le cas d’un opéra, la scripte a un rôle quelque peu différent.

Elle donne toujours des indications sur le temps : Fin de cette scène dans tant de minutes. On est plus long de x minutes etc.

Elle donne aussi des indications sur les entrées et sorties du stade des intervenants. Attention Aïda va entrer porte verte, les prêtres vont entrer porte rouge. Attention entrée des chevaux  à venir.

Elle peut aussi décrire un personnage pour aider le réalisateur et les cadreurs à le repérer.

Ces descriptions sont cependant trop peu précises. Le réalisateur a besoin de savoir à quel moment qui chante. Et c’est le rôle du conseiller musical qui suit l’opéra sur sa partition. Son travail consiste alors à prévenir le réalisateur du moment ou tel ou tel artiste va chanter.

Reprenons l’échange du début :
Attention Rada, Attention Rada… : le conseiller prévient que Radames va chanter dans quelques instants (oui il prend quelques libertés en disant Rada mais si cela se trouve ils se connaissent bien déjà. C’est un pote de Verdi !)
Maintenant … : Equivalent du top de scripte. Le conseiller explique que c’est maintenant que va chanter le personnage Radamès
la 6, je prends… : Là c’est Bernard Gonner, le réalisateur qui indique à son cadreur qu’il va passer sa caméra
Attention Ramphis… : Le conseiller musical prévient le réalisateur qu’il va avoir très vite besoin d’une image de Ramphis qui va intervenir.
Il entrera porte verte… : Précise la scripte aux cadreurs et au réalisateur

J’aurai pu aussi rajouter un autre exemple d’échange :
Conseiller Musical : Juste une phrase courte de Radames
Conseiller Musical : Aïda à suivre dans un certain temps (Préparez-vous c’est bientôt à elle)
Bernard Gonner, le réalisateur : Là il me faut quelqu’un tout de suite sur Aïda … Je ne l’ai pas
Nicole, la scripte : Y a encore le temps (Pas de panique chef !)
Bernard Gonner : Mais il lui dit : viens cher enfant
Bernard Gonner : Prends les 2 Michel si tu peux (j’ai besoin des deux chanteurs à l’image dans le même cadre histoire de libérer une autre caméra pour chercher Aïda !)
Conseiller Musical : Attention Aïda

Bernard Gonner : Je l’ai bien sur la 7
Ouf ! (ça c’est moi qui le pensait sur le moment comme d’autres dans le car probablement aussi)

Arnaud Moral (France inter) et l’ingénieur du son de FranceTélévisions

A quelques mètres de là, Arnaud Moral, un autre conseiller musical en provenance de Radio France, partenaire en direct de la soirée donnait d’autres indications à l’ingénieur du son du car : Zim.

De la même manière que pour l’image et le réalisateur, celui-ci, partition devant lui et casque de temps à autre sur les oreilles pour une écoute plus fine que celle via les hauts parleur placés devant l’ingénieur du son, donnait des informations à Zim, l’ingénieur du son.

Les indications sont quelques peu différentes.
Arnaud Moral : Chœur (il faut ouvrir les pistes du chœur)
Arnaud Moral : Ou là un scratch sur le micro gauche de la prêtresse. Il a aussi lâché

Les chanteurs solistes sont équipés de 2 micros HF collés sur les cotés du visage. L’un des deux vient d’avoir une panne. Cela s’est entendu quelques instants juste avant qu’il ne soit coupé. Le second ingénieur du son du car, chargé surtout du son habillage dont celui de Frédéric Lodéon, présentateur de la soirée avait aussi vu la panne sur le vumètre du micro sur la console.

Arnaud Moral : Un peu fort le chœur
Ingénieur du son : C’est beau ça !
Arnaud Moral : Prêtresse à nouveau (prévoir l’ouverture de son micro ou de monter son niveau)
Assistant son : T’as vu le micro à Gauche, il déconne (décidemment ! )
Ingénieur du son :
Ils sont beaux les chœurs là (Ce n’est pas parce qu’il bosse et qu’il trouve d’ailleurs son métier un peu trop stressant qu’il n’a pas le droit de profiter du spectacle ! Non mais ! )
Arnaud Moral : Ils chantent bien

Quelques mots justement sur la prise de son.
On peut s’étonner de la nécessité de mixer à nouveau tout le son orchestre et solistes.
Mais il m’a été expliqué que le son mixé pour le stade par Alain Français est très différent de celui pour la télévision.  Les équipes de FranceTélévisions ont d’ailleurs ajouté des micros dans l’orchestre et des micros ambiance dans les tribunes.
La sonorisation salle est réalisée par la société De préférence.

90 micros environ ont du être installés.

Le car FranceTélévisions récupère alors tous les micros solistes et d’autres groupes comme les bois, cordes, percussions… le chœur.

Je pensai que l’on récupérait aussi les différentes voix du chœur (Soprano, Alto, Ténor, Basse) mais on m’a expliqué qu’une fois que la balance du chœur avait été faite, il n’y avait plus nécessité de modifier l’équilibre de ces voix d’où la récupération d’un mix du chœur uniquement.

La préparation de ce direct n’a pas été simple pour le son puisque comme je vous l’avais raconté (lien), la générale avait été annulée à cause de la pluie.

L’ingénieur du son m’a cependant expliqué qu’une Colonelle avait cependant eu lieu. Vous aussi, ne le saviez pas ? La Colonelle précède la Générale !

De plus, suite à la pluie, l’orchestre a été reculé samedi d’une vingtaine de mètres histoire de le protéger définitivement de la pluie. Il a donc fallu déplacer tous les micros et les régler à nouveau lors d’une répétition dans la journée de samedi.

Toutes mes excuses à ce dont je n’ai pas cité le nom. J’avais prévu de récupérer leur nom sur le générique de fin du programme diffusé sur France Ô. Le spectacle ayant été plus long que prévu, j’ai raté la fin.  Je compte sur eux pour les rajouter en commentaire ou en me contactant






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *