Articles les plus populaires

17 janvier 2011

Fabrice Sopoglian, un homme aux Anges !

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , ,
Fabrice Sopoglian / Les Anges de la Téléréalité / NRJ 12

Fabrice Sopoglian / Les Anges de la Téléréalité / NRJ 12

Fabrice Sopoglian est un homme heureux.

Il vit aux « Anges », enfin à Los Angeles – California depuis plusieurs années.

Producteur, comédien, il y développe son réseau. C’est d’ailleurs comme fixeur qu’il a tout d’abord été contacté.

Interview exclusive de celui qui a rencontré et accompagné Les Anges, ceux de la Téléréalité, série actuellement diffusée chaque soir à 17h50, 59…. sur NRJ 12 et dont il est devenu l’un des personnages principaux, le « Parrain » comme le dit le synthé!

Fabrice m’a été présenté il y a déjà quelques mois au moment de la préparation du tournage des Anges de la Téléréalité.

Échanges via Facebook puis par téléphone et pour être franc, j’ai tout d’abord eu l’impression qu’il nous prenait pour des américains!

Et puis, grâce aux conseils de Sassoum Niang, chargée de production de ce programme et spécialisée dans les tournages aux Etats-Unis, j’ai compris assez rapidement que Fabrice me la jouait en fait … à l’Américaine.

Il s’agissait ainsi de ma première confrontation à la Los Angeles Touch !
Tout se négocie jusqu’au dernier moment. Ainsi on peut tout vous demander y compris des sommes folles comme on peut tout vous permettre par pure sympathie.

Un pas en avant des deux cotés, un peu d’eau dans le vin californien (l’inverse serait dégueulasse !) et j’ai découvert en Fabrice Sopoglian, un excellent fixeur sachant utiliser son charme pour en obtenir beaucoup. Charme que la production a aussi décidé d’utiliser en lui proposant de devenir l’un des personnages du programme.

Ce n’était cependant pas sa première apparition à l’image ni sur NRJ 12, (ni même dans la presse People.. chuut!). Un simple clic avec son nom sur Youtube (lien Youtube Fabrice Sopoglian), Dailymotion et autres moteurs de recherche vous le montrera.

A lui cependant désormais de nous en dire plus sur cette aventure.

Comment as-tu débarqué dans Les Anges de la Téléréalité ?
Fabrice Sopoglian : Ramzy Malouki qui est le Mr Cinéma français à Hollywood pour Canal+ a parlé de mon travail en tant que producteur à La Grosse Equipe, la société de production des Anges de la Téléréalité (Là, je ne peux que confirmer!… Ramzy, quant tu veux pour une interview sur Media un autre regard!)

Ramzy me connait bien et il sait que très peu de gens sont capables de fournir un exercice  aussi périlleux et de qualité sur L.A. Produire sans frais sur Los Angeles n’est , en tout état de cause, pas facile à trouver. Ramzy a tourné dans  »West Hollywood » une web-série française Made in USA que j’ai produit et je crois qu’il a vu de quelle façon méthodique et précise je travaillais.

Lukas Delcourt – Romain Chavent West Hollywood la série!

(West Hollywood est une série que Fabrice Sopoglian a produite et dans laquelle il interprète l’un des personnages principaux aux cotés de Romain Chavent (Secret Story) et Lukas Delcourt (Star Academy) dont voici le site officiel (Lien Media un autre regard West Hollywood). Pour ceux qui comme moi pourraient penser que Fabrice s’était spécialisé dans les ex candidats de Téléréalité, sachez qu’il m’a expliqué que Romain n’était encore qu’un illustre inconnu mais un ami de longue date. Quand a Lukas, il venait, comme son personnage, réellement de débarquer avec ses valises à LA. Il aurait alors répondu à une annonce de casting sans jamais préciser qu’il avait participé à la Star Academy). Pure coïncidence? Autre question? Deux ex-candidats de Téléréalité dans cette fiction : Avantage ou inconvénient pour proposer la série en France?

Quelle était ton rôle dans ce programme?
F. S. : Dans l’émission ma mission était assez simple. Au début, mon rôle consistait à monter les sujets pour la production (trouver les lieux et contacts pour le tournage des séquences … Note de la rédaction et de la direction de production mélangée !) On m’a ensuite proposé d’apparaitre à l’écran en tant que producteur cinéma ce qui correspond plus à mon métier.

Je suis donc devenu l’hôte des Anges.

L’envie d’animer une émission me taraudait l’esprit depuis des années mais pas à n’importe quel prix. Ce format m’a charmé et je suis fier d’avoir éte choisi par la prod et Nrj12.

Quel a été ton rôle à l’image ?
F. S. : En fait j’officiais en tant que guide pour les candidats.

J’ai organisé des rendez-vous bien ciblés avec des gens qui comptent à Hollywood. J’ai fait économiser du temps aux participants. En effet, l’une des difficultés que l’on rencontre souvent à Los Angeles est qu’il faille rencontrer les pires du métier pour ensuite intéresser les meilleurs. Mon rôle n’a pas été d’être un mentor mais juste d’indiquer une direction afin qu’ils puissent s’exprimer et montrer leurs talents.

Des moments marquants ?
F. S. : Oui beaucoup!
J’ai en particulier été touché par Cindy (Sander), au moment où je lui annonce un rendez-vous avec l’un des plus gros producteurs de musique à Hollywood. Elle m’a pris dans ses bras et l’émotion est montée…

J’ai aussi vu sa transformation de son look au fil des jours. Tous les candidats ont un grand cœur et il a juste fallu apprendre à les connaitre au quotidien.

Ce n’était pas la première fois que tu apparaissais à l’écran?
F. S. : Non, j’ai fais pas mal d’apparitions dans des émissions françaises comme Tellement People, Tellement vrai… mais je n’avais jamais encore fais office d’animateur ou d’« Host ».

Je suis venu en Amérique avec ce rêve au ventre de devenir acteur comme beaucoup de jeunes français. J’ai donc tourné dans 2-3 films américains (For a Fistful of Diamonds (Pour une poignée de diamants), Fierce Target). Même si mon cheval de bataille reste la prod je ne te cache pas que j’aimerai bien animer une émission  du genre  »people » sur Hollywood pour la France. J’imagine une sorte de magazine, quelque chose dans l’esprit du programme sur les  US  »TMZ » ou peut-être  »Les anges 2 »?

Peux-tu nous parler de ton travail de producteur ?
F. S. : Ma société de production à Los Angeles s’appelle 400 Blows Production (Hommage à Francois Truffaut et Les 400 coups) Je propose donc des projets d’émissions et de séries. J’ai également produit des films comme Reality star avec Eric Roberts, le frère de Julia et mon prochain film Lucky Bastard a été écrit par le scénariste de Brat Pit et sera distribué par les producteurs de Rambo.

Qu’est ce qui différencie le plus la production à la française de la production aux Etats unis ?
F. S. : L’argent je crois, les moyens de faire et de créer et d’aller vite très vite. Ensuite l’ouverture d’esprit en Amérique et surtout à Los Angeles. On prend le temps de t’écouter même si personne ne te connait car demain tu peux devenir le nouveau Tarentino ou une autre pointure.

A Los Angeles tout le monde calcule tout le monde. Il est très difficile en France d’ouvrir des portes car on ne bosse qu’avec des gens que l’on connait.

Je parlais il y a quelques jours de ton activité de fixeur (lien). Peux-tu nous en dire plus sur cette activité et comment tu as construit ton réseau ?
Même si je trouve le terme assez ‘strict’, le fixeur est surtout quelqu’un qui connait du monde et qui ne demande pas forcement de services.
J’ai pris le temps de rencontrer des gens et de passer du temps avec eux sans vraiment avoir d’intérêt puis un jour j’ai compris que connaitre c’est bien mais il faut aussi savoir utiliser ses connexions sinon elles ne servent à rien. J’ai construit mon réseau moi même à force de rencontres et de voyages. Si on plait a Paul il vous présentera Jack puis Jack vous présentera John…

Et puis parfois il faut saisir sa chance ?
F. S. : Il m’arrive souvent de prendre des bouteilles dans des clubs à la mode et cela malgré que je n’ai jamais bu un verre d’alcool de ma vie.

Ph. Sylvain von-k

Un soir à Miami il y a quelques années, j’ai offert une bouteille de champagne de grande  marque à mon voisin de table qui était en pleine dispute avec son petit ami.
Je ne connaissais pas ces 2 individus mais j’ai calmé leur histoire de couple par un geste gracieux.
Nous avons alors discuté et l’homme en question m’expliquait travailler dans la Mode. Au moment de partir, je lui ai laissé ma carte de visite.

3 semaines plus tard, à Paris, j’ai reçu un mot de cette même personne m’indiquant que je serais désormais son invité partout dans le monde et que je pouvais lui demander n’importe quel service. Je n’avais pas vraiment fait attention au nom et puis surtout, comme on dit : Paroles de la nuit ne voient jamais le jour. J’ai donc déchire sa carte…C’était Gianni Versace! Moralité. Soyez généreux! (Autre moralité : Fabrice, il faut que tu révises tes classiques dans le domaine de la mode !)

Peux-tu nous donner une idée de tes autres contacts sur Los Angeles ?
F. S. : Je connais des gens dans tous les milieux : de grands designers comme Lloyd Klein, Christian Audigier mais aussi des créateurs de séries américaines (24h, Les Feux de l’amour) ou des présidents de studios. Tout ce qui brille n’est pas forcement le plus influent. J’ai mis 10 ans pour le comprendre.

Peux-tu justement nous parler de ton parcours aux Etats-Unis?
F. S. : Je suis venu la première fois à Hollywood à l’âge de 22 ans pour tenter le rêve américain. Je n’avais pas de visa ou de green card et j’ai commencé comme physio(nomiste) au bar Fly sur Sunset boulevard. J’étais venu à l’époque pour devenir le nouveau Van damme ou Steven Seagal. Je suis bien entendu revenu en France au bout de 6 mois une main devant, une main derrière (je ne connaissais pas l’expression… mais en gros cela signifie : tout nu, fauché !) avec une réalité à la place du rêve, celle que personne ne m’attendait en Amérique et que personne ne m’avait fait un cadeau. J’en ai d’ailleurs écrit un livre en 2003 aux Editions JM Laffont : Les paroles de la nuit ne voient jamais le jour. (Il a ensuite commis Confessions d’un Paparrazi)

J’étais rêveur, je le suis toujours et cela a toujours été mon moteur. Je suis revenu à 28 ans plus fort, plus mature.

Aujourd’hui je travaille avec des gens qui m’ont fait rêver et m’ont donné envie de venir a Hollywood. Alors je vis mon rêve américain a ma manière mais rien n’a été facile. C’était même parfois désespérant. Cependant je me suis battu comme un lion et je n’ai jamais baissé les bras.

Des conseils pour des français qui voudraient organiser des tournages à Los Angeles?
F. S. : Je pense qu’il faut déjà bien connaitre la ville et ses codes (et les distance en voiture entre chaque lieu !!!) . L.A est une ville de business ou tout est bon pour récupérer de l’argent surtout dans la situation économique actuelle. Il est de plus en plus difficile de tourner  »Gorilla » mais il y a des failles et c’est la où j’interviens.

Des projets? Oui!

Fabrice Sopoglian aussi comédien dans West Hollywood la série

F. S. : Je développe une série depuis plus de 2 ans West Hollywood que j’aimerai vendre en France. J’ai également 2 émissions en préparation comme producteur dont une, en particulier avec Steven Seagal.

Quel  impact penses-tu que la diffusion des Anges de la Téléréalité va avoir pour toi?
F. S. : C’est une question assez difficile car cela dépendra du public. Eux seuls jugeront. C’est d’ailleurs toujours le public qui décide. Mais j’espère que l’audience sera au rendez-vous et qu’ils aimeront mon intervention car elle était sincère.

En quoi le tournage d’une émission de Téléréalité comme celle-ci t’as le plus surpris?
F. S. : Sans aucun doute l’énergie de l’équipe.
Je respecte beaucoup les techniciens pour l’avoir été moi aussi il y a quelques années. Sans une technique de qualité, pas démission. Ne l’oublions jamais.
C’est pour cela que je prends toujours le temps de saluer tout le monde sur un plateau de tournage. Sans eux il n’y aurait ni de son et encore moins d’image.

Cette émission reste un évènement car c’est la première fois que des candidats français débarquent en Amérique et Nrj12 et La Grosse Equipe seront et resteront les premiers à l’avoir fait.

Cela t’a-t-il donné des idées?
F. S. : Oui bien sur et cela m’a surtout donné de l’espoir car il y a des gens tel que Stéphane Joffre (Directeur des programmes de NRJ 12) qui ont l’audace et prennent des risques et  comme dit le dicton : la chance sourit souvent aux plus audacieux. (Et un ptit coup de…, un petit compliment je veux dire ne fait jamais de mal !)

Il y a cette nouvelle vague de jeunes en télévision qui risquent de vraiment bousculer ce PAF qui était assez sclérosé depuis des années.

Je travaille sur 2 idées et j’aimerai à mon tour produire une émission dans laquelle des jeunes viendraient à Los Angeles pour devenir la nouvelle star d’un film d’action à Hollywood, le tout étant parrainé par une star américaine. Je bosse déjà sur le concept…

Merci à Fabrice, le Frenchi Américain !

Lien Media un autre regard / Facebook Fabrice Sopoglian

Lien Media un autre regard/ Facebook Fan Club Fabrice Sopoglian – Les Anges de la Téléréalité (et oui déjà!)

Cette interview a été réalisée entre la fin du tournage et le début de sa diffusion sur NRJ 12.






5 commentaires


  1. Stanislas

    Tres bon article et je dois dire que Fabrice sort du lot dans l’emission. Une emission  »people » a animer serait parfaite pour lui et a son image.

    Stan


  2. Cheikh

    Il est vraiment mon idole ce mec, il a réussi et pour ça respect. J’aimerais tellement travailler pour lui.
    Et le dernier paragraphe me donne beaucoup d’espoir et des rêves plein la tete…
    Une TRES bonne continuation à lui !!


  3. Eric

    Merci pour cet article sur Fabrice. Ca fait du bien de voir un nouvel animateur. Je suis d’accord avec Stan, Fabrice sort du lot et on sent surtout qu’il est simple c’est important.


  4. Bruno

    Moi qui ne suis pas vraiment fan de ce genre de tele et des candidats j’aime bien Fabrice Sopoglian je trouve egalement qu’il redresse le niveau et j’espere vraiment le voir dans une prochaine emission car il a vraiment du charisme entant qu’animateur-Parrain.


  5. sabrina

    Bonjour.
    Dans Les Anges de la téléréalité il a vraiment été super.
    C’est une émission tellement prenante que je n’ai pas pu en rater un.
    Son comportement était celui de quelqu’un de tres simple et honnête, très étonnant pour une si grande personne et ce comportement l’a rendu encore plus grand. Mille merci



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *