Dictionnaire! & technologies

18 février 2011

Café Picouly / France 5 – Découpage de la réalisation de «Passion d’Auteur»

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , ,
Café Picouly - Pasion d'auteur, plan de caméras

Café Picouly – Pasion d'auteur, plan de caméras

Un plan de caméras cela ressemble à quoi?

Que voit le réalisateur sur son monitoring en régie?

Comment on construit une séquence avec 5 caméras en multipliant les valeurs de plan?

Voilà quelques questions auxquelles je vous propose de répondre pour la première fois à partir du tournage de la séquence Passion d’Auteur de Café Picouly présenté par Daniel Picouly, réalisé par Nicolas Ferraro, produit par Tout sur l’Ecran diffusé ce vendredi soir à 21h35 sur France 5.

Dans un précédent article je vous présentai l’ambiance générale et le dispositif de tournage de Café Picouly (lien)

Passion d'auteur, changement d'accessoires entre 2 tournages de séquences

Je vous propose pour la première fois  sur ce blog de vous présenter en détail le plan de cam et la façon de réaliser une séquence, celle de Passion d’Auteur.

Il me parait donc nécessaire de commencer par remercier Nicolas Ferraro, le réalisateur, metteur en scène de ce programme.

Cette séquence est construite ainsi : un invité (Candice Bal, auteur de Bruce Lee, Les images d’une vie) évoque son livre, un auteur face à un miroir. Daniel Picouly, installé derrière lui, face lui aussi au miroir le relance en lui posant différentes questions.

La mise en scène est donc particulière, parfois quelque peu déroutante pour l’invité et peut-être le téléspectateur. Elle a cependant le mérite d’être originale.

La séquence avait été à l’origine tournée dans les toilettes du Café Charbon. L’idée initiale était de laisser un invité parler de sa passion pour un auteur devant le miroir des toilettes, pendant  que, comme un  client d’un café, il se rafraichit, se remaquille etc. La séquence avait d’ailleurs été testée avec Virginie Despentes ce qui pouvait d’ailleurs avoir une certaine logique! Mais bon, Télérama et d’autres avaient trouvé l’idée sordide alors exit les toilettes et direction la salle du café Charbon, devant l’un de ses miroirs.

Le lieu  choisi a été accessoirisé avec plusieurs miroirs mais aussi avec un écran (un cadre photo  électronique de grande taille placé verticalement), des affiches, des livres etc.

La réalisation joue alors beaucoup avec l’effet miroir.

Nicolas Ferraro dispose de 5 caméras qu’il a décidé d’installer ainsi :

Le plan de caméras de Nicolas Ferraro

Quelques explications pour ceux qui n’auraient encore jamais vu un plan de caméras.

Sur ce plan original, vous pouvez voir un schéma simplifié du décor du lieu avec en haut à droite la zone de tournage de la séquence.

Vous pouvez aussi voir dessinés les 2 rails du junior placés de chaque coté des tables centrales. Le junior (caméra 3) sur ce plan est installé sur le rail le plus éloigné du lieu de la séquence.

La caméra 4 est celle de la grue Taïpan, la caméra 2 est une caméra épaule, les 1 et 5 sont des caméras épaules posées dans ce cas cote à cote sur pied de campagne. L’une d’entre elles est gérée par un cadreur, l’autre est censée être fixe sans cadreur

En complément des informations données dans le précédent article vous trouvez aussi  sur ce plan les indications d’optique des caméras.

J’ai par ailleurs rajouté en vignette les photos :
– de Frédéric Leleu et sa caméra 2 épaule (photo du haut)
– des 4 caméras face au miroir  : on aperçoit le bras de la grue Taïpan, les 2 caméras sur pied et devant elles la caméra sur Junior (photo en bas à droite)
– de Gérald Créteur devant ses commandes du Junior. En effet, sur ce programme Gérald est installé à 10 mètres de sa caméra, dans l’autre salle, à coté de la régie. Il supervise son cadre avec les commandes spéciales du Junior et voit à l’image à la fois son plan et le plan commuté par le réalisateur.

Café Picouly, les moniteurs de contrôle de la grue Taïpan

Le cadreur grue travaille de la même manière.

Les commandes sont différentes mais lui aussi dispose de deux moniteurs.

Comme on le voit sur cette photo le cadreur voit en permanence sur le moniteur de contrôle du haut l’image de sa caméra et en bas l’image qui est alors utilisée par le réalisateur.

Avant de partir en régie, voici une autre photo des caméras en face à la zone de tournage.

Les 4 caméras face au décor de tournage

Passons maintenant en régie

La régie Fly Euro Media France pendant le tournage de Café Picouly

Nicolas Ferraro a face à lui un monitoring, dans le cas présent un écran pasma qui lui permet de visualiser les images de ses caméras et le PGM, le programme, sa réalisation.

L'écran plasma face au réalisateur

Explications : A droite en haut, l’horloge et le défilement particulier des secondes. La grande image est celle du PGM, du programme, celle qu’a commuté, qu’a choisi à ce moment là le réalisateur, celle que vous verrez dans votre téléviseur.

Les 5 autres images correspondent aux images proposés en même temps par chaque caméras de la une à la 5, cette dernière était censée être fixe sans cadreur. Pour les autres vous pouvez aussi lire le  (pré)nom des cadreurs ce qui permet au réalisateur, à la scripte de ne pas toujours donner des « ordres » aux cadreurs en les appelant par un numéro mais plutôt par leur prénom et/ou pseudo.

Le nom de Fred Leuleu est encadré d’orange car ce sont ses images qui sont actuellement utilisées par le réalisateur. Elles apparaissent donc dans l’écran PGM.

Face à cet écran le réalisateur peut choisir à chaque moment l’image qu’il souhaite mettre à l’image, utiliser dans le programme. Les cadreurs lui proposent des images, des valeurs de plan mais c’est aussi lui et la scripte qui donnent des ordres aux cadreurs, leur demandent telle ou telle image en fonction de leurs besoins et de ce qui se passe dans le programme.

Dans l’illustration suivante vous voyez que le réalisateur a choisi l’image de la 2, celle du junior.

Café Picouly, le plan du Junior au programme

Voici maintenant un moment où c’est le plan de la grue Taïpan qui a été mis à l’antenne.

Café Picouly, l'image de la grue à l'antenne

Avez vous aussi remarqué la différence de plan de la caméra 2 entre ces trois moments?

Les images ont changé et cela est normal.

Comme l’expliquait Nicolas Ferraro dans le précédent article, il faut trouver une manière d’enrichir la réalisation notament par des changements de valeur de plan et d’images pour chaque caméra. Ainsi Fred Leleu et sa caméra épaule 2 proposent des plans très différents.

Le réalisateur passe un plan à l’antenne, et hop le cadreur change d’images que le réalisateur peut ensuite proposer. Ainsi avec 5 caméras on obtient à l’image des plans très différents et variés.

Sur cette image vous pouvez d’ailleurs voir Fred Leleu dans différentes positions pour nous proposer différentes images.

Les positions du cadreur de la cam épaule 2

Pendant tout le tournage, le cadreur épaule bouge (discrètement si possible!) et ainsi, avec le talent du réalisateur nous avons souvent l’impression qu’il y a bien plus de caméras sur le plateau qu’en réalité.

Au montage, en rajoutant différentes images d’illustrations tournées avant, pendant ou après la séquence, on obtient un résultat encore plus agréable. Rajouter des plans d’illustrations au moment du montage permet de fluidifier les coupes mais aussi de placer des illustrations en rapport avec les propos de l’invité.

Sur le document suivant vous trouverez ainsi rassemblés différents types d’image proposés par les différents cadreurs.

Café Picouly – Pasion d'auteur, plan de caméras

A noter enfin que d’après mon constat, lors du tournage de cette séquence, les caméras 1 avec cadreur et 5 sans cadreur ont été inversées. La caméra 1 ne change jamais de valeur de plan, la 5 dite fixe a vu ses valeurs de plans modifiées par le cadreur. Une inversion de numéro ou simplement de position de caméras. Comme elles étaient vraiment placées l’une à coté de l’autre, le cadreur a choisi celle qui lui permettait de proposer les meilleures variations d’images. (Mise à jour : en commentaires quelques explications supplémentaires…)

Je vous invite à voir le résultat de tout cela ce soir sur France 5 à 21h35 mais aussi sur Pluzz, le replay de France Télévisions et lors des prochaines émissions.

Dans un prochain article je vous donnerai les mêmes explications sur la réalisation de la séquence Ping Pong et j’espère que cela vous donnera envie de regarder chaque émission, avec un autre regard!

(… et bien sûr, il suffit de cliquer sur les illustrations pour les agrandir)






One commentaire


  1. En complément à ce que je vous disais sur l’inversion possible entre la caméra 1 et 5 voici quelques indications que m’a transmises le cadreur de ces caméras :
    -La camera 5 et bien une camera fixe sauf que, lors de cette séquence, il a du la recadrer à un moment du tournage. Peut-être justement car à vouloir laisser vivre le café, une personne du public ou quelqu’un a peut-être bougé le pied de la caméra ou peut-être était-ce une demande du réalisateur.

    – La caméra 1 est en permanence sur le gros plan de l invité (avec en arriere plan la photo de la personne dont on parle). Si ce plan reste « fixe » ( fixe certes mais il faut la recadrer en fonction de la manière dont bouge l’invité c’est aussi en partie parce que cette caméra est divergée en permanence et permet d avoir un plan « clean » au cas ou au montage. Elle permet également de faire un plan de coupe (ou de faire trainer le plan) le temps que Fred (cam 3) rebascule sur le gros plan de Daniel Picouly.

    Voilà qui est dit!



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *