Articles les plus populaires

17 mars 2011

Caroline Gavignet, chroniqueuse de Comment ça va bien! sur France 2. Après un an d’antenne? Et bien ça va pas mal. Interview

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Mots-clés : , , , ,
Caroline Gavignet
Caroline Gavignet

Caroline Gavignet était et est toujours productrice.

En janvier 2010, cependant, elle a fini par accepter de faire aussi de l’antenne, oh juste avec parcimonie 3 fois par semaines pour une chronique Mode/Beauté/bien-être dans Combien ça va bien! sur France 2 aux cotés de Stéphane Bern.

C’est Nathalie Roger-Cottet, son amie et productrice de l’émission avec sa société Martange Production qui l’a convaincu d’accepter.

L’occasion de parler avec elle de cette nouvelle aventure (un vrai métier ?), et de lui laisser nous raconter comment elle a finalement pris plaisir à faire de l’antenne tout en gardant sa vraie personnalité.

Je venais d’acheter des livres pour elle . Et Alors ????
Il faisait plutôt chaud ce jour là.. Et Alors ???
Et alors, Et alors ????
Et, et… Caro est arrivéééée,
La grande Caro, la belle Caro,
Avec sa moto et son grand chapeau… (enfin son casque de moto ! )

Cette adaptation très libre de la chanson d’Henri Salvador en hommage aux nombreuses émissions de variétés qu’avec Caroline nous avons commises pour Dominique Cantien sur France 2 puis sur M6 comme Les Grands Classements !

Caroline, quand tu as commencé à travailler sur Comment ça va bien! il n’était prévu que tu fasses de l’antenne ?
Caroline Gavignet : En fait je suis tout d’abord arrivée pour donner un coup de main sur la direction de casting de l’émission. J’ai donc rencontré un tas de gens et me suis bien amusée.
La consigne était intéressante, il fallait trouver des gens qui n’avaient jamais fait d’antenne ou si peu et qui n’étaient pas identifiés en tant que tel mais qui, par contre, avaient une vraie personnalité. J’ai donc rencontré des blogueurs, des journalistes, des comédiens…

Nathalie qui te connait depuis très longtemps voulait aussi que tu passes le casting ?
C. G. : Oui, tout à fait : Elle me répétait « Cela fait 15 que je te connais, que je veux que tu fasses de l’antenne ».  Et moi je lui ai répondu : « Ecoute… Non » ! Je n’en voyais pas l’intérêt.
Et un soir, alors que j’étais la dernière au bureau à faire le tri dans mes castings, je me suis dit tiens, je vais faire une blague à Nat’ et je me suis « autofilmée » à la fin d’une casette de casting. C’était d’ailleurs assez rigolo car on me voit arriver après avoir allumé la caméra, repartir l’éteindre etc. Un truc très pro! J’avais choisi de raconter : j’ai testé un cours d’accouchement. J’ai laissé la bande à Nathalie sans rien lui dire.

Et ?
C. G. : Le lendemain, Nathalie est sortie du bureau, comme un diable de sa boite en criant « c’est génial, tu l’as fait, je savais : tu es drôle, j’étais sûre, j’étais sûre, je veux que tu fasses le pilote. « 

Moi je me suis dit, d’ici là l’eau va couler sous les ponts… Ca ne m’engage à rien.

Et le tournage du pilote est finalement arrivé ?
C. G. : Et oui et je l’ai fait. J’avais choisi le thème de la danse country. On avait tourné un sujet et en plateau j’ai réussi à faire danser Stéphane Bern. Mais, je n’étais pas très contente de ma prestation à contrario de la production.

Et en fait tu as même expliqué à Nathalie, déçue que tu préférais accepter un autre poste plus lié à ton expérience de productrice. Et puis finalement au bout de quelques mois, le poste tant promis a été annulé suite à une réorganisation en interne.
C. G. : Oui c’est vrai. Grande classe ! Mais au même moment, à la mi décembre 2009, j’ai reçu l’appel fatidique de Nathalie : « c’est génial France 2 a valisé le pilote on part en production et tu fais partie de l’équipe. » J’étais très heureuse pour Martange, mais, oups, je me suis retrouvé au pied du mur.

Cela n’a pas été facile au début ?
C. G. : J’avais un peu peur de ne pas y arriver, c’était un grand écart avec mon métier de productrice et puis, pour avoir côtoyé tant de gens d’antenne depuis des années, je n’étais pas spécialement attirée par cet exercice.

J’y suis donc allée à reculons mais Nathalie avait trouvé les bons mots : « Si au bout de deux mois tu ne t’amuses pas, tu arrêtes mais tu n’as rien à perdre. Je ne veux pas que tu changes, je veux que tu sois toi avec tout ce que cela comporte de positif et de négatif. Il ne faut pas que tu joues un rôle ».

Il m’a effectivement fallu 2 mois pour y prendre un vrai plaisir.

Comment se sont donc passés ces plus d’un an de chroniques ?
C. G. : En fait à 40 Ans, j’ai pris cette aventure comme un nouveau job avec des tas de choses à apprendre. J’ai l’impression de faire mes classes. La bonne nouvelle avec l’âge et l’expérience qui va avec ( !), c’est que je ne me laisse pas avoir par le feu des projecteurs, je ne m’emballe pas !

La bonne ambiance doit te plaire ?
C. G. : Oui, on s’entend vraiment tous très bien. Cela a mis du temps comme pour toutes les bandes. Aujourd’hui on a tous notre personnalité, on commence à se titiller, on se charrie beaucoup. Et puis débuter avec Stéphane Bern c’est du velours. Il ne tire pas la couverture à lui, il est là pour nous mettre en valeur. Il a énormément de second degré et tant mieux vu ce qu’on lui met dans les dents et les cheveux surtout.

Caroline Gavignet à coté de sa mère, invitée, maquillée par Frédérique Alcaraz

Et puis vous n’hésitez pas à y aller fort parfois ?
C. G. : Oui c’est très drôle. Il m’est quand même arrivé de dire « on transpire de la zézette » à 15h30 sur France 2. Benoit Chaigneau peut aussi parler de l’épilation masculine en se mettant à 4 pattes sur une table !

Et quand tu te regardes tu te trouves comment ?
C. G. : Je suis forcément critique. Je regarde pour progresser. Tiens là j’étais confuse, trop excitée. Là c’était par contre pas mal, il y avait de l’info et de l’humeur.  Et ça c’est quand même ça le plus important pour une émission avec des chroniqueurs.

Et les gens qui te connaissent en disent quoi ?
C. G. : Ce qui me rassure c’est que les gens qui me connaissent m’ont dit : « c’est drôle car c’est vraiment toi. On a l’impression que tu es dans notre salon et que tu nous parles. Tu ne joues pas un rôle et ça c’était vachement important. »

Et de manière générale, mes amis me disent que la bonne humeur sur le plateau leur donne envie de nous rejoindre sur leur canapé pour se marrer avec nous.

Il y a d’ailleurs une personne que j’apprécie énormément, Frédéric Lopez, qui m’a dit très gentiment : « C’est bien, tu es à 20% de tes capacités ». C’est chouette. Cela veut dire que j’ai encore des choses à apprendre, une vraie marge de progression. J’adorerais d’ailleurs que Fred me drive!

Vous n’êtes pas beaucoup drivés sur Comment ça va bien !?
C. G. : Nathalie nous a bien évidemment donné des indications mais la « non-direction » est volontaire car elle nous veut naturels. Cela implique aussi un bordel ambiant qui fait partie de l’humeur de l’émission. On n’est pas « javelisés ».

Pour parler aussi des autres chroniqueurs, je pourrais prendre l’exemple de Valentine, que j’avais repérée dans un café théâtre et que j’adore. Elle a une personnalité incroyable mais Valentine ne finit pas ses phrases ce qui pourrait être fatal pour un chroniqueur. Mais elle a un tel pouvoir comique, une telle énergie que les gens l’adorent et à juste titre. Et finalement on s’en fout si elle ne finit pas ses phrases !

Bon, il faut dire qu’il n’y a pas que des chroniqueurs excités comme Valentine (Féau), Benoit (Chaigneau) et moi car ce serait fatiguant pour les téléspectateurs. D’autres sont plus calmes, plus en demi ton selon leurs tempérament.



style= »display:inline-block;width:336px;height:280px »
data-ad-client= »ca-pub-4136538743839209″
data-ad-slot= »9372639373″>

Caroline Gavignet face à David Montagne, le réalisateur. Bonne ambiance

C’est vrai que tu peux parler beaucoup et d’ailleurs quand tu ne parles pas tu fais des mimiques !
C. G. : C’est cela, je pourrais même parler à un montant de porte. Et c’est vrai que je suis très grimaçante, mais tu me connais je suis comme ça aussi dans la vraie vie. J’ai une grimace à la seconde. Bref, je suis toujours en mouvement quoi qu’il arrive ! Ce qui est d’ailleurs très bon pour la gym faciale tu sais !

Tu parlais tout à l’heure de Frédéric Lopez et je crois qu’il t’a donné un autre conseil que tu n’as pas suivi ?
C. G. : Oui c’est vrai, il m’avait conseillé de ne pas lire ce qu’on écrit sur moi. Conseil que je n’ai pas suivi et que je me suis rendue sur le forum des téléspectateurs !

La plupart des messages sont à propos et concernent nos chroniques. Mais il y a une partie non négligeable de messages assez violents. J’ai donc découvert à mes dépends que les forums pouvaient servir de défouloir.
J’ai du mal à comprendre ce qui motive une telle conduite ! Quand je n’aime pas un programme et à fortiori un animateur ou chroniqueur, je zappe tout simplement.

Le médiateur devrait être plus vigilant et supprimer tous ces messages à caractère « délit de sale gueule »

Mais tu sais que sur ce type de forum ce sont souvent les personnes critiques qui s’expriment.
C. G. : L’outil télé donne un vrai pouvoir. Les téléspectateurs t’allument et t’éteignent à volonté et sur le forum c’est la même chose. Ils peuvent déverser des ignominies et ce, de façon anonyme. C’est très pratique !

Dans la rue, par contre, tu fais plutôt des rencontres sympathiques.
C. G. : C’est vrai. Au tout début, j’ai d’abord été très étonné par les personnes qui me reconnaissaient dans la rue. La première fois qu’un regard s’est porté sur moi avec insistance je me suis demandé qu’est ce qui se passe, j’ai une tache sur le visage?
Ce qui me rassure c’est par contre que les gens qui viennent à ma rencontre dans la rue sont toujours très gentils, très chaleureux.

Il y a aussi une certaine familiarité qui n’est pas dérangeante quand les personnes sont sympathiques. Les gens ont l’impression de te connaitre. Ils ont d’ailleurs le tutoiement facile. Tu es dans leur salon, ils te connaissent !

Je ne pouvais pas te voir sans te demander de me parler de ce fameux massage qui a fait le Zapping et t’as valu pas mal de remarques. On te voyait alors quelques instants de face te massant les seins avec tes mains.
C. G. : Ce qui est drôle c’est que ce n’était absolument pas calculé.

Le sujet de départ était l’automassage des seins premièrement pour les raffermir, deuxièmement pour apprendre à connaitre son corps et à dépister le cancer. C’était un sujet très sérieux. Mais voilà pendant presque tout le cours à l’Institut Weleda, le cadreur me filmait sur le dos. Sur un sujet de 4’30, quatre minutes de dos cela aurait fait beaucoup et manqué d’intérêt et de richesse. La journaliste m’a donc demandé si cela ne me gênait pas de me mettre face à la caméra, les mains sur les seins. J’étais en confiance et donc j’ai donc dit : non pas du tout. Et bien qu’est ce que je n’avais pas fait là !

Et ce court passage est même passé dans le Zapping sur Canal + ?
C. G. : Et oui et c’est mon père qui m’y a vu en premier !
Ensuite j’ai eu des rafales de « Les nichons de Caro au zapping c’est drôle, c’est drôle » sur mon tel.
Et encore une fois, il y a ceux qui me connaissent qui ont compris que ce n’était pas calculé et drôle et d’autres qui ont tout de suite pensé et écrit : Ah celle là elle montre ses nichons pour se faire connaitre.

Pour une grande partie des gens je suis sympa & naturelle et pour une autre partie des gens je suis une chagasse. Ce n’est pas très agréable mais c’est comme ça !

C’est du passé ?
C. G. : Sur internet pas vraiment mais je n’avais pas une seconde imaginé ces conséquences.  Va falloir que je grandisse un peu.

Et c’est dommage car à la suite de cela j’ai refusé tout un tas de sujets du même type.
On m’avait par exemple proposé de parler du striptease des anonymes, un phénomène actuel qui aide les femmes à se sentir mieux dans leur peau … J’aurai aimé le tester car mon rôle dans l’émission est aussi de décomplexer les femmes. Mais non. C’est dommage mais je risquerais d’être cataloguée.

Ce vendredi, c’est ta maman qui sert de cobaye ?
C. G. : Oui, c’est son deuxième passage dans l’émission. Elle avait déjà participé à une chronique mode.

Dans cette émission, elle a testé les traitements pour les taches brunes sur les mains et comme je n’ai pas encore de tâches…
La production connait bien le tempérament de ma mère alors ils m’ont demandé si cela ne la dérangeait pas de le faire.  Elle montrera en plateau le résultat 5 semaines après un traitement au laser.

Caroline Gavignet, aux cotés de sa mère, peaufine sa chronique avec Eloise Millet, rédactrice en chef

Lors de cette émission j’ai d’ailleurs remarqué que vous vous charriez beaucoup en plateau.
C. G. : L’idée n’est pas d’exploser la chronique des autres mais plutôt d’être en réaction en permanence. La production nous a quand même demandé pour des facilités de montage et de compréhension de ne pas nous sauter dessus d’entrée de jeu. On laisse quand même l’intro démarrer.

J’ai aussi remarqué qu’à quelques minutes du début de l’enregistrement vous papotiez et riez beaucoup à table.
C. G . : Oui c’est vrai qu’on est pas vraiment dans une bulle de concentration. Qui dit bande, dit potaches. On raconte parfois des horreurs mais c’est en fait  très utile. En effet, juste après le générique, quand on prend l’antenne, on a déjà le sourire même si c’est la troisième ou quatrième émission de la journée.

Arrivée de Stéphane Bern sur le plateau de Comment Ca va bien!

Dernière question sur cette émission. A un moment tu trouves la réponse à l’énigme de Benoit. Les autres chroniqueurs pensent que tu as triché. Alors ?
C.G. : Mais non je n’ai pas triché du tout.
En fait, j’avais appris la réponse lorsque je donnais des cours du CNED à l’une de mes filles pendant la course autour du monde de Sidney (son mari, marin, champion de course à la voile). On voit d’ailleurs à l’antenne que la réponse complète me revient en tête au fur et à mesure.

Mais le reste de l’équipe te soupçonne alors d’avoir triché avec Benoit et tu boudes ?
C. G. : Ben oui ! Ils m’ont pris pour une truffe qui ne pouvait pas connaitre la réponse ! J’ai trouvé cela très désagréable (dit-elle en riant).

Mais en fait, lors de la dernière émission de la première saison, pour nous amuser, Benoit m’avait effectivement filé la réponse à son énigme. Sauf que forcément, je n’ai pas tenu 10 secondes quand j’ai été repéré !

Finalement tu as pris goût à l’antenne ?
C. G. : Si ma chronique s’arrêtait demain, je serai triste c’est sûr. Il y a quand même de l’adrénaline à faire ce métier, cela peut être excitant.
Mais je continue à avoir du mal à me projeter comme meneuse d’une émission, et encore faudrait-il déjà qu’on me le propose.
Pour que j’accepte, il faudrait que cela corresponde à ma personnalité à mes doutes, à mes forces et à mes faiblesses. Cela dépendrait aussi beaucoup des circonstances, du programme et du producteur.
D’ailleurs souvent quand je parle de mon travail de chroniqueuse, je dis souvent : mais vous savez j’ai un autre vrai métier à coté!

Et ce vrai métier c’est celui de productrice que tu continues à exercer ?
C. G. : En effet, grâce à notre ami commun Jean Marc Rouhette, j’ai rencontré Anne Barrère, une femme intelligente, sensible et fidèle, 3 qualités plutôt rares dans ce métier.
Pour sa société Editel j’ai produit plusieurs émissions en décembre dernier : Ma ville en rire présentée par Olivier Minne et tournée à l’Opéra de Nice mais aussi La vie en rire, une émission pour l’association d’Anne Cent Pour Sang la vie qui lutte contre les leucémies présentée avec Jérôme Commandeur avec qui c’est un vrai régal de travailler.
Je devrais repartir en production avec eux très vite et je ne les remercierai jamais assez car ils acceptent mon emploi du temps chaotique.

Tout va bien alors ?
C. G. : Et oui ! C’est plutôt cool à 40 balais d’apprendre un nouveau métier de chroniqueuse tout en s’amusant. Et comme je ne veux pas lâcher la proie pour l’ombre (une expression pas très répandue chez les chagasses vous voyez !) je ne veux pas non plus lâcher mon métier de productrice.

Un grand merci à mon amie Caro et un grand bravo à Nathalie Roger-Cottet de l’avoir convaincue de faire enfin de l’antenne.

Pour découvrir les coulisses de l’émission (lien)

(Cliquez pour agrandir les photos)






6 commentaires


  1. ange

    Bonne interview, ça fait plaisir à lire!!!
    Décidément les zapping la poursuivent!!!!


    • Très bien vu Ange

      Et en fait le plus étonnant c’est qu’on a, ni l’un ni l’autre pensé à parler de ce programme « Bravo le monde » sur Comédie! A psychanalyser!

      Faut dire qu’on avait eu déjà beaucoup d’occasions de se débriefer la-dessus!

      Merci à toi.

      Bonne continuation et à très bientôt


  2. momo

    Il parait que caroline est très procédurière en ce qui concerne les critiques formulées par des personnes du forum de l’émission. Je trouve ça assez mesquin car (sauf cas extrême comme appel au meurtre ou autre chose de ce genre bien sur) ne pas accepter des critiques plus ou moins justifiées montre un certain « ego démesuré ». ça enlève un peu de charme et de sympathie à Caroline. Dommage


    • Momo,

      Tout d’abord ne m’en veuillez pas mais j’ai fait quelques corrections d’orthographe. Ça enlevait aussi un peu de charme à votre commentaire!

      « Il parait » dites vous? Le conditionnel est bien utile car si elle comme moi d’ailleurs étions procéduriers nous serions déjà bien riches et ne travaillerions plus par contre à la télévision. Vous avez semble-t-il été mal informé.

      En tant qu’ami de Caroline depuis bien des années, je crois que je peux me permettre d’expliquer pour elle ce qu’elle voulait dire concernant le Forum. Caroline a une largeur d’esprit très importante et comprend qu’on ne puisse pas toujours être d’accord avec elle, que l’on apprécie plus ou moins sa chronique etc. Il semble cependant que quelques personnes s’acharnent à tenir des propos déplacés sur son physique et à émettre des suppositions très déplacées sur sa vie privée dans l’unique but de la blesser ou de se défouler.
      Je crois justement que n’étant pas très exposée ni à la télévision et encore moins dans la presse, elle ne pouvait pas s’imaginer qu’on pouvait se défouler à ce point sur elle sur ce forum.
      Voilà tout.
      J’espère avoir pu vous rassurer un peu et n’ayez crainte, Caroline est très sympathique, trop peut-être c’est d’ailleurs aussi pour cela qu’elle n’est pas procédurière!

      Merci encore d’avoir visité ce blog.


  3. momo

    bjr,
    vous avez raison pour les fautes ca fait mieux sinon ce n’etait pas une affirmation de ma part mais des commentaires que j’avais pu lire.
    merci pour votre reponse et si je peux me permettre(ne le prenez pas mal) mais vous etes a la television?


    • Momo,

      Votre réponse montre justement que des personnes malintentionnées passent beaucoup de temps à écrire des commentaires négatifs et souvent faux juste pour le plaisir d’être désagréables. Et cela ne doit pas concerner que Caroline.

      Merci en tout cas à vous pour vos passages sur le blog. D’ailleurs vous pouvez découvrir ce jour un autre article sur Comment ça va bien!

      Et pour répondre à votre dernière question, oui j’ai beaucoup travaillé à la télévision mais du coté production. Vous pouvez en savoir plus sur la page Parcours du blog.

      Bonne journée.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>