Dictionnaire! & technologies

19 mars 2011

France / Pays de Galles – Avec France Télévisions, le tournoi des VI nations de rugby prend une nouvelle dimension : La 3D

Caméras 3D miroir et Side by Side EuroMedia Group
Caméras 3D miroir et Side by Side EuroMedia Group

Ce samedi soir certains d’entre vous auront le choix :
– soit regarder le match et la réalisation de Fred Godard sur France 2 en 2D, c’est à dire le regarder sur votre écran plasma HD 16/9 habituel
– soit le regarder avec des lunettes spéciales dans la quarantaine de salles de cinéma gérées par cotédiffusion qui accueillent l’événement ou chez eux devant leur écran compatible 3D grâce à la chaine Ma chaîne 3D (Canal 19 de Numéricable).

Voici l’occasion de partager avec vous mon initiation à cette nouvelle technologie, ces nouvelles caméras et bien sûr de vous proposer encore une fois en exclusivité le plan de caméra des 2 réalisations.

D’un coté le car France Télévisions où Fred Godard réalisera le signal international du  match du Tournoi des VI Nations ainsi que le signal privatif France 2.

Non loin de là toujours pour France Télévisions, le très grand car Cinevidéo Group filiale d’EuroMedia Group dans lequel Christophe Baudouin assurera la réalisation en 3D du même match.

A leurs cotés d’autres cars comme celui de Alimage pour les habillages 2D et 3D, un car pour les ralentis des loupes, un car pour la BBC qui a installé un plateau dans le Stade de France et j’en passe.

Rentrons dans le vif du sujet, voici le plan de caméras commun aux deux réalisations.

Plan de caméras France Pays Bas Rugby France Télévisions

 

Vous pouvez remarquer que Fred Godard disposera de 24 caméras dont 4 loupes, ces caméras indispensables pour les ralentis car elles permettent d’enregistrer 75 images à la seconde soit 3 fois plus qu’une caméra classique.  24 caméras? Et oui il s’agit d’un dispositif important.

Vous vous pouvez repérer pour chacune d’entre elles leur numéro et leur implantation dans le Stade France.

Revenons à la 3D :

Sur le même plan vous pouvez apercevoir les informations et positions des 8 caméras dédiées à la réalisation 3D dont 2 lourdes.

Parmi ces caméras on  trouve aussi à l’opposée de la grue pour France 2 1 caméra sur grue Jimmy Jib.

La voici avec en vignette un gros plan de la caméra sans sa bâche de protection contre la pluie.

Grue Jimmy Jib équipée pour un tournage 3D

La grue est aussi installée sur un rail pour pouvoir ajouter un mouvement de travelling.

La tête de caméra a l’air un peu bizarre? Oui c’est normal, je vais vous l’expliquer.

Regardez d’ailleurs ce speedtrack : une machinerie sur rail qui peut avancer à une vitesse de 50 Km/heure. Cette machinerie est aussi souvent utilisée lors de courses d’athlétisme.

Le speedtrack équipé en configuration 3D

Oui je sais, pas facile de l’imaginer sur cette photo alors qu’il était en pleine préparation technique et séparé de son rail. Il faudra regarder le match sur France 2 pour le voir en action dans sa coque. En plus, avec ces deux « yeux » on pourrait le prendre pour un petit robot. Il s’agit en fait des protections des 2 optiques des 2 caméras.

2 caméras?

Et oui on arrive à la principale spécificité de la technologie 3D. Chaque « caméra » est en fait composée de 2 caméras comme nous avons 2 yeux. (Il y a donc 16 caméras dédiées à la 3D)

En effet, pour simplifier (les pros de la 3D me le pardonneront pour ce premier article sur la 3D) c’est parce que nous avons deux yeux que nous arrivons à voir la profondeur, le relief. Je n’aborderai pas la notion d’oeil directeur car elle n’a pas de véritable conséquence sur la 3D.

De la même manière, pour réaliser des images 3D, actuellement, il faut associer 2 caméras traditionnelles. Les 8 images 3 D à disposition de Christophe Baudoin seront à chaque fois une composition des images de 2 têtes de caméra positionnées l’une à coté de l’autre. Pour simplifier on appelle caméra 3D l’association des 2 têtes de caméra. En fait à la place de parler de 3D il faudrait parler de captation stéréophonique sur 2 outils caméras.

Ainsi dans le speedtrack il y a bien 2 caméras identiques côte à côte avec la même optique.

Regardez ces 2 caméras 3D.

Caméras 3D miroir et Side by side

Sur la caméra de droite vous voyez bien côte à côte les deux caméras Sony HDC P1 que je vous avais présenté lors d’un test sur Ca va s’Cauet (lien). Cette caméra, la 4 sur le plan de caméra, réalise des plans larges en utilisant la technique de tournage 3D Side by Side. Les caméras utilisées sont côte à côte.

La caméra de gauche, la 5 du plan de caméra et qui permet de réaliser des plans serrés utilise une autre technique, la technique dites miroir.

Une petite explication complémentaire avant de vous la montrer plus en détail.

Entre nos deux yeux nous avons un écart de 6,5 à 7,5 cm environ (différences entre hommes femmes, et selon les origines de chacun, et je ne parle pas des enfants (4,5cm))  Et bien pour simplifier il faudrait donc en théorie que les centre des optiques des caméras soient elles aussi séparées de 6,5 cm environ.

Les opérateurs 3D ont cependant constaté que dans certains cas nos yeux et notre cerveau avaient du mal à comprendre l’image en relief en respectant un intervalle entre 2 optiques de 6,5 mm  appelé entraxe. Pour compenser cela il y a donc fallu trouver aussi une solution pour pouvoir varier l’entraxe, modifier la distance entre les caméras.

C’est donc pour cela qu’on utilise de très petites caméras. Les Sony HDC P1 Monobloc ont d’ailleurs été pensées dès l’origine dans l’optique de la 3D.

Mais quand je parle de variation d’entraxe, cela peut aller de 3 mm à 35 cm (voir 1 m parfois).

Et pour obtenir une différence de 3 mm, c’est à dire un quasi alignement des 2 optiques de caméras, il n’était plus possible de placer deux caméras même très petites côte à côte.

C’est pour cela qu’on a inventé le système dit Miroir (Mirror) pour les plans serrés (lorsque nos yeux convergent).

Le voici présenté à partir de la caméra 3D numéro 6 située à Jardin sur le plan de caméra.

Caméra 3D Miroir EuroMedia Group

A gauche, la caméra vue de l’arrière avec les commandes et le moniteur pour le cadreur. A droite la caméra vue de l’avant face à son sujet.

Dans ce dispositif les deux caméras (des têtes de caméras débrochées Sony HDC 1500) sont l’une installée à la verticale, l’autre à l’horizontale.

A gauche, j’ai éclairci l’arrière de ces 2 caméras. L’une filme vers l’avant comme une caméra normale, l’autre, à la verticale filme vers le bas. Mais comme elle filme un miroir sans tain incliné à 45% elle filme le reflet de l’image en face de la caméra.

Ainsi les 2 caméras filment la même image. Et comme elles ne sont pas côte à côte on peut les installer quasiment dans le même axe si nécessaire.

Sur la photo de gauche vous voyez les 2 optiques des caméras. Elles sont presque alignées.

Cette même technique est aussi utilisée aussi pour la caméra 3 D de la grue. Revoyez la photo, elle a bien le même aspect.

Petite remarque. On ne pouvait pas mettre les deux caméras l’une au dessus de l’autre, pas plus que nos yeux ne sont placés l’un au dessus de l’autre!

Pour l’anecdote, sachez aussi qu’on n’aime pas trop la pluie en 3D. En effet, il est rare que des gouttes de pluies tombent aux mêmes endroits sur les 2 optiques de caméras. L’image 3D a alors un défaut.

De plus, il faut faire très attention à ce qu’une main d’un spectateur voire une personne ou un objet ne passe pas devant la caméra 3D à l’antenne. Cette main qui traverse de façon inattendue l’image pourrait faire sursauter les spectateurs devant leur écran cinéma.

Sachez par ailleurs qu’on appelle Rig les systèmes mécaniques qui permettent d’installer les caméras côte à côte ou en Miroir.

Toute cette technologie encore expérimentale tout de même, demande de nombreux réglages (Une journée de mise en place, vendredi, était nécessaire pour ce match). De même il faut pouvoir faire modifier les fameux entraxes selon les mouvements, en mode zoom ou lorsqu’un sujet se rapproche ou s’éloigne. Ce qui se traduit physiquement sur la caméra 3D par un rapprochement ou éloignement des deux caméras. Cette opération en temps réel ne peut cependant se faire sans des analyses, des calculs très précis et implique donc l’utilisation d’une informatique importante installée en régie.

Un nouveau poste de « pilotage » a donc été créé dans le car régie et une nouvelle profession celle d’opérateur Stéréoscopique ou ingénieur Stéréographe a été conçu. (Le nom de la profession n’est pas encore définitif. Le premier serait plus technique, le second artistique. On peut aussi dire opérateur 3D)

Sur leur 3D Box de Sony, ils analysent et traitent (alignent, calibrent etc.) les signaux des caméras grâce notamment à des représentations graphiques,

3D Box EuroMedia Group

Voici leur poste assez étonnant avec des écrans, des représentations graphiques colorées, des écrans d’alignement, des ordinateurs portables et des joysticks assez surprenants.

Sachez par ailleurs que dans le car la plupart des écrans sont en 2D donc visibles sans lunettes. En fait on visionne une seule des 2 caméras permettant de réaliser les images 3D. De même les cadreurs voient dans leur moniteur les images de l’une des 2 caméras. Attention, parfois il peut y avoir un vrai décalage entre les 2 caméras et ils peuvent rater un événement bord cadre.

Enfin vous avez pu voir que Fred Godard utilisera aussi la caméra 3D du Speedtrack.  En fait il utilisera l’image de l’un des 2 caméras présentes dans la tête gyrostabilisée du Speedtrack. A noter cependant que pour cette caméra c’est Fred Godard qui gardera pour France 2 la maitrise de cette caméra. C’est à dire que c’est lui et non Christophe Baudoin qui donnera les ordres de déplacement au cadreur Speedtrack.

Enfin coté enregistrement des images sachez qu’il y a deux possibilités liées au fait qu’une image 3D est le mélange d’images de 2 caméras :

– soit enregistrer les 2 images sur une même bande format HD Cam SR (certains formats SR particuliers)
– soit enregistrer l’image de chaque caméra séparément sur 2 cassettes et ainsi utiliser les formats habituels comme le HDCam

J’espère que ces explications que j’ai essayé de rendre le plus claires possible vous auront donné envie d’en savoir plus sur cette technologie encore expérimentale.

J’essayerai de le compléter très prochainement.

D’ailleurs, cette technologie est-elle plus adaptée pour le rugby ou le football? A quoi ressemble un steadicam 3D? Qu’est ce qu’une fausse 3D? Et bien cela vous le saurez déjà dès dimanche avec le match dit « classico » OM/PSG lui aussi réalisé en 3D pour Canal + 3D avec des moyens AMP/Visual TV.

Un week-end très 3D.

Merci aux équipes d’EuroMedia pour leur accueil et leurs explications.

Et je laisse la parole à un autre réalisateur de 3D : James Cameron qui vous présente la caméra 3D Miror qu’il a utilisé sur Avatar.






6 commentaires


  1. Merci pour cet article avec toutes les précisions qu’il comporte. C’est sympa d’ailleurs de nous proposer souvent le plan d’implantation des cam 😉

    C’est le premier commentaire que je poste, mais ça fait déjà un petit moment que je suis ton site, et c’est toujours un grand plaisir de te lire !

    J’ai hate de découvrir ton « reportage » sur OM/PSG maintenant.


  2. Thibs

    ça me rappelle les débuts de la HD numérique il y a une dizaine d’années!
    ça commence toujours par le sport!


    • Très bonne remarque : des événements sportifs internationaux si possible comme ce match de rugby et l’été dernier avec le Mondial de Football.
      Et puis comme il ne faut pas oublier que ce nouveau format a aussi pour but de nous faire, encore une fois, changer notre équipement télé, le mondial, des JOs et autres événements sont parfait pour cela.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *