Coulisses des émissions

22 mars 2011

Canal +, Laurent Lachand et AMP ont ajouté une nouvelle dimension au foot, la 3D – Une première. Impressions de téléspectateur

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,
Dans la régie du Car 8 d'AMP en configuration 3D (Ph. AMP)
Dans la régie du Car 8 d’AMP en configuration 3D (Ph. AMP)

Il n’était pourtant pas facile de me convaincre de regarder un match de foot.

Une nouvelle technologie : La 3D ! Je viens seulement d’acheter un écran plat 16/9 HD, faudrait qu’ils calment les fabricants de Hifi !

Et pourtant, j’ai été épaté par la retransmission en 3D du match de foot OM / PSG sur Canal + 3D.

Et 1 (pour le PSG), et 2 (pour l’OM) et 3D pour Canal +.

Impressions.

Une invitation à venir assister à un match en projection privé à Canal + ne se refuse pas surtout quand il s’agit de la première production par Canal + d’un match de foot de la Ligue 1 en direct. Il ne s’agissait pas d’un film mais d’un événement réel, d’un spectacle vivant, en direct et à distance.

J’avais d’ailleurs décidé de ne pas abuser des petits fours (… ma ligne?!) et surtout du champagne. Je ne voulais pas voir double !

Et hop j’ai pris mon courage à deux mains. Devant les autres invités de la soirée, j’ai mis des lunettes 3D discrètes (rouges) et me suis retrouvé face aux Guignols de l’info version 3D.
Un épisode semble-t-il tourné spécialement en 3D car des accessoires avaient été ajoutées au premier plan pour appuyer la notion de relief, de niveaux de profondeur. Autre effet réussi : un corbeau s’envolant et sortant de l’écran. Bien sûr, on y retrouvait aussi les Sarkozy, Borloo et Bachelot habituels mais avec du volume ou plutôt de la profondeur. Et Bachelot avec de la profondeur cela peut surprendre !

En découvrant encore ensuite des extraits de compétitions de rugby et de football international j’ai réalisé que, plutôt que de voir des personnages, des objets sortir de l’écran, la 3D  tournée en décor et temps réel  allait me donner l’impression d’entrer dans l’écran, dans sa nouvelle profondeur.

Premier paradoxe donc de la 3D, votre écran plat prend énormément de volume, d’épaisseur!

Autre réaction immédiate : sur les nombreux plans larges du match de football j’ai eu l’impression de regarder un jeu vidéo très réaliste en haute définition avec de petits joueurs très réalistes puisqu’ils sont réels et en action dans un véritable stade.

Deuxième paradoxe donc de la 3D : les concepteurs de jeux vidéo ont tellement amélioré le réalisme de leurs jeux FIFA, Pro Soccer  et autres que c’est aujourd’hui cette 3D qui leur ressemble.
Cela n’est probablement pas si surprenant puisque je vous rappelle que la 3D est en fait une image recomposée à partir d’images de 2 caméras cote à cote (voir les 2 articles précédents dont les liens sont indiqués en fin d’article), images qui passent par des calculateurs, des outils d’analyse paramétrés par de hommes, des techniciens : les opérateurs stéréographiques et des « artistes » : les stéréographes et réalisateurs. Et si les jeux vidéos faisaient partie des références de ces « artistes » metteurs en image mais aussi probablement des futurs principaux consommateurs de 3D?

Et puis, donnée plus qu’importante : nous sommes doués d’un cerveau qui essaye de comprendre et d’interpréter ce qu’on lui donne à voir. La 3D qui peut surprendre notre regard aujourd’hui sera peut-être la référence chez les futures générations.

Retour au visionnage du match.
J’avais choisi de regarder la première mi-temps dans la salle de projection, et donc sur un grand écran, probablement plus spectaculaire. D’autres lunettes sur le nez, de l’ambiance autour de moi notamment grâce à l’équipe d’Action discrète en pleine forme. Et c’est parti!

OM / PSG 3D Poste commentateur (Ph. AMP)

Première intervention en direct depuis le terrain du stade des commentateurs spécialement dédiés à cette diffusion en 3D, Christophe Josse et Raynald Denoueix. Et premier effet toujours très efficace : ils tendent leur ballon vers nous et effectivement on le voit bien venir vers nous !

Suivent des plans très efficaces sur le public marseillais, des panneaux blanc ou bleu à bout de bras. On se croirait à quelques mètres d’eux. Le sentiment de profondeur semble très réel.

Très vite j’ai confirmation que ce n’est pas le spectacle qui va entrer dans la salle mais plutôt nous qui allons nous retrouver au cœur du vélodrôme, dans le public parfois, à survoler le terrain grâce aux plans de la spidercam (J’en ai rêvé!). A d’autres moments nous courrons à coté d’eux. Heureusement c’est Bruno Vilde, le cadreur steadicam qui le fait pour nous et c’est donc beaucoup moins fatiguant.
Sur certains plans plus serrés de joueurs, on a l’impression d’être sur le terrain à cotés d’eux. Tant qu’ils ne me filent pas le ballon! Et oui je suis une bille en foot, réel ou virtuel!

Et c’est alors que les parisiens ont marqué leur  premier et unique but et là plus de doute, j’étais vraiment en 3D. Je me suis senti soulevé de mon fauteuil mais cet effet spécial était en fait beaucoup dû aux supporters dans la salle de projection! Rassurez-vous amis marseillais, il y avait aussi une partie de la salle pro Marseille et qui est partie avec le sourire,elle !

OM / PSG Canal + Caméras 3D Rig side by side (Ph. Canal +)

Si en regardant le jeu on avait l’impression d’être devant une vitre donnant sur le Vélodrôme, l’habillage  graphique en 3D  donnait bien le sentiment d’être en relief, en volume sur cette vitre. C’était particulièrement réussi lors de la présentation des positions des joueurs. Les éléments 3D semblaient arriver jusqu’à nous dans notre fauteuil.

Malgré tout cela, je dois dire que je n’étais alors pas (pas encore!) tout à fait sous le charme de cette nouvelle technologie : une impression de mouvements pas toujours très nets, une fatigue naissante au niveau des yeux… Mais bon, comme cela n’avait pas vraiment l’air de gêner les autres téléspectateurs, j’ai commencé à chercher à me douter de l’explication…

Profitant de la mi-temps j’ai décidé de retourner voir la deuxième période de jeu sur l’écran 3D  (A vue de nez un écran de 40 pouces) sur lequel j’avais vraiment apprécié les Guignols.

Et là, quelle ne fût pas ma surprise en découvrant pendant 45 minutes une fluidité et une netteté parfaite des images, un vrai sentiment de profondeur, de distance sans aucun souci d’accoutumance et de fatigue des yeux. Un vrai plaisir, une nouvelle façon de regarder le sport, comme quelque chose de spectaculaire.

François Charles Bideaux, directeur de productions du Pôle Sport de Canal + m’a apporté une première explication : « Canal + a produit une 3D avec un budget relief adapté à la diffusion sur écran tv pour les abonnés. Ce réglage de la stéréoscopie était un peu fort pour une projection cinéma mais c’était notre choix de privilégier les clients du Canal 18 d’où un certains « inconfort » sur Grand Ecran. »

OM / PSG Canal + Caméra 3D Miroir Corner opposé (Ph. Canal +)

J’y vois cependant aussi une autre explication : les problèmes de convergences chez nous, êtres humains !
Pour créer une image 3D, on associe 2 caméras côte à côte avec une certaine distance entre elles appelée entraxe, histoire de se rapprocher du regard humain et de sa capacité à voir en relief.
A cela s’ajoute la notion de convergence. Le regard de chaque œil n’est pas parallèle, il converge vers un lieu sur lequel nous faisons le point, la netteté. Les 2 caméras aidées de la 3D box doivent réaliser cette même action.

Cependant, à force de regarder trop longtemps des écrans, nous sommes toujours plus nombreux à avoir des problèmes de convergence. Avec la fatigue nos yeux ont parfois du mal à voir net loin et/ou près. Et c’est ainsi que probablement que chacun d’entre nous, en fonction de sa propre vue, de ses problèmes plus ou moins importants de convergence perçoit plus ou moins bien une image 3D.

Tout cela pour vous dire que je crois que la 3D, si elle se généralise, va probablement permettre à une profession de se développer toujours plus : les orthoptistes !

Tout cela est cependant encore une fois à relativiser puisque même sur la durée, cet inconfort avait pour moi comme pour d’autres totalement disparu devant l’écran plat 3D.

OM / PSG 3D Canal + Base Tournette Miroir (Ph. Canal +)

Parlons maintenant un peu de la réalisation. Comme je vous l’avais déjà indiqué, les caméras ne sont pas placées au même endroit que dans une réalisation actuelle. Les caméras redescendent sur le terrain, parfois au ras du sol comme sur cette tournette 3D au milieu du terrain (la 7 sur le plan de caméra). J’aimerai d’ailleurs bien demander à Laurent Lachand si on retrouve des valeurs de plans, des axes inspirés par les jeux vidéos de foot.

La réalisation va encore probablement évoluer mais certains plans comme les plans ras du sol sont très payants et rendent l’ensemble spectaculaire. Les images en fausse 3D/remise en relief étaient aussi très réussies. Le passage d’images en 3D à d’autres en fausse 3D n’étaient pas perceptibles.

Enfin, coté réalisation il y a eu quelques images involontaires qui ont cependant fait mon bonheur.
Je vous rappelle qu’il y avait en parallèle une autre réalisation en direct pour Canal + dirigée par Jean Jacques Amsellem qui disposait de 22 caméras dont un steadicam lui aussi sur le terrain et une spidercam que lui dirigeait pour les 2 réalisations.

La spidercam pendant OM/PSG ( Ph. Canal +)

Résultat : malgré un travail préparatoire, on apercevait parfois le steadicam de l’autre réalisation. Parfois, on voyait aussi à l’image les déplacements très fluides de la spidercam  suspendue par ses 4 filins très nets. J’ai a-do-ré.

Et si c’était d’ailleurs cette obligation de double réalisation qui pouvait être un frein au développement de la 3D ou plus certainement de sa généralisation?

Il est plus que probable que nous accepterons encore dans les années à venir de changer notre téléviseur pour un compatible 3D surtout quand il ne nécessitera plus le port de lunettes.

Nous prendrons alors l’habitude d’aller au spectacle tout en restant chez nous. Concerts, événements sportifs, une nouvelle façon de les consommer et d’attirer plus de spectateurs qu’une salle de spectacle ou qu’un stade ne pourra jamais en contenir. Les producteurs pourront alors décider de financer une seule captation, en 3D. J’imagine alors assez bien des chaines comme Canal + 3D exister avec un catalogue toujours plus important de spectacles.

Par contre, je reste dubitatif sur le passage de toutes les chaines à la 3D et surtout sur la phase de transition.

Pour être efficace, la réalisation 3D doit être différente, utiliser des moyens techniques et humains placés différemment. Contrairement au passage à la HD, il semble pour le moment impossible de proposer en une captation unique un programme en version 3D et 2D. Les diffuseurs qui ne pourront pas payer systématiquement une double réalisation et production devront-ils alors faire le choix d’une chaine totalement 3D mais devenue indisponibles pour ceux qui ne sont pas équipés? Certaines chaines resteront-elles en 2D?

La quantité de programmes disponibles incitera à acheter un téléviseur 3D compatible et inversement le développement du parc de téléviseurs 3D poussera les chaines au passage à la 3D. Dans quel ordre cela se passera-t-il? Dans quel délai?

En attendant, cette découverte du sport en 3D en direct est une première expérience que je veux bien retenter prochainement et qui semble aussi réussie de l’avis général. Une autre façon de vivre la télé! De nouvelles façon de réaliser de concevoir un programme à imaginer et pourquoi pas de nouvelles formes d’interactivités en relief.

Article précédent présentant la 3D et le dispositif de ce match

 






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *