Genres

2 avril 2011

La soirée du Sidaction sur France 2 : Interview du metteur en scène et chorégraphe Giuliano Peparini

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
Sidaction danseurs Giuliano Peparini en répétitions

Ce samedi soir sur France 2, Les grandes voix chantent pour le Sidaction ne sera pas une émission ordinaire.

Attention, vous risquez de vous faire emporter par l’émotion provoquée par la voix des artistes, par une musique, une réalisation mais aussi par la mise en scène de Giuliano Peparini. Tout au long de la soirée, avec sa troupe de danseurs et d’acrobates, il nous entraine dans une belle histoire, dans un autre univers bien agréable.

A la fois très complexe et élaborée sa mise en scène nous apparait si évidente, si naturelle, le signe d’un vrai talent.

Ce n’est probablement pas un hasard s’il travaille depuis des années aux cotés de Franco Dragone (Le Cirque du Soleil, A New Day Has Come/Céline Dion – Las Vegas…). Il a en particulier participé à la création d’un immense spectacle à Macao : The House of Dancing Water.

Des images et son interview.

Quelques images valent mieux qu’un long discours?

Alors place tout d’abord à cette présentation d’une partie du travail de ce chorégraphe, metteur en scène et réalisateur.

Comment as-tu été contacté pour mettre en scène et chorégraphier cette soirée du Sidaction sur France 2 ?
Giuliano Peparini : C’est Anthony Souchet (Avec sa société Blue Red, il est co-producteur de la soirée avec DMLS TV), qui m’a contacté. J’ai tout d’abord accepté pour le Sidaction, un enjeu important pour moi car cette maladie peut toucher beaucoup de monde.

Giuliano Peparini, dans la salle du Dancing Water Theatre – Macao

C’est ensuite quand Anthony m’a expliqué que j’avais toute liberté pour créer des chorégraphies et un univers différents de ce que l’on peut voir à la télévision aujourd’hui que j’ai été définitivement convaincu.

Il semblait avoir autant envie que moi de défendre une autre vision de l’esthétique télévisuelle. J’ai donc accepté même si en fait, franchement, je ne savais alors pas du tout ce qu’il y allait avoir dans l’émission.

La chorégraphie et la mise en scène pour la télévision ne sont pas ton métier ?
G. P. : Non, je n’appartiens pas à cet univers. Je viens du spectacle vivant, du théâtre. Le plus important pour moi n’était pas d’amener des danseurs à la télévision mais qu’une troupe propose tout au long de l’émission un fil rouge.

Les personnages du spectacle se baladent tout au long de l’émission.

Sidaction 2011 – France 2 – Danseurs de Giuliano Peparini

C’est d’ailleurs pour cela que je garde toujours le même maquillage, le même visage des danseurs, des personnages.

Quelle histoire as-tu voulu raconter ?
G. P. : Je voulais raconter l’histoire d’un garçon, d’un homme, qui en rencontre un autre puis d’autres viennent voir ce qu’il se passe.

Et ces garçons jouent parfois à être des garçons puissants torses nus et vêtus d’une jupe rouge vif. Parfois ils sont plus sensuels.

A d’autres moments ils jouent comme des enfants avec des ballons. Ils représentent Monsieur tout le monde, ils passent d’un univers à un autre comme on passe du rire aux larmes dans la vie.

Sidaction 2011 – France 2

Comment ont réagi les artistes à tes propositions artistiques?
G. P. : Et bien justement, j’ai apprécié que les artistes jouent le jeu. Cela me plait de voir des artistes accepter d’être emmenés dans un univers visuel qui n’est vraiment pas le leur. Je les remercie de m’avoir fait confiance.

Et puis il y a dans cette émission des personnes que j’apprecie beaucoup comme Francis Cabrel Serge Lama et puis, des amies comme Lara Fabian et Michèle Laroque. Cela m’a encore plus motivé à m’investir dans ce programme.

Lara Fabien et le pianiste Lang Lang – Sidaction 2011 – France 2

Quelles consignes t’ont donné la production, France 2 et l’association du Sidaction ?

G. P. : Ils m’ont vraiment tous laissé carte blanche. Ils m’ont simplement précisé quels étaient les artistes présents, le titre qu’ils interprétaient et m’ont laissé créer des tableaux avec les danseurs.

J’ai aussi eu toute liberté d’imaginer des films projetés dans le grand écran du décor lors de certaines séquences. C’était donc très agréable même si nous n’avons eu que 5 jours pour répéter tout cela avec les danseurs et avec mes amis et collaborateurs Franck Desplanches et Gilles Papain (pour certaines projections dans les écrans)

Comment s’organise-t-on avec peu de temps ?
G.P. : On est limité et pourtant il faut que la mise en scène soit cohérente mais aussi puissante pour emmener avec nous le public qui se trouve devant sa télé. En plus, il faut que cela soit crédible et raconte quelque chose.

Les danseurs ne doivent pas être qu’un prétexte. Il ne s’agit pas juste de mettre des danseurs parce qu’il faut remplir une scène.

Sidaction 2011 – Répétitions

C’est souvent cela à la télévision dans les divertissements …
G.P. : C’est vrai que souvent, on ne met que des danseurs pour occuper l’espace et c’est pour cela que je ne regarde pas ces émissions. Sur cette émission c’était un challenge, car la télé n’est pas mon métier.

Pourquoi se contenter de montrer à la télévision toujours les mêmes chorégraphies même si on sait que cela marche. Au théâtre, au spectacle on prend des risques. Pourquoi ne pas en prendre aussi à la télévision ?

Les danseurs font partie de ta troupe ?
G.P. : Ce sont des danseurs que j’ai choisis et qui ont, pour certains, déjà travaillé avec moi. Et parfois j’aime mettre mes danseurs en difficulté, j’aime les contrastes. Cela peut être aussi très intéressant car cela permet de découvrir quelque chose de différent.

Sidaction 2011 – Giuliano Peparine au pied de la scène pendant les répétitions

Comment se passe le casting ?
G. P. : Je choisis les danseurs soit grâce à des vidéos que je reçois, soit parfois lors de castings que j’organise. Parfois ce sont eux qui viennent à moi, m’envoient des mails.

Certains danseurs sont aussi acrobates ?
G. P. : Je travaille beaucoup avec les acrobates et les gymnastes dans mes spectacles à l’étranger. J’aime travailler avec des corps qui ne sont pas fait pour danser.

Sidaction 2011 – France 2 – David Garrett

Je lui fais alors remarquer qu’il peut m’engager …
G. P. : Absolument ! (Chouette !)

Combien y a-t-il de danseurs sur cette émission ?
G.P. : Il y a 10 danseurs, trois acrobates et un spécialiste bmx(vélo).

Tu travailles en équipe ?
G. P. : Je travaille comme toujours avec mon collaborateur Franck Desplanches qui est à la base un danseur et comédien et qui travaille avec moi maintenant depuis 5 ans. Pour les projections je travaille avec Papain. (Gilles Papain)

Papain est un ami et j’aime travailler avec des amis. J’aime que cela aille vite, et avec mes amis on se comprend, on a notre langage.

Giuliano Peparini avec ses danseurs

Et pour les costumes ?
G. P. : C’est Franco Dragone qui nous a ouvert ses ateliers et nous a mis à disposition gratuitement plus d’une centaine de costumes pour le Sidaction. Franco Dragone et son équipe sont toujours présents quand je m’engage dans des causes comme celle ci. Franco n’est pas juste un grand ami, c’est quelqu’un toujours prêt à s’engager.

Sur cette soirée tu es aussi bénévole ?
G. P. : Gilles Papain, mes équipes et moi-même sommes 100% bénévoles. Seuls les danseurs ont un contrat.

Il y avait aussi à tes cotés une accessoiriste qui a notamment apporté tous ces lustres, et de nombreux accessoires et effets pyrotechniques ?
G. P. : Géraldine m’a été présenté par Antony Souchet. C’est la première fois qu’on travaille ensemble. Elle aussi vient des grands spectacles, des gros projets. Elle a toujours tout ce qu’il faut tout de suite.

Quels sont tes projets ?
G. P. : J’ai des projets en France et à l’étranger. Pour des raisons de confidentialité, je ne peux encore rien dire… (et zut!)

Dans l’immédiat, je repars à Macao pour superviser la direction artistique du show : The house of dancing water, que l’on a ouvert avec Franco Dragone en septembre dernier mais aussi visiter d’autres lieux et d’autres pays où l’on prévoit d’ouvrir d’autres grands spectacles….

Ne manquez pas cette vidéo de présentation de The House of dancing water– $ 250 millions de budget de production (petits joueurs! )

Par ailleurs, je travaille aussi derrière la camera en réalisant aussi des vidéoclips

C’est très différent du spectacle vivant…
G. P. : J’aime la réalisation. J’ai vraiment plaisir à être derrière la caméra.

Un grand merci à Giuliano Peparini. Ce blog me demande beaucoup de temps, mais quand il me permet aussi de faire de nouvelles rencontres professionnelles comme celle-ci je me dis que je suis plutôt chanceux!

Pour en savoir plus sur Giuliano Perrari

Lien Media un autre regard – Facebook Giuliano Perrari

Pour en voir plus sur la soirée spéciale Sidaction sur France 2, je vous invite à lire les articles sur les coulisses des répétitions et du tournage.

Et voici quelques vidéos supplémentaires pour les amateurs de spectacle et du travail de Franco Dragone & Giuliano Peparini.









One commentaire


  1. Roby

    Bonjour,

    Juste dire qu’avec l’émission du SIDACTION 2011, j’ai passé un moment magnifique, tant cette émission a été formidablement réalisée et mise en scène. Enfin une émission de variétés qui sort enfin de l’ordinaire et qui de plus, est réalisée pour une bonne cause.

    Tout était parfait et où j’ai découvert des danseurs, acrobates excellents, avec des chorégraphies plus qu’originales, moi qui suis passionnée de danse, j’ai vraiment été enrichie de voir ces différentes expressions aériennes, légères, techniques, gracieuses et où à chaque tableau, on vivait une histoire et des émotions. Félicitations au chorégraphe et à tous les danseurs. Les artistes chanteurs(ses) étaient aussi très bien, comme tous les musiciens en Live, dont nous avons découverts quelques talents.

    Artistiquement
    Roby



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *