Coulisses des émissions

11 avril 2011

François Charles Bideaux, Directeur de production du Pôle Sport de Canal +. La 3D – Interview

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,

Il y a quelques semaines, Canal + proposait à ses abonnés le match OM/PSG.

Dispositif technique spécial pour le match diffusé sur Canal + complété pour la première fois par la diffusion du match en 3D sur Canal + 3D.

Une première production pour Canal + avec des moyens techniques AMP/Visual TV.

Explications sur cette première. Avenir de la 3D dans le groupe Canal +.

Interview

Le 16 avril, Canal + 3D proposera un match de la Liga espagnole : « el clasico » Real/Barça produit par Mediapro , le producteur délégué de la Liga. Avant peut-être en mai un match produit en Angleterre par Sky (un match Manchester Chelsea ?) et une nouvelle production Canal + en juin. (M.à J. : Une diffusion éventuelle des ½ et finale de Wimbledon)

Visionnage de l'essai avec le steadicam (Sur cette photo, de gauche à droite : Richard Hingely (stéréographe), Bernard Pichaud & Christophe Arrivé (Direction groupe AMP VISUAL TV) François-Charles Bideaux et Christophe Baudet (Canal+) & Lionel Chanal (Directeur Production))

En attendant, François Charles Bideaux, ancien réalisateur et actuellement Directeur de production du Pôle Sport de Canal + revient sur le match OM/PSG diffusé le dimanche 27 mars dernier.

J’aimerai vous proposer prochainement des explications encore plus détaillées sur la 3D mais pour ceux qui ne sont pas encore familiers avec cette technologie je vous invite tout d’abord à découvrir les articles suivants :

– présentation de cette technologie lors d’un match de rugby,
– le dispositif technique du match OM/PSG 3D & 3D
– mes impressions après avoir vu ce match OM/PSG réalisé par Laurent Lachand en 3D.

Sachez par ailleurs que, pour que la 3D soit efficace, il est préférable de disposer dans chaque axe, d’éléments positionnés à différents niveaux de profondeur : un élément proche, un autre un peu plus éloigné et un décor de fond. C’est la différence de profondeur entre ces différents éléments qui va donner cette impression de relief ou de profondeur.

Francois-Charles Bideaux utilise enfin aussi vous le verrez le terme d’axe et non de caméras. En effet, une caméra 3D est composée de 2 caméras, de 2 optiques.

Pour réaliser ce match en 3D, Laurent Lachand a disposé de 9 caméras ou  plutôt de 9 axes 3D et de 3 caméras 2D converties en fausse 3D (mises en relief). Quelles étaient les principales différences avec une implantation de caméra classique pour un match en 2D ?
Francois-charles Bideaux : Il y a une option importante qui est de descendre de la tribune haute vers la tribune basse pour être plus bas et avoir dans le champ plusieurs niveaux de profondeur. On crée alors un découpage de la réalisation en s’appuyant sur des caméras installées au niveau du terrain.

Le nombre d’axes a une réalité économique et technique. Aujourd’hui dans les cars 3D on ne peut pas mettre plus de 10 axes, ce qui finalement est le calibrage haut de gamme en Foot 3D puisque la Coupe du Monde a été réalisée en 8 axes, et les match de la Premier League sur Sky sont à 9 axes.

Il ne faut pas oublier que cela correspond au double de caméras. 9 axes, c’est 18 caméras. On entre donc déjà dans de grosses productions. Lors du match OM/PSG, il y avait aussi 6 LSMs  mais 2 canaux sont nécessaires pour chaque axe.

Voilà pour le dimensionnement.

Plan d'implantation des caméras OM PSG Canal + / Laurent Lachand

Vous aviez aussi associé des images 2D converties en 3D (Junior sport, Spidercam et Tournette)
F.-C. B. : Il y avait effectivement un partage de ressources avec un convertisseur 2D/3D et une reprise de signaux informatifs comme les hors jeux où les caméras sont très hautes. Des axes 3D ne seraient pas d’un grand apport puisqu’il n’y a pas vraiment de profondeur dans le champ.
Ce que l’on voulait surtout c’était pouvoir être informatif et amener toutes les informations éditoriales que les abonnés ont l’habitude de voir sur un gros match de ligue 1 sur Canal + (2D).

Pourquoi avoir choisi la fausse 3D plutôt que des machineries 3D dont une caméra aurait été reprise en 2D ?
F.-C. B. : Il n’existe pas encore à ma connaissance de Spidercam 3D. Peut-être vont-ils en présenter une au NAB.

La spidercam pendant OM/PSG ( Ph. Canal +)

Pour le Junior, je n’étais pas sûr que cela ne dégraderait pas la qualité du signal 2D qui restait notre signal principal ce soir là. Nous n’avions pas encore de retour d’expérience la dessus. Les exigences en 3D ne sont pas les mêmes qu’en 2D. On va exiger des panoramiques moins rapides, des plans un peu plus larges.

C’était intéressant de faire toutes ces expériences. Il y a encore une partie labo dans toutes ces captations 3D. Cependant, d’après ce que j’ai vu et les retours que j’ai eu, le plan converti du travelling marchait très bien.

Vous avez été réalisateur, qu’est ce qui vous a le plus marqué en regardant ce match en 3D ?
F.-C. D. : Ce qui m’est apparu c’est que, en plus de descendre de la tribune, il faut aussi pouvoir se rapprocher du terrain ce qui n’est pas aisé dans un stade de football.

Descendre en tribune on y arrive. Pour cela, l’OM nous avait mis 40 places à disposition. S’avancer devient impossible car on gênerait trop de spectateurs. Dans ce stade évasé, nous étions un peu trop loin de la ligne de touche. Nous étions à la limite du système. Avec un entraxe de 30 cm nous obtenions une 3D assez soft sur le plan large. Si on avait voulu l’accentuer et dépasser les 30 cm on serait entré dans un effet maquette qui déréalise l’événement.

De plus on ne peut pas réaliser tout le match depuis le sol car on peut perdre le téléspectateur dans les découpages du jeu. Le premier enseignement consiste à trouver un compromis à ce niveau là.

Pouvez-vous nous expliquer ce que vous entendez par effet maquette ?
F.-C. B. : L’effet maquette se traduit par des joueurs qui apparaissent petits, un peu détachés du contexte. On obtient un effet jeu vidéo déréalisant. Cela finit par ôter du crédit à l’image et finalement c’est plus gênant.
Le stade vélodrome a une position limite en matière d’éloignement. (Les futurs stades français et ceux en cours de travaux seront-ils pensés pour la 3D ?)

Quels autres enseignements avez-vous tiré de cette réalisation en 3D ?
F.-C. B. : Le deuxième enseignement, c’est qu’on a pris beaucoup de réflexes en 2D notamment dans le travail des cadreurs qu’il faudra les changer voire même les inverser.

Un exemple ?
F.-C. B. : Les cadreurs ont le réflexe de resserrer le champ dès qu’ils le peuvent « pour remplir le cadre » mais en 3D ce n’est pas approprié.

Dans la régie du Car 8 d'AMP en configuration 3D (Ph. AMP)

De plus, il y a vraiment un rapport de focale qui est plus favorable que d’autres pour créer le relief. Il faut arriver à communiquer aux cadreurs une dimension nouvelle à leur travail qui doit devenir l’une de leurs premières préoccupations. Il faut leur apprendre par exemple à trouver le rapport idéal du zoom pour créer le relief.

Leur travail est d’autant plus difficile qu’ils cadrent en 2D. Ils doivent donc apprendre à imaginer le résultat en 3D.

Les opérateurs de convergence interviennent aussi à ce niveau ?
F. C. B. : Oui, et les opérateurs de convergence ont besoin de, entre 1 à 4 secondes, pour placer la boite relief dans le plan et lorsqu’on est trop rapide dans les recadrages, ils ont du mal à suivre. Alors, soit on perd du relief, soit il est mal placé, soit encore il ne raccorde pas avec le plan suivant et l’on perd la cohérence relief.

Il est donc réellement nécessaire d’intégrer dans la coordination technique du Worflow le travail de ce nouvel intervenant. Avant, seul l’ingénieur de la vision intervenait sur l’image du cadreur. L’opérateur de convergence (convergence puller) les rejoint désormais en 3D.

En 6 mois il y a déjà eu des progrès et il y aura encore de gros progrès sur l’automatisation du réglage des convergences en direct.

Il y a aussi un autre nouvel intervenant : le stéréographe. Son action détermine le style de l’image et en particulier le choix d’un effet maquette ou pas ?
F.-C. B. : La réalisation 3D en direct, ce sont pour l’instant d’abord des contraintes techniques à gérer. A cela se rajoute un choix stylistique.

La réponse stylistique que j’ai voulu pour Canal + n’était pas d’obtenir un effet maquette.  Je veux qu’on reste sans distance, totalement en immersion dans l’événement. L’effet maquette crée à mon sens une distance. Il s’agit d’abolir le mur invisible entre le  jeu et l’écran.

On parle de relief avec la 3D alors qu’il s’agit plutôt de profondeur ?
F.-C. B. : Il y a effectivement un paradoxe : la plupart du temps les gens viennent avec une idée préconçue. Ils pensent que la 3D c’est avant tout du jaillissement. Cependant, au bout de 10 minutes de jaillissement, ils sont fatigués.

Quand on va vers l’immersion comme avec le match OM/PSG, on peut consommer 1h30 sans difficulté.
A nous de trouver le juste milieu pour insérer dans le programme un certain nombre de jaillissements notamment grâce à l’habillage.

Les contraintes techniques pèsent-elles sur la réalisation ?
F.-C. B. : Oui bien sûr mais attention, il n’est pas possible de réaliser si ce n’est que la technique qui détermine la validité des choses.

Le cinéma a beaucoup avancé sur la 3D, que peut lui apporter la captation d’événements sportifs en direct ?
F.-C. B. : Le cinéma a peu travaillé les problèmes de traitement live de convergence. Si un plan est raté, on peut toujours le refaire au cinéma, pas lors d’un direct.
Le cinéma compte beaucoup sur la télévision pour avancer là-dessus. En retour, le cinéma en profitera et pourra raccourcir ses temps de tournage en ayant moins de plans à recommencer.

C’est pour cela que James Cameron attend beaucoup de la captation 3D du sport. Il compte aussi beaucoup dessus pour que l’offre de programmes augmente sensiblement et soit suffisamment attractive pour que les gens s’équipent mais aussi pour faire évoluer les technologies.

L’équipement des ménages pourrait s’accélérer avec l’arrivée des écrans sans lunettes.
F.-C. B. : Oui il semble que rien de nouveau n’arrive vraiment à ce niveau avant 4 ou 5 ans au minimum. On trouve actuellement principalement des petits écrans avec des programmes pré déterminés surtout dans l’univers du jeu. J’ai eu récemment l’occasion de voir un écran de plus grande taille mais l’angle de vision était réduit.

OM / PSG 3D Poste commentateur (Ph. AMP)

Cette technologie (sans lunettes) implique aussi un mode de tournage encore différent qui, avant de pouvoir s’appliquer au sport en direct va demander du temps.

Le plus intéressant pour moi serait que, comme aux Etats-Unis, les gens s’équipent du système passif polarisant moins lourd avec un rendu plus soft, moins pénible puisqu’on utilise des lunettes légères comme des lunettes de soleil.

La 3D semble adaptée au sport, au cinéma et d’après vous à quels autres types de programmes ?
F.-C. B. : On peut penser aux spectacles, aux concerts ou même à des variétés avec des orchestres en direct, cela peut être amusant.

Comment Canal + espère régler les contingences budgétaires et les surcoûts liés à cette technologie.
F.-C. B. : Pour l’instant il n’y a pas de business dans ce domaine. Notre action est un accompagnement commercial, un service. Il faut encore déterminer qui va financer cette évolution technologique.

OM / PSG Canal + Caméras 3D Rig side by side

A Canal +, nous créons une offre de programmes surtout qualitative : un film et une offre de programmes très prestigieux chaque mois. Après un premier retour des abonnés nous déterminerons la suite de notre stratégie dans ce domaine.

Nous voulons montrer que nous sommes là, que nous maitrisons la technologie de captation 3D, que l’on peut apporter une écriture. Le propos n’est pas de faire un coup de feu d’artifice de temps en temps mais de voir comment nous pouvons proposer une offre de programmes même quantitativement limitée mais qualitative et régulière.

Nous avons aussi un autre projet qui est d’ouvrir un canal 3D de Canal Satellite c’est-à-dire que tous les programmes simulcast 3D des diffuseurs de Canal Satellite trouveraient leur place de diffusion sur cette chaine. FranceTélévisions et TF1 étant sur Canal Satellite, ils pourraient alors diffuser leurs programmes 3D sur ce canal.

Par ailleurs on voit quand même qu’il y a des offres de programmes ça et là : Wimbledon, peut-être Roland Garros, la finale de la Ligue des champions, peut-être même un quart et une demi-finale de la ligue des champions. Il y a comme ça une succession de programmes. Hors sport il est question du mariage du Prince de Monaco. (par Jérôme Revon)

La 3D est-elle adaptée à tous les sports ?
F.-C. B. : En tant qu’ancien réalisateur, j’aurai l’ambition de penser que pour chaque sport il faudra trouver comment la 3D peut lui apporter quelque chose. Il n’y a pas de sport plus télégénique en 3D que d’autres. Il va juste falloir trouver des réponses différentes à chaque fois.

OM / PSG Canal + Caméra 3D Miroir Corner opposé

Dans le sport on a toujours eu la difficulté de ne pas pouvoir entrer dans l’aire de jeu. C’était déjà valable en 2D mais c’est plus problématique en 3D.

Dans une course automobile, les caméras sont sur le circuit. De même pour le sport en salle, l’action est plus proche des caméras, la 3D semble plus facilement visible. Un avantage donc pour le basket ou le handball mais je pense que pour le foot et le rugby nous trouverons des réponses et c’est ce que nous cherchons à faire actuellement.

Quel était le budget de la captation OM/PSG 3D ?
F.-C. B. : Soit vous dites que c’est une fois et demi le prix de la 2D qui est de 150 000 € pour un match classique soit vous décidez de dépenser la même somme que pour un match en 2D et réduisez les moyens technique à 10 axes caméra.

NB : Par rapport à la captation d’autres matchs de ligue 1, pour le match OM/PSG, Canal + avait ajouté une caméra sur un hélicoptère, la spidercam, la caméra 18 opposée et une portable (la 8)

Merci à François-Charles Bideaux d’avoir répondu à mes questions.






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *