Genres

19 avril 2011

Pékin Express, la route des grands fauves, sur M6 : Conférence de presse spéciale blogueurs de Stéphane Rotenberg

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , ,
Le parcours de Pékin express 2011

Pékin Express

Les chaines de télévisions ont pour obligation de déclarer leur grille de programme trois semaines à l’avance, le mardi pour permettre à la presse spécialisée télé de travailler.

Ensuite, c’est au tour des producteurs, animateurs, candidats parfois et attachés de presse d’enchainer les rencontres et envois d’informations aux journalistes.

Pour le lancement ce mercredi 20 avril soir à 20h45 de Pékin express, saison 7, M6 a ajouté une étape supplémentaire, un prologue  : une rencontre avec des blogueurs en présence de Stéphane Rotenberg, VRP passionné de l’émission.

Ce n’était pas la première conférence de presse pour blogueurs organisée par M6. Il y a quelques semaines déjà, j’avais été invité avec d’autres blogueurs par Nosite.tv à une conférence de presse spéciale X factor. Nous étions alors suffisamment nombreux pour remplir la salle de projection de M6 à Neuilly sur Seine.

Mais quand vous invitez des dizaines de blogueurs, ils viennent tous d’univers très différents. Certains devaient être amateurs de musique, certains fans de télé crochets ou de certains artistes et d’autres encore fans d’animateurs etc.

Être accueilli dans les locaux de M6, pouvoir voir en vrai Jérôme Anthony (Si si !), profiter de petits fours à la cafet’ de M6 semblait déjà en combler beaucoup. En échange de cet accueil ma foi très sympathique, la garantie pour M6 et Freemantle, producteur de X factor, de dizaines de twitt et d’articles lus par des milliers de lecteurs? Et pourquoi pas!

Les twitt et messages sur Facebook avaient déjà commencé pendant la conférence de presse. De nombreux blogueurs avaient sorti leurs Iphone et Blackberry pour envoyer des twitt, twitt déjà suivis et observés par les équipes de Com’ et de presse de M6 qui, eux aussi, avaient leurs Iphones à la main!

Après la projection d’images présentées comme inédites, la présentation de Henry Padovani, membre du jury, et les interventions de Matthieu Grelier, producteur pour Freemantle, Jérôme Anthony, animateur de cette conférence de presse, a ouvert la séance de questions.

Et pas tant de questions que cela et parfois assez éloignées de celles que je souhaitais poser concernant la production et fabrication du programme. Mais bon, Matthieu Grelier qui a déjà travaillé avec moi et Caroline Gavignet m’a expliqué ce soir là que je serai invité en coulisses. Il ne va s’en doute pas tarder m’a me faire signe!

A l’occasion de lancement de Pékin Express, la rencontre entre une vingtaine de blogueurs et Stéphane Rotenberg la semaine dernière m’a paru bien plus intéressante. Il est vrai que Stéphane Rotenberg était en pleine forme et avait très envie de nous parler de ce programme et de la difficulté à le produire.

Nous avons bien sûr eu droit aux premières images et en bonus, à une dizaine de minutes de séances du casting des candidats, une séquence très drôle que M6 aurait intérêt à diffuser, je trouve, au moins sur le net dans les prochaines semaines. (Mise à jour 10:18 , c’est désormais le cas : Lien Leblogtvnews)

Ce fût ensuite à Stéphane Rotenberg de faire son entrée et d’échanger avec nous avec simplicité et passion.

Voici les informations que j’ai retenues pour vous.

Le parcours de Pékin Express 2011

5 pays traversés : L’Egypte, le Kenya, La Tanzanie, le Lesotho et l’Afrique du Sud.

Les producteurs ont souhaité gardé l’idée d’une traversée. C’est le cas avec ce parcours Nord – Sud, Le Caire – Le Cap. Il fallait ensuite faire le choix entre une traversée par l’Est ou par l’Ouest. C’est l’Est qui a été retenu car les pays n’étaient pas francophones. Cela aurait été un peu trop facile pour les candidats.

Et la facilité n’est pas ce qui caractérise le mieux ce programme ni pour les candidats, ni pour les équipes de production. Et les difficultés ont commencé dès le départ en Égypte.

L’équipe est arrivée quelques jours avant la Révolution mais peu de temps cependant après que que 6 chrétiens Coptes aient été assassinés. La police touristique disparue aujourd’hui voyait alors d’un mauvais œil l’arrivée de 17 cadreurs occidentaux en Egypte. Conséquence : Interdiction de dormir chez l’habitant et d’y rester après 22h00.

Fallait-t-il arrêter de tourner en Égypte et démarrer du Kenya en perdant 3 émissions ? La production a choisi d’adapter le format du programme le temps de quitter l’Égypte. « On ne perd pas grand-chose et de toute façon on n’avait pas le choix. Franchement il n’y avait pas de risque et on a été merveilleusement accueilli par la population » : Stéphane Rotenberg.

L’équipe de la version espagnole de Pékin Express, arrivée elle pendant la révolution, a du se résoudre à démarrer l’aventure au Kenya et n’est par ailleurs pas passée par le Lesotho car le pays est trop cher nous a dit Stéphane Rotenberg.

D’autres pays africains particulièrement dangereux ont eux aussi dû être évités grâce à deux transferts en avion.

Si, lors des premières saisons, la production française suivait les Hollandais, cette année, ce sont les équipes de production françaises (Studio 89 et GTNCO) qui ont tracé la route pour toutes les autres versions de Pékin Express (Hollande/Belgique, Espagne, Danemark/Suède/Norvège, Allemagne)

« Peu de pays et de chaines sont capables de se payer ce format » nous explique Stéphane Rotenberg. Le programme est très cher et compliqué à tourner. Une aventure aussi pour les équipes techniques.

Les candidats de Pékin Express Saison 7 – M6

Les cadreurs ont entre 30 et 40 ans et tourné pour Ushuaïa, Koh-Lanta et certains ont même couvert la guerre en Irak.

«Ce sont des tueurs, des baroudeurs qui doivent en plus assurer la sécurité des candidats » rajoute Stéphane Rotenberg.

Si certains cadreurs suivent l’aventure du début à la fin des 45 jours, certains préfèrent ne s’engager que pour la première moitié de l’aventure. Ceux-là rentrent alors en même temps que les premiers candidats éliminés et en profitent pour ramener les rushs sur disque pour que le montage puisse déjà commencer.

52 jours de montage en moyenne par épisode selon Stéphane Rotenberg. 20 dérusheurs pour regarder jour et nuit toutes les images reçues, les trier, les annoter. « 20 bancs de montage en parallèle, 7j/7, 24h/24 (24/7) au départ et 8 bancs encore aujourd’hui » complète-t-il.
L’équipe sur place donne aux monteurs des indications sur les moments forts, les séquences à ne pas manquer. Et puis parfois, en France, en montage, une séquence ressentie comme forte ne l’est pas à l’image.

Les monteurs commencent par monter le parcours de chaque binôme de candidats sur une étape de l’émission. Il faut ensuite faire des choix de séquences et croiser leurs aventures pour rendre le programme attrayant. Un choix « cornélien » réalisé par Thierry Guillaume producteur pour GTNCO et un réalisateur de post-production. « Les candidats sont frustrés, mais on les prévient à l’avance. Vous allez vivre des histoires formidables mais on ne va pouvoir montrer que 2% de ce que l’on va tourner » : Stéphane Rotenberg.

1500 heures de rushs, toujours selon Stéphane Rotenberg, 2000 selon la P…, enfin selon le Dossier de presse (lien).

Une équipe de 120 personnes sur le terrain, selon Stéphane Rotenberg, 140 selon le dossier de presse !

50 jours sur place dont 45 jours de tournage selon … Stéphane Rotenberg et le dossier de presse !

Je le charrie, tout d’abord car nous nous sommes déjà croisés sur Bachelor mais aussi car je suis bien placé pour savoir qu’il est toujours très difficile de donner des chiffres.

Sur Bachelor et les Colocataires, mon collègue du développement me demandait ces fameux chiffres pour le dossier de presse. Mais comment calculer le nombre de personnes quand tant d’intermittents doivent se succéder? Comment calculer le nombre de rushs alors que parfois le tournage n’est pas encore terminé. Comment parler d’un nombre moyen de jours de montage alors que les premiers épisodes sont souvent très longs à monter, les suivants parfois moins.

De tels chiffres, à quelques dizaines, centaines près (!) restent impressionnants et traduisent une réalité : ce programme est très complexe et cher à produire.

Stéphane Rotenberg

Stéphane Rotenberg nous explique d’ailleurs que « dans la version espagnole, ils n’utilisent que 12 caméras et non 17, 80 personnes et non 120. Les belges sont 50 personnes. C’est une grosse production qui fait hésiter certains pays à produire le programme. ».

Les américains produisent une autre version de Pékin Express : Amazing race, sur CBS : une version « hygiéniste » dixit Stéphane Rotenberg.

Pas ou très peu de contacts avec population. Les producteurs américains ont choisi de miser sur des jeux très impressionnants dans différents pays avec transferts en jets privés. Une autre vision de la découverte du monde, très carte postale et assez éloignée du concept original créé par un routard qui a réalisé le tour du monde à 20 ans avec un sac à dos.

Et coté hygiène, une blogueuse « beauté » comme elle s’est présentée, a demandé un peu gênée à Stéphane Rotenberg comment faisaient les filles pour être souvent maquillées.

Une question pas si anecdotique que cela lui a répondu Stéphane Rotenberg :  « Je suis épaté car les filles arrivent toujours à se maquiller avant un moment important du tournage et à se laver. Elles savent qu’elles vont être vues par 4 millions de téléspectateurs. On donne aux candidats une liste minimale de matériel dont ils se foutent car ils ramènent à chaque fois n’importe quoi et pourtant les filles sont prêtes à tout sacrifier pour quelques trucs qu’elles gardent toujours. Lorsqu’on enregistre, les interviews testimoniales, ou avant une séquence de classement, elles trouvent toujours 5 minutes pour se maquiller et se coiffer. Laver son linge, se laver devient vite un problème et pourtant fondamentalement, on arrive à se laver avec un mini bouteille d’eau »

Et lui, est-t-il maquillé ? « Ni maquillage, ni coiffure. Ce n’est pas le cas sur TF1 (Koh-lanta) mais je ne voudrais pas balancer. Je reconnais que parfois, le retour à l’antenne fait un peu mal. Mais j’aurai l’air de quoi, maquillé, coiffé devant des candidats qui viennent de finir une étape ? »

Stéphane Rotenberg, Pékin Express, la route des grands fauves – M6

Stéphane avait réponse à tout ce soir là. Il était plutôt précis, bien plus que certains animateurs qui ne connaissent de leur programme que ce qui leur a été écrit sur le prompteur pendant le tournage.

Est-il aussi impliqué dans toutes les étapes de fabrication?
Non, il ne veut pas être impliqué sur le casting, « pour ne pas être juge et partie. Je ne veux surtout pas avoir à faire des arbitrages au niveau du casting. »
En tournage ? « Oui, sur place je suis impliqué. Je suis d’ailleurs le seul, avec 1 caméraman, à avoir fait les 7 saisons jusqu’au bout. On ne me la fait pas. Je mets mon grain de sel tout le temps. Des débats il y en a souvent. On s’engueule, on règle des problèmes ave candidats qui nous embêtent parfois mais c’est normal car ils sont en compétition. »

Je lui ai enfin demandé si Pékin Express était plus compliqué à animer que Bachelor ?

Cela a beaucoup amusé la salle et encore plus quand il a expliqué, avec raison, que Bachelor était aussi un énorme barnum, très coûteux et difficile à organiser.
Un programme trop cher à produire aujourd’hui probablement nous a-t-il dit. Seuls les américains qui peuvent mettre des marques à l’antenne contre échange de marchandise seraient encore capables de le produire.

Merci à Stéphane Rotenberg, aux équipes de M6 et de nosite.tv et bon Pékin Express à tous.

Pour plus d’informations sur le programme : le site M6 de Pékin Express.

Stéphane Rotenberg fait des heureux (ses)






2 commentaires


  1. Sergueï

    J’aime beaucoup cette émission, je la suis depuis la 1ère édition ! Elle a bien évolué depuis ses débuts et je déplore depuis quelques saisons le montage répétitif… On revoit 10 fois les mêmes scènes, les portraits des candidats sont diffusés chaque semaine, le suspens des vainqueurs de chaque étape n’en finit pas, ça devient insupportable, et ça entraîne des émissions beaucoup trop longues. En conséquence, je l’enregistre et à la lecture, je zappe les coupures pub et les séquences multi diffusées.
    Dommage…



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *