Réalisation

25 avril 2011

Exclusif : Le plan de caméra des JTs de TF1 – 13h et 20h

Monitoring Réalisateur JTs TF1

8 caméras sur le plateau, 1 caméra supplémentaire avec vue sur le périphérique parisien et la Tour Eiffel.

Une configuration pour le 13h, une autre pour le 20h où plutôt une configuration différente selon que le présentateur est seul en plateau ou qu’il reçoit un journaliste, un chroniqueur ou un invité.

Après vous avoir présenté le décor et la régie des journaux de TF1, voici le plan de caméras.

 

Avant de vous présenter le plan de caméra qu’Eric Freslon, réalisateur régulier du 20h a bien voulu nous proposer, revenons en images au 13h du TF1 et à la configuration utilisée lors de ma visite.

Regardons tout d’abord plus précisément une partie du monitoring en régie pris en photo à 12:56:37.

Monitoring Réalisateur des JTs de TF1

Dans le grand écran, le final de TF1 (Une pub Primivère). A sa droite deux groupes de sources. Le premier semble regrouper des sources extérieures dont des chaines comme France 2 (en haut à droite). Dans le second, vous pouvez apercevoir certains éléments d’habillage comme les éléments envoyés dans les écrans du décor et le générique du début prêt à être lancé. La base de l’image du générique début est en rouge car cette image est alors commutée (choisie) par le réalisateur.

Dans la ligne de moniteurs en dessous, vous pouvez apercevoir, de gauche à droite, les images des caméras 1 à 7 puis la 0, celle qui filme Paris vu du toit de la tour TF1.

Où est passée la caméra 8 ? Cette tête de caméra robotisée ne semble pas être utilisée sur ce journal, ce jour là, car il n’y avait pas d’autres intervenants que Jean-Pierre Pernaut.

Vous pouvez aussi remarquer que toutes les caméras s’appellent Cam 2, Cam 3 sous la 1 qui s’appelle 1- Philip. C’est en effet la seule caméra avec cadreur. Par souci d’économies !

Selon les interventions prévues dans le journal, si des personnalités importantes (où qui bougent) sont attendues, un ou deux cadreurs supplémentaires peuvent être alors présents. N’oublions pas aussi que TF1 mutualise une partie de ses moyens avec LCI. (cadreurs, maquilleuses etc.)

Sous les images des caméras 1,2 & 3 vous pouvez apercevoir le PGM (le programme) et donc le générique début prêt à être lancé au top et à droite, l’écran Preview avec un gros plan de Jean-Pierre Pernaut. C’est cette image que le réalisateur enchainera après le générique début

Regardons maintenant où se trouvent les caméras qui filment ces images.

Retour en plateau.

Plaçons nous tout d’abord face au présentateur.

Face au présentateur du JT TF1 – Caméras

Lors de mon précédent article, je vous avais expliqué que lors du 13h, il y avait une caméra installée discrètement à cour et une autre à jardin à l’arrière du décor dans les ouvertes sombres.

Sur ce panoramique où l’on aperçoit Fabrice Collaro, mon guide d’un jour et Eric Freslon, réalisateur principalement du 20h, je vous ai cette fois-ci indiqué les images fournies par ces caméras 3 & 4 non loin de leur emplacement. Ces deux caméras sont des caméras lourdes avec prompteur robotisées.

Vous pouvez aussi apercevoir l’image réalisée par la caméra 5, une tête de caméra robotisée à cour. Elle est ici installée à la même position que lors du 20h quand elle cadrait Fabrice Collaro lors de ces désormais régulières animations en 3D en direct sur le plateau.

La caméra 5 pour filmer les animations de Fabrice Collaro – TF1

Eric Freslon est ici positionné à l’endroit même où s’assied Fabrice Collaro lorsqu’il présente ces maquettes 3D. Alors bien sûr, contrairement à Eric Freslon, Fabrice Collaro ne regarde alors pas la caméra mais Laurence Ferrari et un retour avec l’image de l’animation 3D.

Ce qui donnait ceci à l’image :

Mettons nous maintenant à la place de Jean Pierre Pernaut pour voir l’emplacement des autres caméras.

Les caméras face à Jean Pierre Pernaut – 13H TF1

Sur cette photo, vous pouvez apercevoir les 5 caméras que Jean-Pierre Pernaut a face à lui et sur le même principe que précédemment, les images issues de chacune d’entre elles.

Dans l’axe du présentateur, vous pouvez apercevoir 2 caméras sur prompteur (la 1 avec cadreur et la 6). La 6 est utilisée ici en secours de la 1.

En dessous de la 1 se trouve une tête de caméra robotisée (la 2) qui réalise un plan plus large, un plan moyen (je parle bien sûr toujours de la taille du plan !) de Jean-Pierre Pernaut.  Le plan est passé par le réalisateur quant il souhaite insérer des photos, des infographies dans les écrans du fond de décor ou sur l’image. Ces illustrations apparaissent alors à droite du présentateur.

La caméra 7 est une caméra fixe sur pied de campagne qui réalise dans le cas présent un plan large de fin de journal.

A gauche de cette caméra, se retrouve une autre tête de caméra robotisée fixée sur le décor, la fameuse 8 qui réalise le plan large de fin quand la caméra 7 est utilisée autrement. Elle n’était donc pas utilisée pour le 13h ce jour là.

Sur l’illustration suivante vous pouvez apercevoir en plus gros plan les caméras lourdes et les têtes de caméras robotisées.

Caméras face au présentateur du journal de TF1

Les têtes de caméras robotisées sont commandées à distance par un cadreur, opérateur remote qui peut modifier la valeur du plan, (serré, moyen, large), bouger l’axe vers le haut, le bas, la gauche, la droite. Ces têtes sont posées sur des supports fixes qui ne peuvent être déplacés que manuellement.

Les caméras 3 & 4 dont je vous ai parlé précédemment sont elles aussi robotisées mais l’opérateur peut en plus les mouvoir grâce à leurs pieds robotisés. Elles peuvent être déplacées, à gauche, à droite, en avant et en arrière.

Salle vision et lumière de la régie du journal de TF1

Le poste de contrôle de ces caméras robotisées est installé à la droite de l’ingénieur de la vision. Regardez bien le monitoring. Sur la ligne haute, on y aperçoit des images de paluches.

Il me semble que ces paluches sont installées à l’arrière du décor et permettent à l’opérateur remote de surveiller les caméras lourdes robotisées quand il les déplace avec ses télécommandes. Malin!

Sur le 13h, en l’absence d’intervenants le dispositif de 8 caméras est quelque peu sous-utilisé. Priorités sont données au Présentateur et à l’actualité.

Dans un divertissement, le réalisateur aurait tout de même tendance à utiliser tous les axes et les images fournies par ces caméras pour varier sa réalisation. Ce n’est pas le cas à l’info. C’est pour cela que vous voyez notamment peu souvent les images des caméras 3 ou 4.

Sur le 20h, par contre, interviennent plus souvent des journalistes et des invités.

On utilise alors plus facilement la totalité des 8 caméras + plus la live caméra.

Voici un plan de caméra type du 20h avec un intervenant en plateau:

Plan de caméra du 20h de TF1

Vous remarquez déjà que les caméras 3 & 4 sont toutes les deux à cour pour filmer le ou les intervenants.

Utilisation des caméras :

Cam1 : Cette caméra avec prompteur réalise le Gros plan présentateur (avec un cadreur)

Cam2 : Il s’agit d’une tête robotisée qui réalise un plan moyen du présentateur. Le plan est utilisé quand il s’agit de montrer des  images (off/ photo/ infographie)

Cam3 : Cette caméra robotisée réalise un Gros Plan de l’invité/du chroniqueur

Cam4 : Cette caméra robotisée réalise plan taille de l’invité/du chroniqueur et, s’il y plusieurs invités, un plan à 2 ou plus

Cam5  : Cette tête robotisée est utilisée pour filmer un chroniqueur/invité avec des illustrations dans le mur d’image derrière lui

Cam6 : Cette caméra est une caméra secours de la Cam1. On peut aussi l’utiliser pour proposer un plan du Présentateur avec en amorce, l’invité/ le chroniqueur

Cam7 : Cette caméra fixe est utilisée pour proposer à un plan à 2 invité/chroniqueur et présentateur ou le plan large de fin de journal.

Cam 8 : Cette caméra robotisée permet de réaliser un plan large de fin de journal si la Caméra 7 fait le plan à 2

Les positions du présentateur, des chroniqueurs, invités et les axes caméras sont aujourd’hui très bien connues et calées. Eric Freslon m’a expliqué souhaiter tout de même répéter les positions avec les journalistes en particulier car il se passe quelque chose de particulier dans leur chronique (des illustrations à tel ou tel moment), la présentation d’un document etc.

Il s’agit cependant uniquement d’une répétition technique pour le journaliste qui ne répète alors pas tout son texte. De toute manière, selon l’actualité, l’intervention du journaliste peut évoluer et être réécrit jusqu’au moment du direct. Certains journalistes/chroniqueurs travaillent au prompteur, d’autres avec des fiches ou en improvisant si l’actualité est chaude.

Lors de la première présentation d’une animation 3D en direct sur le plateau, plusieurs répétitions ont eu lieu. Il fallait s’assurer que tout ce qui avait été conçu par Christophe Aragona, graphiste et chef de fabrication fonctionnait bien en décor réel, avec les moyens techniques de la régie. De plus, Fabrice Collaro avait besoin de voir avec le réalisateur, Eric Freslon, comment placer ses mains que tout fonctionne.

(Cliquez sur les illustrations pour les agrandir)






6 commentaires


  1. EXCELNICO

    Quand on regarde le journal, on ne pense pas à tout ça…
    Merci !


  2. François Verley

    Bonjour Emmanuel,
    Encore un excellent sujet et toujours aussi passionnant à lire !! Utiliser 8 caméras pour un journal télévisé, eh ben !! Il en faut quasiment autant pour une émission de variétés ou un jeu TV !!
    Je me pose quand même une question : les caméras dites « lourdes », sont assez encombrantes et doivent être assez difficile à manipuler lorsqu’il s’agit de faire bouger la caméra. Pourquoi ne pas utiliser les caméras de type « caméra épaule » et mises sur le même style de pied ? Il me semble que, sauf erreur de ma part, la SFP utilisait ce procédé il y a quelques années avec quasiment l’ensemble de ses moyens techniques. Non ? Je pense qu’au niveau qualité d’image, cela est identique ? J’aimerai bien que tu m’expliques pourquoi les caméras « lourdes » ne sont pas remplacées par des caméras plus légères et moins encombrantes.
    Mais je pense qu’il doit bien y avoir une raison… Certainement à cause du prompteur ?
    Cela serait bien de faire un article sur les différentes caméras existantes et savoir pourquoi les réalisateurs utilisent tel type de caméras et pas d’autres.
    En tout cas, c’est inimaginable le nombre de personnes mobilisés et le nombre de caméras utilisés pour un journal télévisé !!
    Bravo pour la qualité et les explications claires de ses 2 articles sur le journal de TF1 !! Je serais encore plus admiratif dorénavant lorsque je regarderais le journal ! Vivement l’article sur la météo !
    A bientot,
    François.


    • François,

      Merci pour ton commentaire.
      Il m’incite à essayer de trouver le temps de vous proposer prochainement un article sur les caméras dites Lourdes.
      Les lourdes permettent effectivement d’utiliser des prompteurs mais on trouve aujourd’hui des solutions pour tout type de caméras et de pieds.
      Le Pied des caméras lourdes a plusieurs énormes avantages : sa stabilité et le fait qu’il soit pneumatique.
      La stabilité car on peut le déplacer à gauche à droite, l’avancer le reculer sur un sol lisse à vue. Le pied de campagne risque de sautiller un peu.
      Le pied des caméras lourdes est « rempli » pour parler de façon simpliste d’air comprimé. Ainsi le cadreur peut réaliser des mouvement verticaux fluides avec sa caméra ce que ne permet pas une caméra sur pied de campagne.

      Enfin, puisqu’aujourd’hui aux journaux, comme sur d’autres plateaux on supprime au maximum les cadreurs, il n’est possible d’utiliser que des têtes de caméras robotisées ou des des lourdes pour réaliser des mouvements de caméras. Une caméra sur pied de campagne doit être manipulée par un cadreur pour que son plan soit modifié.

      Voilà pour les généralités.

      Comme je l’ai dit j’espère trouver le temps dans les prochaines semaines pour en écrire plus avec les bons conseils d’un technicien.

      Emmanuel


  3. LANZA

    Bonjour,

    Bon article sur la technique du JT TF1, je pense que celui de France 2 doit être dans le même style.
    On peut très bien utiliser un prompteur avec une caméra dite d’épaule avec un pied lourd de chez Vinten (motorisé ou pas).

    Certaines caméras d’épaule (Sony…) ont un « berceau » pour les transformer en caméras lourdes.

    Ah! une table comme celle de C+ au grand journal la loi des 180° est rompue, ce qui n’est pas le cas au JT de TF1.

    A+

    Patrick


  4. Saimon

    Hello,

    Est-ce que tu aurai le temps de nous faire un article sur le nouveau decor du JT de TF1, en particulier la camera mobile qui fait un long travelling pendant les titres ?

    Merci !


    • Saimon,

      Je vous ai prévu cela pour ce mercredi. Mais pour l’instant uniquement à partir de mes constatations car TF1 est aux abonnés absents… J’attends toujours leur appel tant promis!

      A cette heure, j’ai tendance à penser qu’il y a deux caméras sur le même travelling.

      Emmanuel



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *