Coulisses des émissions

6 mai 2011

En route pour l’Eurovision avec Marie-Claire Mezerette, directrice des jeux et divertissements de France 3. Interview

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,

Paris -> Düsseldorf c’est 4h30 en voiture (A1, A2(E19), E42, A44, A46 et tournez à droite!), entre 4 et 5h en train, 1h10 en avion.

Avec France Télévisions, le parcours vers l’Arena & l’Eurovision sera un peu plus long : 5 jours.
(Plus c’est long plus c’est bon? 34 ans à attendre une nouvelle victoire française, on n’est plus à un jour près!)

Première étape donc, lundi soir, sur France 3 avec En route pour l’Eurovision avec Amaury Vassili : les meilleurs et plus étranges souvenirs des précédents voyages en Eurovision, en compagnie de Laurent Boyer et Catherine Lara.
Escale le jeudi 12 mai sur France Ô pour la demi finale commentée en direct par Bruno Berbéres et Audrey Chauveau.
Et atterrissage samedi 14 mai sur France 3 pour le grand direct : the Eurovision Song Contest.

Rencontre avec Marie- Claire Mezerette, directrice des jeux et divertissements de France 3 lors de l’enregistrement d’En route pour l’Eurovision avec Amaury Vassili ce lundi à 20h35 sur France 3 : Eurovision, grille d’été, avenir des divertissements sur France 3, téléréalité…

Après vous avoir présenté les premières images, avoir partagé certains secrets de la réalisation de Didier Froehly et avant de partager avec vous quelques confidences sur les coulisses du tournage, la parole est à celle qui est à l’origine de cette émission.

Cette année, à quelques jours de l’Eurovision de la chanson, vous consacrez toute une soirée à cet événement annuel. Qu’est ce qui a motivé votre choix ?
Marie-Claire Mezerette : Le concours Eurovision de la chanson est un événement qui passionne tellement les gens. C’est un très beau spectacle et en même temps une telle farce, avec ses paillettes, ses surprises. Sur France 3, on aime beaucoup l’histoire de l’Eurovision, revenir sur tant d’archives mémorables.

A cela s’ajoute l’envie d’accompagner et de nous soutenir notre candidat Amaury Vassili.

L’eurovision est aussi un programme dont on peut rediffuser à l’infini les mêmes images ?
M-C. M. : Oui c’est exact. On a envie de réentendre chaque année certains titres, de revoir certaines séquences qui nous font toujours rire. De plus, vous avez du remarquer que cette année nous avons complété les Golds, ces images et chansons incontournables par d’autres images.

Comment votre choix s’est porté sur Amaury Vassili pour représenter la France?
M-C. M. : Fin 2009, quand j’avais vu Amaury chanter Hallelujah dans une émission spéciale Petits chanteurs à la Croix de Bois sur France 3, je l’ai trouvé remarquable et je me suis dit que lui… Allez hop… il finira un jour à l’Eurovision.

En début d’année on a pensé à un tas de personnes mais choisir Amaury Vassili  n’était pas très difficile. C’est un jeune homme charmant qui a un charisme fou et qui plait aussi bien aux jeunes générations qu’aux moins jeunes.

On avait aussi entendu parler de Shy’m à un moment ?
M-C. M. : Oui mais là, il s’agissait d’une pure rumeur. On y était vraiment pour rien.

Vous avez choisi Laurent Boyer et Catherine Lara pour présenter En route pour l’Eurovision avec Amaury Vassili et pour commenter l’Eurovision. Pourquoi ce choix ?
M-C. M. : Laurent Boyer est arrivé à France 3 il y a quelques mois. Il aime aussi bien les chanteurs que la variété. Sa place était donc logique. Et Catherine Lara est musicienne et une chanteuse habituée à la scène.

Des mauvaises langues, surement, racontent que certains pays choisissent volontairement des artistes qui n’ont aucune chance de gagner pour éviter de payer la noce, enfin la cérémonie l’année suivante ?
M-C. M. : Non, pas nous. Je revendique et assume sans souci tous les choix des années passées et de cette année bien sûr encore plus.  Et je suis ravie de l’engouement cette année autour d’Amaury Vassili.

Si la France gagne l’Eurovision cette année, c’est toujours France 3 qui produit et diffuse le programme l’année prochaine ou France 2 vous le pique ?
M-C. M. : Ce sera France 3, bien sûr ! La tête haute, nous présenterions l’Eurovision. Il n’y a aucune raison que ce programme aille alors sur France 2 !

Pensez-vous lancer d’autres événementiels de variété sur France 3 à la rentrée ?
M-C. M. : Ce n’est à priori pas notre volonté. L’Eurovision est un événement exceptionnel qui justifie cette soirée. On fera probablement encore la même chose à la rentrée pour quelques événements musicaux mais je ne peux pas encore vous en dire plus.

Peut-on parler des nouveautés de l’été ?
M-C. M. : Il y aura un grand jeu d’aventures : l’Etoffe des champions présenté par Alexandre Ruiz  (et produit par ALP) avec trois coachs : anciens sportifs, le judoka Thierry Rey, le sauteur à la perche Jean-Claude Perrin et le sélectionneur de l’équipe de France de Foot Raymond Domenech.

On a parlé d’arrêts d’émissions ?
M-C. M. : Je ne peux que vous confirmer l’arrêt de Tous vos amis sont là. Pour les autres émissions nous sommes en réflexion et en négociation. Il est bien trop tôt pour faire des annonces.

France 3 est dans une dynamique de vouloir changer  l’image du divertissement à la télévision. Cela passe par ce jeu de l’été. Cela passera aussi par d’autres émissions à venir dans les prochains mois.

L’évolution des divertissements à France 3 passe de manière plus générale par de nouvelles écritures.

Une écriture qui se rapproche de ce qu’on appelle de la Télé réalité ?
M-C. M. : On appelle cela aussi « Casual ». La téléréalité dans le sens péjoratif du terme, on n’en fera jamais. Pas de télé d’enfermement ou de volonté de dégrader l’image des gens.

La télé du réel par contre, celle qui permet de voir des gens vivre, cela nous intéresse.

Aux divertissements, nous avons une case régulière, le lundi. Nous aimerions y mettre à l’antenne des divertissements, des feuilletons utilisant ce type d’écriture. Cela demande cependant du temps en préparation, en tournage et en montage.

Ces feuilletons du réel seront donc amenés à être plutôt visibles en janvier 2012 qu’en septembre prochain ?
M-C. M. : Oui, c’est cela.

Un grand merci à Marie-Claire Mezerette.

Au premier plan : les producteurs d’Electron libre & Bruno Berbéres devant Marie-Claire Mezerette, Frédéric Valencak, chef de projet et Pierre Sled, directeur des programmes de France 3






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *