Coulisses des émissions

26 mai 2011

C dans l’air sur France 5 : Ambiance en coulisses d’un direct présenté par Yves Calvi

La scripte pendant le visionnage d'un sujet après le début du direct

Il y a quelques jours, je vous proposai de visiter le décor, la régie et le local de gestion de vos questions SMS et Internet.

Je vous propose cette fois-ci de vous raconter comment se déroule le direct quotidien de C dans l’air vu depuis les coulisses, comment sont gérées les arrivées de sujets alors que le direct a déjà commencé, comment Jérôme Bellay, producteur de l’émission réussit à diriger l’émission à plusieurs kilomètres de là, dans son bureau, via un astucieux système d’interphonie et de liaison vidéo …

De quoi aussi compléter certaines explications données par Yves Calvi lors de son interview.


Je l’avais alors notamment interrogé sur la difficulté supplémentaire liée à la distance le séparant de son producteur et à l’impossibilité pour lui de visionner les sujets avant le début de l’émission.

A cette dernière question il m’avait répondu : « C’est une contrainte que je n’accepterai dans aucune autre situation. Mais je travaille avec des amis, avec un grand producteur, Jérôme Bellay et un ami rédacteur en chef, Manuel Saint Paul, avec qui je travaille, pour l’un depuis quasiment 20 ans et pour l’autre depuis 15 ans.

Et confier son sort tous les soirs en direct sur une émission d’actualité où vous arrivez sans avoir vu les sujets est quelque chose que je n’estime en ce qui me concerne pas normal. Mais je sais que dans ces circonstances là je n’ai pas le choix. »

Je vous propose de découvrir comment Maximal Productions s’est organisé pour tourner tous les jours une émission en direct depuis un plateau situé dans les locaux d’Europe 1 et dont les sujets montés dans les bureaux à Boulogne Billancourt où se situe aussi Jérôme Bellay producteur de l’émission arrivent parfois pendant le direct.

Pour ce faire, les bureaux et la régie du studio à Paris sont reliés par une fibre dite noire, c’est à dire privative et dont le débit est constant.

Grâce à cette fibre, les bancs de montage reliés en réseau Unity situés à Boulogne Billancourt peuvent envoyer en fin d’après midi les sujets montés. Ils sont alors réceptionnés sur un serveur Ingest dans la régie de tournage du direct.

Le matin, par contre les données circulent dans le sens inverse. En effet, la production a choisi de centraliser la réception de toutes les sources d’archives sur le serveur Ingest Airspeed à Paris. Immédiatement alors, grâce à la fibre, ces archives sont aussi disponibles dans les bancs de montage à Boulogne Billancourt. Seules les images « fraiches » tournées par les équipes de la production sont livrées directement en montage.

Dans l’idéal, les sujets devraient arriver avant le début du programme, pour que Yves Calvi puisse les voir, pour que la scripte puisse noter les TC des séquences sur lesquelles il faudra poser des synthés en direct.

Mais en réalité, pour réagir rapidement à l’actualité, les sujets sont souvent terminés et validés au dernier moment voire pendant le direct.

Quand les sujets arrivent après le début du direct, et dès que l’opérateur magnétos/serveur a vérifié la bonne qualité technique des derniers sujets, la scripte doit quitter le suivi du direct en plateau pour relire le sujet. Pour cela, elle dispose pour le son d’une double écoute dans son casque. Elle vérifie alors la position de chacun de synthés (nom et fonction des intervenants) tout au long du sujet.

La scripte pendant le visionnage d'un sujet après le début du direct

Sur cette photo vous pouvez voir la scripte qui visionne un sujet. On voit l’image du sujet devant elle et à sa gauche dans un petit retour de contrôle inséré dans la façade de l’un des serveurs.

Le direct a déjà commencé comme vous le montre l’horloge placée devant elle. Elle n’indique pas l’heure mais égrène le temps restant avant la fin de l’émission. (Un peu plus de 58 minutes à ce moment là)

L’opératrice synthés qui avait déjà reçu quelques minutes plus tôt les noms à saisir et leur ordre de passage pourra ainsi les placer aux tops de la scripte.

En car d’urgence extrême qui empêcherait la relecture du sujet, la production choisira de ne mettre aucun synthé plutôt que de prendre le risque d’en placer un au mauvais endroit.

Et travailler dans l’urgence semble être à la fois normal concernant une émission quotidienne sur l’actualité et peut-être aussi un mode de fonctionnement de la production.

Seule exception peut-être, le moment des répétitions, des filées techniques qui démarrent vers 16h, 16h30. Elles ne sont pas très longues. Il est vrai que les équipes sont bien rodées et qu’il s’agit surtout de faire quelques petits ajustements sur les éléments de décor et d’apporter des petites modifications pour sortir d’une routine en matière de réalisation.

Petite pause ensuite avant le rush des deux directs dont celui de C à dire présenté par Axel de Tarlé à 17h30.

Dès la fin du direct, les équipes n’ont que quelques minutes pour changer de place les caméras épaules et les repluger dans les bons patchs, installer les 4 ou 5 invités et être prêts pour le début du direct de C dans l’air.

Plan de caméras – C dans l'air / France 5

Les deux assistants de réalisation ne sont alors pas de trop pour gérer les 2 émissions et surtout la transition entre les deux émissions. Le second assistant de réalisation fait aussi fonction de Chef de plateau.

Les cadreurs sont par ailleurs aidés de 2 assistants vidéo en plateau indispensables pour suivre les cadreurs épaule et déplacer la caméra épaule 5 lorsqu’elle est placée sur rail travelling.

Pour gagner du temps, les invités sont déjà équipés de micros cravates en loge maquillage.

Voici le plan de son collé au mûr à la sortie de la loge maquillage.

Plan de son de C dans l'air / Maximal Productions

Vous me direz : ce n’est pas très compliqué de mettre 1 micro cravate à 4 ou 5 invités. C’est vrai et en même temps un peu plus complexe que cela et une erreur est vite arrivée et serait gênante en plein direct.

Le principe est assez simple quand on ne pose qu’un micro cravate sur un invité. On l’oriente alors vers son interlocuteur principal et donc en général vers l’animateur. Cela signifie que l’on va placer le micro cravate sur le coté gauche de la veste des invités situés à la droite d’Yves Calvi etc.  Yves Calvi sera lui équipé de 2 micros cravates par sécurité et car il s’adresse à des invités à droite et à gauche.

Vous retrouvez donc ces informations sur le mémo à gauche de l’illustration. Les micros sont orientés vers l’animateur et pour rappel on indique G pour invité à gauche et D pour invité à droite d’Yves Calvi.

Les numéros des micros à affecter à chaque invité selon leur place sont aussi indiqués sur le plan. En respectant ce plan, l’assistant son garantit à l’ingénieur du son en régie qu’il trouvera immédiatement le micro de chaque invité.

A droite, vous voyez d’ailleurs le noms des invités et leur affectation de micros en fonction de leur future place sur le plateau.

Les voici installés en plateau.

C dans l'air – France 5 … A quelques instants du direct

Il reste moins d’une minute, les cadreurs épaule sont en position, les cadreurs des 3 lourdes aussi. L’assistante de réalisation à gauche s’apprête à faire sortir tous ceux qui le doivent. La journaliste qui a préparé le dossier du jour fait un dernier point avec Yves Calvi.

L’émission peut démarrer.

Le plateau et l’équipe de réalisation… c’est fait, on en a parlé. Ce jour là c’était d’ailleurs Pascal Hendrick qui réalisait l’émission. Sachez qu’il est aussi à l’origine du site Passage secret, histoire de faire réaliser sa bibliographie filmée de manière à transmettre à ses petits enfants un héritage, de rompre un secret de famille, ou de dissiper un malentendu…

Le dernier sujet arrivé après le début du direct, c’est bon : l’opérateur serveur, la scripte et l’opératrice synthé s’en occupent.

Pas de duplex avec un correspond à l’étranger de prévu ce jour là.

Il me reste désormais à vous raconter comment Jérôme Bellay (ou parfois Manuel Saint Paul, le directeur de la rédaction) gère le direct, comment il donne des consignes à Yves Calvi via son oreillette, comment il choisit au dernier moment les questions SMS/Internet et comment la régie réagit en quelques instants à ses demandes ou remarques.

Comme je vous l’ai indiqué, il est installé à Boulogne-Billancourt dans un bureau où il peut voir et écouter le programme en direct et dans lequel il dispose d’un réseau d’ordre comme on en trouve dans une régie classique. Cela lui permet de parler soit avec la réalisation, avec Yves Calvi, avec la journaliste en régie et/ou avec les équipes de French TV qui gèrent les questions SMS/internet en ouvrant différentes clés d’ordre.

Grâce à la fibre il dispose cependant d’une image spéciale du programme. En effet il voit le programme mais avec toujours à l’image en vignette, en haut à droite, le gros plan d’Yves Calvi par la caméra 3. Il reçoit une image « picture in picture »

En voici un exemple

Picture in picture spéciale Jérôme Bellay – C dans l'air / France 5

Pourquoi Jérôme Bellay a-t-il besoin de voir en permanence Yves Calvi à l’image?

Pour le surveiller? Non. Mais uniquement pour que Yves Calvi puisse répondre à ses remarques ou questions posées via l’oreillette. En effet si tout le monde peut répondre au producteur via le réseau d’ordre, Yves Calvi ne peut parler et répondre à Jérôme Bellay pendant les plateaux qu’en faisant des signes du visage : un « oui », un « non », un « gros yeux », un « clin d’oeil » etc. Malin non!

Et tout cela semble très bien fonctionner.

Jérôme Bellay dispose aussi d’un autre écran, informatique celui là.

Il y retrouve toutes les questions numérotées, triées et présélectionnées par French TV. Et c’est ainsi qu’à la dernière minute, dernière seconde devrais-je dire il donne via le réseau d’ordre le numéro de la question qu’il a choisi pour la sortie des 3 sujets. « la 125… »

Les équipes de French TV réagissent alors très vite pour mettre la 125 dans l’écran d’Yves Calvi sous sa table et envoyer un autre signal à la régie avec le texte de la 125 habillé et prêt à être inséré à l’image.

Le sujet n'est pas encore terminée, la question 125 choisie est prête à être diffusée

Pendant la dernière partie de l’émission, celle consacrée aux questions SMS/internet, l’habillage de l’émission change (photo précédente) et Jérôme Bellay continue à sélectionner les questions une par une, l’une après l’autre. Le système informatique et les équipes sont suffisamment rodées pour que les questions s’enchainent facilement à l’image.

Seules les questions qui déroulent en bas de l’écran ont été choisies par la journaliste en régie. Ces questions sont choisies pour donner une idée générale des réactions et de l’état d’esprit des téléspectateurs pendant l’émission.

L’écran avec la présélection de vos questions SMS ou internet dont dispose Jérôme Bellay devant lui pendant toute l’émission a aussi une autre importance. En effet, selon les réactions des téléspectateurs, selon les questions qui reviennent, Jérôme Bellay peut être amené à demander à Yves Calvi de mieux expliquer telle ou telle idée ou de réorienter le débat.

Le dispositif de C dans l’air semble au départ plutôt simple : 4 ou 5 invités et un animateur, 3 sujets, quelques questions.

Et pourtant, le fait d’être en direct et la volonté du producteur de s’adapter en permanence à l’actualité et aux réactions des téléspectateurs crée une ambiance très intense pendant les 65 minutes de l’émission.

Décidément j’aime vraiment le direct.

Je me demande d’ailleurs si France 5 n’est pas devenue la première ou l’une des premières chaines françaises en durée de directs hebdomadaires (C à vous, C dans l’air, C à dire, C politique, le Magazine de la santé, la Grande librairie, Revu et corrigé)

Le tournage est terminé, Christophe Barbier regarde son téléphone, Yves Calvi se laisse déséquiper. C’est le moment des petites confidences, des infos sur l’actualité et peut-être aussi l’occasion de décompresse en partageant quelques infos et remarques que l’on n’a pas pu, pas osé faire à l’antenne…

Fin de tournage de C dans l'air sur France 5

Encore un grand merci à toutes les équipes de Maximal Productions, de French TV et de France 5.

Pour compléter ces articles , je vous proposerai encore un article sur la gestion de vos questions SMS/Internet et une présentation du tournage de C à dire.

(Cliquez pour agrandir les illustrations)






4 commentaires


  1. Lulu

    Merci pour ce partage c’est très intéressant de s’immerger dans les coulisses d’une émission de télévision.


  2. clement

    Axel de Tarlé !

    (et non Tarmé)

    Bel article.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *