Coulisses des émissions

9 juin 2011

Ce soir (ou jamais !) sur France 3, Junior, Pendor, Périscors… 8 caméras dont 5 robotisées… Explications

Monitoring de réalisation de Nicolas Ferraro de Ce soir (ou jamais!) sur France 3

8 caméras + 1 paluche et une caméra épaule supplémentaire pour les live et 2 autres caméras destinées uniquement au Soir 3 cachées ensuite dans le décor du journal.

2 caméras, les Periscors conçues et construites spécialement pour Ce soir (ou jamais!) animée par Frédéric Taddeï (son interview).

Voilà de quoi aiguiser ma curiosité et j’espère la vôtre.

Découvrons ces caméras et ces machineries en images.


J’ai eu beau m’occuper de budgets et donc d’économies ou plutôt d’argent bien dépensé pendant 16 ans, j’ai cependant toujours apprécié de pouvoir faire plus en plateau que de tourner avec quelques caméras lourdes et des portables. J’ai donc toujours aimé la machinerie, enfin quand elle est bien utilisée.

Avoir une grue qui passe son temps indéfiniment à basculer de gauche à droite façon tu l’as vue ma grande grue n’a pas d’intérêt sauf de flatter la virilité d’un réalisateur ou d’un producteur, voire d’une productrice qui en a!.

J’étais donc intrigué depuis longtemps par les moyens techniques mis en place sur Ce soir (ou jamais !) Ma curiosité était d’autant plus motivé que, par choix, comme je vous l’expliquais dans le précédent article général sur l’émission, Nicolas Ferraro, le réalisateur et metteur en image de l’émission avait décidé de montrer à l’image les caméras.

On les voit d’autant plus qu’elles sont entourées d’un ring led (un cercle lumineux) dont le directeur photo peut faire varier les couleurs à sa convenance en même temps que le reste du décor composé en grande partie de mobiliers lumineux.

Au départ je pensais que les ring led servaient aussi à éclairer la face des invités et des personnes devant ses caméras. Mais non, il s’agit uniquement d’éléments décoratifs.

Les caméras pendant le direct de Ce soir (ou jamais!) MFP/France 3

Sur cette photo que je vous ai déjà présentée, vous pouvez apercevoir toutes les caméras pendant la partie talk.

Pour comprendre leurs positions et leur raison d’être, il faut toujours se demander ce qu’il y a à filmer et en particulier combien d’intervenants peuvent être amenés à s’exprimer. Ce soir là, il y avait Frédéric Taddeï, et 6 invités répartis de part et d’autre de lui.

Lors de la conception du décor par Michèle Sarfati, Rachel Kahn et Nicolas Ferraro, il avait été imaginé une configuration en U des intervenants dans la configuration 1+ 6 invités. La base du U étant Frédéric Taddeï, l’animateur.

A partir de cela, il a donc fallu réfléchir à un dispositif qui permette de filmer toutes ces personnes avec la plus grande variété de plans possible tout en limitant le nombre de caméras, budget oblige!

De plus, Nicolas Ferraro et la productrice souhaitaient que le public puisse bouger, ne pas être figé comme sur certains plateau où ils sont « posés » sur des gradins ou des bancs. Pour réussir cela et éviter trop de passages devant les caméras, il a donc fallu trouver des systèmes de caméras proche des invités, au dessus des invités etc.

Pour garantir une grande variété de plans, rien de mieux que de 3 caméras épaules : les 1 et 5 à gauche et à droite de Frédéric Taddeï pour les plans à 2 ou 3 des invités et la 7, une caméra épaule qui peut encore plus facilement se mouvoir car elle est HF (sans fil). C’est notamment elle qui est utilisée pour le générique début. Sur la photo précédente, le cadreur 7 est derrière Frédéric Taddeï.

Voyons quelques instants ce que cela donne à l’image du coté de la régie, voyons le monitoring du réalisateur Nicolas Ferraro dans cette nouvelle régie France 3.

Monitoring de réalisation de Nicolas Ferraro de Ce soir (ou jamais!) sur France 3

Et, il y a en a des images !

Il est 22h51, il reste 1h08 d’émission. Au centre bas, les 2 grands écrans représentent : à gauche le programme, PGM, ce qui est diffusé en direct, l’image choisie et commutée par le réalisateur à ce moment là et à droite le Preview.

Au dessus de ces 2 écrans se trouve la ligne des 8 caméras, de gauche à droite de la 1 à la 8. Vous pouvez donc apercevoir les 1 et 5 qui proposent un plan à 3 des invités et la 7 qui est alors à l’image (rouge tally) proposant un plan de 3 invités avec Frédéric Taddeï, de profil, en amorce.

La 3 est celle du gros plan de Frédéric Taddeï et les 2 et 4 (des Periscors) proposent des gros plans d’invités à gauche et à droite de Frédéric Taddeï.

On a donc bien tous les invités dans une image, le réalisateur pourra passer leur image quand ils interviendront ou en plan de réaction.

Mais comme on fait de la télé (enfin celle qui s’intéresse encore un peu à l’esthétique!), il est aussi nécessaire de disposer d’autres plans permettant de voir de public et de situer l’ensemble des intervenants dans l’espace du décor. Et c’est là qu’interviennent la 6 (un Junior IV) avec un plan en mouvement des invités plutôt de face et la 8 (le Pendor) en hauteur et plus souvent à l’arrière de Frédéric Taddeï.

Je profite aussi de cette photo pour vous inviter à regarder les images des effets truqués de l’émission. A droite de la durée restante de l’émission (1h08), vous pouvez apercevoir le truquage « Livre » pour la promo livre des invités au moment de leur présentation et à droite encore l’effet violet posé sur le générique début et lors de la présentation des invités.

Allez, je vous présente ces machineries, toutes louées à Microfilms.

Junior, périscor et tête robotisée sur Ce soir (ou Jamais) sur France 3

Commençons par le junior IV que les lecteurs réguliers connaissent déjà bien. (Café Picouly et C à vous par exemple) .

Il s’agit d’une machinerie sur rail. La caméra peut alors circuler sur le rail et, si la colonne est télescopique, monter et descendre en hauteur et piquer vers le bas ou pointer vers le haut. Vous pouvez apercevoir son rail en forme du U au sol. Au moment de la photo, la caméra est face au fauteuil de Frédéric Taddeï.

Un peu plus au fond, derrière elle, sur son socle lumineux, intégré dans le décor, vous apercevez la 3, face à Frédéric Taddeï. Il s’agit d’une tête robotisée dont le poste de commande est caché derrière les rideaux entre le décor du Soir 3 et le bar du décor.

Le voici :

Poste de commande de la tête robotisée face à Frédéric Taddeï

Vous distinguez mal le poste de commande mais vous pouvez apercevoir les 2 écrans, le plus petit en haut avec le PGM et en dessous, l’image filmée par cette tête. Le tournage n’avait pas commencé, voilà pourquoi vous n’apercevez alors qu’un bout du grand écran derrière Frédéric Taddeï. Et encore, il est flou, le point n’est pas fait.

Sur la précédente photo, vous avez aussi pu apercevoir deux caméras suspendues sous des bras : les Periscors, les caméras 2 et 4.

Nicolas Ferraro avait suggéré à Microfilms de les appeler des « Ferraror » puisqu’il en avait dessiné les premiers schémas avant que Microfilms ne se charge de leur fabrication. Mais les autres réalisateurs auraient-ils accepté un Ferraror sur leur plateau… il aurait alors (ça rime!) fallu plus qu’une grue pour qu’ils ne soient pas jaloux (enfin certains qui ne se reconnaitront pas!)

Le Periscor est donc une tête robotisée (mouvements de gauche à droite, et de haut, bas de la caméra) mais suspendue à un bras fixe.

Voici un gros plan de ces caméras :

gros plan sur les périscors de Microfilms de Ce soir ou jamais!

Voici une autre photo qui vous montre les Périscor et le Junior dans un axe opposé. J’étais alors placé juste à coté de la caméra 3 en amorce sur la photo. Vous pouvez par ailleurs bien distinguer la forme du rail en U.

Ce soir (ou jamais!) sur France 3 – les caméras face à Frédéric Taddeï

Regardez aussi au dessus de la tête de Frédéric Taddeï, un peu à droite, vous apercevez une autre machinerie : une caméra sur Pendor. Un peu comme un Junior, elle est circule sur un rail mais en fait SOUS un rail qui est aussi en forme de U, mais ici, contrairement au Junior, la base du U se situe derrière Frédéric Taddeï.

Cette caméra permet des plan aériens, au dessus du public debout et en mouvement qu’une grue aurait difficilement pu proposer car le plateau est bas de plafond (4,50 mètres sous les pantographes lumière) et car une grue nécessite de l’espace pour se mouvoir.

Le voici en plus gros plan avec le serpentin des câbles qui le suit.

Le Pandor de Microfilms sur le plateau de Ce soir (ou jamais!)

Et toutes ces caméras robotisées se commandent, si pilotent à distance.

Les postes de commande ne sont cependant pas tous rassemblés au même endroit.

La production et la réalisation ont choisi de placer les postes et les cadreurs non loin de leur caméra et proche de leur axe. En effet, cela permet aux cadreurs de voir où se trouve leur caméra par rapport aux sujets qu’ils filment. S’il faut suivre une personne qui se lève, il n’est pas évident, quand on est dans une salle à part, de le situer dans l’espace du décor et le retrouver pour le suivre. C’est possible mais c’est tout de même plus aisé quand les cadreurs sont placés et cachés intelligemment dans le décor.

Ainsi sur ce plateau, le cadreur de la 3 était près du décor du Soir 3, non loin de sa caméra. Le cadreur du Périscor à la droite de Frédéric Taddeï est caché dans la zone lumière, son (voir article précédent) située derrière des vitres sans tain derrière Frédéric Taddeï et à sa droite. Logique toujours.

Les 3 autres cadreurs, ceux de du junior, du Pendor et du second Periscor sont positionnés derrière une autre vitre sans tain mirolege du décor, à gauche de Frédéric Taddeï, près de la zone maquillage du décor.

Les voici avec en gros plan, l’image que filment chacune de ces caméras.

Les postes de commande de 3 caméras robotisées.

A gauche, le cadreur Pendor, au centre la femme cadreur Périscor gauche et à sa droite, le cadreur Junior.

Vous savez presque tout.

Il nous reste à regarder comment Nicolas Ferraro organise la réalisation des live avec les mêmes caméras (ou presque). L’axe principal est alors totalement opposé du fait de la position du décor Live.

Voici le plateau et les caméras pendant les répétitions de Jay Jay Johnson.

A droite la zone talk et à gauche sur ce panoramique la zone Live. Le rideau cachant la zone live est ouvert.

Les caméras pendant le live de Ce soir (ou jamais!) sur France 3

Et voilà ce que cela donne en régie.

Monitoring de Ce soir (ou jamais!) pendant le live

Cette fois-ci, c’est une caméra Periscor, la 4 qui réalise le gros plan du chanteur. La 3 réalise alors non plus le plan de Frédéric Taddeï mais le gros plan du pianiste.

Pour ce live, Nicolas utilise aussi une caméra en plus, une paluche (image au dessus de la 3). Il a par ailleurs à disposition une neuvième caméra épaule qu’il n’utilisait pas ce soir là probablement car la composition du live était légère. Vous pouvez voir l’image de cette caméra posée au sol au dessus de la 6.

Au moment de la photo, c’est la 1, une caméra portable qui est à l’antenne.

Petite remarque enfin : toutes les caméras sont sur le Live. C’est normal me direz-vous. Comparez avec d’autres programme où vous avez souvent une caméra qui reste sur l’animateur ou l’animatrice qui dodeline de la tête pour montrer qu’elle AIME et connait la musique! C’est MA caméra! Certains réalisateurs le font aussi avec les invités!

Cet article est mise en ligne le jour de la dernière de la version quotidienne de Ce soir (ou jamais!). Il vous reste encore 7 jours pour revoir la dernière émission sur Pluzz et peut-être plus sur le site de l’émission.

Et comme l’émission change à la rentrée, nous pourrons tous voir quelles auront été les modifications du décor et par conséquent de la réalisation. Dans cette émission laboratoire, y aura-t-il encore des nouveautés, des expériences télévisuelles? Petit message à la Com’ on line France 3, je suis dispo pour les répéts de la première en septembre!

(Cliquez pour agrandir les photos)






4 commentaires


  1. Pierre

    Encore une fois, un super papier illustré et où on apprend plein de choses !

    Je me pose une question cependant. J’avais fait il y a un ou deux ans de cela, des captures d’écran d’une émission. En les regardant de plus près et en les comparant à tes images, j’ai remarqué que la manière d’éclairer les invités avait changé.
    Sur mes clichés, les sources sont petites (des Fresnel 650 ou 1Kw) et assez diffusées, installées assez proches des interlocuteurs.
    Sur tes images, on voit que de gros projos ont été installés, de surcroît avec des découpes pour mieux focaliser le faisceau.
    Le résultat se voit à l’antenne : la lumière fait plus « propre », nette, classique. Le dispositif ancien permettait de donner un côté plus chaleureux et intimiste aux entretiens.
    Sais-tu (ou as-tu moyen de savoir) pourquoi le dir photo a changé son fusil d’épaule ?

    Merci d’avance,
    Pierre


    • Pierre,

      Merci pour vos remarques et vos observations.

      Je vais demander à Jean Pierre Renaudat s’il veut bien nous répondre. Eric Caurant, directeur photo régulier de l’émission est aussi le bienvenu s’il le souhaite.

      Je peux déjà vous faire une remarque : les rings led autour des optiques de caméras étaient au départ des ring flash c’est à dire (si je ne me trompe pas) des ronds de lumière en led blanc. Voici déjà un premier changement entre les premières années et cette 5ème saison.

      Emmanuel


  2. Damien L.

    Un grand MERCI pour ce reportage !
    Comme l’a dis Pierre, on en apprend toujours en te lisant.
    Concernant cette émission, il est vrai qu’elle est plutôt originale et de bonne qualité au niveaux technique et réalisation.

    Sinon, je me suis toujours demandé à quoi servaient les rings LED, et du coup je suis un peu « déçu » qu’il ne s’agisse que d’une déco. En tout cas, ils mettent vraiment en valeur les caméras sur ce plateau, d’ailleurs ces LED permettent encore plus au téléspectateurs de se focaliser dessus, et c’est appréciable !


    • Merci.

      Et oui, je pensais aussi qu’il s’agissait d’un éclairage complémentaire de face mais quand on connait le plan de caméra on comprend que ce n’est pas le cas.

      C’était d’ailleurs l’une des raisons qui m’a poussé à me rendre sur le tournage.

      Emmanuel



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *