Genres

28 juin 2011

Frédérique de Maistre, Directrice de Production de X Factor sur M6. Interview

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,

C’est soir de Finale sur le plateau de X Factor 2011 sur M6. Qui de  Marina D’amico ou de Matthew Raymond-Barker en sera le vainqueur?

Comment se dérouleront les prestations de Bruno Mars et deBeyoncé? (ne manquez pas en fin d’article sa prestation avec un magnifique travail de vidéoprojections lors des Billboard Awards 2011)

Dès mercredi, ils seront nombreux à faire un bilan de l’audience, à commenter ou critiquer ceci ou cela et à parler de l’avenir du programme la saison prochaine sur M6.

Sur ce blog,  je voulais revenir sur tout le travail fourni sur X Factor et donc donner la parole à Frédérique de Maistre, directrice de production de cette émission.

Après mes précédents articles sur les coulisses des répétitions et les secrets de la réalisation de X factor, je vous propose de faire un bilan sur le travail de production de X Factor.

Parole à Frédérique de Maistre, directrice de production de cette émission …

Pour commencer pouvez-vous m’indiquer votre parcours depuis quelques années ?
Frédérique de Maistre : J’ai travaillé au service de la production de Canal + de 1990 à 2003 durant 13 ans sur les émissions Nulle Part Ailleurs, La grande famille, Le journal du cinéma, Le Festival de Cannes et des opérations spéciales diverses.

Frédérique de Maistre, Directrice de production

Je suis rentrée chez Fremantlemédia France en octobre 2003 en tant que directrice de production sur la Nouvelle Star et ce durant 7 ans puis sur X Factor sur W9 et cette année sur M6.

Quand a commencé la production de X Factor ?
F. de M. : La production a commencé en septembre 2010 pour préparer les castings qui se sont déroulés en novembre et décembre.  On est parti dans trois viles de province pour terminer à Paris en décembre… sous la neige !

On est ensuite passé à l’étape des fameux trois jours au Palais des Sports fin janvier pendant lesquels on a sélectionné les 6 candidats par catégorie et affecté une catégorie à chaque membre du jury.

Est ensuite arrivée l’organisation des maisons des juges.  Tout s’est enchainé pendant 5 mois intenses.

Il fallait alors aussi commencer à organiser les primes en direct…
F. de M. : Effectivement, en parallèle il a fallu préparer les 11 prime en direct qui ont débuté le 19 avril 2011 ici au Lendit. Une grosse organisation.

N’est ce pas finalement plus simple d’organiser un gros tournage ici que des tournages dans différents lieux comme lors des castings ?
F. de M. : Ce sont vraiment deux choses différentes. La partie casting en 3 jours c’est beaucoup de logistique : des déplacements, des hébergements… On est 150 par ville.

Les prime c’est différent, et différent aussi de ceux de la Nouvelle Star notamment du fait de la présence de guests qui ont parfois de nombreuses demandes. Et quand on cumule Cameron Diaz, Jennifer Lopez et Lady Gaga dans la même émission, cela demande une bonne organisation.

Mais on a de très bonnes équipes et tous les retours des maisons de disque sont très bons. Ils étaient très contents au niveau artistique et logistique.

Etait-il facile de les programmer ?
F. de M. : Nous avons un programmateur, Emmanuel Virot, qui travaille à cela depuis janvier.  Et X Factor a l’avantage d’être une émission internationale, connue et réputée auprès des artistes et managers internationaux.

Quand avez-vous commencé à installer le décor au Lendit ?
F. de M. : C’est effectivement une grosse opération et nous avons commencé à installer le décor le 4 avril pour un premier direct le 19.

En plus, comme ces studios sont nouveaux (ouverture avec le Téléthon en novembre 2010), on les a à notre tour inauguré avec une émission lourde qui s’installe sur plusieurs semaines. Pour Euro Media France c’était aussi une nouveauté.

Panoramique du décor de X Factor – M6

Il y a par exemple des détails que le téléspectateur ne voit pas comme organiser un catering. Il y a 600 repas en deux jours et 300 personnes à nourrir en une heure le soir du prime. C’est Orge et Olives qui s’en charge. En comptant nos équipes, celles des prestataires, la lumière, le son, la vidéo, M6 etc. nous sommes environ 200 personnes. Le soir du prime il faut rajouter les guests et leurs invités, une trentaine chacun en général.

Nous avons donc « squatté » un autre plateau pour installer notre catering. Il a aussi fallu trouver le moyen de stocker tout notre matériel. On s’est donc pas mal étalé, on a pris possession de pas mal d’endroits. Mais on a été très bien loti.

Les artistes ont aussi été les premiers à utiliser les loges et en sont assez contents.

Le plateau est grand mais le décor est serré.
F. de M. : Le plateau fait 1300 m2, exactement la même surface que le plateau anglais. On a cependant tout rentré au chausse-pied. C’était une crainte au début, on avait peur de ne pas avoir assez de place pour le backline mais  finalement on a trouvé tout un tas de solutions et cela s’est bien passé.

Le décor est ambitieux et la scène très grande.  Y a du matos comme on dit !

Parlons un peu des moyens en plateau :
F. de M. : On a 14 caméras dont 2 grues dont une supertechno TSF et une grue Litecam. On dispose aussi d’une caméra remote de chez Microfilms.

Le son est géré par Silence.

Il y a eu peu de live complets ?
F. de M. : Nous étions organisés pour des PBO mais il y a tout de même eu des Piano / voix, guitare, piano /voix etc. Et cela valait le coup.

Parlons du décor.
F. de M. : C’est quasiment une copie du décor original anglais. Il a été construit pour nous par Olivier Illouz. Deux, trois petits détails les différencient cependant.

Ainsi, en Angleterre les deux écrans latéraux s’ouvrent en deux comme l’écran central mais pas chez nous.

C’est un super décor. Les gradins sont aussi très réussis, on voit vraiment bien de partout.

Les structures des gradins et de l’ouverture du mur du fond sont réalisées par FL Structure.

Vue depuis l’arrière de la scène de X Factor.

Vous avez été sur place en Angleterre en automne dernier lors des directs ? Qu’avez-vous observé, appris ?
F. de M. : Nous avons eu plusieurs réunions en amont avec le flying producer de Fremantle Londres en charge de XFACTOR  pour mettre en place la production au niveau artistique et logistique. Nous avons aussi reçu la bible du format ainsi que les DVD des émissions anglaises.

Parlons lumière :
F. de M. : Frédéric Dorieux est le directeur photo. Il n’a pas eu de charte précise à respecter mais, comme nous tous, il a regardé le programme original et s’en est  bien sûr inspiré.

La production lui a cependant demandé de plus éclairer le public ?
F. de M. : Il est vrai qu’en Angleterre il y a peu de lumière sur le public et on le montre peu. C’est une habitude. En France c’est différent.

On aime bien montrer que les gens s’amusent. Pour les téléspectateurs, cela doit aussi être agréable, c’est moins froid.

Les 700 personnes du public sont fournies au  ¾ par Cassandra. Les restant sont des invités M6/Fremantle.

Sur France 2 on parlerait d’une lumière de S2 (deuxième partie de soirée) !
F. de M. : Et pourtant il y a du matériel !

Et puis cela dépend aussi des titres. Certains demandent plus d’intimité. L’émotion passe aussi par là.

Ce sont finalement les écrans qui donnent de la luminosité au plateau ?
F. de M. : Les écrans loués à IVS sont nombreux et très présents sur ce décor. Cela joue donc beaucoup. Les boucles sont des créations FremantleMedia gérées sur place par Blondin. L’adjoint au producteur, Bruno Fallot est chargé de leur supervision.

Coté réalisation…
F. de M. : Deux réalisateurs ont alterné sur cette émission : Franck Broqua et Tristan Carné. Tristan en aura réalisé quatre et Franck, les autres. Il réalisera aussi la Finale.

Avez-vous remarqué une différence de réalisation entre les 2 ?
F. de M. : Un petit peu car ils ont chacun leur style mais ils disposent du même nombre de caméras, installées aux mêmes endroits. Il me semble qu’il faut être professionnel pour remarquer les quelques détails qui les différencient.

On les connait bien, on les aime bien tous les deux et c’était une volonté de travailler avec eux deux. Il y a une vraie cohérence.

Il y  a aussi en plateau quelques particularités techniques issues de l’expérience anglaise ?
F. de M. : Notre prestataire Euro Media a du trouver des pieds spécifiques Vinten pour permettre à deux caméras, une à cour, une à jardin de réaliser des travellings comme cela se fait beaucoup en Angleterre sans utiliser de rail travelling.

Vous n’avez pas non plus utilisé une Towercam inversée en fond de scène comme me l’expliquait Franck Broqua ?
F. de M. : Parce qu’elle n’est pas encore homologuée en France.

Les candidats sont aussi accompagnés de danseurs ?
F. de M. : Il y a effectivement 8 danseurs. Leur chorégraphe, Zack Reece dansait auparavant sur la version anglaise de X Factor. Il connait et apprécie beaucoup l’émission.

On le connaissait par ailleurs et quand on lui a proposé ce rôle, il en a été très content. Il fait danser des danseurs anglais, américains qui ont presque tous dansé sur le X Factor anglais. C’est un plateau qui leur parle.

Les danseurs ont trois jours de répétition en amont au Feeling Dance.

Quel est justement le planning des équipes pendant la semaine?
F. de M. : Le mercredi est le jour du choix des chansons de ceux qui restent en lice. Il est fait avec les candidats par le producteur Mathieu Grelier, la professeur de chant, Nathalie Dupuy et les coachs à l’hôtel des candidats. En parallèle, coté logistique on commence à s’inquiéter du prime à venir et de la gestion des guests qui nous ont déjà fait envoyer une partie de leurs demandes. On commence déjà à réfléchir aux feuilles de service et aux accessoires.

Le jeudi matin, on organise une grosse réunion artistique avec le producteur, l’adjoint au producteur, les stylistes, le chorégraphe et on fait un point sur chaque chanson pour voir tout ce qui va se passer sur chaque titre. Ainsi chacun peut préparer sa partie.

J’envoie alors ma régie chercher les accessoires, les stylistes partent à la recherche des vêtements. Et ce n’est pas une mince affaire Il y a beaucoup de tenues.

Johanna Fath s’occupe des candidats, de Sandrine Corman et de Véronic Vicaire, Olivier Schultheis et Henry Padovani. Christophe Willem, en tant qu’artiste est suivi  par Lia Dillenseger et Cathy Lantuejoul s’occupe des danseurs.

Les jeudi après midi et vendredi on finalise les rendez-vous et le lundi on est là dès 10h au Lendit pour les répétitions scène lumière et son. L’équipe vidéo n’arrive que mardi.

Cependant, le réalisateur, sa scripte et 2 assistants de réalisation sont présents pour scripter tous les titres. Le lundi on a la possibilité de répéter plusieurs fois et de changer encore certaines choses. Jusqu’alors chaque candidat n’avait répété qu’au piano à l’hôtel avec son coach. La journée du lundi se termine vers 18h – 19h.

Arrive le mardi, jour du direct…
F. de M. : Le mardi tout le monde est là.
Une première répétition technique a lieu de 11h à 14h. Tout les candidats répètent à nouveau et pas forcément dans l’ordre du conducteur. Le réalisateur est en régie.

On déjeune (tard !) et de 15h à 18h on fait la générale. Les guest répètent eux entre 18h30 et 19h30 avant que le public n’entre.

Vous avez du parfois enregistrer des titres à l’avance ?
F. de M. : C’est vrai pour Nicole Sherzinger dont on avait enregistré le titre lors de son passage à Paris. De même Jennifer Lopez avait enregistré son titre à 14h devant 500 personnes venues spécialement pour elle. Elle était attendue le soir au JT de TF1.

Elle avait beaucoup de matériel et ce jour là nous accueillions aussi Lady Gaga qui avait demandé deux heures de répétitions. La journée n’étant pas extensible, coté production cela nous  arrangeait finalement d’enregistrer JLO et de faire Lady Gaga en direct.

Peut-on avoir quelques confidences sur la finale de ce soir avec Beyoncé ?
F. de M. : Tous les finalistes de cette année reviennent sur la Finale pour chanter une collégiale avec Matthew (Raymond-Baker) et Marina (d’Amico).

Les 2 finalistes chanteront en trio avec notre invité Bruno Mars.

Merci à Frédérique de Maistre et aux équipe de FremantleMedia

Et comme promis voici la prestation très réussi de Beyoncé. Demandez à Papain, le fameux vidéodesigner, il a lui aussi trouvé cela très réussi.

La prestation en elle-même débute à 3’00 du début.







3 commentaires


  1. Philippe

    Merci encore pour cette interview très complète de Frédérique De Maistre !


  2. Cyril

    Superbe interview !!

    Mais vous pensez vraiment que la prestation de Beyoncé à X Factor sera comme celle aux Billboard Awards ? car elle a juste fait un truc énorme!


    • Cyril,

      On a le droit de rêver!

      Je n’ai pas eu d’informations sur sa prestation qu’elle ne devrait répéter que ce jour en fin d’après midi. Mais effectivement l’enjeu n’est pas le même, le temps de répétition non plus mais faisons confiance à cet artiste et à son entourage pour proposer un show « à l’américaine » comme on dit.

      Et merci pour le compliment



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *