Interviews

12 juillet 2011

Alain Weil Président de NextRadio TV (RMC /BFM TV) : des projets dans le sport et le documentaire

Alain Weil colloque NPA conseil

Création de nouvelles chaines gratuites d’information sur le Sport (RMC Sport HD) et peut-être autour des documentaires.

Concurrence des chaines de la TNT avec les chaines historiques, concurrence à venir de la Télévision connectée

Après vous avoir présenté les interventions de Nonce Paolini, Nicolas de Tavernost, Bertrand Méheut je vous propose donc de découvrir la presque totalité de l’intervention d’Alain Weil, Président du groupe NextRadio TV au colloque NPA Conseil, le 23 juin 2011.

Le lendemain, 24 juin, il annonçait le regroupement des activités digitales (internet etc.)  de BFM, BFM TV, RMC, et de 01 net sous le label Next Interactive Media, avec la menace du licenciement de 33 journalistes  (Lien)

Une déclaration d’autant plus intéressante alors que semble se confirmer le passage en clair de LCI d’après La Tribune.

Le voici interrogé par Enguérand Renault du Figaro et Philippe Bailly de NPA Conseil

Y a-t-il de la place et une économie pour une chaine gratuite d’informations sur le sport sur la TNT dès 2012?  

Alain Weil : Déjà, il y a 5 ans, pour BFM TV, on disait qu’il n’y avait pas d’économie pour une chaine gratuite d’information alors qu’il y en avait déjà deux de payantes. Une gratuite cela servira à quoi ?

Nous avions vu que les chaines d’information dans les pays anglosaxons marchaient bien, qu’il y avait un modèle économique et qu’en France la TNT jouerait un rôle important car elle venait se substituer au câble qui ne s’était pas développé comme dans d’autres pays.

Pour le sport c’est pareil, il est dominant dans le domaine de l’information.

Il n’y a pas de chaine d’information sportive gratuite en France ce qui est quand même surprenant.

J’ai vu dans un sondage Sofres commandé par les parlementaires que c’était la troisième thématique la plus demandée par les français.

C’est un projet basique, une offre qui n’est pas remplie sur la TNT et qui est appelée à avoir inéluctablement un très beau succès. Ce n’est pas quelque chose de très original mais quelque chose de basique.

On n’est pas sur le marché de la retransmission de grands événements. Il n’y a probablement pas d’économie pour cela dans le gratuit.

Par contre, pour ce qui est de l’information, on va de plus en plus vers le gratuit et ce sera aussi le cas pour l’information sportive.

(Alain Weil a aussi donné quelques idées de contenu : utilisation du droit de citation des images d’événements, des reportages sur les acteurs du sport : Entraineurs, sportifs, clubs… des portraits de grands athlètes…)

Il y a actuellement un débat entre ceux qui ne veulent pas que cela bouge pour rester sur leurs positions et ceux qui ont envie de prendre des initiatives, de créer des entreprises, de créer des emplois, de servir le public.

Un projet présenté avec un budget de 50 millions  d’euros ?

A. W. : 50 millions de recettes à terme et 30 millions de charges à terme.

L’équipe TV aimerait passer de payant à gratuit ? Une alliance est-elle envisageable?
A. W : L’équipe TV aurait pu être gratuite il y a cinq ans mais ils n’ont pas été candidat au gratuit.

Souvent, quand d’autres acteurs ont des idées dans le sport, l’Equipe arrive aussi pour dire : on a la même idée on veut le faire.

Quand il y a un projet de gratuit dans le sport, l’Equipe réagit et propose du gratuit. Quand il y a [la création d’] un magazine, ils lancent aussi un magazine. On a un projet de gratuit, ils veulent passer en gratuit.

C’est assez habituel dans leur façon de préserver leur position.

Chacun doit avoir sa chance. Moi cela ne me choque pas qu’ils soient candidats au gratuit. Je trouve aussi bien que demain il y ait plusieurs grandes marques d’information dans le sport. La diversification des acteurs, le pluralisme doivent être encouragés.

Il n’y a aucune discussion entre nos deux groupes…. Mais par principe je suis ouvert au dialogue.

(Alain Weil a ensuite précisé le rôle de RMC sport  : une agence de presse sport. 70 personnes y travaillent pour RMC et BFM TV et qu’ils travailleront aussi pour RMC Sport HD mais qu’il n’y aura pas de programmes communs entre les chaines)

Développement du groupe?

A. W. : Le groupe NextTadio TV est dans le domaine de l’information autour de 4 thématiques : L’information générale, le sport, l’économie et le high-tech.

L’idée est de développer ses 4 thématiques sur les trois supports qui nous paraissent les plus performants :

– La radio, notre média d’origine qui a encore un avenir devant lui, un média précurseur et moderne. Il reste le premier média dématérialisé et mobile.

– La télévision, un secteur chez nous en forte croissance. BFM TV gagnera de l’argent cette année. (comme itélé annonce faite plus tôt par Bertrand Méheut) L’information gratuite à la télévision finalement va permettre à ces chaines de la TNT d’être les premières à gagner de l’argent. Ce qui est une bonne nouvelle et ce n’était pas ce qui était prévu par certains il y a 5 ans.

Dans le secteur de la télévision, on a BFM TV, BFM Business TV qui est diffusée sur la TNT en île de France, sur le câble ADSL et qui, je l’espère, avec Canal Sat, se développera aussi à la rentrée en devenant une chaine nationale. Mais sur cette chaine, une fréquence TNT île de France est largement suffisante. C’est une chaine très segmentée qui a 60% de ses annonceurs qui sont exclusifs qui ne font pas de publicité ailleurs.

Dans cette même stratégie il est serait très logique d’avoir une chaine d’information sportive RMC Sport HD. Notre offre TV serait cohérente tout en restant beaucoup plus petit que les autres groupes dans le domaine.

– la troisième division du groupe est internet (avec le groupe 01) et sa base 01.net.

L’Elasticité du volume publicitaire ?
A. W. : Si on ne crée pas de chaines supplémentaires le volume publicitaire va baisser. Je pense que si le secteur n’est pas dynamique, et bien cela se passera ailleurs, sur internet, sur la télé connectée.

Je pense que les acteurs historiques comme TF1 et M6, avec tout le respect que je leur dois, se tirent une balle dans le pied en voulant figer leur secteur alors qu’il sont les leaders de télévision hertzienne et qu’ils doivent tirer tout le secteur vers le haut avec beaucoup de dynamisme.

Attendre 2016 n’a aucun sens, la télé connectée sera déjà là.

Soit la télé hertzienne bouge et du coup cela ne pousse pas les français à aller voir ailleurs et c’est envoyer un signal très positif au marché publicitaire, aux annonceurs, aux téléspectateurs qui se rééquipent et se rééquipent.

Si l’actualité de la télévision hertzienne consiste à parler régulièrement de la baisse des audiences des grandes chaines, ce n’est pas bon pour tout le secteur .

La TNT a pris la place que le câble n’a jamais prise, et dans l’offre, il manque quelques chaines thématiques avec des budgets de 30 à 50 millions € qui ne vont absolument pas venir déstabiliser le marché publicitaire.  Au contraire, elles vont contribuer à créer une dynamique dans le secteur de la télévision hertzienne.

Combien de nouvelles chaines sur la TNT?

A. W. : Personnellement s’il y avait d’un coté deux ou trois chaines nouvelles suite à un appel à candidature du CSA et même trois chaines bonus (TF1, Canal +, M6), sur le principe cela fait beaucoup et c’est pour cela qu’on a interrogé Bruxelles il y a quelques années sur la légitimité des chaines bonus.

Mais, quand bien même, si aujourd’hui il fallait faire preuve d’esprit de consensus et essayer d’avancer et qu’il y aurait demain six chaines de plus avec des budgets de 30 à 50 millions € je crois que cela créerait une dynamique.

Il est clair qu’on ne peut pas lancer une chaine généraliste tous les ans. Il y en a même déjà beaucoup et c’était peut-être une erreur il y a cinq ans.

Une autre chaine encore?

A. W. : Selon un dernier sondage, les français souhaitaient une chaine de documentaires. Cela fait partie des projets qu’on a parce que c’est une offre basique qui n’existe pas.

Un BFM Doc est une idée qui nous plait bien.

Les chaines leaders doivent garder un rôle de locomotive et ne doivent pas avoir une vision à court terme pour ne pas descendre en dessous d’un certain seuil d’audience mais plutôt se demander comment elles, en tant que leader de la télévision hertzienne, doivent agir pour rester attractives.

Sinon, effectivement, cela va se passer sur la télévision connectée et là nous serons face à des acteurs qui seront beaucoup plus gros que les plus gros d’entre nous en France .






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *