Genres

26 août 2011

Iles étaient une fois en chansons – France 2, la réalisation. Nicolas Ferraro en Terre Inconnue !

Implantation des caméras "Iles étaient une fois en chanson" sur France 2 - Réalisation Nicolas Ferraro

Soirée dépaysement pour les téléspectateurs de France 2 à 20h35 ce samedi 27 août avec ce divertissement en chansons couleur des îles.

Lors du tournage, c’était aussi un dépaysement pour certains artistes notamment des danseurs tahitiens qui n’étaient probablement pas très habitués au temps frais qu’il faisait ce jour là à l’extérieur des Studios Rive Gauche AMP/Visual TV.

Il y en avait un autre qui avait aussi rendez-vous en Terre Inconnue, c’était Nicolas Ferraro, à la réalisation.

Explications.

Après un sujet sur les premières images, mais aussi les coulisses du tournage dans lesquels je vous avais déjà présenté le décor et quelques éléments sur la réalisation, il me restait à vous proposer un gros plan sur le plan de caméras et le monitoring de réalisation.

Comme je vous l’avais déjà raconté, Nicolas Ferraro s’est fait chambrer amicalement pendant le tournage parce qu’il est vrai que ce tournage de variétés était assez éloigné d’autres émissions qu’il réalise régulièrement comme Les Maternelles, Café Picouly et bien sûr Ce soir (ou jamais !) .

La réalisation d’une variété diffusée à 20h35 sur une grande chaine a en effet certaines spécificités même s’il n’est pas interdit, loin de là, d’inventer encore et d’enrichir une réalisation parfois devenue un peu conventionnelle même avec des moyens techniques importants et beaucoup d’effets de trucage image.

Ce qui a probablement le plus changé Nicolas Ferraro sur ce tournage n’était pas tant sa réalisation au moment du tournage mais plutôt le fait que généralement, quand il réalise une émission, il démarre sa collaboration dès la création du programme. Cela passe par un travail sur le décor, la lumière, l’habillage. Bref un travail sur le « concept » d’une émission.

Cependant il n’a pas eu beaucoup de mal à s’habituer à ce programme pour lequel il avait accepté de remplacer un réalisateur.

Vous découvrirez comme moi le résultat (après nettoyage au montage) à l’image ce samedi soir.

Retour sur le tournage :

Nicolas Ferraro a disposé de 10 caméras dont coté machineries, un Junior (une caméra travelling sur Rail) et une grue Supertechno 15.

Les autres caméras étaient un peu plus classiques : des caméras épaules et des lourdes. Une paluche complétait enfin le tout.

En détail cela donne par ordre :
– la 1 : une caméra épaule (Habib Kouider),
– la 2 : une lourde à jardin (Dominique)
– la 3 : une lourde de face avec prompteur pour le gros plans artistes et animateurs (Fabienne)
– la 4 : une lourde à Cour (Laurent)
– la 5 : une caméra épaule (Vincent Poli)
– la 6 : une caméra sur Junior en 6 (Michel)
– la 7 : une caméra épaule (Fred Leleu)
– la 8 : une caméra sur Grue Supertechno 15 (Patrick)
– la 9 : une caméra sans cadreur dite Beauty positionnée à la lourde 3
– la 10 : une caméra paluche positionnée sur différents instruments pendant les variétés.

Les voici en position sur le plateau :

Implantation des caméras "Iles étaient une fois en chanson" sur France 2 – Réalisation Nicolas Ferraro

Les 1, 2 et 10 (la paluche) sont encadrés en hachuré car ils étaient hors cadre de la photo, je les ai  fait « rentrer » dans la photo.

Les lourdes 2 et 4 ont été surélevées car la scène l’était elle aussi et c’est toujours mieux quand l’optique de la caméra est à hauteur du visage des sujets.

Petite confidence, le public étant par ailleurs plutôt en forme, les caméras 3 et 9 (Beauty) positionnées sur le gradin du public ont rencontré quelques problèmes de stabilité à cause des vibrations provoquées par le public. Il aurait presque fallu des caméras gyrostabilisées!

Voici en gros plan la fameuse caméra 9 sans cadreur pendant un enregistrement de Ben l’oncle soul

Gros plan sur la caméra Beauty pendand l'enregistrement de Ben l'Oncle Soul

Et voici sur la photo suivante une partie des caméras vues de profil.

Au fond, vous apercevrez d’ailleurs des porteuses sur lesquelles sont attachés des projecteurs. (J’y reviendrai dans un prochain article)

Îles étaient une fois en chanson – France 2 / Des caméras de profil

Voyons maintenant dans le car régie 11 d’AMP ce que cela donne au niveau du monitoring de réalisation.

Monitoring de réalisation de Îles étaient une fois en chanson – France 2

Encadrés en rouge vous avez repéré la ligne des images des caméras de la 1, à gauche, à la 10, à droite.

Enfin presque…

Il en manque une…

Vous avez trouvé?

Quoi c’est trop petit on ne voit pas bien…

Et oh, vous avez fini de râler?

Mais non… vous êtes tous des lecteurs très sympathiques…

Bon tout ça pour que ne repériez pas tout de suite la réponse que voici :

La caméra qui ne fait pas partie de cette ligne rouge est la… 9, la Beauty!

On passe en effet de la 8 à la 10.

Et en fait, la 9 n’est pas très loin sur le monitoring, je vous l’ai encadrée en jaune.

Il y a une explication à tout cela.

Comme je vous l’ai déjà raconté, quand une émission est enregistrée, le réalisateur et le producteur enregistrent la réalisation du programme (PGM) mais aussi d’autres images en même temps : des caméras isolées ou divergées.

La beauty en fait partie. En effet, elle cadre en permanence en plan large tout ce qui se passe sur la scène. On peut toujours l’utiliser si on est battu sur les autres caméras. On a toujours une chance de retrouver tous les artistes ou animateurs quand on n’a pas de meilleur plan.

Nicolas Ferraro a donc choisi de ne pas l’utiliser pendant sa réalisation en tournage mais a pu rajouter des images de cette caméra si nécessaire en montage pour remplacer un plan moins intéressant.

Par ailleurs, comme souvent, des plans d’applaus, des images du public à qui Philippe Dantin, le chauffeur de salle a demandé d’applaudir, de faire des Ouaih, des oh… ont été enregistrés à part. Ils ont aussi pu servir si besoin au montage.

Sachez par ailleurs que Nicolas Ferraro n’annonce pas à ses cadreurs les caméras qu’il va passer à l’antenne. Certains réalisateurs annoncent à leur cadreur quelle caméra il va commuter « Attention la 2, Top la 2 », d’autres comme Nicolas Ferraro travaillent autrement.

En fait ses cadreurs savent quels types d’images, quelles valeurs de plan ils doivent fournir à la réalisation. Pendant les répétitions, ils ont calé avec la scripte et le réalisateur ce qu’ils vont devoir filmer pendant chaque variété et pendant les plateaux. Pendant le tournage ils sont donc sur leur sujet.

Nicolas Ferraro ne leur donne alors que peu d’indications sauf quand il lui manque une image ou quand il veut un plan particulier. Le reste du temps, il regarde les images que lui proposent les cadreurs. Il choisit alors celles qu’il veut passer. Au moment où son image est choisie, le cadreur voit alors un rouge sur sa caméra. Dès que le rouge disparait, il peut modifier son cadre et proposer une autre valeur de plan ou changer de sujet.

C’est une habitude à prendre. Certains cadreurs s’y font très bien d’autres moins, un peu effrayés au moment où arrive le rouge.

Tout cela est à découvrir sur France 2 ce samedi soir.

(Cliquez sur les photos pour les agrandir et sur les liens en rouge pour les ouvrir )






2 commentaires


  1. I2BS

    Bonjour,

    Vos articles sont tous plus intéressants les uns que les autres et je tenais à vous féliciter. Moi-même Technicien vidéo je suis ravi de découvrir les petits détails techniques de certaines productions.

    Une question cependant qui pourrait, peut-être, appeler un article sur le sujet: Quand on est dans le milieu et à fortiori quand on ne l’est pas, je penses, il n’est pas toujours évident de percevoir quels sont les chemins à emprunter pour devenir opérateur LSM, régisseur, chef op ou encore réalisateur « multicams »… pourriez-vous décrire les parcours amenant à tous ces postes dont vous parlez, comment devient-on opérateur LSM ou réalisateur ? comment devient on ingé son ou opérateur steadicam?

    Je penses que c’est un sujet qui en intéresserait plus d’un.

    Encore une fois bravo pour vos article et longue vie à Média un autre regard!


    • I2BS,

      Merci pour vos compliments et encouragements mais aussi pour votre excellente proposition.

      J’avais d’ailleurs démarré une série sur les professions que j’espère bien continuer.

      J’essayerai d’aborder cela lors des prochains articles sur les coulisses de tournage. J’en profite pour inviter tous les lecteurs acteurs de ce milieu à me contacter via l’onglet Contact pour me raconter leur parcours anonymement ou pas. J’essayerai de faire le meilleur usage de leurs informations.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *