Coulisses des émissions

12 septembre 2011

Un dimanche après-midi à France 3 : C’était le temps des derniers réglages du nouveau décor des JT

C’était le dimanche 4 septembre dernier. Rendez-vous était donné à 14h00 à France Télévisions pour les dernières répétitions du 19/20 avec Carole Gaessler dans le nouveau décor conçu par Franck Fellemann.

Deuxième et dernière répétition générale avant la première, le lundi 5 en direct.

C’était le dernier moment pour chacun de prendre ses marques et de terminer les derniers réglages (lumière, réalisation, gestion des écrans, déplacements de la journaliste…)

Voici en exclusivité comment cela s’est passé.

Cela parait déjà si loin et pourtant cela s’est passé il y a une semaine à peine.

Et c’est plutôt bon signe, le signe que ce nouveau décor pour les journaux de France 3, le seul vrai nouveau décor complet en cette rentrée télé a été vite et bien accueilli par nous tous téléspectateurs, je crois.

Dans mon précédent article je vous avais expliqué comment avait été conçu ce nouveau décor par Franck Fellemann avec la direction de la Rédaction, Pascal Golomer et Tristan Colin, réalisateur.

Dans cet article, je vous propose de vous faire partager pour la première fois ces quelques heures souvent confidentielles pendant lesquelles on essaye, on finalise, on a encore le temps de changer d’avis, de se tromper, de trouver de nouvelles solutions.

Ce dimanche après-midi, il s’agissait de finaliser avec Carole Gaessler la mise en image du 19/20, c’était la deuxième répétition générale.Une première répétition avait eu  lieu une semaine plus tôt.

Pendant les dernières répétitions du 1920 dans le nouveau décor des JT de France 3

Chaque corps de métier devait régler les derniers détails :
Ainsi Jean Pierre Renaudat, directeur photo devait, avec ses équipes, terminer la mise en lumière et faire valider l’atmosphère générale du plateau pendant le 1920. Il devait aussi vérifier la lumière dans les différents déplacements à vue de Carole Gaessler et s’assurer que toutes les positions de la journaliste mais aussi des invités, chroniqueurs etc était prêtes.

Tout cela n’était pas simple à régler avec une console lumière principale et son pupitreur installés deux étages plus haut à coté de la régie. Tout se passait donc par téléphone. Surprenant!

Dans la régie des JT France 3, pendant les répétitions du 19/20

Dans la régie, les équipes en ont profité pour continuer à se familiariser avec ce nouveau décor, valider les lancements d’illustrations dans les 3 parties d’écran (2 côte à côte dans l’écran principal, un troisième dans l’autre angle). Les changements d’images dans les écrans ne sont font plus comme précédemment, il faut s’habituer aux plans qui permettent de changer une illustration sans que nous le voyons à l’image en direct etc.

Sachez aussi que si le décor est nouveau, les écrans utilisés high tech, le matériel en régie et les caméras en plateau n’ont cependant pas été changés en cette rentrée, probablement pour des raisons financières. Il a donc fallu penser toutes ces nouveautés en tenant compte de cette contrainte. Gageons que les possibilités offertes par ce nouveau décor provoqueront aussi prochainement une modernisation des autres moyens.

Aux commandes de la régie ce jour là Jean-Marc Rousselet, l’un des réalisateurs réguliers des journaux télévisés de France 3. Si Tristan Nolin est à l’origine de la charte de mise en image, il n’assurera pas bien sûr la réalisation des trois journaux quotidiens (le 12/13, le 19/20, le Soir 3), du magazine Tout le sport etc.

Et pas facile pour un autre réalisateur de mettre ses pieds dans les pas d’un collègue. Ils ont d’autres envies, d’autres idées. D’ailleurs, dans la régie, ce jour là, tout le monde avait des idées, une opinion, un point de vue sur tel valeur de plan, tel axe etc. C’est toujours intéressant de voir des gens motivés et impliqués même si, à un moment, quelqu’un doit décider et faire respecter une certaine homogénéité dans les journaux de France 3.

Les tests de valeurs de plan, d’axes caméras étaient aussi importants pour valider les regards caméras : Carole Gaessler et les chroniqueurs doivent-ils se regarder ou regarder leur caméra? Par ailleurs, selon la distance et la position de deux personnes sur le plateau, elles peuvent soit avoir la même taille soit l’un, au premier plan, paraitre bien plus grand que l’autre en second plan.

Ce dimanche, il y avait encore une autre personne particulièrement concernée par cette dernière répétition : Carole Gaessler, celle qui incarne le 19/20 de France 3 en semaine.

Sur d’autres décors de JT il lui aurait suffi de s’assoir à son fauteuil ou de se tenir debout à une place fixe. Ce nouveau décor permet tant de possibilités qu’il faut bien répéter et marquer toutes les positions : les positions debout début du journal, interview en dupleix, discussion avec un chroniqueur en plateau, interview d’un invité… Des positions qui doivent être définies de façon précise pour elle mais aussi pour les cadreurs et la lumière.

Et pour éviter tout souci, deux décisions se sont immédiatement imposées : la première : marquer même provisoirement les caméras avec leur numéro pour aider Carole Gaessler à savoir où était la 2 ou la 3 dont lui parlait le réalisateur dans son oreillette, des caméras qui se déplacent beaucoup pendant le journal.

Numéros provisoires sur les caméras et marquage au sol ! In dis pen sa ble!

Cette photo est inhabituelle en télévision où l’on vous montre souvent un plateau propre, prêt à tourner. Mais c’est aussi cela la vie d’un plateau.

Vous apercevez les numéros provisoires indiqués sur les caméras mais aussi un technicien à 4 pattes sur le sol pour marquer la position d’une caméra. Et voilà la deuxième décision très importante prise par Tristant Nolin au centre de l’image : marquer les différentes positions des caméras.

En effet, cela faisait plusieurs minutes que Carole Gaessler répétait à Jean Marc Rousselet, le réalisateur en régie : « Je te jure Jean-Marc je n’étais à pas cette position la dernière fois, je me souviens bien ». Et elle avait sans aucun doute raison et le réalisateur aussi. Mais voilà, une caméra décalée de quelques dizaines de centimètres sur la gauche ou la droite, en avant ou en arrière et cela peut grandement changer le cadre.

Cette dernière répétition servait aussi à cela : valider définitivement les positions de Carole Gaessler et celles des caméras.

Par exemple, cette position de Carole Gaessler pendant un dupleix :

Simulation de dupleix sur le nouveau décor des Jt de France 3

Pour ces répétitions, le dupleix n’avait pas nécessité de liaison satellite. Ceux qui travaillent à France 3, et les plus physionomistes auront remarqué que la personne en « dupleix » était tout à l’heure dans la régie. Pour cette simulation de dupleix, elle devait être installée dans un petit décor annexe à France 3…  Un lecteur, technicien de France 3, pourra peut-être nous en dire plus en commentaire.

Et voici un un autre moment de répétitions, pour vous permettre de voir aussi les changements de position des caméras selon les séquences :

Pascal Golomer en plateau pendant les répétitions de Carole Gaessler en position interview

Sachez d’ailleurs que de dos, sur cette photo, en position « interviewé » il s’agit de Philippe Panis, rédacteur en chef du 19/20. Il a été le compagnon de jeu de Carole Gaessler pendant ces répétitions, tour à tout chroniqueur, invité etc. Une doublure de lumière de luxe pour ces répétions mais aussi une excellente idée. En effet, le rédacteur en chef a la responsabilité du contenu du journal et ce nouveau décor lui impose aussi de réfléchir à de nouvelles illustrations, à de nouvelles formes d’explications de l’actualité. Il était important de l’impliquer dans cette dernière étape avant la mise à l’antenne du nouveau 19/20.

Sachez enfin que ces répétitions ont commencé par des essais de plusieurs positions, de choix de boucles, de lancement d’illustrations. Mais, ensuite, pour mettre les équipes dans les conditions d’un direct et tester notamment la durée des déplacements des caméras, les équipes ont choisi un conducteur récent de journal télévisé et l’ont testé dans sa presque totalité.

Je ne pouvais terminer sans vous parler des cinq caméras utilisées sur ces journaux. Cinq caméras mais trois cadreurs.

Les 5 caméras de la réalisation du journal télévisé de France 3

Je m’explique :

Encadrés en gris vous apercevez les trois caméras lourdes avec prompteur et moniteur retour sous l’optique. Ainsi, quelque soit l’axe choisi, les journalistes (à la présentation et les chroniqueurs) sont assurés de retrouver leur texte à l’écran et de pouvoir suivre le départ et le retour d’un sujet. Ce sont ces trois caméras avec cadreur qui changent de position pendant le journal selon les séquences.

A cela s’ajoute une caméra en position basse dite beauty. Je l’ai encadrée en rouge et vous en ai proposé un gros plan dans la vignette encadrée en …Rouge ! Gagné, logique! Le cadre est défini avant le début du direct. Enfin sauf si un cadreur percute le support lors d’un déplacement d’une caméra. Mais non cela ne peut pas arriver!

Enfin, une cinquième caméra est installée sur une machinerie Polyscope. La caméra est placée sur une base robotisée qui peut se mouvoir sur un axe vertical haut de plusieurs mètres. De plus il est possible il est possible d’orienter la caméra à volonté. C’est une caméra robotisée qui peut en plus réaliser un travelling vertical. Elle était déjà installée sur le précédent décor de JT.

A mon grand regret cependant, en l’absence de cadreur, elle n’est pas utilisée en mouvement à vue. Pendant les répétitions, c’était Tristan Nolin, le réalisateur qui le manipulait. Depuis, c’est probablement un cadreur ou un technicien plateau qui la positionne.

Quand je vois ce décor et les possibilités qu’il offre, je me dis que la mise en place d’un système complémentaire de caméras robotisées serait une suite logique. En effet, avec toujours trois cadreurs (cela je le précise tout de suite pour éviter de me faire engueuler par des cadreurs de France 3 inquiets de réductions éventuelles du personnel) il serait alors possible de faire mouvoir l’ensemble des caméras y compris la machinerie et la beauty. Enfin, je dis ça , je ne dis rien !

Un grand merci encore à Pascal Golomer, Carole Gaessler, à Tristan Nolin, à Franck Fellemann pour leur confiance, ainsi qu’aux équipes de France 3 et à Jean Pierre Renaudat pour leur accueil.

(Cliquez pour agrandir les photos et pour ouvrir les liens en rouge)






4 commentaires


  1. ant92

    Depuis qu’il est à l’antenne, on découvre aussi plein de petits problèmes. Dimanche, avec la caméra lourde présente en amorce derrière Dominique de Villepin… Des configurations plateau un peu bizaroïdes comme ce Dimanche pour DdV, avec le présentateur qui passe de l’autre côté de la table et l’ajout de panneaux devant les écrans qui font vraiment pièces rapportées, dans l’unique but de segmenter les fenêtres d’écran (intérêt ? c’est moche !)… En semaine, Carole Gaessler qui a un teint bleuté-blafard à cause des dalles led bleues qui l’éclairent par en dessous… Des ambiances qui auraient pu être un peu plus distinctes pour les différentes éditions… Mais bon, ce qui est agréable sur F3, c’est qu’on a *enfin* compris que le présentateur pouvait décoller le cul de sa chaise, c’est plus dynamique. A quand la présentation 100% debout ? Sur F2, les présentateurs restent le cul vissé à leur chaise, mais sur le plateau du 20h de la semaine, des plans de grues amènent un peu d’air à un réalisation qui reste encore trop guindée. Le 20h à la papa, il faut arrêter ça ! Bougez, amenez un peu plus d’innovation, bon sang !


    • Ant92,

      Concernant Dimanche et la présence de Dominique de Vilepin, il s’agit d’une nouvelle configuration du décor, utilisé pour une édition dominicale spéciale du 12/13 mais effectivement peut-être pas encore bien comprise comme cela par les téléspectateurs.

      De plus, quand on m’a parlé de cette autre utilisation du décor des JT on m’avait plutôt parlé d’une caméra légère dans l’angle ouvert du plateau. Ce n’était effectivement pas le cas ce dimanche.

      Une nouvelle idée d’article.


  2. Vincenté

    Salut Emmanuel, le décor qui a été utilisé pour le duplex est un mini studio mis à disposition des régions de France 3 situé à IV3, l’agence d’images de FTV, au siège. Il est pilotable à distance par le réseau intranet depuis n’importe quelle région qui à besoin d’un invité situé à Paris.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *