Coulisses des émissions

22 septembre 2011

La réalisation d’une cérémonie de remises de prix : L’exemple des Trophées des Arts Afro-caribéens par Miguel Octave

La réalisation d’une cérémonie est particulièrement compliquée car il s’agit à la fois de filmer un spectacle sur scène mais aussi une remise de prix avec une mécanique assez figée et des nommés qui se trouvent dans la salle.

Quand, en plus, le budget de cette captation de cérémonie est restreint mais que tout le monde, coté diffuseur et téléspectateurs ont pour référence les Césars, une cérémonie tournée elle aussi au Théâtre du Châtelet ou les NRJ Music Awards, voire des remises de prix américaines le challenge pour l’équipe de réalisation et de production est important.

C’est ce qui arrive chaque année pour la cérémonie des Trophées des Arts Afro-caribéens (disons les TAAC) qui sera diffusée dimanche à 0h20 sur France 2.

Zoom sur la réalisation et le plan de caméras de Miguel Octave.

Tout est toujours possible même à la télévision mais avec des moyens et du temps c’est toujours mieux.

Quand il n’y a ni l’un ni l’autre, et bien il reste l’huile de coude, des bonnes idées et de la bonne volonté.

Tout cela a été au rendez-vous encore une fois cette année et le résultat à l’image que certains ont déjà pu découvrir sur France Ô mérite le détour. Séance de rattrapage dimanche sur France 2.

Dans le précédent artiste, Miguel Octave, réalisateur de la soirée nous avait raconté l’ambiance de tournage. Cette fois-ci, je vous propose ses explications sur le plan de Caméras, de quoi regarder avec un autre regard les TAAC sur France 2.

Voici donc ce fameux plan de caméras très complet :

Le Plan de caméras des Trophées des Arts Afro-Caribéens – France 2 – France Ô / Miguel Octave

En haut, la scène qui fait fasse au public.

Du public composé d’invités VIP placés en fonction de leur « importance » certains présents pour exprimer leur soutien sincère à cette cérémonie d’autres pour passer à la télé ! Les deux situations sont d’ailleurs cumulables.

Dans le public vous avez aussi les fameux nommés accompagnés de leur famille, de leurs amis et agents.  Chaque nommé doit être assis au siège qui lui a été réservé. Enfin, en théorie!

Par ailleurs il y a vous et moi enfin surtout vous cette année qui avez réservé une place sur le site du théâtre du Châtelet pour assister au spectacle.

Mais attention, toutes les places ne sont pas occupées.

Miguel Octave a indiqué sur son plan toutes les places devant être laissées libres pour permettre l’installation de caméras. D’autres places ne permettent qu’une « visibilité réduite » ce sont les places derrière les caméras. Aux organisateurs de décider ensuite s’ils les attribuent ou non. Toutes ces places sont déterminées au moment des repérages.

Sur la scène, se trouve à Jardin le pupitre des remettants et à Cour celui des animateurs de la soirée Sébastien Folin et la charmante Audrey Chauveau (Personne ne pourra rester insensible à son joli décolleté)

Sur le plan de caméras vous apercevez, sur scène, face aux animateurs mais aussi en coulisses des moniteurs destinés aux invités mais aussi et surtout aux assistants de réalisation qui peuvent ainsi suivre à l’image ce qu’on leur raconte dans le casque.

Coté caméra, voici le dispositif à 8 caméras de Miguel Octave :
– Cam 1 : Une grue REMOTE CONCEPT de 6 m cadrée par Hervé Duflot
– Cam 2 : Un Buggy POLYSCOPE (une caméra sur travelling sur rail) cadré par Jean-Luc Lamy
– Cam 3, 4, 5 : des caméras lourdes chargées de filmer en gros plan, les pupitres jardin (remettants & gagnants) et cour (animateurs) et les variétés. – (Christophe Bonaldi, Philipe Laurence, Hélène Girre)
– Cam 6 : Une portable jardin (Alain Brochot)
– Cam 7 : Une portable cour (Ladji Sima)
– Cam 8 : Cam en contre sur le public (Vincent Gonan)

Voici les caméras 3 et 4 :

Deux caméras lourdes, face à la scène au Théâtre du Châtelet – TAAC

Avec ces 8 caméras, Miguel Octave devait filmer :
– 9 remises de prix  avec un habillage nominatif à 4 cases pour les 5 prix « Musique », à 5 cases pour les 4 prix « Littérature » et « Cinéma » et enfin  1 remise de prix d’honneur à Dany Glover
– 8 variétés en live + 2 variétés PBO + 2 humoristes + une chorégraphie

Et comme le fait remarquer Miguel Octave « Même si on n’est pas en direct, on ne peut refaire une remise de prix ratée, on serait immédiatement accusé de tricherie : 11 ans de NRJ MUSIC AWARDS (en tant qu’assistant de réalisation de Gérard Pullicino) ont laissé quelques traces dans mon cerveau… :))

Pour changer d’autres articles je vous propose de passer sur la réalisation des variétés (vous verrez le résultat à l’antenne) et de nous concentrer sur la réalisation des remises de prix.

Miguel Octave : « Pour les remises de prix avec l’habillage nominatif, j’utilise les mêmes méthodes que sur les autres cérémonies (Victoires de la musique, NRJ Music Awards, …) mais en organisant tout en amont !
Je fais donc personnellement le siting des nommés et je répartis leurs places en fonction de l’utilisation prévisible des caméras sur les séquences précédentes, (variétés ou autres..)  et en anticipant leurs déplacements pour leur utilisation suivante…

J’ai repris la mécanique classique commune à toutes les remises de prix et je tourne comme si nous étions en direct :

– On appelle les remettants.
– Lancement magnéto des nommés
– Pendant ce magnéto, chaque va chercher son « client »
– On vérifie en régie si ça correspond au trombinoscope.
– Si c’est bon, le truquiste valide l’effet gagnant
– Si le gagnant n’est pas en salle où si on a un doute, je joue la sécurité, je le remplace dans la fenêtre par sa photo et on lance un autre effet qui ne fait pas apparaitre la fenêtre mais le plan large de la grue à l’antenne, lors de la révélation.
– Si le gagnant est un prix « Musique », on envoie son clip dans le vidéo-projecteur avec sa musique à l’antenne. Si c’est un gagnant « cinéma » ou ‘littérature », on met l’affiche ou la couverture de son œuvre.

Les caméras 2, 6, 7 & 8 sont dispatchées pour chaque révélation. Pour que le public ne repère pas systématiquement les gagnants en salle, je modifie chaque fois le choix de la caméra chargée de filmer le lauréat. » (Un peu vicieux ce Miguel Octave)

Voici un exemple de trombinoscope pour la remise du prix Musique, Artiste de l’année :

TAAC Habillage 4 nommés – France Ô / France Ô

Sur ce document, vous voyez que pour chaque artiste, une caméra a été attribuée ainsi qu’une place. Il semble que le troisième nommé ne soit pas présent. Il a déjà été remplacé par une photo.  En fonction du choix des caméras, des places ont été attribuées dans la salle.

Et cela est préparé pour chaque catégorie de la remise de prix.

Pour les prix « littérature » et « essais », il y a 5 nommés et donc fenêtres mais seulement 4 caméras. « Là, je fais confiance à ma bonne étoile, il y a toujours un absent donc tout va bien… :))) « 
Si un jour, les 5 nommés devaient être là, j’enregistrerais le 5ème, en cour de cérémonie pour le réintégrer dans sa fenêtre pendant sa nomination. » Miguel Octave

Voilà pour ces explications sur le plan de caméras pour une cérémonie.

Je vous invite désormais à regarder cette cérémonie dimanche soir sur France 2. Et souvenez-vous de tout ce qui aura été écrit ici et qui se déroule alors en vitesse accélérée, parfois en quelques secondes.

Enfin je ne pouvais pas terminer sans redonner la parole à Miguel Octave qui a bien voulu partager un extrait de son débrief de la soirée. Entre la théorie et la pratique…

« Si pour une émission « traditionnelle » reconnaître une personnalité, un artiste peut être facile, avec des équipes spécifiques chargées de ça, imaginez la fourmilière dans les loges du Chatelet avec des hôtesses elles mêmes dépassées par les événements malgré leurs trombinoscopes, au milieu de remettants, d’artistes, d’écrivains, avec leurs accompagnants, le frère du copain de l’ami du.. qui se retrouve là, on se demande comment et pourquoi…

La phrase « Bonsoir, excusez-moi mais vous êtes qui, vous ? » n’a jamais été aussi diplomatique… « Vous êtes le guitariste du groupe X ? »… « Euh non, je suis le nommé  dans la catégorie littérature roman ».. « Oh pardon… »
« Les coulisses des TAAC ou comment devenir physionomiste en une soirée ? » Stage annuel non conventionné par l’AFDASS !!

Et puis soudain, une voix s’élève « Mais je l’ai vu le guitariste, il était en train de fumer dehors, il y a 5 minutes »… Même quand ils fument dehors, les fumeurs ont l’art de nous gâcher la vie…

Dans le car, c’est une autre effervescence qui domine… C’est le moment où on se sent obligé de venir me « rassurer  » « X… remettra le prix Truc avec Y… au lieu de Z…mais t’inquiète pas c’est W qui remettra lui le prix Much… »

Oui, acquiesce avec le sourire, Linda elle a déjà tout noté… S’ils savaient que la Reine d’Angleterre pourrait rentrer au bras de Michael Jackson, remettre le prix de la meilleure « Crèpe au Sucre », ça ne me ferait pas ciller d’un pouce…

Mes interrogations à ce moment sont tout autre : anticiper l’irréparable…
– une inversion de séquences qui ferait que Ladji ne serait plus en salle mais sur scène pour filmer un nommé,
– Un artiste qui, histoire de faire du zèle, se prend l’envie d’aller saluer Danny Glover en salle… alors que les 2 portables ont encore sur scène : Tout miser sur le Buggy !
– Dois-je prendre un tel risque sur cette variété ou alors faire plus classique : je ne pourrai rien sauver au montage !
– Quid de ceux qui n’ont pas répété… ? Vont-ils bouger le long de la scène ou rester au centre… Mieux vaut laisser les portables sur scène ou les ramener en salle ?
– Et mes fameux trous noirs… Zut, j’ai oublié d’en parler aux portables…
– Vraiment il manque des caméras… « 

Merci à Miguel Octave et aux équipes de réalisation des TAAC.

(Cliquez pour agrandir les illustrations et ouvrir les liens en rouge… Et n’oubliez pas de voter pour Media un autre regard aux Golden Blog Awards chaque jour. Votez… Merci)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *