Profession ...

19 octobre 2011

Le métier d’habilleuse sous toutes ses coutures dans Dracula, le spectacle musical

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , ,
Farida allali chef habilleuse Dracula le spectacle musical

La première fois que j’ai rencontré Farida Allali, c’était encore le temps des répétitions du spectacle Dracula, l’amour plus fort que la mort au Palais des Sports de Paris, elle attendait l’arrivée des costumes. Seuls 120 avaient déjà été livrés.

La seconde fois, alors que les premières représentations du spectacle avaient déjà eu lieu, les 450 costumes étaient bien arrivés, certains étaient déjà réparés, d’autres modifiés pour répondre aux besoins des artistes et des danseurs en particulier.

La vie d’un costume et des habilleuses d’un spectacle musical

La journée, il et elles cousent, réparent les vêtements endommagés, le soir il et elles courent, une lampe torche sur le front pour aider aux très nombreux et parfois très rapides changements de costumes en coulisse. Il et elles sont souvent là tôt et finissent tard. Il et elles ne devaient être que 6 au départ.

Oui, IL car il y a un homme dans l’équipe. C’est toujours mieux pour aider des danseurs homme à se changer. Cependant, comme je vous l’avais déjà expliqué dans mon précédent article sur les coulisses de ce spectacle, difficile pour les danseuses et danseurs d’être pudiques dans l’arrière scène.

Les danseurs et danseuses utilisent bien des vêtements de peau couleur chair mais pas facile de se changer avec discrétion, surtout quand il faut faire si vite.

Si vite, et avec tant de costumes créés par Dominique Borg, les habilleuses avec Farida Allali, la Chef habilleuse à leur tête sont finalement au nombre de 7.

Retour en arrière à l’époque des répétitions.

Farida nous avait alors présenté la conduite costume.

Une conduite costumes de Dracula au Palais des Sports

Sur ce document, chaque colonne correspond à un tableau du spectacle et chaque ligne à un artiste.

Dans les cases au croisement de chaque ligne et colonne apparaissent alors le nom du costume porté par chaque artiste à chaque tableau.
Et quand aucun costume n’est indiqué dans une case c’est le moment pour un artiste, principalement pour les danseurs, de se changer et de vêtir le costume suivant.

Et quand il n’y a qu’un tableau de parfois moins d’une minute seulement alors il faut se changer très très vite.

Changement rapide de costume – Dracula

Pas le temps alors pour les danseurs de rejoindre l’arrière scène pour se changer.

Des habilleuses les attendent avec des bassines à coté de la scène, voire sur la scène comme à ce moment là. Les danseurs sortent et retournent quelques secondes plus tard sur la scène dans une autre tenue.

Arturo brachetti n’a qu’à bien se tenir !

Vous avez remarqué que je parle surtout de changements de costumes chez les danseurs. En effet, les personnages principaux se changent beaucoup moins souvent dans ce spectacle.

A part peut-être Golan Yosef, dans le rôle principal de Dracula et d’autres chanteurs comme ici avec l’aide de Farida (de dos).

Farida allali, chef habilleuse en action – Dracula le spectacle musical

Certains danseurs remettent même plusieurs fois le même costume dans ce spectacle.

Autant vous dire que certains costumes souffrent, souffrent beaucoup et je ne parle pas des problèmes de transpiration.

Tiens si d’ailleurs, parlons en quelques instants ! C’est le moment du conseil du pro, enfin de la pro ! Comme moi vous connaissiez les Fébreze et autres produits pour supprimer les odeurs. Et bien Farida vous conseille aussi la pulvérisation de Vodka pure sur un vêtement humide. A tester!

Faut dire que vous comme moi avons le temps de laver nos vêtements. Mais, au spectacle, ce n’est pas toujours possible. En effet, si on n’est pas sûr qu’un vêtement aura séché à temps pour la représentation du lendemain on ne le lave pas !

Heureusement qu’il y a des soirs de relâche !

Par ailleurs certains costumes sont particulièrement fragiles. En effet, Dominique Borg a fait appel à des matières nobles, belles mais parfois fragiles. De plus on m’a expliqué que des tissus ont été vieillis, patinés et teints pour obtenir certains effets et cela les a fragilisé.

Quand on retrouve la même déchirure sur le même costume de plusieurs danseurs c’est le signe d’une faiblesse du vêtement à cet endroit. Les habilleuses renforcent alors la zone en question sur tous les costumes ou remplacent le tissu par un tissu plus souple dans cette zone.

Dans certains tableaux les danseurs bougent beaucoup, les costumes sont alors soumis à rude épreuve. Dans d’autres tableaux plus calmes, les costumes survivent mieux !

Il faut dire que les costumes qui arrivent des ateliers (certains ont été terminés la veille du spectacle) ont beau avoir été pensés pour leur aspect visuel mais aussi en tenant compte de leur utilisation par des danseurs, il faut tout de même les modifier, les agencer pendant les répétitions.

Ainsi, les habilleuses agencent des costumes pour les rendre plus rapides à porter et enlever. Elles essayent de réunir plusieurs pièces pour limiter le nombre de manipulations (pas plus de 5 éléments par costume). Elles transforment aussi certains boutons en bouton pression, elles peuvent ajouter une ouverture en velcro à l’arrière. Même certaines chaussures ne sont plus attachées par des lacets mais du velcro. On trouve aussi de très nombreux élastiques à bouton.

Parfois aussi, à l’inverse, elles désolidarisent certaines parties d’un costume pour faciliter son entretien, certaines parties devant et pouvant être lavées plus souvent.

Malgré cela, on peut apercevoir régulièrement les habilleuses regarder un peu partout au sol en coulisses mais aussi sur la scène, entre les deux premiers actes et après le spectacle pour récupérer des éléments de costumes oubliés par tel ou tel artiste, perdus ou abimés.

Ces 450 costumes vont devoir tenir pendant toute la durée du spectacle à Paris mais aussi en tournée. Ils vont partir dans des armoires spéciales. Le travail sera alors encore plus compliqué car il faudra s’adapter à chaque fois à une nouvelle salle et ne pas se perdre dans les coulisses. Encore moins question de perdre un bouton ou un autre accessoire.

Il faudra aussi emmener les nombreuses bannettes vertes (80 environ). Chaque danseur en a une à son nom. D’autres sont utilisées pour amener des costumes à coté de la scène et pour ensuite ramener des précédents costumes.

Les costumes attendent les artistes avant le spectacle – Dracula

7 personnes au service des artistes et des costumes mais aussi une solidarité entre artistes pour s’aider à se changer.

Changements de tenues et effervescences en coulisses – Dracula au Palais des Sports

Merci encore à Farida et aux équipes de Dracula pour leur accueil.

(Cliquez pour agrandir les photos et ouvrir les liens en rouge)






3 commentaires


  1. Boissinot

    Merci beaucoup Emmanuel pour cet article,

    mon envie de devenir habilleuse se confirme!
    Je suis modéliste et le côté artistique me manque beaucoup!

    Auriez vous des conseils pour trouver un poste comme celui ci?Dois je m’adresser aux sociétés de production?

    merci d’avance ,

    Sophie


    • Merci Boissinot.

      Il me semble que pour ce métier, il est plus important de contacter d’autres habilleuses, des chefs costumières, des stylistes télé/ciné/spectacle pour avoir leur avis, leurs conseils. Ce sont elles qui seront je pense votre meilleure entrée dans ce milieu.

      Aujourd’hui, avec internet, Facebook, il est je pense possible de trouver des noms et d’entrer en contact. Contactez déjà celles et ceux dont le travail actuel vous plait et avec qui vous auriez très envie de travailler.

      Vous pouvez enfin aussi contacter des sociétés de production qui pourront peut-être être intéressé par un profil plus débutant (comme votre message le laisse penser) et donc un peu moins cher!

      Bonne chance à vous


  2. Boissinot

    Merci beaucoup!

    bonne continuation,

    Sophie



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *