Dictionnaire! & technologies

2 janvier 2012

Visite d’un local incontournable dans une chaine d’information : Le nodal de I>TELE

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , ,
Gros plan monitoring Nodal I Tele

Sur Media un autre regard vous aviez jusque là découvert le grand plateau, le plateau 1 de I>TELE dans lequel les trois principales tranches d’info se déroulent en direct.

S’en était suivie la visite la visite de la régie 1 pendant l’enregistrement des Clés de L’éco de Jean Marc Sylvestre, poursuivons aujourd’hui avec la présentation d’un endroit primordial dans toutes les chaines et rédactions : Le nodal.

Et pour vous en parler j’ai proposé à Stéphane Gallardo l’un des réalisateurs (A I>TELE on dit cadre technique de réalisation) de la chaine de répondre à mes questions. Vous l’aviez d’ailleurs déjà découvert à l’image sur ce blog dans une vidéo de présentation du plateau 1 de I>TELE (lien)

Vous connaissez les plateaux de I>TELE, ils sont visibles à l’antenne. Vous remarquerez d’ailleurs que le décor du plateau 2 a été légèrement modifié entre Noël et Nouvel an 2011.

Mais, comme me l’a expliqué Stéphane Gallardo, il y a trois autres points névralgiques autour desquels s’articule le fonctionnement de la chaîne, :
– tout d’abord en amont le nodal où sont re-routées et acquises toutes les sources disponibles. C’est l’objet de cet article,
les rédactions où sont montés tous les reportages, off, interviews et autres éléments qui vont constituer le journal,
– et enfin, en aval, la régie finale qui permet de diffuser le programme I>TELE aux opérateurs satellite, câble, hertziens et ADSL.

Le nodal de I>TELE

Ce “bocal” – qui ressemble à s’y méprendre à une régie tant il y a d’écrans – est appelé le nodal. A quoi sert-il et que s’y passe-t-il ?
Stéphane Gallardo : Le nodal, c’est le liant avec tout ce qui se passe à l’extérieur. Pour utiliser une analogie, c’est un peu le centre de distribution de la poste : il reçoit les images et les redistribue à qui est intéressé. (L’analogie ne concerne pas les colis perdus ! )

Par exemple, si un direct est programmé par la rédaction dans le journal de 8h00, soit il est réalisé par les moyens propres d’I>TELE, soit la liaison est louée à un prestataire externe – Globecast, ou la société Eurovision souvenez-vous !-  ; soit elle est assurée via une liaison “en dur” depuis un autre nodal. Mais dans tout les cas, c’est au nodal que la liaison arrive, et c’est lui qui, après, va le redistribuer en interne.

Comment sont mis en œuvre les liaisons avec les moyens I>TELE ?
S. G. : Dans ce premier cas, le véhicule satellite d’I>TELE va contacter le nodal par téléphone pour se caler et monter une transmission : il pointera automatiquement le satellite adéquat grâce au matériel embarqué, montera sa liaison. Et de l’autre coté, les paraboles sur le toit de la chaine vont récupérer ce signal et l’acheminer jusqu’au nodal.

Stéphane Gallardo

(I>TELE dispose de canaux satellites à l’année. Grâce à ses canaux, il est possible de faire monter plus ou moins de liaisons selon la richesse de l’actualité. Les signaux sont alors d’autant plus compressés et donc de plus ou moins bonne qualité).

Du coup, on peut faire appel à un prestataire si ces liaisons sont occupées ?
S. G. : Oui, c’est la deuxième option que j’évoquais plus haut : d’une part, on imagine mal faire voyager les véhicules satellites I>TELE hors de France, notamment pour des raisons pratiques et logistiques et les délais qu’impose l’actualité. Dès lors, la liaison est louée à un prestataire –  C’est aussi le cas de correspondants permanents dans des agences de presse à l’étranger -, on loue un transpondeur sur un satellite et on assure la transmission qui est récupérée une fois encore par les paraboles d’I>TELE directement ou qui arrive par exemple sur celles du Serte (Service Exploitation Radio Télévision Extérieure) et est re-routé via leur nodal jusqu’à celui d’I>TELE.

Et quand la liaison sur un site est récurrente, on déplace toujours un camion satellite?
S. G. : Et bien non, on s’aperçoit que c’est plus simple de transmettre en fibre. C’est le troisième cas de figure que j’évoquais, par exemple lors des allocutions depuis l’Élysée. Là bas il y a une liaison permanente en dur : y’a plus qu’à obtenir les autorisations et à ouvrir le robinet pour s’y brancher ! Au nodal d’I>TELE, il y a donc notamment une arrivée qui vient de l’Élysée, une de TF1, une de France 2.

En fait, toutes les chaînes fonctionnent avec un système de nodal ?
S. G. : Oui pour la plupart et il y a des liaisons en dur : en gros, chaque chaîne a son nodal relié soit directement, soit par le biais du SERTE  et ce dernier re-route à la demande pour mettre en relation les uns avec les autres : un super nodal !

Les autres médias s’y mettent aussi : c’est ainsi qu’on récupère notamment de plus en plus en images les interviews des invités politiques de nos confrères en radios.

Vous récupérez les images des radios comment ? sur le net ?
S. G. : C’est très rare de le faire via le net, c’est la solution de secours car l’image y est très dégradée. Comme il s’agit de liaisons récurrentes, d’interviews reprises quasi quotidiennement par les médias tv, les radios se sont progressivement équipées de liaisons fibre qui partent au Serte. Tous les jours, par exemple, une commande est programmée auprès du Serte, pour ouvrir de robinet de France Info pour leur interview politique de 8h15, qui pourra être reprise rapidement dans nos journaux.

Le nodal permet de gérer des duplex mais pas seulement …
S. G. : Non effectivement : d’une manière générale, le nodal permet techniquement de récupérer toute source extérieure. Les rédactions de journaux, que ce soit pour les chaînes d’infos ou les chaînes généralistes, sont abonnées à des EVN (Exchange Video News) : ce sont des agences de presse internationales qui vendent des pools d’images en permanence sur ce qui s’est passé ou ce qui est en train de se passer dans le monde.

C’est bien pratique quand l’info est à l’autre bout du monde et qu’on n’a pas le temps ou pas les moyens d’envoyer une équipe : on récupère les images qui sont enregistrées et qui vont servir de rushs pour monter un sujet. Certaines de ces agences proposent même des flux de directs que l’on va pouvoir diffuser, c’est le cas par exemple lors de grands évènements tels que les cérémonies de commémoration du 11 septembre à NY, la venue du Pape, le mariage du prince Albert II à Monaco… etc…

Dans ce cas, cela permet d’avoir simultanément un point de duplex avec le journaliste I>TELE sur place (et les moyens mobiles I>TELE) et de récupérer en parallèle ce fameux flux d’agence où est effectuée une réalisation internationale. On re-route les deux signaux vers la régie où est réalisé le journal qui peut les utiliser et les mixer comme bon lui semble !

C’est ainsi que le nodal enregistre par exemple tous les événements sportifs à la demande de la rédaction sport de I>TELE. Ces images serviront de rushs pour monter les résumés diffusés dans les journaux.

Le Monitoring du Nodal de I>TELE

Pour résumer les propos de Stéphane Gallardo, de façon simplifiée :

Dans le cadre bleu, à droite, les affectations de sources extérieures vers les plateaux 1 et 2. Dans le cadre jaune les images reçues des véhicules satellites et de Canal +.

A gauche, dans le cadre vert, les images des différents EVN et dans le cadre rouge les autres sources (Serte, France 2, TF1, Elysée etc.)

Et alors justement, comment sait-on quand va tomber telle ou telle image d’une agence de presse internationale, sur quelle arrivée on la récupère…, Qu’est ce que c’est que cette image en direct qui tombe sur “l’arrivée 4”?  Est-ce qu’on a les droits pour reprendre en direct un bout de cette allocution ou cette cérémonie ?
S. G. : Ca, c’est tout le travail de la cellule image qui est en relation permanente avec les agences de presse nationales et internationales, les autres chaînes ou médias avec lesquels I>TELE a des accords. Eux savent à quoi correspond chacun des flux, dans quel cadre on peut les utiliser et ils négocient également avec ces agences ce dont va avoir besoin la rédaction, soit comme images diffusées en direct dans le journal, soit comme matière première pour monter un sujet.

Une partie du monitoring du Nodal de I>TELE

Le nodal reçoit des images de l’extérieur, il peut aussi envoyer vers l’extérieur ?
S. G. : Oui effectivement, c’est aussi une des attributions du nodal : Il re-route par exemple le JT Canal+ de 18h45 qui est réalisé en direct sur le plateau 2 (lien article) vers le nodal de Canal+ à Boulogne qui le redirige lui-même vers la régie finale Canal+ prémium pour diffusion ! De la même façon, le nodal peut envoyer des images appartenant à I>TELE vers d’autres chaines (après accord préalable). Comme les “arrivées” que j’évoquais tout à l’heure, il y a des canaux de “départ”.

L’intérêt de passer par un nodal, c’est que les techniciens qui y opèrent vont effectuer tous les tests techniques pour s’assurer que la liaison est stable et fiable, que tous les robinets sont bien ouverts d’un bout à l’autre du dispositif avant de pouvoir la basculer dans la régie où se déroulera le JT.  Et seule cette régie peut y avoir accès : si une autre en a besoin, il faut alors en faire la demande au nodal pour une deuxième affectation.

Il y a quelques semaines le Téléthon diffusait des courses à vélo avec des clés 3G (lien). Une chaine concurrente a utilisé ce même système lors de plusieurs événements. I>Télé utilise-t-elle ce type de liaison ou des liaisons Skype etc ?  Ils passent aussi par le nodal ?
S. G. : La technologie évoluant sans cesse, on a aujourd’hui la possibilité d’avoir recours au téléphone satellite ou même au réseau 3G pour effectuer une liaison en direct depuis l’autre bout du monde. La plus simple étant celle tout simplement de la webcam sur le principe d’une liaison skype vidéo. Et c’est une fois encore au nodal que cela se passe : c’est sur un des ordinateurs en réseau internet que va être établie la connexion skype, transcodée et convertie dans le nodal puis envoyée en régie pour être utilisable dans une norme vidéo “broadcast”.

Et on opère de la même façon avec la LiveU, un autre système de vidéo mobile fonctionnant sur la base d’une transmission par 6 cartes SIM 3G, une variante plus « légère » et autonome encore que celle mise en place au Téléthon : pas besoin de repérage, de contrôle du signal, on fait sa liaison aussi simplement qu’on passe un coup de fil…

Avec l’arrivée prochaine de la 4G, c’est un marché prometteur.

Quelques inconvénients encore actuellement : il faut établir 6 connexions simultanées 3G avec l’opérateur réseau pour pouvoir avoir une transmission correcte. De plus il n’est pas possible de réserver des canaux 3G auprès de l’opérateur : ce n’est donc pas facile dans une manif ou aux abords d’un stade lorsque le réseau 3G est saturé…

La B-gan (les fameuses petites valises satellites pour faire de la transmission partout dans le monde), est souvent utilisée, surtout à l’étranger lorsque que les moyens de véhicules satellites ne sont pas immédiatement disponibles.

Un grand merci aux équipes d’I>TELE pour leur accueil et en particulier à Stéphane Gallardo.

Avec Stéphane, nous nous connaissons déjà depuis quelques années, lorsque nous travaillions tous les deux pour le groupe M6. Depuis il a réalisé de nombreuses émissions et flux pour Endemol, Elephant & Compagnie, MTV, M6, TF1, C Productions et Canal + / I>TELE depuis 2007.

Le plus simple pour connaitre son parcours est d’aller sur sa page d’accueil : Lien Parcours Stéphane Gallardo.

Vous y découvrirez notamment qu’il est aussi Gendarme de réserve ! (Promu à ce titre le 1er décembre 2011)

A lire aussi : 


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






2 commentaires


  1. Laurent

    Itélé, la chaîne info qui pense encore que la HD ne sert à rien !



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *