Spectacle

25 janvier 2012

Adam & Eve vous présente sa Couturière! A quelques jours de la première. Ambiance

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , ,
La troupe d'Adam et Eve rassemblée sur scène à la fin de la Couturière

Ben ça commence bien …

Adam et Eve, cela fait deux donc c’est pluriel… Il faudrait écrire Adam et Eve présenteNT… Et puis Adam et Eve n’allaient pas faire appel à une couturière alors qu’ils vivaient tout nus, enfin Adam portait (peut-être) de temps en temps une feuille de vigne de façon à ne pas faire rougir Eve ! (Ou était-ce lui qui était gêné… Mais cela ne nous regarde pas! )

Allez, une seconde chance pour me rattraper…

Mais oui, en fait, c’est juste : Adam et Eve, la seconde chance, le spectacle musical de Pascal Obispo dès le 31 janvier qui présentait samedi 21 décembre son premier filage en costume, sa Couturière.

Visite des coulisses, premières impressions, explications et photos pendant un après midi au Palais des Sports de Paris.

Et c’était bien un privilège de pouvoir terminer la journée en assistant avec une centaine (ou peut-être plus!) d’invités de la production à cette première répétition du spectacle dans son intégralité et en costumes. Un premier filage en costume à une semaine de la première, le 31 janvier.

Objectifs de cette couturière : tester le spectacle dans son intégralité devant des spectateurs témoins, rassurer si nécessaire les producteurs et partenaires et permettre à chaque membre de l’équipe technique et artistique de se placer dans des conditions proches du spectacle final.

Et tout cela une semaine encore avant la première.

Cela a plutôt bien fonctionné puisque les invités étaient debout à la fin du spectacle comme vous le voyiez sur cette photo. Pascal Obispo en a profité pour faire monter sur scène l’équipe et les producteurs histoire de faire une photo de famille.

La troupe d'Adam et Eve rassemblée sur scène autour de Pascal Obispo à la fin de la Couturière

Et coté ambiance, à la fin du spectacle, dans la salle, Pascal Obispo était d’ailleurs l’un des premiers à se lever pour féliciter sa troupe.

Retour quelques heures plus tôt vers 14h30, ce samedi.

Les danseurs et chanteurs sont sur scène. « On en est déjà à la 17ème version de ce tableau » nous explique Christophe Sabot producteur du spectacle « … et cela peut encore changer à de nombreuses reprises jusqu’à la première et même peut-être encore pendant les représentations »

Pascal Obispo est très présent, pour rappeler parfois à l’ordre les danseurs quand ils sont dissipés, pour donner ses consignes sur la mise en scène, les déplacements, les attitudes. Il est le patron, dans la salle ou sur la scène, toujours un micro ouvert à la main pour s’adresser à l’équipe du son, parfois à celle de la lumière et à Papain à la vidéo. Il est aussi semble-t-il le premier supporter de son équipe détendant de temps à autre l’atmosphère quand cela est nécessaire.

A la mise en scène il a choisi de composer avec Tokyo, chorégraphe venu des États-Unis. Ils n’ont probablement pas toujours les mêmes idées mais cela semble bien fonctionner. Le premier fait des efforts pour parler anglais, le second essaye de parler un peu en français. Pour l’aider, une assistante (danseuse elle-même ?) traduit ses paroles en français pour certains danseurs. Les autres danseurs d’origines très diverses (russes, américains…) le comprennent parfaitement en anglais.

Il s’agit bien sûr de travailler la mise en image, les déplacements et mouvements des danseurs mais on parle aussi beaucoup de temps pendant cette répétition.

L’un des private joke sur ce spectacle semble d’ailleurs être l’expression « Trop long ! » que l’un ou l’autre balance de temps à un collègue, un danseur à un technicien et inversement faisant rire le reste de l’équipe.

En effet, pour un tel spectacle tout doit être minuté souvent à la seconde près. Combien de temps pour faire monter cet élément, pour le faire sortir ou entrer de scène, pour tel changement de costume etc.? Il faut à la fois tenir compte de ces contraintes de durée et en même temps trouver le moyen de les réduire encore quand cela est possible.

Et à propos de temps on entend aussi à plusieurs reprises ce jour là : « On est à la bourre » mais là, plus qu’un jeu, c’est une réalité. La journée prend du retard.

Avec quelques autres blogueurs, j’ai alors droit à une visite des coulisses avec pour guide Christophe Sabot, le producteur.

J’y retrouve des habitudes de travail assez similaires à celles de Dracula dont je vous ai raconté les coulisses dans plusieurs articles. Il y a notamment un plateau de dégagement à cour et à Jardin juste derrière la scène pour tous les changements rapides de costumes. Pas de temps à perdre surtout quand il faut aussi changer de maquillage, de coiffure ou porter une perruque.

280 costumes ont été conçus. Certains sont des créations de Christine Jacquin. D’autres sont de la récup’ comme l’explique Christophe Sabot. On trouve aussi des vêtements conçus par de jeunes créateurs ou des couturiers célèbres comme Jean Paul Gaultier qui ont été customisés (des manches coupées etc.) « Il n’en reconnaitrait pas certains lui-même» souligne Christophe Sabot.

Et il faut en prendre soin de ses costumes car ils vont devoir faire la tournée et certains valent une fortune. « Jusqu’à 3 500 euros » nous précise-t-il.

Dans les coulisses d'Adam et Eve, la seconde chance au Palais des Sports

Dans les coulisses, on y trouve aussi le poste son pour tous les micros et oreillettes des chanteurs. Ils chantent bien sûr tous en direct sur des pistes son musique. Ils sont équipés d’oreillettes pour écouter la musique mais aussi les consignes de dernière minute de l’équipe artistique et technique.

Tous les techniciens sont aussi reliés entre eux et avec un topeur qui donne tous les tops des entrées des artistes, des début de changement, des entrées et changements d’accessoires etc.

Derrière la scène et le grand écran led de 120 M2 central (location Alabama) vous pouvez aussi apercevoir une partie des très nombreux accessoires qui vont entrer et sortir de scène pour transformer tout au long du spectacle un décor unique, fixe et créer des ambiances très différentes et originales.

Derrière la scène et le grand Ecran led d'Adam & Eve, la seconde chance au Palais des Sports

Quel bazar? Pas du tout… Tout cela est bien rangé, chaque chose à la place. Tous les techniciens et artistes ont encore quelques jours pour se souvenir de la place de chaque chose et du moment où il faut les utiliser.

Entrée Jardin de Adam et Eve, au Palais des Sports

Allez, imaginez-vous maintenant quelques instants à la place des artistes, chanteurs, danseurs et circassiens (acrobates de cirque). Vous voici donc à l’entrée Jardin de la scène. Prêts à entrer sur scène?

Cette photo je l’ai aussi choisie pour vous montrer de profil ce grand écran composé de carrés de led et, devant lui, en hauteur au dessus l’arrière scène un élément du décor, un pont qui permet aux deux parties du décor – un arbre et un scorpion – de se rejoindre.

Peut-être aurez-vous aussi aperçu sur la photo, entre l’écran et le pont toujours au plafond, dans les cintres dit-on au spectacle, un rail sur toute la largeur de la scène. Il y en en fait 3 et ils sont un élément essentiel de la mise en scène.

En effet, sous ces rails circulent des chariots équipés de filins qui permettent de faire entrer, sortir, voler, survoler, monter, descendre, décoller, plonger, par la gauche, par la droite, de très nombreux accessoires parfois improbables, des personnages, des acrobates, des chanteurs. Des chariots que l’on appelle, m’a-t-on dit des Machines de vol.

J’avais rarement vu pendant 1h40 une telle occupation de l’espace sur la scène, pas seulement au sol mais aussi en hauteur. Dans tous les tableaux il y a toujours quelque chose qui se passe à gauche, à droite, en haut, en bas et le décor fixe se transforme en permanence selon les tableaux et les titres musicaux d’une très grande variété eux aussi.

Je vous ai montré l’entrée à Jardin, c’est à dire par un coté de la scène, une entrée assez classique, mais en fait l’entrée principale se situe ailleurs. L’aviez-vous repérée sur la photo précédente? Je vous laisse revoir à la photo en détail…

Revoici en gros plan cette entrée qui se situe en effet au centre de la scène, sous le grand mûr d’écrans :

Entrée principale sous la scène. Adam et Eve, la seconde chance, un spectacle de Pascal Obispo

Vous n’êtes pas claustrophobe, vous êtes un peu souple… Alors vous pourrez entrer comme les danseurs et autres artistes dans cette ouverture derrière la scène pour rejoindre la scène notamment par deux entrées dissimulées dans le décor à Cour et à Jardin. Regardez bien quand vous assisterez au spectacle.

Justement, accélérons le temps et retrouvons-nous vers 18h30.

Les répétitions ont finalement bien pris du retard. Pascal Obispo se transforme alors en chauffeur de salle. Il serait presque prêt à faire la première partie du spectacle. Il appelle d’ailleurs son guitariste et narrateur du spectacle mais aussi Tokyo, le chorégraphe et d’autres invités sur le devant le scène. S’organise alors un court bœuf sympathique.

Ça y est les artistes sont prêts. Tous les costumes ne sont pas encore terminés et liveés. Il est même possible qu’il faille arrêter le spectacle par moment si un problème survient explique Pascal Obispo aux invités privilégiés dans la salle.

Le spectacle peut commencer et ne s’arrêtera finalement pas sauf pendant l’entracte prévu après l’acte I, 15 minutes qui permettent à chacun de donner ses premières impressions.

Le spectacle auquel j’ai pu assister était encore perfectible et cette couturière ‘était faite pour. On a en effet vu apparaitre à plusieurs reprises des machinistes donner un coup de main pour amener ou faire sortir des accessoires. Des rideaux ont parfois eu du mal à savoir s’ils devaient s’ouvrir ou se fermer. On a même vu entrer un escabeau pour déséquiper un accessoire en hauteur.

Mais très franchement j’ai été plutôt très agréablement surpris par la richesse du spectacle.

Passée la première inquiétude lors du premier tableau sur le thème de « l’argent c’est pas bien » tendance « Indignez-vous » avec une logo mélangeant faucille et Euro, je me suis vraiment très vite pris au jeu et laissé prendre par ce spectacle assez réussi.

Mention particulière encore une fois pour l’occupation de l’espace mais aussi pour la lumière toute en originalité et en finesse de Dimitri Vassiliu (Directeur photo de nombreux spectacles mais aussi des Victoires de la musique depuis 2011 sur France 2)

Adam & Eve, un spectacle mis en lumière par Dimitri Vassiliu

Un coup de chapeau aussi à mon ami Papain pour ses créations graphiques. Certaines sont issues de son imagination, d’autres concrétisent des idées de Pascal Obispo.

Le début du spectacle musical Adam & Eve, la seconde chanse – Pascal Obispo

Comme le fait remarquer Christophe Sabot, les créations graphiques sont très importantes mais il ne s’agit pas pour les spectateurs de venir au cinéma. Elles doivent s’intégrer entièrement dans le spectacle et créer des univers. C’est plutôt réussi avec des mélanges de créations très différentes elles aussi. On y trouve des images filmées il y a quelques mois puis retravaillées mais aussi des créations numériques originales adaptées aux rythmiques des titres et à l’histoire de chaque tableau. Sur ce lien une photo d’écran de la conception d’une création graphique que je vous laisse découvrir pendant le spectacle.

A noter que Papain utilise à la fois le grand écran du fond de décor en led (une quasi première pour lui) mais aussi comme à son habitude deux projecteurs de face pour des projections sur tulle blanc.

Attention, une seule projection n’est pas de son fait. Il s’agit de la projection sur le numéro « sexy » du show. Elle est réalisée par les lumières de Damitri Vassiliu. En effet, Papain enchainera début mars au Crazy Horse avec la création de projections sur plusieurs tableaux en collaboration avec Louboutin. Il se doit donc pour le moment de réserver tes talents de créateur dans ce domaine aux créatures de ce cabaret parisien.

Voilà vous savez presque tout.

Ceux qui viendront voir Adam & Eve, La seconde chance pour admirer leurs artistes préférés comme Thierry Amiel ne seront pas déçus.
Ceux qui viendront entendre les chansons du spectacle se feront plaisir.
Les fans de Pascal Obispo le verront probablement de temps à autre saluer le public en fin de spectacle avec la troupe, les autres l’entendront tout au long du spectacle dans, me semble-t-il, la plupart des chœurs des chansons.
Ceux qui auront envie de se changer les idées et de se laisser entrainer dans de très nombreux et variés univers visuels et musicaux auront bien fait de venir.
Enfin, ceux qui auront envie de découvrir en action des machineries, d’observer des astuces de mises en scène, des mouvements d’accessoires et des acrobates aériens passeront aussi une bonne soirée.

Et encore, depuis cette couturière, le spectacle a du changer à de multiples reprises… A découvrir dès la première au Palais des Sports.

(Cliquez pour agrandir les photos et ouvrir les liens rouge)

Pour en savoir plus sur la fabrication des spectacles musicaux, je vous invite aussi à découvrir les articles écrits sur Dracula lors ses représentations il y a encore quelques semaines lui aussi au Palais des Sports  : Les acrobates aériens, le métier d’habilleuse, le travail du son et les coulisses du spectacle






4 commentaires


  1. Patricia.L

    Très bel article !!! on en prend plein les yeux !!!


  2. excelnico

    Impressionnant !
    Pour ma part j’ai déjà prévu de les voir plusieurs fois !
    Un parce que c’est Pascal Obispo et deux, parce que c’est bien 🙂
    Du moins pour ce que l’on entend !

    A suivre donc 🙂


  3. nicole

    super article, maintenant que la première a eu lieu je peux vous dire que c’est un spectacle superbe. Tous les artistes (chanteurs et danseurs) sont formidables. La chorégraphie, la mise en scène, la technique, tout est super. On ne s’ennuie pas une seconde et après on a envie de revenir. Bravo à Pascal Obispo. Un grand show qui mérite d’être vu par beaucoup.


  4. Elodie

    Bonjour,

    Votre article est très intéressant et donne même envie d’y travailler.J’aimerai savoir comment vous êtes devenue costumière pour le spectacle d’Adam et Eve.

    Cordialement



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *