CSA - Législation

21 mars 2012

Campagne Présidentielle : Temps de parole & principe d’égalité à la télévision et à la radio. Ce que dit le CSA et ses conséquences…

Plus d'articles par »
Ecrit par : Emmanuel Matt
Étiquettes : , , , , , ,

L’égalité comme principe, comment pourrait-on s’opposer à cela dans un pays où les injustices sont toujours plus nombreux.

Et pourtant, dans la pratique, ce principe d’égalité appliqué aux dernières semaines avant l’élection Présidentielle risque d’avoir pour conséquence une limitation de la parole politique sur les antennes de la radio et de la télévision. Paradoxal, non?

Équité, égalité, temps de parole, temps d’antenne, qui est considéré comme un soutien, qui ne l’est pas… Qu’en est-il des temps d’antenne des éditorialistes, des humoristes? Que dit le CSA? (Et les explications en vidéo de Christine Kelly, membre du CSA)

Depuis le 20 mars 2012, après la publication par le Conseil Constitutionnel de la liste des 10 candidats à la Présidentielle 2012, nous sommes entrés dans la seconde période de la campagne avant celle dite Officielle qui débute le 9 avril.

Le CSA a publié le 30 novembre 2011 une Recommandation relative à l’élection Présidentielle qui complète la délibération générale du 4 janvier 2011 relative au pluralisme politique en période électorale.

C’est de ce principe de respect du Pluralisme que découlent les décisions suivantes :

Le calendrier du CSA :
Du 20 mars au 8 avril 2012 : Équité du temps d’antenne et Égalité du temps de parole
A partir du 9 avril 2012 : Égalité du temps d’antenne et du temps de parole des candidats

(Pour mémoire : du 1er janvier au 19 mars 2012 : Équité des temps de parole et des temps d’antenne pour les candidats et candidats présumés)

Cependant, suite aux événements tragiques à Toulouse et Montauban, les temps de la seconde période de la campagne ne seront comptabilisés qu’à partir de ce 21 mars 2012.

Calendrier du CSA pour la Campagne Présidentielle 2012

Temps de parole et temps d’antenne ? :

Voici ce qu’en dit le CSA :

Temps d'antenne et temps de parole pendant la campagne Présidentielle – CSA

Dans la pratique le temps de parole des éditorialistes politiques n’est pas comptabilisé par le CSA sauf quand l’un d’entre eux peut  être considéré comme soutien (« Toute personne qui appelle explicitement à voter en faveur d’un candidat »). Et cela peut déjà être sujet à débat.

On se souvient d’ailleurs qu’Alain Duhamel avait été suspendu des antennes de France 2 et de RTL en février 2007 suite à la mise en ligne d’une vidéo qui pouvait laisser penser qu’il soutenait François Bayrou. Autre exemple plus récent qui concerne une intervenante régulière à la télévision et à la radio : Depuis plusieurs semaines, on lit régulièrement des demandes (ou exigences) de certaines personnalités de droite pour que le temps de parole d’Audrey Pulvar (Journaliste et compagne dans la vie civile d’Arnaud Montebourg (PS)) soit décompté du temps de parole de François Hollande ou qu’elle soit interdite d’antenne…

Puisque le temps de parole des éditorialistes n’est pas décompté des temps d’antenne des candidats, RTL a par exemple choisi de les inviter en remplacement des invités politiques habituels lors des prochains Grand Jury. Des éditorialistes qui bien sûr sauront traduire l’ensemble des sensibilités actuelles en France… bien sûr…

Jean Michel Apathie (Chef du service politique de RTL) précise d’ailleurs dans un post récent sur son blog qu’ « Y seront invités des journalistes et des observateurs qui n’auront pas fait connaître de préférence personnelle ». Il en profite aussi pour s’étonner qu’Arte mais surtout que La Chaine Parlementaire et Public Sénat soient exemptées des règles du CSA dont je vous parle dans cet article. La France ne serait pas la France sans ce genre de bizarreries, sans ses exceptions aux règles et sans ses privilèges…

Sachez aussi que les interventions des membres du gouvernement ne sont pas systématiquement décomptés au titre du soutien à des candidats. Les propos du Président de la République / Candidat ne sont pas décomptés lorsqu’ils relèvent du domaine régalien.

Enfin comme l’indique le précédent document, les humoristes à la radio comme Laurent Gerra, à la télévision comme les Guignols de l’info sur Canal +, à la radio et à la télévision comme Nicolas Canteloup pourront continuer à s’exprimer « dans un souci constant de mesure » dit le CSA, sans que leur propos soit comptabilisés comme temps d’antenne de tel ou tel candidat.

Est-ce que les discours montés à l’envers, les montages potaches des « Euh », « Humm » à la Petit journal seront comptabilisés comme des temps d’antenne pour les candidats?

Equité et Egalité ?
Depuis le 20 mars, les candidats doivent avoir le même temps d’antenne, c’est-à-dire que pour chaque minute d’expression d’un candidat, il faut désormais en donner une aux neuf autres candidats. C’est le principe d’égalité.

Cela signifie pour une rédaction, que dès qu’une minute de temps d’antenne est donnée à un candidat, neuf autres minutes d’antenne sont déjà bloquées par la suite pour les autres candidats, dans le même journal ou magazine ou dans les éditions suivantes.

Cette contrainte vous explique principalement la disparition ou la limitation de bon nombre d’émissions dites politiques et d’interventions de candidats ou de leurs soutiens sur les antennes de radio et de télévision.

On ne peut être que d’accord avec un principe d’égalité qu’il soit de temps de parole ou de temps d’antenne mais aussi être désabusé par ses conséquences concrètes quand elles se traduisent par une limitation de l’expression politique et du débat à un moment majeur pour notre démocratie.

Et qu’en est-il de la responsabilité de certains candidats? On peut s’interroger sur la pertinence de la présence de certains d’entre eux, sur leurs objectifs réels et l’intérêt de leur donner la parole comme à d’autres. Non?

Voilà pour l’égalité du temps de parole.

La différence principale entre la période actuelle qui va du 20 mars au 8 avril et la dernière, celle du 9 avril au 6 mai 2012, provient du passage de l’équité à l’égalité des temps d’antenne.

Ainsi, jusqu’au 8 avril les chaines de télévision et radios auront obligation de donner un temps de parole identique à chaque candidat mais pas forcément dans les mêmes émissions ni dans les mêmes tranches horaires. Une chaine de télévision peut accorder 10 minutes à un candidat majeur lors du 20h et donner le même temps de parole à un autre candidat le matin, voire même tard la nuit ! Il est alors de la responsabilité de la chaine de choisir ses horaires de diffusion dans le respect du pluralisme.

A partir du 9 avril, dès le début de la campagne officielle, les diffuseurs radio et télé devront accorder le même temps de parole ET «  assurer une programmation comparable (par genre d’émission, audience…) des interventions » des candidats, dixit le CSA.

Avant le 9 avril, il fallait déjà trouver une solution pour donner le temps temps d’antenne à chacun des dix candidats pendant la même période. Après, il faudra en plus qu’ils aient le même temps d’antenne dans la même émission, en tout le même format à la même heure (ou avec la même audience). Ainsi jusqu’au premier tour, une minute pour un candidat dans un 20h ou dans talk d’information quotidien implique de donner le même jour ou dans les jours suivants une minute aux neuf autres candidats. 1 minute donnée à un candidat = 9 autres minutes bloquées d’office dans les émissions suivantes. Cela fait réfléchir les rédacteurs en chef avant d’inviter un candidat. (Et je ne parle même pas des risques de chute d’audience avec certains invités)

En résumé :

Equité et Egalité – Calendrier de la Campagne Présidentielle 2012 – CSA

Les critères d’équité ?
Sur quels critères les diffuseurs décident qu’un candidat mérite 20%, 30% du temps d’antenne alors qu’un autre ne bénéficiera que de 5% ?  Des sondages, des résultats aux dernières élections ?

Ce qui dit le CSA  :

Campagne Electorale : Les critères d'Equité selon le CSA

Les critères d’équité sont de deux ordres : La capacité à manifester l’intention d’être candidat, le second : La représentativité des candidats.

Pour compléter cet article voici les explications claires de Christine Kelly, Membre du CSA et Présidente du Groupe de travail : Pluralisme et campagnes électorales dans une vidéo officielle du CSA :

Voici par ailleurs le lien du document « Présentation de la recommandation pour l’élection du Président de la République » qui m’a servi de base pour cet article. Je vous invite à le télécharger pour en savoir plus. Ce fichier PDF qui vous explique aussi la complexité des relevés finaux et intermédiaires des temps d’antennes au CSA et dans les chaines. Il rappelle aussi déjà les comportements que les chaines doivent adopter les jours précédents le vote et le jour même jusqu’à 20h.

Dans ce document le CSA invite aussi au débat entre les hommes politiques? Cela n’a pas été possible jusqu’alors. Qu’en sera-t-il dans les prochaines semaines?

Comment vont se comporter les diffuseurs radio et télé dans les prochaines semaines? Quelle proportion de sujets et interviews politiques en moins? Laisseront-elles plus de place à l’actualité internationale et la culture… ou aux faits divers qui ont le grand avantage d’être « concernant » comme on dit dans les médias. Les médias les aiment… mais pas tant que les hommes politiques surtout pendant une campagne électorale…

Les candidats réagiront-ils comme souvent à chaud (voire sur-réagiront) à certains de ces faits divers histoire de montrer leur attachement pour les problèmes du quotidien, les événements qui choquent, qui touchent les français ? Des faits divers parfois exploités et favorables au pouvoir en place qui dispose alors de tous les moyens de l’état pour montrer qu’il agit alors que les opposants ne peuvent que commenter et donc parfois transformer un fait divers en illustration concrète d’un manque de résultat du pouvoir en place.

La réduction de la place de la politique alors que des émissions comme Des Paroles et Des Actes sur France 2 ont montré leur capacité à séduire les téléspectateurs va-t-elle encore plus inciter les candidats à de petites phrases lapidaires, polémiques, toujours reprises, qui marquent mais qui ne prennent pas trop de temps d’antenne? En plus, en bonus, elles obligent les autres candidats à utiliser une partie de leur temps d’antenne pour y répondre…

La presse et internet non concernés par les règles édictées par le CSA vont-ils tirer leur épingle du jeu?

Les partis politiques sont déjà très présents sur le net avec des sites classiques mais aussi des sites de riposte (le mot de la campagne 2012?) des pages Facebook, des comptes Twitter et même des spams envoyés sur des fichiers dont on aimerait bien connaitre la provenance.(Voir le post de FranceTVinfo sur l’envoi de spams par l’UMP pour « rassurer » les expatriés sur les promesses/menaces de nouvelles taxations! Pas vu pas pris, vu pris! )

On peut aussi regretter l’absence d’émergence de sites internet puissants représentatifs des sans voix, des plus précaires pendant cette campagne. Il est assez regrettable de voir que Internet, cet outil auquel on a attribué tant de pouvoir et mis tant d’espoir, n’ait toujours pas permis de modifier la donne dans le domaine de l’expression et de l’action publique. Est-ce que les RT même très nombreux d’un instant sur Twitter, les partages de liens et de photos le temps d’une journée, les like sur telle page Facebook ont réussi à faire évoluer la campagne? Qui a réussi à contrebalancer le poids des lobbys toujours plus importants mais bien plus discrets dans leurs pressions auprès des candidats.

Qu’en pensez-vous?

(Cliquez pour agrandir les illustrations du CSA et les liens)






3 commentaires


  1. Lysandre

    Excellent article sur un sujet hautement important : politique et médias. Beaucoup de gens confondent le régime d’équité et le régime d’égalité et l’article explique très bien la différence !

    Bravo !


  2. Trassace

    Bonjour, j’aimerais savoir s’il est possible de trouver les paroles des candidats durant le temps de parole via un site internet regroupant tout les partis.
    Merci


    • Trassace,

      C’est une colle pour moi. Peut-être que d’autres lecteurs pourront mieux vous répondre.
      Je ne pense sincèrement pas que cela existe. Quel boulot fastidieux ce serait.
      Les journalistes reçoivent les textes des discours prononcés lors de meeting, le CSA se contente je pense de noter les durées et non les propos.
      Des sites de partis politiques ou de supporters proposent probablement aussi au moins une partie du texte de certaines interventions mais surtout en vidéo.
      Quand à l’AFP elle doit aussi proposer des citations des propos tenus mais pas la totalité.

      Bonne chance dans vos recherches
      Désolé de ne pas pouvoir répondre plus précisément.



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *