Genres

7 avril 2012

Quand Marsu, le Marsupilami s’incruste au 20h de Claire Chazal…Houba Houba…

Arrivée du Marsupilami au JT de 20h de Claire Chazal sur TF1

Ce n’était pas un poisson mais un Marsupilami d’avril dimanche dernier, 1er avril sur le plateau du 20h de TF1.

Marsu, comme l’appelle Alain Chabat (qui le connait mieux que nous) s’est invité avec sa queue de 8 mètres lors du dernier plateau du 20h de TF1 faisant même sursauter Claire Chazal… Et pourtant elle en a vu d’autre…

Mais au fait qu’a-t-elle bien vu? Et vous qu’avez-vous vu?

Réponse à un lecteur de Media un autre regard

Vous êtes de plus en plus nombreux à contacter Media un autre regard (je n’ai d’ailleurs pas toujours assez de temps pour vous répondre rapidement. Oups! Et parfois votre email est erroné. Oups Oups! enfin Houba Houba!). Merci donc à vous pour vos messages et votre patience.  Parmi ces messages et questions, l’un d’entre vous m’a alerté sur cette séquence que j’avais ratée :  l’intrusion du Marsupilami à la fin du 20h de TF1 présenté par Claire Chazal et m’a demandé comment cela avait été réalisée.

La voici en images  :

Avant même de voir la séquence, j’avais imaginé que l’équipe technique des JT de TF1 avait à nouveau utilisé leur savoir faire en matière d’incrustation d’un décor en 3D inauguré par Fabrice Collaro il y a un an avec le réacteur de Fukushima (son interview et ses explications ).

La technique est complexe mais maitrisée et régulièrement utilisée à TF1 dans les journaux. Il s’agit alors d’incruster une image 3D dans des plans fixes. Le chroniqueur et la journaliste font preuve d’imagination en simulant un regard vers la maquette virtuelle mais invisible pour eux en plateau.

Arrivée du Marsupilami au JT de 20h de Claire Chazal sur TF1

Mais voilà, dès son entrée, le Marsupilami passe entre Alain Chabat et le fond du décor bien réel lui aussi. Impossible à réaliser avec la technique évoquée précédemment.

Le début d’explication se trouve dans la phrase de fin de Claire Chazal : « Merci pour cette interview que nous avons enregistrée ensemble ».

Et si cette interview a été enregistrée… elle a pu être passée en post-production…

Et là, je vous dis « Elysée moi! ».. Oui le programme de France 2 incarné par Julian Bugier.

Pourquoi? Car, grâce à cette série, j’ai pu vous expliquer la technique de Rotoscopie qui permet d’incruster un personnage (Julian Bugier sur France 2, Marsu sur TF1) entre des personnages au premier plan et d’autres ou un fond au second plan. Il s’agit alors de travailler image par image en couchant sur l’image de départ le personnage, ici le Marsupilami en 3D, puis de recoucher encore façon mille feuilles sur ces images la découpe des personnages et éléments qui doivent paraitre devant l’ensemble. (J’étais plus clair (Claire… humour!) dans mon article sur Elysée moi! je pense!, enfin j’espère!)

Le Marsupilami invité surprise de Claire Chazal un 1er avril au 20h de TF1

Sur ce plan large de fin, la caméra réalise en plus un zoom et là, c’est encore un article sur le tracking, une technologie utilisée dans Elysée moi! qui vous donne encore une partie de la réponse. L’opérateur de post-production retrace le mouvement de la caméra et le reproduit sur le personnage à incruster. Dans le cas présent il ne s’agit pas d’un tracking d’un « bouger » de caméra mais de zoom qui était un peu différent. (J’y reviendrai dans un dernier article sur Elysée moi!)

Claire Chazal effrayée par le passage surprise du Marsupilami…

Ce plan avec Claire Chazal était plus facile à réaliser car en plan fixe et sans objet devant elle. Il était donc assez simple d’incruster le passage du bestiau devant elle.

Mais, en fait, ce qui pouvait être plus difficile à obtenir dans ce plan c’était l’effet de surprise sur Claire Chazal. Cela a fonctionné car elle a bien été surprise… mais par une balle en mousse jetée à son insu sur le plateau.

C’est ce qu’a expliqué Germain Dagognet, rédacteur en chef du JT à plusieurs médias et qui m’a été confirmé depuis.

Cette séquence a été enregistrée plus de 15 jours avant sa diffusion dans les conditions du direct (mais, quelques coupes ont pu être effectuées pour raccourcir l’ensemble m’a-t-on aussi précisé) sur le plateau des 20h de TF1 avec les moyens techniques habituels. L’idée était de créer une séquence originale pour la promotion du film mais aussi pour maintenir la tradition du premier avril.

L’équipe de Chez Wam a ensuite récupéré les images pour incruster les images du Marsupilami avec les techniques que je viens de vous expliquer.

Claire Chazal a cependant du s’adapter aux improvisations d’Alain Chabat et Jamel Debbouze et imaginer avec eux la présence de l’invité surprise.

La réussite de la séquence est aussi le résultat des talents d’animation des équipes du film qui ont su recréer le comportement du Marsupilami en fonction des images et du comportement des acteurs.

Le Marsupilami existe ! 20h de TF1 avec Alain Chabat et Jamel Debbouze

Ainsi, ce n’est pas Jamel Debbouze qui touche le nez du Marsupilami mais bien ce dernier qui a du amener son museau sous le doigt du comédien en post-production.

Voilà pour la partie technologie. Mais le vrai secret de la réussite de cette séquence réside peut-être dans le talent des deux comédiens. Ils savent nous emmener dans leur univers, nous raconter une histoire qu’on finit par avoir envie de croire.

Et puis, en fait si cela se trouve, toutes mes explications, mes histoires de rotoscopie, de tracking n’ont aucun sens car le Marsupilami existe enfin il « n’existe » ! C’est donc peut-être bien pour cela que Chez Wam, la société de production du film « Sur la piste du Marsupilami » n’a finalement pas souhaité ouvrir les portes de ses bancs de post-production et d’effets spéciaux aux lecteurs de Media un autre regard.






2 commentaires


  1. Christie

    pas mal come film même si je m’attendais à mieux


  2. Toi

    Ouai sinon j’adore le film 😉



Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *