Dictionnaire! & technologies

3 mai 2012

La recette du baron Haussman en mode tournette dans Metronome sur France 5 !

Baron Haussmann Metronome France 5 décor virtuel

La première diffusion de Metronome s’est achevée dimanche sur France 5. Le dernier épisode est encore disponible sur Pluzz et l’ensemble disponible en HD sur DVD.  France 5 a d’ailleurs déjà annoncé une nouvelle diffusion en prime time cette fois-ci cet été.

Je vous propose de clore la série d’articles sur Métronome par la découverte d’une autre recette de fabrication servie dans le quatrième épisode : l’utilisation d’une tournette en tournage sur fond vert…

De quoi clore notre livre de recettes à base d’images de synthèse dans le grand restaurant d’Indigènes Productions cuisinées avec différents ustensiles :  Composition d’univers virtuel en 3D, Incrustation, profondeur de champ, compositing etc…

Comment un personnage en mouvement circulaire devant un fond vert devient fixe devant un décor en mouvement ?

Et oui, Media un autre regard s’est fait une spécialité (pas trop indigeste j’espère) : celle de vous proposer des réponses à des quelques que ne vous posiez probablement pas jusqu’alors !

Au fourneau, sur son piano, enfin sur son clavier de PC, dans la brigade de Fabrice Hourlier, Pierrick Grillet chef modeleur, celui qui nous avait déjà expliqué son travail de démultiplication de plaques de guerriers romains lors d’une bataille en – 52 av JC.

Sa mission cette fois-ci, réaliser l’une des dernières séquences de l’épisode 4 dans laquelle on aperçoit le Baron Haussmann devant son bureau. Pour corser, pour enrichir le tout, la caméra décrit un mouvement circulaire à 360° autour de lui. Une recette qui demande quand même 4 jours de travail pour quelques secondes de dégustation, enfin d’images finales.

Voici en images la liste des ingrédients pour cette recette du Baron Haussmann sur sa tournette :

Un Baron, des cubes sur une tournette et le décor virtuel d'un bureau…

Il nous faut donc une tournette motorisée sur laquelle est assis un figurant en costume sur son fauteuil, au centre, des cubes verts eux aussi en rotation à leur tour sur la tournette, verte elle aussi et enfin à la droite, l’écrin dans lequel insérer tout ce beau monde.
Autres ingrédients du cuisinier/graphiste : 3D s Max et After Effects pour l’aspect final, le compositing.

Et pour quel résultat ? Le voici :

Le Baron Haussmann dans Metronome sur France 5

Vous voulez le voir en animation, et profiter des conseils du chef cuisinier que nous appellerons à nouveau Réalisateur : Fabrice Hourlier (Et oui l’analogie avec la cuisine serait un peu fatigante sur la longueur ! )

Sur l’animation ce n’est plus le Baron Haussmann qui tourne mais la caméra qui tourne autour de lui dans son bureau.

Pour réaliser cela, l’équipe d’indigènes Productions a inversé la situation.

En effet, ils ont tout d’abord filmé le mouvement de rotation du figurant/baron en rotation régulière sur une tournette.
Ensuite, pour enregistrer le mouvement et la vitesse exacte de rotation de la tournette ils ont filmé les cubes dont ils avaient auparavant noté les cotes.

D’un autre coté, Pierrick Grillet a créé le décor virtuel du bureau du Baron.

Voici un Layout (La maquette) du bureau  sur 3D s Max :



style= »display:inline-block;width:336px;height:280px »
data-ad-client= »ca-pub-4136538743839209″
data-ad-slot= »9372639373″>

La maquette du bureau du Baron Haussmann – Métronome – Indigènes Productions

Vous y reconnaissez les murs, les fenêtres entourées de rideaux en bleu, un tapis etc symbolisés sur cette maquette 3D.

Il s’agit désormais de rassembler les rushs de tournage et ce décor pour y insérer le Baron.
Première étape : Récupérer le mouvement du baron, sa vitesse de rotation pour la reproduire de de façon virtuelle dans le décor virtuel. Et c’est alors que les mouvements des cubes verts filmés sur la tournette sont nécessaire.

Pierrick reconstitue virtuellement les mêmes cubes et les superpose sur les cubes en vert. Il synchronise leurs mouvements manuellement grâce à du tracking. (Il est donc important que la tournette n’est pas d’à-coups même si une petite marge d’erreur est possible) Ainsi il a récupéré le mouvement de la tournette.

Et là, astuce, (Pierrick est très malin !) il a inversé les choses. A la place de considérer que la caméra était fixe face à un cube en mouvement, il a figé la position du cube et … Et c’est ainsi que la caméra se met alors à tourner autour du cube. Et hop, il remplace les cubes par les rushs du figurant/baron et ainsi la caméra se met à tourner autour du baron assis, fixe sur son fauteuil !

D’un personnage en rotation devant une caméra fixe, on est passé à un personnage fixe avec une caméra en rotation autour de lui. On obtient un travelling circulaire sur un point fixe.

Bien sûr, le décor virtuel dans lequel a été placé le cube, enfin le baron, bouge en même temps que la caméra réalise le mouvement de rotation.

Construction du bureau du Baron en 3D – Metronome / France 5

Sur ces trois captures d’écran du décor vous apercevez d’ailleurs un cercle qui représente le mouvement circulaire virtuel de la caméra autour du centre où sera positionné le baron.

Le travail de Pierrick n’est pas encore totalement terminé. Il s’agit de terminer la préparation de la mise en image virtuelle avant que Laurent Chea ne s’occupe du compositing final.

Il s’agit alors de créer encore d’autres incrustations, oui comme on l’a fait sur un fond vert lors du tournage des rushs mais cette fois-ci de façon totalement virtuelle.

Regardez ces deux captures d’écrans :

Les couches d'incrustation image – Métronome – Indigènes Production – France 5

Deux couleurs d’incrustation ont été posées : la bleu incrust correspond à l’avant plan, à ce qui va devoir être placé sur l’image au premier plan et, en vert incrust, l’arrière plan, les fenêtres qu’il faudra remplir. Ce sont des masques.

A droite vous voyez ainsi que les zones de couleur bleue sont remplies, remplacées par une carafe d’eau, les zones vertes remplacées par des vues sur Paris. Tiens, y avait déjà feu la Samaritaine à l’époque du Baron ?

Non, pas d’erreur de chronologie, la capture d’écran a été fait sur une version de travail. Pour tester l’effet final, Pierrick a alors utilisé une photo de la Samar’ vue de la Seine.

Reprenez la version finale un peu plus haut, les fenêtre donnent alors sur une lumière blanche éclatante.

Dernière couche mais que je n’ai même plus besoin de vous expliquer désormais : La couche de profondeur, le blanc, le point le plus près, le noir le point le plus éloigné :

Les gris de profondeur – Métronome – France 5

Avec tous ces éléments il est désormais possible de passer au compositing final pour donner de la cohérence à l’ensemble, pour réaliser un peu d’étalonnage couleur etc et donner une patte une patine à l’image ce qui prendra encore 2 à 3 jours en tenant compte du «Key à faire » ( de l’incrustation des éléments dans les bleus et verts incrust) des images.

Lors de cette phase, il s’agit aussi de calculer et travailler les réfractions des lumières et les reflets dans la transparence de certains objets.

Voilà, je crois que vous savez tout sur la fabrication de Métronome, cette série documentaire de 4 épisodes diffusée sur France 5.






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>