Interviews

5 juillet 2012

Avec François Lanaud, à la réalisation, « une équipe de France à la finale de l’Euro 2012 ! » Interview

Plan de Spidercam pour un Corner - Finale de l'Euro 2012 - François Lanaud

Espagne – Italie, 4-0 pour le score et 4 – 9 enfin 49 pour le nombre de caméras, soit 10 de plus que pour les matchs de pool… Voilà ce dont disposait François Lanaud, réalisateur français de cette finale diffusée en France par TF1.

Ses explications, son plan de caméra (ainsi que le plan de caméras pour la 3D) et une visite dans le car régie OB 33 d’Alfacam lors de cette soirée de finale.

A la télévision, certains réalisateurs sont plus connus que d’autres car des animateurs les ont rendu célèbres, c’est le cas de Serge Khalfon « Magnéto Serge ». D’autres réalisateurs ont régulièrement leur nom en gros caractères au début des émissions de plateau, de divertissements…

Dans le sport, les mentions au générique sont plus discrètes. Et pourtant François Lanaud est particulièrement connu des fans et des pros de football. Il pourrait d’ailleurs se vanter d’avoir vu son travail de réalisateur sportif apprécié par des centaines de millions de téléspectateurs à travers le monde depuis de nombreuses années.

D’ailleurs la Coupe du Monde de football en 2014 au Brésil pourrait être la 5ème coupe du monde de football consécutive dont il réaliserait des matchs. Il détiendra alors un record mondial.

Un record qu’il pourrait ajouter à d’autres prix comme la Caméra d’or pour la réalisation de la Coupe du Monde en 1998 en France (Il réalisait les matchs à Marseille dont une demi-finale). En 2000 il a reçu le prix de la réalisation du match UEFA de l’année pour la Finale de la Ligue des Champions au Stade de France.

Il a commencé la réalisation « à haut niveau » de matchs de football en 1997 sur TF1 à Bordeaux avec un Bordeaux-Montpellier pour le Coupe de la Ligue. Sans contrat d’exclusivité avec TF1, il a continué à réalisé des matchs (Ligue de champion, Equipe de France…) pour cette chaine mais aussi pour M6 ce qui est assez rare pour être souligné!

Son plus beau souvenir aux cotés de l’équipe de France de 98 est le match France – Brésil lors de la Coupe du Monde 2006 en Allemagne. « J’ai eu la chance de réaliser durant la période Zinedine Zidane, j’ai réalisé ses plus grands matchs mais ce match est son chef d’œuvre »

S’il devait définir son appartenance à une lignée de réalisateur, il ferait référence à François Charles Bideaux. (Directeur de production du Pôle Sport de Canal +)

Il commute seul ses caméras pendant le match. (Il a déjà travaillé avec un switcheur mais jamais au foot uniquement pour des réalisations de Formule 1)

Comment un réalisateur est choisi pour un Championnat d’Europe ? Une Coupe du monde de football ?
François Lanaud : Dans le premier cas, c’est l’UEFA, (l’UEFA media Technologies) qui choisit les réalisateurs. Dans le cas des Coupes du Monde, c’est HBS, Producteur délégué pour la FIFA qui sélectionne les réalisateurs.

Le Plan de caméra de la finale :
Au total 49 caméras soit 10 de plus que pendant les matchs de pools.

Souvenez-vous, je vous avais présenté en exclusivité le plan de caméras des matchs de l’Euro 2012, celui de Jean-Jacques Amsellem, le deuxième réalisateur français de ce championnat. Les réalisateurs français ont la cote!

Où sont les 10 caméras supplémentaires ? Voici le plan de caméras officiel de la finale :

Le plan de caméras officiel de la Finale de l’Euro 2012 – Espagne / Italie – François Lanaud

Vous y trouvez l’implantation des caméras de François Lanaud mais aussi l’implantation des 11 caméras dédiées à la réalisation en 3D de ce match. Pendant mon LiveTweet du match, je vous parlais d’une seconde grue – genre polcam – derrière les buts, elle était destinée à la réalisation en 3D.

C’est un travail d’équipe, je suis un chef d’orchestre qui choisit ses musiciens, qui lit la musique et eux l’interprètent et tout cela pour des téléspectateurs mélomanes.

Parmi les caméras supplémentaires on en trouve sur 2 hélicoptères supplémentaires soit un total de 3.
François Lanaud a démarré sa réalisation ce dimanche à partir de 16h dès la sortie des deux équipes de leur hôtel. Ainsi, sur place, il y avait un hélicoptère pour chaque hôtel (ainsi qu’une caméra HF)

Lors de l’avant match, ces deux hélicoptères étaient positionnés à deux hauteurs différentes, le premier permettant de filmer l’environnement du stade et la ville pendant que le second était focalisé sur le stade et la pelouse.

Le troisième hélicoptère est arrivé en renfort pour la cérémonie de clôture.

Pendant le match 2 hélicos se relayaient, le temps que l’autre aille « refiouler » !

Vues d’hélicoptère – Finale Euro 2012 – Réalisation François Lanaud

Autre caméra supplémentaire : une loupe proche du terrain non loin de la tournette au sol dans l’axe.

A cela s’ajoutaient des caméras portables dont 3 pour la cérémonie de clôture, d’autres au départ des bus de l’hôtel des joueurs et dans les vestiaires.

Caméras épaules – Finale de l’Euro 2012 – Réalisation François Lanaud

On dit qu’en France il y a 60 millions de sélectionneurs de l’équipe de France. Est-ce aussi vrai pour la réalisation. Est-ce que tous les téléspectateurs ont un avis (et donc pensent tous qu’ils auraient fait mieux ?) et vous le font savoir ?
François Lanaud : Le réalisateur n’est pas médiatisé au point qu’on personnalise son travail. Il est dans l’ombre. C’est son travail qui est médiatisé.  C’est un travail d’équipe, je suis un chef d’orchestre qui choisit ses musiciens, qui lit la musique et eux l’interprètent et tout cela pour des téléspectateurs mélomanes. (Je connais des chefs d’orchestre de musique classique qui aimeraient avoir autant de mélomanes que François Lanaud!)

Mais j’ai mon panel personnel pour une lecture objective de mes réalisations ce qui me permet d’avoir de la lucidité sur mon travail.

Et vous diriez quoi sur cette finale ?
F. L. : J’ai fait le travail. J’ai délivré ce que l’UEFA attendait d’une finale. Une finale est un exercice de style, ce n’est pas fait pour faire flamber un réalisateur. On n’est pas là pour montrer ce qu’on sait faire. Si on est là c’est qu’on l’a déjà démontré auparavant. Il faut délivrer un match à zéro faute et à zéro risque.

Je suis satisfait du résultat mais j’ai toujours du mal à l’être totalement. Je me dois d’être perfectionniste. L’essentiel étant de tirer le meilleur des hommes qui m’accompagnent et des moyens techniques à disposition.

Zéro risque cela se gère comment ?
F. L. : A chaque fois que je me posai la question de diffuser ou non un ralenti, la réponse était dans la question… C’était non.

Pour le moment je n’ai jamais raté de but mais c’est peut-être justement car je n’ai  jamais dit que je n’en raterai pas mais que je ferai mon possible pour que cela ne m’arrive jamais.

Un match c’est une grande histoire avec plein de petites histoires. L’intérêt du match est de travailler ces petites histoires pour les raconter aux téléspectateurs. Elles donnent parfois aussi de l’intérêt au match.

Les ralentis sont particulièrement importants dans le sport, comment étaient-ils organisés?
F. L. : J’avais un chef ralenti car il m’aurait été impossible de gérer les 13 ralentis. Il les a géré sous ma responsabilité. Il sait exactement ce que je veux.
En général je donne le premier ralenti, l’axe et ensuite je vais définir ce que je veux. Chaque ralenti, chaque axe sont déjà produits, je sais exactement ce que j’ai.

Toute l’équipe de réalisation était française ?
F. L : Je suis parti avec une équipe avec laquelle je travaille depuis 10 ans, (des opérateurs LSM, au cadre et à l’équipe réalisation).

Il y avait bien une équipe de France lors de la Finale de l’UEFA 2012, à la réalisation!

Avez-vous des retours sur votre réalisation de la part des joueurs ?
F. L. : J’avais des rapports avec des joueurs de 1998 car on voyageait avec eux dans l’avion. On était souvent dans le même hôtel. Les rapports étaient plus faciles.

J’essaye d’être honnête avec les joueurs. Un plan sur un défenseur  « carbonisé », c’est à dire une image qui pourrait laisser penser à un état de fatigue avancé, sans avoir montré qu’il vient de faire deux aller-retour « off champ des caméras », ce n’est pas honnête.

Montrer un mauvais geste sur un joueur sans montrer qu’il en a subit un lui-même quelques minutes avant?… Il faut raconter la totalité de l’histoire pour être honnête avec le joueur.

La réalisation d’un tel match ne doit pas privilégier une équipe par rapport à une autre.

Lorsque que Samir Nasri a fait son geste du doigt à des journalistes, on n’a pas vu le contrechamp! (François Lanaud n’était pas le réalisateur de ce match)
F. L. : La tribune de presse n’est pas un acteur du match !

49 caméras mais la réalisation se fait à 80% avec la caméra 1 pendant le jeu ? Quelles originalités avez-vous apporté cette année ?
F. L. : Elle permet de montrer le développement du jeu ainsi que la tactique.

Je me sers de la spidercam à la verticale au dessus de la position des corners. Ainsi, les téléspectateurs pouvaient voir la position des joueurs comme un entraineur montre cela sur un paperboard avant un match. Ce plan à la spidercam était présenté dans une durée assez longue pour en permettre l’analyse par les commentateurs et les téléspectateurs..

Plan de Spidercam pour un Corner – Finale de l’Euro 2012 – François Lanaud

(Image de la spidercam utilisée au ralenti alors que le début de l’action en direct (en vignette) a été réalisé au Steadicam)

Les joueurs jouent-ils aussi avec les caméras ?
F. L. : Certains joueurs ont compris que leur joie serait meilleure si elle apparaissait face à une caméra, comme un steadicam. Les joueurs qui évoluent dans les clubs anglais apprennent notamment cela de spin doctors. (Conseillers en communication)

Il n’y avait pas d’éléments graphiques en 3D superposés à l’image comme on le voit de plus en en plus souvent ?
F. L. : Non ce n’est pas un souhait de l’UEFA.

Comment êtes-vous en régie ?
F. L . : J’aime travailler dans le calme et je m’adresse à mon équipe de façon personnalisée, je sais qui a besoin d’être poussé ou non.

Nous avons réalisé un brief précis avant le match mais j’adapte ensuite le travail de chacun à l’évolution du match.

François Lanaud dans le car OB33 Alfacam – Finale de l’Euro 2012 / Quelques secondes avant la fin de la première mi-temps

Ecoutez-vous des commentateurs pendant le match ? Vous adaptez-vous à leurs commentaires ?
F. L. : Il y a un commentateur anglais qui vient de la BBC et l’ITV qui réalise un commentaire en direct pour tous les diffuseurs du signal international qui n’ont pas de commentateur.

Mais lors de chaque match, j’écoute les commentateurs français. Je ne réalise cependant pas en fonction de leurs commentaires. C’est comme une musique… Et puis parfois les commentateurs ont des infos que je n’ai pas, j’utilise toutes les compétences…

Vous pouvez suivre François Lanaud sur Twitter

Vue aérienne du Stade de la Finale de l’Euro 2012 – Réalisation François Lanaud

Informations supplémentaires sur le dispositif technique :

La Finale de l’Euro 2012 a été réalisée depuis le stade de Kyiv en Ukraine devant 70 000 spectateurs et suivi dans 200 pays dans le monde.

Les moyens techniques de cette finale, comme ceux de 6 matchs de qualification et un quart de finale, ont été ceux de la société belge, Alfacam.

La réalisation du signal international a été effectuée dans le car régie OB 33. Un car de secours plus modeste, le OB37 était présent en permanence. Il servait donc de car secours mais gérait aussi les caméras extérieures au terrain comme les hélicos, les caméras interviews, celles placées en dehors du stade…

Sachez que, dès la fin de la finale, le car OB33 est parti pour Londres pour la Cérémonie d’Ouverture des JO 2012.

Au total : 55 km de câbles audio et image, une équipe technique de 265 personnes, des micros Dolby Surround de nouvelle génération développés spécialement pour une utilisation dans un stade et 4 Megawatt fournis par les groupes électrogènes soit la puissance nécessaire pour 5000 foyers !

La réalisation 3D (non gérées par Alfacam) a nécessité la présence supplémentaire de 55 personnes.

Profitez-en aussi pour découvrir le dossier spécial : La réalisation du football à la télévision


Media(s) un autre regard est désormais en sommeil. Les explications dans cet article Making of(f)!

Vous pouvez cependant continuer à suivre les commentaires sur l’actu TV sur le fil Twitter et sur mon compte personnel : @Emmanuelmatt

(Cliquez sur les photos pour les agrandir)






0 commentaire


Soyez le premier à déposer un commentaire!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *